Vaginisme & féminité: j'ai extrèmement honte de moi et aurais besoin de conseils

Forum vaginisme
Roxy_33
Messages : 1
Inscription : 28 juin 2019, 21:22

Vaginisme & féminité: j'ai extrèmement honte de moi et aurais besoin de conseils

Messagepar Roxy_33 » 28 juin 2019, 22:11

Bonjour/bonsoir à tous,

J'ai décidé de poster un message sur ce forum (première fois pour moi sur ce genre de site) car j'ai vraiment besoin d'exprimer ce que j'ai sur le coeur et espère pouvoir avoir des retours de votre part. Excusez moi pour le pavé

Je suis une jeune femme de 23 ans et je souffre de vaginisme (je pense depuis très jeune). Pour information, je suis en couple depuis quasi 6 ans avec un jeune homme de mon age qui est très gentil et pas oppressant en ce qui concerne le fait d'avoir des rapport.
Depuis quelque temps j'ai acheté un kit de dilatateur vaginaux et je m'entraine finalement avec, bien que j'ai eu beaucoup de mal à me lancer car très stressée/anxieuse.

Déjà très jeune, j'ai toujours eu une angoisse par rapport à la pénétration, je n'ai jamais pu vraiment mettre de tampon étant plus jeune et ne pouvait pas imaginer avoir des rapports sexuels non plus. J'ai également toujours eu honte/eu un dégout de mon corps, et surtout de mes parties féminine (sexe, poitrine)
Dans ma première année de relation avec mon chéri, j'ai commencé à m'en vouloir et à culpabiliser de ne pas pouvoir avoir de rapport avec lui. Durant longtemps j'ai repoussé et été dans le déni par rapport à ce problème, pensant que j'étais juste trop jeune, pas prête, trop stressée par rapport à la première fois. Je ne voulais pas m'avouez que quelque chose n'allait pas.

Bien qu'aujourd'hui je suis consciente d'avoir ce problème de vaginisme, j'ai extrèmement honte de moi. Le fait de ne pas pouvoir avoir de rapport, je ne me sens pas femme ni féminine, je ne me sens pas désirée ni désirable. Je me rends bien compte que j'ai énormément de chance d'être avec quelqu'un de compréhensif et sait que si il venait à me quitter je ne pourrais pas retrouver quelqu'un d'autre puisque je ne "couche" pas (c'est peut-être un raccourci pas très sympa pour ses messieurs, mais je me demande sincèrement si quelqu'un d'autre voudrait bien de ce truc que je suis...). Je suis consciente que je ne remplis pas mon "devoir de femme", et que qui que ce soit en parlerais avec mon chéri lui conseillerais surement de me quitter car je suis bonne à rien.
Je suis extrèmement en colère contre moi même, ça me rend tellement honteuse de me dire que une grande partie des gamines de 15 ans sont plus mature sexuellement que moi et sont plus aimées ou désirée que je ne le serais jamais.

J'ai essayé d'en parler avec quelque personne de confiance autour de moi. Mais en majorité, les gens ont été choqués ou m'ont dit que j'étais un "bébé", "une petite fille dans ma tête", que je n'étais pas une vraie femme. Ma propre mère a honte de moi sur ce sujet, ce qui me rend extrèmement triste. Surtout qu'elle ose juger et ne comprends pas mes angoisses, alors que jamais en 23 ans elle n'a acceptée de répondre à mes questions sur la sexualité ou le plaisir et ma généralement fait comprendre que c'était sale....

Je sens que toutes ces émotions empêche ma progression vers la guérison et aimerait pouvoir avoir des conseils sur comment me sentir mieux? Comment mieux accepter mon corps et mon vaginisme ? Auriez vous des ouvrages à me conseiller qui pourrait m'aider ou bien des conseils?

Merci à vous d'avance pour votre aide

PS: si vous plait, répondez avec respect, et tout commentaires me disant que je suis nulle ou que mon compagnon doit être malheureux ne sont vraiment pas nécessaire. Il y a une vrai personne derrière ce sujet, donc soyez bienveillant svp.

Antony
Sexologue à la retraite
Messages : 2407
Inscription : 03 août 2010, 11:56
Localisation : 91700 Ste Geneviève des Bois
Contact :

Re: Vaginisme & féminité: j'ai extrèmement honte de moi et aurais besoin de conseils

Messagepar Antony » 29 juin 2019, 23:37

Bonsoir,
Je vous ferai une réponse très courte ce soir de canicule !
Il n'y a aucun état d'âme à avoir, vous concernant etc......(nulle ou autre .... c'est archi-faux !). Vous avez simplement, la malchance d'avoir un "muscle constricteur de la vulve" (c'est un muscle très spécifique que toutes les femmes n'ont pas !) qui se contracte instinctivement, et très développé chez vous. Pour moi, c'est un "tout bête" problème musculaire. Comme tout problème musculaire, cela se travaille avec de la gym ! Vous avez commencé avec un kit de dilatateur, c'est très bien ! je vous encourage, il ne faut pas lâcher !
En ce qui concerne votre chéri, il a un rôle très spécifique à jouer, celui d'être le coach de votre gym ! (dans la douceur et la tendresse).
La honte, la pudeur, la peur, les échos de vos copines, de votre mère sont à oublier, car toutes ces personnes sont dans l'ignorance de votre problème physique ! de l’hyper-développement de votre muscle constricteur de votre vulve ! Ces personnes ne font que montrer l'épaisseur de la couche de leur ignorance !
Le vaginisme se traite très bien, encore faut-il bien le connaître ? et en connaître les détails physiques pour le traiter en douceur, mais avec détermination.
Au plaisir de vous lire en MP si vous le souhaitez !
Cordialement
Antony (sexologue à la retraite)
Sexologue à la retraite

Amandine_bld
Messages : 1
Inscription : 11 juil. 2019, 19:33

Re: Vaginisme & féminité: j'ai extrèmement honte de moi et aurais besoin de conseils

Messagepar Amandine_bld » 11 juil. 2019, 20:19

Salut Roxy,
Si tu savais comme je te comprends...

Je m'appelle Amandine, j'ai 24 ans et on m'a diagnostiqué un vaginisme en février dernier alors que j'étais en couple depuis 1 an avec quelqu'un.
Contrairement à toi, j'ai la chance d'avoir une famille et des amis qui me comprennent et m'aident dans mon combat contre le vaginisme. Au début, j'avais aussi terriblement honte de ce que j'avais et n'osais en parler à personne. Je ne me sentais pas femme non plus d'autant plus que mon copain était très porté sur le sexe, qu'il s'abstenait de pénétration pour moi et qu'il me mettait la pression du coup j'avais aussi l'impression que je ne remplissait pas mon devoir de femme. Sa frustration en était telle qu'il ne savait parfois pas la gérer et me la renvoyait en fois dix milles avec des paroles violentes dans le genre "J'en ai marre de toi, je veux baiser ! tu comprends ça baiser ?! bah non tu ne peux pas comprendre parce qu'avec toi on ne peut rien faire ! Pfff tu te rends compte que quand je pars dans les bars avec mon meilleur ami, même la meuf la plus dégueulasse j'ai envie de la baiser ! Il y a des jours où je me demande si je ne devrais pas te tromper ou te quitter !". De là, en Avril, j'ai commencé une thérapie avec une sexologue formidable. J'espérais qu'elle puisse m'aider moi mais aussi mon couple car malgré toute la méchanceté de ces mots bah j'étais quand même fort amoureuse de lui. Il n'avait pas toujours été comme ça avec moi, loin de là même, il m'a beaucoup aidé sur la dernière année.

En réalité, mon vaginisme est dû à deux causes. La première c'est que comme toi, je ne pouvais pas discuter "sexualité" avec ma mère. A chaque fois que j'essayais elle me faisait aussi comprendre que c'était sale et je me faisais gronder. Du coup je n'avais pas reçu de première "éducation" sur le sujet de la part de mes parents et j'avais aussi une mauvaise opinion du sexe. Et puis je suis tombée amoureuse d'un premier garçon qui avait déjà eu des expériences et qui n'a pas su accepter le fait que je ne me sentais pas prête à faire ma première fois. Il me forçait à faire des préliminaires et m'a fait des attouchements dans des endroits et moments inappropriés. Je ne prenais jamais de plaisir, je ne savais pas ce qu'était le plaisir charnel ni même l'amour au final. Heureusement pour moi, j'ai réussi à préserver ma virginité. Cela a été un vrai traumatisme et a provoqué à coup sûr mon vaginisme.

Quand je me suis mise avec mon dernier copain, il était au courant de mon passif mais était prêt à attendre un an pour que je me prépare et me sente prête à lui donner. Il était doux et tendre avec moi, cela m'a permis de redécouvrir ce qu'était l'amour et les joies du sexe bien que j'ai une petite libido. Néanmoins les mois s'écoulant il avait de plus en plus de mal à contenir ses frustrations. On a finalement réussi à faire notre première fois au bout de 10 mois de relation mais non sans difficulté car avec la gynécologue on avait remarqué que j'avais dû mal avec la pénétration. On a voulu réessayé de le faire mais à chaque fois c'était la même chose, la douleur, la douleur et toujours de la douleur, jamais de plaisir avec la pénétration. C'est alors qu'on m'a diagnostiqué mon vaginisme et que ça a été la chute de mon couple. La frustration a entraîné crises sur crises, violences verbales au point que j'en suis tombée malade et qu'on a décidé de commun accord de mettre fin à notre relation. Nous n'étions plus heureux ensemble malgré tous les sentiments que nous éprouvons encore l'un pour l'autre. Décision difficile mais nécessaire car au final tout le travail que je faisais avec ma sexologue était détruit derrière par mon copain. Il me gênait dans ma thérapie et je n'aurais pas pu être dans les bonnes conditions pour la suivre convenablement.

Libérée de ce poids, la situation me pesait quand même et j'ai commencé à m'ouvrir aux autres et à en discuter ouvertement avec tout le monde. Et à force je me suis rendue compte que je n'étais pas seule. Beaucoup de femmes ont des problèmes liés au sexe, ce n'est pas forcément un vaginisme mais on est beaucoup plus nombreuse qu'il n'y parait et cette impression est surement dû à la démocratisation du sexe à travers la télé et la pornographie. La société d'aujourd'hui fait qu'on pense que le sexe c'est censé être simple et inné et bah non ça ne l'est pas !
A force d'en parler ouvertement, cela m'a retiré toute la honte que j'avais en moi et ça m'a donné de la confiance et de la motivation pour la suite. OK j'ai un vaginisme mais ça se soigne et un jour je le vaincrai ! Je continue mon combat seule, j'ai perdu mon épaule en chemin mais qu'importe parce que même seule j'y arriverai.

Alors Roxy n'ais pas honte de ce que tu as, n'ais pas honte de qui tu es ! Tu n'es pas seule ! D'autant plus que tu as une chance incroyable d'avoir un homme qui t'aime, qui te soutiens, qui ne te mets pas la pression et qui t'aidera dans cette épreuve. Les gens qui pensent que tu n'es qu'une enfant, je suis totalement d'accord avec Anthony, il faut oublier parce qu'ils ne savent pas et ne sont pas suffisamment mâtures pour comprendre. Qu'importe, le principal c'est que tu as des personnes sur qui tu peux compter et si tu as besoin de quelqu'un qui vit la même chose que toi pour en parler, moi je veux bien faire ce combat avec toi.

Tu demandais des ouvrages pour t'aider, alors je ne sais pas si c'est un livre dans ta problématique mais ma sexologue m'a demandé de lire "Le secret des femmes" de Elisa Brune. Je ne l'ai pas fini, je n'ai commencé que la première partie qui parle un peu de l'anatomie humaine et qui permet de comprendre certains comportements humains et surtout de la femme. Je sais que tout le livre ne parle pas que de ça mais je n'y suis pas encore arrivée. En tout cas sur les 40 premières pages, moi ça m'aide parce que je me sens moins "anormale". Je me sentais anormale vis à vis de ma faible libido, sur le fait que je me sentais perdue avec mon propre corps et bien maintenant je me comprends un peu mieux.

J'espère que mon intervention t'aidera à prendre confiance en toi et si tu cherches quelqu'un pour en discuter, je te répondrai sans problème. Courage, tu es forte !


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum vaginisme »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité