Addiction au sexe?

Forum addiction au sexe
Jelena
Messages : 1
Inscription : 10 déc. 2017, 13:42

Addiction au sexe?

Messagepar Jelena » 10 déc. 2017, 14:01

Bonjour, j'ai 32 ans et j'ai toujours pensé que j'avais un problème avec le sexe. Je ne suis pas fière de moi car hier au lieu de faire les choses que j'avais à faire (épicerie, menage, lavage) j'ai passée ma journée à être sur des site de rencontre sexuel et à regarder de la porno et à discuter avec les gens. Je voulais du sexe juste du sexe mon besoin était tellement grand tellement fort. Le matin je m'étais arranger un plan sexe avec un ami et juste avant souper il a à annuler ça et j'étais tellement fâché qu'il me laisse tomber, il sa ait que j'en avait de besoin. Hier j'aurais été prête à rencontrer un inconnu juste pour combler ce besoin si fort ( et malheureusement je l'ai déjà fait à plusieurs reprises et j'étais pas tout le temps fière des choix que j'avais fait). J'ai déjà couché avec des gens qui me plaisaient pas du tout juste parce que j'en avait de besoin et qu'eux étaient la. Hier heureusement j'ai pas trouvé personne et les personnes avec qui je l'aurais fait restaient trop loin ça adonner comme ça et c'est sûrement Mieux de même aussi. J'ai de la misère à m'enlever cette idée la de la tête et je crains de répéter ce qui c'est passer hier juste pour arrêter d'être envahit par cette idée de sexe ce que tu désir presque incontrôlable qui prend beaucoup trop de place et de temps dans ma vie. Par ou dois je commencer je suis perdue? Merci

Jelena

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 13858
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Consultation privée

Re: Addiction au sexe?

Messagepar Dubreuil » 12 déc. 2017, 23:45

Vous souffrez peut-être de Nymphomanie. Ce nom ne s'emploie plus maintenant mais se décline sous celui d'Hypersexualité. ( Chez les hommes autant que chez les femmes. )
Quelques explications :
Les causes de l’hypersexualité demeurent floues. Certains pensent qu’elle résulte d’un déséquilibre de sérotonine, dopamine et norépinephrine dans le cerveau. D’autres penchent pour des troubles hormonaux, causés par une contraception inadaptée ou un problème endocrinien car les crises semblent plus importantes au moment de l’ovulation. Une chose est sûre, il existe un lien entre troubles bipolaires (notamment au moment des phases d’exaltation) et hypersexualité. Enfin, la L-Dopa, prescrite en cas de maladie de Parkinson, ou une prise prolongée de corticoïdes peuvent également faire apparaître des dysfonctionnements hypersexuels.
Avoir une vie sexuelle débridée ne signifie pas être hypersexuelle
La véritable hypersexualité n’a rien à voir avec une libido débordante ou une vie sexuelle intense. Elle se caractérise par des pensées invasives, des fantasmes et des besoins tellement encombrants qu’ils peuvent empêcher de travailler, d’avoir une vie sociale voire même créer une addiction à la pornographie et pousser à mentir et trahir ses partenaires.
C’est une maladie…
Ne jamais pouvoir dire non, être en quête perpétuelle de sexualité, et se faire submerger par des envies brutales, telle est le douloureux lot des hypersexuels. Si certaines femmes souffrant de cette pathologie atteignent l’orgasme en un claquement de doigts et cherchent ainsi à prolonger cet état extatique, le fait de multiplier les rencontres les expose à un plus grand risque d’infections sexuellement transmissibles que la moyenne.
…et une souffrance
D’autres ne jouissent jamais et accumulent les partenaires en recherche désespérée de plaisir.
Plusieurs études ont démontré que l’hypersexualité pouvait résulter d’une agression sexuelle passée. Dans ce cas, la victime tente désespérément de reprendre un pouvoir qu’on lui a dérobé et perd le contrôle dans sa quête impossible.

Çela se soigne
Endocrinologue, psychothérapeute, psychiatre et Sex Addicts Anonymous (groupes de parole et de soutien sur le modèle des alcoolique anonymes), il existe aujourd’hui des solutions pour prendre en charge l’hypersexualité.

On est heureusement bien loin du 19e siècle où les docteurs pensaient qu’un excès de nourriture trop riche ou de chocolat, des pensées impures, la lecture de romans ou la pratique de “pollutions secrètes“ (comprenez masturbation), stimulaient anormalement le système nerveux des femmes, causant ainsi leur nymphomanie. Pour les soigner, on n’avait rien trouvé de mieux qu’une ablation du clitoris et des ovaires, de faire saigner le vagin avec des sangsues ou encore de prodiguer des bains glacés et du repos forcé. Merci le progrès !
Qualifications professionnelles de DUBREUIL : - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse - DE de psychomotricité - EMDR - Groupes de psychodrame de Moréno - Méthode Simonton ( contre contre le cancer et la maladie grave )
Consultation privée ", signifie que vous pouvez faire un don au PSY, du montant que vous souhaitez. Merci.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum addiction au sexe »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité