Burn out interne médecine

Forum burn-out
Giulia
Messages : 12
Inscription : 28 déc. 2011, 21:29

Burn out interne médecine

Messagepar Giulia » 28 déc. 2011, 21:50

Bonsoir,

Le titre est un peu exagéré... Mais j'en suis à mon 3e semestre d'internat (9e année d'étude...) et je sature. Mes 2 premiers semestres se sont très bien passé, je n'ai eu que des félicitations (et pourtant je ne me trouvais pas franchement très compétente !) car j'avais des chefs très sympas, je m'entendais bien avec les équipes, pas de surcharge de travail, sauf par périodes mais c'était gérable. Et là, je me retrouve dans un service d'une spécialité différente, où les patients tournent beaucoup, donc bcp de boulot. On est 3 internes - moi qui déteste la comparaison -, dont un en 5e semestre et l'autre en 1er semestre mais qui est très forte. J'ai l'impression qu'ils sont bien appréciés des chefs car ils sont organisés, ont un bon sens clinique et ne sont pas stressés. Ils vont à l'essentiel. Alors que moi je rame pour finir ma visite à l'heure, j'ai tjs un ou 2 courriers de retard, avec la pression je me mets à oublier de prescrire certains trucs... J'ai l'impression de lâcher prise par moments, de ne pas pouvoir me concentrer comme il faut tous les jours. Je suis toujours à douter de moi (ce qui me fait perdre aussi un peu de temps !), à me sentir moins bonne que les autres, et pourtant je lutte pour donner une image de la fille qui gère, qui ne se noie pas dans un verre d'eau, "tout roule"..! je pense que les autres me perçoivent comme quelqu'un de pas stressée, un peu tête en l'air (ce qui est vrai), voire qui prend les choses à la légère.
C'est la première fois que j'ai cette sensation. En plus j'ai un co-interne homme, l'autre est une fille mais très intelligente et qui passe bien avec tt le monde, et mes 3 chefs sont des hommes, donc difficile de s'imposer pour moi qui suis plutôt réservée, même si je ne me trouve plus timide comme quand j'étais ado (j'ai 26 ans). Tout le monde est sympa, mais parfois quelques vannes, même gentilles mais qui ont un fond de vérité, je les rumine pendant un certain temps et l'huitre se referme ! Je crois que c'est normal de ne pas être à la hauteur en 2 mois, mais j'ai pas la sensation d'avoir progressé bcp, et il m'en reste encore 4 à "garder la face" ! Je me dis, je vais forcément refaire des boulette et perdre peu à peu la confiance de l'équipe..
Les conséquences de tout ça c'est que les patients me gonflent parfois, j'ai certaines remarques piquantes envers eux quand ils m'accaparent pour des choses bénignes, alors que quand je suis zen je suis appréciée des patient car très "humaine", à l'écoute. Donc ça ne m'aide pas à avoir une bonne image de mon travail ! Et puis j'ai plus la flemme d'appeler mes amis, organiser des soirées... Ca retentit quand même sur mon humeur au quotidien. Je compte presque les semaines avant la fin !
Voilà, c'est très confus et je n'ai même pas de question à poser ! Mais ça m'aura permis un peu de vider mon sac, peut-être que certains se reconnaitront aussi dans ces qques lignes d'un interne en médecine en burn out !
Merci de m'avoir lue !

Avatar de l’utilisateur
Blandine
Psychologue du travail
Messages : 11
Inscription : 08 déc. 2011, 15:08
Ville : Tournus

Re: Burn out interne médecine

Messagepar Blandine » 04 janv. 2012, 14:50

Bonjour Giulia,

Merci pour ton message. Je te souhaite bon courage pour la suite de ton internat.
Si je comprend bien, il te reste 4 mois, tu as certainement passé le plus dur, l'intégration du départ. En cette période d'hiver, avec les journée plus courtes, on a du mal à positiver, et on se renferme un peu sur soi. C'est normal qu'on est moins envie de voire du monde, et de sortir etc.

Sois courageuse pour la suite, tu sais que dans 4 mois c'est fini, donc tu peux donner le meilleure de toi et essayer de t'améliorer et progresser car tu n'as rien à perdre ! Ne te compares pas aux autres, tu es différente c'est sûr. Chacun à ses forces et ses faiblesses, il faut savoir les identifier et les maîtriser.
Tu as compris aussi que pour te plaire dans le travail et être plus performante, tu dois jouer sur la relation avec les patients, et continuer à être aussi humaine. Si tu te concentres sur ce que tu fais de mieux, le reste viendra tout seul.

Oublies ses pensés négatives, essaie de prendre un peu de recul pendant tes temps libres pour penser à autre chose, sortir, prendre l'air, faire ce que tu aimes.
Concentre toi sur tes forces, et apprends à mettre en valeur tes qualités ! Liste-les sur un bout de papier et quand tu doutes de toi, relies-le.
Et quand tu as une expérience positive au travail, un patient qui te remercie ou te félicite, ou même ton chef, note ça sur un carnet, que tu pourras aussi relire quand ça va moins bien !
Bref, concentre toi sur le positif pour reprendre confiance en toi.

Je peux te conseiller la lecture d'un petit bouquin "Psychologie positive : pour aller bien" de Yves Alexandre Thalmann.

A ta disposition,
A bientôt

Blandine

Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9266
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Burn out interne médecine

Messagepar Jeannette » 04 janv. 2012, 15:32

Tu sais, dans mon métier, il faut bien 1 an pour commencer à être "efficace". Alors 2 mois !
Et puis en tant que cliente des hopitaux, je préfère un interne qui fais les choses un peu plus lentement en me donnant la sensation d'exister en tant qu'humain que quelqu'un d'ultra rapide pour qui je ne suis qu'un amas d'organes...
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran

Giulia
Messages : 12
Inscription : 28 déc. 2011, 21:29

Re: Burn out interne médecine

Messagepar Giulia » 04 janv. 2012, 22:32

Merci pour vos messages ! Avec la fatigue on a moins de recul aussi, la moindre contrariété est amplifiée et on finit par être vite submergé. Mais quelques vacances arrivent, ça va faire du bien ! Je retiens la technique de noter les moments positifs. Oui, il me reste 4 mois, et j'espère que ça va passer vite. Et puis parfois je me dis, sur la somme de décisions que je prends, finalement faire 2 ou 3 erreurs par semaine ce n'est pas énorme, surtout que les conséquences ne sont pas si graves... Mais le problème c'est que sur le coup je peux ruminer pendant une heure en me demandant comment rattraper le coup, si vraiment ce n'est pas grave, j'essaie de demander subtilement ce qu'en pensent les membres de l'équipe... bref, une sacrée perte de temps car pendant ce temps là impossible de me concentrer sur autre chose (sinon, risque d'accumuler d'autres erreurs !). Malgré tout, en médecine on a très peu le droit à l'erreur donc c'est dur à gérer. Puis je supporte mal le fait d'être moins crédible que mes chefs, d'être toujours prise pour une stagiaire ou une étudiante, j'ai hâte de commencer à être vraiment compétente dans un domaine.
Bon, en tout cas je vous souhaite une bonne soirée

Avatar de l’utilisateur
Blandine
Psychologue du travail
Messages : 11
Inscription : 08 déc. 2011, 15:08
Ville : Tournus

Re: Burn out interne médecine

Messagepar Blandine » 05 janv. 2012, 21:43

Tu as raison, il faut relativiser !
Prends cette expérience comme un apprentissage, ce qui ne tue pas rend plus fort. c'est peut-être pas simple tous les jours, mais tu as dit aussi que les deux premiers semestres étaient plus cool et que finalement tu ne te sentais pas si compétente. Alors que cette fois, tu vas apprendre beaucoup apprendre de tes erreurs, et aussi en relation humaine que ce soit avec les patients ou avec les collègues.
C'est que du bon à prendre alors sois forte !
Je te souhaites de bonnes vacances, et bon courage !

Giulia
Messages : 12
Inscription : 28 déc. 2011, 21:29

Re: Burn out interne médecine

Messagepar Giulia » 23 janv. 2012, 23:13

Merci pour ces messages !
Je compte quand même les semaines avant chaque "break" : les vacances au ski en février, puis quelques jours de cours en mars, ect. que j'ai essayé de répartir sur les 6 mois pour souffler un peu ;) En fait ça ne se passe pas si mal, j'ai de bonnes relations avec la plupart des collègues et le boulot en soi, bah je crois qu'il faut accepter de ne pas être parfait surtout quand on est en apprentissage. Mais ce n'est pas mon truc, d'être "harcelé" par les infirmières, les patients, leurs familles, le téléphone, etc. J'étouffe. Je me sens vite submergée, moi qui aime bien vérifier, prendre le temps de réfléchir... là c'est difficile ! Il faut répondre aux demandes de tout le monde, toujours rester aimable sinon on est vu comme hautain... Enfin, je sais que je n'exercerai pas dans ces conditions plus tard, ce n'est que passager !
Allez, plus que 3 semaines avant les prochaines petites vacances :)

Avatar de l’utilisateur
Blandine
Psychologue du travail
Messages : 11
Inscription : 08 déc. 2011, 15:08
Ville : Tournus

Re: Burn out interne médecine

Messagepar Blandine » 24 janv. 2012, 20:53

Tu as raison, il faut relativiser ! C'est que passager, et plus tard tu pourras choisir le domaine où tu veux faire ta carrière.
Le milieu hospitalier n'a vraiment pas l'air simple, surtout en ce moment.
Soit courageuse !
bonnes vacances ;)

Giulia
Messages : 12
Inscription : 28 déc. 2011, 21:29

Re: Burn out interne médecine

Messagepar Giulia » 24 janv. 2012, 21:35

Merci merci !


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum burn-out »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités