problème relationnel avec les autres

méliane
Messages : 69
Inscription : 19 août 2010, 23:52

problème relationnel avec les autres

Messagepar méliane » 23 mars 2011, 23:23

J'ai besoin de m'étaler un peu, ça tourne en rond dans ma tête. Je n'y comprends plus grand chose.
Mon psy a réussi à me mettre en colère hier !! Bonne nouvelle ?! Bon sauf que moi la colère je ne gère pas du tout. Je suis en boucle.
Je ne sais pas si 'ai bien fait d'aller la revoir elle, je ne sais plus après qui j'en ai. J'ai le sentiment d'avoir un "passif" avec elle. Si ca avait été un "nouveau" et que j'avais ressenti la même colère, alors j'aurai pu me dire que c'était une répétition, mais là ? J'ai le sentiment que je vais retourner en rond sur ma période d'adolescence, et sur le fait que je me suis sentie trahie par elle. Alors ? Et pourquoi je ne pourrais pas être vraiment AUSSI en colère contre cette période. Bien sûre que c'est une réédition de mes précédents "abandons" mais avant je savais que je n'avais rien à attendre de ma mère mais elle j'ai eu l'espoir qu'elle m'aide. Ca se reproduit tout le temps ca, alors du coup je me dis que c'est moi qui merde mais où ? Et en même temps si j'avais vraiment le sentiment d'avoir été trahie par elle, je suis trop maso d'aller la revoir !! non ? Je me sens trahie mais je lui cherche des excuses...J'ai besoin d'un soutien psychologique?
Je ne sais pas gérer mes rapports aux autres, j'ai un problème relationnel avec les autres.
Je sens bien que j'interprète ses propos dans mon sens. Il y a des fois ou je ressens comme une interdiction de parler, que ce n'est pas ca dont il faudrait que je parle, je sais bien qu'il ne "faut" rien. Mais pas possible de ne pas ressentir cette interdiction de parler comme je pense, d'avoir l'impression qu'on me dit toujours que je me trompe. Pfffffff

méliane
Messages : 69
Inscription : 19 août 2010, 23:52

Re: problème relationnel avec les autres

Messagepar méliane » 24 mars 2011, 00:05

Ce qui m'enerve le plus je crois, c'est que c'est facile de dire "vous menagez encore votre mère" " quand vous ne vous sentirez plus responsable de votre mere..." "votre mère est malade"
Bah oui mais ma mère je l'emm... je ne suis pas sure de m'en sentir encore responsable mais ca me fait mal. C'est facile de dire ca quand on a "moins" manqué de mère que d'autre. Je crois que je suis jalouse de ceux qui ont une maman des fois. Je ne me remets pas d'avoir cru en elle enfant, d'avoir cru en la voyant que quand je serai grande je n'aurai plus peur, alors qu'on était en train de tisser toutes les 2 ce qui allait faire ma souffrance, je dis ON par ce que j'ai ma part de responsabilité la dedans, mais j'ai envie de dire ELLE, parce qu'un enfant c'est dependant, ca a trop peur de perdre ses parents, ca doit faire en sorte qu'on l'aime pour ne pas qu'on le laisse. Moi j'ai failli en crever de tout ca. J'ai souffert 1000 morts, alors merde, j'ai bien droit de vivre aujourd'hui !!! Pourquoi je m'en sents toujours pas vraiment libre !!
Ma mère aujourd'hui dans mon present et on futur je m'en tape. C'est dans mon passé qu'elle m'a manqué et je ne l'accepte pas. Je trouve cela injuste. C'est desarmant de ne pas avoir de maman. Mais le truc c'est que certains y arrivent quand même alors pourquoi pas moi, " Néanmoins vous avez réussi, je pense, à construire votre vie" Alors un peu quand même, mais pourquoi j'ai ce sentiment d'echec ?? Quand à mon père ?? Bah lui il a choisi la solution radicale très tôt, donc il n'y en a pas un pour rattraper l'autre
Je n'admet pas que me mère soit "malade" !! C'est presque comme si ca l'excusait de tout...
Pourquoi on fait des enfants si c'est pour les laisser se demerder face à la vie sans soutien, les fragiliser, les insécuriser à outrance, les culpabiliser, leur faire croire que c'est de leur faute si maman est malheureuse et qu'elle va plus les deranger tres lontemps !! Et pourquoi autour y a personne qui voit ca ?? Parce que les enfants ont si honte d'être de si mauvais enfants qu'ils le cachent ?

Avatar de l’utilisateur
nicole dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 2861
Inscription : 07 sept. 2010, 11:20
Ville : La Clayette

Re: problème relationnel avec les autres

Messagepar nicole dubreuil » 24 mars 2011, 10:06

On ne choisit pas ses parents.
On ne choisit pas ses enfants.
Il y a une marge immense entre le désir d'enfant et l'enfant que l'on met au monde.
Nul n'est préparé à partager. Nul n'est prêt devant " la différence ". Nul ne peut savoir " avant " ce qu'il adviendra " après " de son désir, de ses fantasmes, de ses émotions qu'elle soient positives ou de rejet.
" Faire un enfant ", c'est FAIRE. Et c'est tout.
Faire un enfant pour certaines femmes, c'est ne plus jamais s'en remettre, parce qu'il vivait dans le désir et le fantasme, mais n'était pas " à faire " dans le conscient. Il faut être prêt(e) pour avoir un enfant.
Difficile d'avoir ce recul terrible de se dire que nous n'avons pas demandé à venir au monde de tel ou tel individu. Que l'on a été " tiré " du ?.. on ne sait pas d'où l'on vient. Mais on sait que l'on est porteur de caractéristiques génétiques qui ont racine bien au delà du père et de la mère. Nous sommes issus de la mémoire du monde, des mondes, de l'univers. Nous avons toutes les peines et les joies de l'humanité en nous. Nous sommes infini et universel, chacun (e ).
Nous sommes le lien entre le passé et le devenir.
Bien autre chose que fils ou fille de. Voulu ou renié.
Bien autre chose qu'enfant désiré ou banni.
Nous sommes cela, certes , mais nous sommes tellement plus attendus et complets ailleurs.
Qu'est-ce qu'un désir d'enfant ? Certainement pas une pensée " altruiste " ( on ne met pas un enfant au monde pour qu'il souffre et meurt ) mais un " élan " sexuel. La réponse à l'espèce.
Et viennent s'y greffer " le leurre " du futur parent qui " rêve " son enfant futur. Réel, symbolique, imaginaire.
Dans certains pays on met un enfant au monde et il appartient à la communauté.
On n'appartient qu'à soi.
On ne peut qu'être SEUL en soi, même accompagné, même aimé. Cela semble en effet bien plus confortable d'avoir une maman attentive et présente. Mais si le fait d'en avoir une change la destinée de certains, ce n'est pas toujours dans leur " bon sens ", et d'autres vivent sans et leur vie n'en est pas moins belle, bonne et " réussie ".
Même foetus, nous sommes déjà " indépendants. Et pourtant tributaires " des émotions et sentiments de notre génitrice.
Et cela pourrait être jugé comme injuste et affolant.
Que dire quand on vient au monde, petite fille " inconnue " pour la mère, et face à une autre inconnue. L'une est toute puissante, l'autre est totalement dépendante.
L'amour inné pour l'enfant est une fadaise. Et si l'enfant pouvait tout petit fuir à toutes jambes des bras de certains parents il le ferait sans état d'ême.
L'enfant est un faire-valoir, un objet de jouissance, un objet de troc, un chantage, une victime désignée pour se venger.. etc.. En chacun de nous il y a le pire et le meilleur. A échelle réduite, les parents peuvent passer par toutes ces étapes.. l'enfant est un formidable moyen exutoire.
Parler de l'amour inné de la mère est bon moyen de rassurer tout le monde. Le meilleur argument des diffamations contre les pères ( par ex. ) Et de perversion des liens par les services sociaux, magistrats, etc.. en culpabilisant à vie, à la fois parents et enfants.
Et c'est du lien qui va se tisser entre ces deux êtres que va " se mettre au monde " le bébé qui va grandir, évoluer, penser.
La maman met " physiquement " au monde son enfant. Il est considéré comme " son bien ", " sa chose ". Le bébé vit en symbiose ( par la force de la vie et des choses ) avec elle. Et il n'a aucune chance de s'en sortir, de s'éveiller " au monde " c'est à dire à un autre monde que celui où le maintient cette femme.
Pourtant on dit ; mettre AU monde, pas mettre A SOI.
Et puis, enfin, il va enfin et " POUR DE VRAI " venir AU monde pour la seconde fois, quand le père ou une tierce personne viendra faire " coupure " dans ce lien mortifère. L'enfant va grandir, acquérir la parole et dire Non. Et ce non, parallélement à la venue d'un tiers le libère du joug maternel. Il est enfin au monde.
Nous n'avons pas tous la même vie, nous n'avons pas tous la même chance, nous n'avons pas tous les mêmes envies, besoins, désir. Nous sommes fortement conditionnés par notre langue, notre pays, nos lois, nos croyances, etc..
Tout à revoir, refaire, repenser, redire.. parce que nous sommes libres en nous-mêmes, seuls, et uniques. Il n'y pas LA VERITE, mais notre vérité, acquise au fur et à mesure de nos expériences, et il y a également " notre vérité " dans nos croyances à la mère. Au père.
Cependant, nous sommes séparé d'eux. Ensemble parfois, mais séparés. Donc vivant.
Toute la question est là.
Et tout le travail de l'enfant qui grandit est de " tuer symboliquement " père et mère pour s'assumer et être indépendant.
S'il n'a pas assez " reçu " dans l'enfance, c'est une chose. Mais s'il en a fait son combat, sa colère, ses revendications, sa violence ou ses rancoeurs, c'est autre choses.
On ne peut pas revenir en arrière. Ni pour nous, ni pour l'autre.
On ne peut qu'essayer d'avancer avec ce que l'on a reçu. En prenant le temps de le " reconnaitre, de l'accepter ", c'est ce que l'on fait en thérapie.
Et ce bagage qui nous a été donné s'ajoute à ce que nous " en sommes " devenu. Pour en tirer le meilleur parti et laisser derrière nous ce qui ne nous appartient pas. A savoir les erreurs, les manques, les tortures mentales et/ou physiques, imposés par nos géniteurs. On garde le meilleur. On sait que l'on est " ailleurs ".
On sait que ce qui nous a manqué ne nous sera jamais rendu. Mais que ce que l'on se donne à soi-même de réflexion, de respect, de tolérance, d'attention, d'amour, nous est pour toujours acquis.

Voici quelques considérations toutes subjectives.
Qu'en pense-vous ?

méliane
Messages : 69
Inscription : 19 août 2010, 23:52

Re: problème relationnel avec les autres

Messagepar méliane » 25 mars 2011, 00:20

Je ne sais pas pourquoi mais je réfléchie depuis que j'ai lu votre message et cela me ramène à penser à des images que j'ai vues enfant, des images terribles d'une petite fille colombienne prise au piège dans de l'eau, qui dans ma vision d'enfant était en train de mourir sous les yeux d'adultes qui ne faisaient rien. Je ne comprenais pas qu'ils ne fassent rien parce que je ne comprenai pas le contexte de ces images, de la catastrophe naturelle, de l'isolement géographique, du manque de moyens et surtout du nombre de personnes qui comme elle, allaient mourir. Sauf que elle, elle était filmée. Elle a été filmée dans son agonie et le monde entier à pu la voir ELLE en train de mourir.
Le monde entier n'a pas pu fuir pendant quelques minutes le fait de son impuissance la plus totale, son injustice, la solitude extreme d'une petite fille prise au piège, l'absurdité du monde, la peur, la souffrance, l'abandon.
J'ai longtemps été effrayée par ces images. Longtemps très en colère de l'indécence de cet homme qui l'a filmé, de l'indécence de ces gens qui ont diffusés ces images, de l'indécence de tout ces gens qui ont vu SON visage sans compassion, de l'absence de ces parents. Très longtemps j'ai été effrayée.

ET il y a quelques temps, je me suis mise à la place de cet homme pour la première fois de ma vie. J'ai repensé ces images autrement.
Que pouvait-il faire d'autre, cet homme ?
Les secours étaient débordés, cette petite fille était isolée. Le contexte géographique ne permettait pas la mise en place de secours adéquat à sa situation. Et surtout, il y en avait tant d'autres à sauver...
Cet homme que je croyais sans coeur a visiblement tout essayé. Et quand il a vu qu'il ne pourrai pas, il aurait pu fuir... Qui lui en aurait voulu ? Tant de gens peut-être même moi, seraient passés à côté d'elle en refusant de toutes leurs forces de la voir cette petite fille. Comment faire face à ça ?
C'est justement là la question :
Et là, j'ai réfléchi. Cet homme, en tant qu'Humain, que pouvait-il faire d'autre que de faire son métier pour SURVIVRE à cette impuissance la plus totale ? Que pouvait-il faire d'autre que de filmer pour donner un SENS à cette injustice la plus immonde, quand on la vit comme ca, face à une petite fille qui aurait pu être sauvée si elle avait été juste ailleurs ? Que pouvait-il faire d'autre que de filmer pour ne pas être le seul témoin de cette atrocité ? Et pourquoi le Monde ne pourrait-il pas être témoin de ce qu'il y a de plus absurde, injuste en lui ? Pour epargner nos âmes délicates ?

Et la j'ai réalisé que NON, les adultes, l'homme n'est pas tout-puissant, et que NON le monde n'est pas juste, et que NON nous ne sommes pas tous égaux face à la vie, et NON nous ne choisissons pas là où nous naissons. Que le monde est souvent absurde et horrible et cela m'a fait très mal d'autant plus que je venais de mettre AU monde une petite fille dans ce monde là MAIS j'ai aussi réalisé et c'est ce qui est le plus beau, c'est qu'il y a des gens qui savent voir la mort en face et tendre une main.

Parce que je me suis souvent sentie cette petite fille en train d'agoniser. Coincée entre la souffrance et la mort. Et que ce n'est pas quand on est petite et dans son trou qu'on peut voir les mains qui se sont tendues mais APRES. C'était donc qu'il y avait un après...
Voilà, biensûre j'aurais aimée naître ailleurs, que la vie ne me pressipite pas dans ce trou, ne pas vivre tout ca, mais alors je n'aurai pas été MOI.
MOI j'ai eu de la chance, MOI je ne suis pas morte, des mains se sont tendues, alors oui biensûres, pas celles que j'aurais aimée voir se tendre, pas de la manière dont j'aurais aimée qu'elles se tendent. Parfois c'était même dérisoire par rapport à la souffrance endurée, ca fout dans une rage sans nom des mains qui se tendent si mal quand on croit être en train de crever MAIS elles se sont tendues ces mains, ET je ne les ai pas lachées, ça a mis longtemps MAIS je suis sortie de mon trou ET JE NE SUIS PAS MORTE puisqu'il y a un après.

Voilà pour moi cette petite colombienne et ce caméraman c'est MON symbole de ce qu'il y a de pire et de meilleur dans le monde et dans chacun de nous. C'est mon symbole pour décrire ma souffrance et ma chance, mon malheur et mon bonheur, mon avant et mon après. (avec tout ce qu'il y a de subjectif dans ma réflexion) Et c'est la naissance de ma fille qui me l'a permis.

Là où j'en suis maintenant, c'est que moi je ne suis pas caméraman, et que l'on oublie jamais je pense qu'un jour on a été dans un trou. Et que je ne sais pas encore vraiment comment je peux MOI prendre part dans ce monde et ce que MOI je veux... transmettre, accomplire ? Mais je crois que j'y travaille.

méliane
Messages : 69
Inscription : 19 août 2010, 23:52

Re: problème relationnel avec les autres

Messagepar méliane » 25 mars 2011, 01:06

Je suis désolée de ne pas répondre directement à ce que vous avez écrit et qui me touche à tellement "d'endroits" que je n'arrive pas rebondir directement dessus.
Mais cela m'a remit de la vie ce que vous avez dit. Comme dirait la chanson je me sens un peu "je ne suis fille de personne, je ne suis d'aucun pays, je me reclamme des Hommes aimant la Terre comme un fruit" en ce moment. Un peu cucul peut être, mais peu importe.
Voilà, j'ai compris que quand je suis dans cette colère je suis dans le souvenir de ces mains parfois mal tendues ou pas les bonnes mais aujourd'hui ca n'a plus d'importance puisque je suis vivante. Merci de m'avoir fait comprendre que je m'inscrits dans la lignée des Hommes qui m'ont précédés au dela de mes parents. Ca c'est d'une importance capitale pour moi en ce moment, mais je n'avais jamais vu ca sous cet angle. Ca "légitimise" ma place au dela de ce que mes parents ont pu me renvoyer. Et quelque part ca légitimise leur place en tant que "transmetteur de vie" au dela de leurs defaillances.
Merci de tout coeur.

Avatar de l’utilisateur
nicole dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 2861
Inscription : 07 sept. 2010, 11:20
Ville : La Clayette

Re: problème relationnel avec les autres

Messagepar nicole dubreuil » 26 mars 2011, 18:55

Méliane, je suis profondément heureuse d'avoir pu vous aider un peu.
Mais c'est vous qui savez prendre la main que l'on vous tend.
Merci d'être là, d'être humaine, et de votre si beau témoignage.
Bien à vous.
Nicole.

Eloïse
Messages : 11
Inscription : 04 mars 2011, 11:28

Re: problème relationnel avec les autres

Messagepar Eloïse » 28 mars 2011, 14:51

Oui merci beaucoup ...

Avatar de l’utilisateur
Orchidee
Messages : 1420
Inscription : 29 nov. 2010, 20:33
Localisation : TERRE

Re: problème relationnel avec les autres

Messagepar Orchidee » 04 juil. 2011, 02:02

Merci à vous deux. Merci bien.
Partir...


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum problème relationnel »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité