Rester ensemble ou se séparer ?

Forum famille recomposée
fanille
Messages : 3
Inscription : 20 sept. 2020, 18:03

Rester ensemble ou se séparer ?

Message par fanille »

Bonsoir, je ne peux pas consulter de psychologue en ce moment, et je n'ai pas franchement d'amis ou de famille à qui me confier. Je n'arrive pas à savoir quelle décision prendre... Je vis avec le père de mon deuxième enfant (qui a 3 ans) et mes deux enfants (celui-ci et son grand-frère, bientôt 10 ans). Nous avons le projet de déménager dans un département voisin dès que possible, et je ne sais pas s'il est préférable que nous déménagions ensemble ou séparément.
En effet, notre couple va vraiment mal et depuis fort longtemps. Je suis aigrie, j'éprouve du ressentiment à son égard, je ne suis vraiment pas heureuse et plutôt fort stressée au quotidien, pas du tout épanouïe. Pour les enfants, et surtout mon aîné (fragilisé par ses premières années traumatisantes et en insécurité affective), ce n'est pas bon. Je me dis que vivre seule me libèrerait, me soulagerait et me rendrait probablement en partie le sourire. En partie seulement bien sûr... Puisque ça signifierait que je ne vivrais qu'un jour sur deux avec mon cadet... Par ailleurs, je suppose que ce serait dommageable pour celui-ci de vivre (lui aussi) la séparation de ses parents. Pourtant, j'imagine qu'il serait possible que je le voie tous les jours, que j'aille le chercher à la sortie de l'école, et qu'il se fasse à une alternance d'un jour chez l'un, un jour chez l'autre : à condition que nos rapports de parents soient paisibles...
Je redoute aussi, en parallèle, de me retrouver à nouveau seule avec mon aîné : même si ce n'est qu'un jour sur 2... En fait, je pense que ce serait principalement positif : je pourrais à nouveau lui consacrer plus d'attention, plus de temps, partager plus de joie avec lui (pour l'instant, je me sens parfois freinée, génée par la présence de mon "compagnon"). Mais d'un autre côté, une vie avec un beau-père, une mère et un frère, c'est pas mal aussi je pense. A condition que l'ambiance soit suffisamment bonne... ça permet plus facilement d'avoir chacun une place saine dans les relations familiales...
En fait, il y a des périodes où l'ambiance est plutôt bonne puis des moments où mon ressentiment refait surface et où j'ai du mal à supporter la présence de mon "compagnon".
Nous dormons séparément depuis très longtemps ; dans les deux ans environ il me semble. Durant le confinement, notre relation avait repris... Mais une nouvelle dispute nous a à nouveau séparés. Nous ne sommes tout simplement plus en couple : nous sommes colocataires et co-parents.
Trois choses nous divisent, principalement : nos "mentalités familiales", un problème de confiance et sa mère.
Lui est fils unique et a vécu chez eux jusqu'à ses 39 ans, moment où nous avons emménagé ensemble. Il a l'esprit fils unique, qu'il applique à son fils unique. Or... Son fils unique a un demi-frère, ils vivent ensemble et le grand frère est particulièrement fragile comme je l'ai dit plus haut... ça me fend le coeur de voir que cet adulte-là non plus n'est pas un tuteur relais pour lui, ou très peu... J'ai espéré qu'il le serait, qu'il se comporterait de manière aimante, chaleureuse, qu'il aurait la fibre paternelle. C'est ce qu'il montrait avant qu'on emménage ensemble, d'ailleurs...
Sa mère également considère qu'elle n'a qu'un petit-fils unique ; elle sur-gâte ce dernier... Et offre quelques paires de chaussettes de temps en temps à mon aîné, histoire qu'on ne puisse pas lui reprocher de négliger un enfant... ça aussi, ça me fend le coeur.
Un soir, j'étais très tendue, très énervée par le passage de ma belle-mère chargée de cadeaux uniquement pour un des deux enfants de la maison. Je me suis énervée devant les enfants, en disant qu'elle pourrait apporter un pantalon à chacun au lieu d'en apporter 3 au cadet... Et mon "compagnon" a réagi en m'interdisant l'accès à son lit !!!!! Il m'a aussi demandé de ne pas l'approcher tout court... Il m'a dit qu'il trouvait légitime que sa mère ne gâte que le petit, puisque réellement c'est son seul petit fils. Il m'a aussi dit qu'il ferait tout pour son fils (il s'en occupe beaucoup, et très bien...) et avec plaisir, même sortir par tous les temps se promener par exemple si ça peut faire plaisir au petit : mais qu'avec le grand, il le vivait vraiment comme une corvée, n'était pas du tout motivé et que c'était tout simplement pour ça qu'il ne le faisait pas. ça a le mérite d'être honnête, mais je me retrouve toujours avec mon premier enfant qui n'a vraiment pas de chance dans l'existence et que personne n'a envie de dorloter, de choyer.

En ce qui concerne le manque de confiance, j'ai découvert que mon "compagnon" me cachait un aspect de sa personnalité. En effet, je pense qu'il est bisexuel. Je suppose qu'il l'a toujours caché à tout le monde (ou peut être presque tout le monde ?) y compris à lui-même ! Je suppose qu'il a décidé d'avoir une identité hétéro et qu'il s'y tient, même si ça lui demande beaucoup d'efforts et de sacrifices. Je suppose qu'il désirait fortement être père, et par ailleurs fonder une famille pour rassurer ses parents. Du coup... Je pense que ses déclarations de grand amour de nos débuts étaient des illusions. Dommage... Car je pourrais lui faire confiance niveau fidélité, mais j'ai besoin qu'il admette que j'ai effectivement découvert cette réalité pour pouvoir lui faire confiance à nouveau, pour que notre relation puisse éventuellement reprendre...
Voilà pour un premier message... Merci d'avance beaucoup aux lecteurs, tout simplement d'exister : ça m'a déjà fait du bien d'écrire tout ça ! Bonne fin de soirée et bonne nuit à toutes et tous...
Minijeune
Messages : 1599
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Rester ensemble ou se séparer ?

Message par Minijeune »

je sais que ça peut être vraiment poussé...
Mais quand j'ai vu votre nom... je me suis dit que vous aviez remplacé le M de famille pour un N...

Et après... ça l'a fait le lien...
Vous avez remplacé Aime... par Haine.
Dans votre famille... :?:
fanille
Messages : 3
Inscription : 20 sept. 2020, 18:03

Re: Rester ensemble ou se séparer ?

Message par fanille »

Bonjour,
C'est intéressant... Mais cela ne m'aide pas trop à positiver ! Peut-être qu'inconsciemment, des règlements de compte étrangers à notre petite famille actuelle, venant de notre enfance par exemple, se livrent effectivement "ici et maintenant"... Ce qui devrait plutôt être traité auprès d'un professionnel. Mais consciemment, j'essaie pour ma part de cultiver l'harmonie, la paix : et l'amour dans mes relations avec mes enfants ou entre eux... Quant à mon "partenaire", je suppose qu'il reproduit simplement le mode de fonctionnement de sa famille d'origine -tout comme je le fais certainement aussi- en traitant son fils avec énormément d'amour, d'attention et de patience ; il n'amène pas de haine, sauf en réaction à mes colères. A la haine que j'amène... Et bien, finalement, votre réponse m'aide : merci !

C'est vrai : certains comportements m'inspirent de la haine. D'ailleurs, mon "compagnon" m'a déjà reproché de ressentir plein de haine pour plein de monde, et de m'imaginer qu'il en va de même à mon égard...
Je devrais peut-être tout simplement accepter les choses, la situation comme elles sont... Tant que mes enfants semblent aller "suffisamment bien". Mon compagnon n'a pas pour mission d'aimer son beau-fils, de s'en occuper comme de son prorpe fils. Cela participe à refroidir mes sentiments à son égard, alors que leur température est déjà bien basse... Je ne parviens pas à aimer l'égoïsme, l'individualisme, la radinerie, la sécheresse ou l'étroitesse de coeur. Mais peut-être dois-je m'efforcer de changer mon regard, mon point de vue... Ou tout simplement d'accepter cet aspect de la réalité ?
Les comportements qui m'inspirent de la haine me blessent par leur manque de respect ou de bienveillance, à mon égard ou à l'égard d'un enfant par exemple. (Ils peuvent aussi me révolter s'ils visent un adulte...)
Tout cela réveille mes blessures d'enfant, et me ramène au comportement de ma mère qui encore aujourd'hui m'affecte régulièrement...

Merci encore... Et bonne journée !
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15990
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Rester ensemble ou se séparer ?

Message par Dubreuil »

Je crois que vous avez votre réponse...
" Je me dis que vivre seule me libèrerait, me soulagerait et me rendrait probablement en partie le sourire. "
Et le comportement de votre mari envers votre premier enfant est inadmissible.
Comment vivre avec un homme aussi cruel et borné ?

j'ai besoin qu'il admette que j'ai effectivement découvert cette réalité pour pouvoir lui faire confiance à nouveau, pour que notre relation puisse éventuellement reprendre...
*** C'est sa sexualité, soit vous acceptez, soit vous refusez, mais vous ne pouvez rien prétendre. Et la confiance n'a bien sûr rien à voir dans les pulsions sexuelles.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15990
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Rester ensemble ou se séparer ?

Message par Dubreuil »

Je crois que vous avez votre réponse...
" Je me dis que vivre seule me libèrerait, me soulagerait et me rendrait probablement en partie le sourire. "
Et le comportement de votre mari envers votre premier enfant est inadmissible.
Comment vivre avec un homme aussi cruel et borné ?

j'ai besoin qu'il admette que j'ai effectivement découvert cette réalité pour pouvoir lui faire confiance à nouveau, pour que notre relation puisse éventuellement reprendre...
*** C'est sa sexualité, soit vous acceptez, soit vous refusez, mais vous ne pouvez rien prétendre. Et la confiance n'a bien sûr rien à voir dans les pulsions sexuelles.

Nous ne rencontrons pas nos " amours " par hasard, et ils sont là pour nous faire évoluer.
Tout dépend jusqu'où on est prêt à aller pour se rendre compte qu'une relation nous détruit. Tout repose sur le leurre de penser qu'elle ne doit pas se terminer parce qu'on s'y est trop investi.
Mais l'amour n'est pas fait de larmes et de " sacrifices " de concessions masochistes ou d'irrespect envers soi-même, si c'est le cas c'est que vous vous êtes peut-être trompée de nom.
L'amour c'est une égalité, un partage, des élans, la confiance, la complicité, c'est se sentir libre et heureux... et si dans votre relation actuelle vous ne trouvez pas un écho à l'un de ces 7 mots, dites-vous que vous perdez du temps et de l'amour pour quelqu'un d'autre qui vous attend ailleurs.
Nulle personne au monde ne mérite que l'on gâche sa vie pour elle.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
fanille
Messages : 3
Inscription : 20 sept. 2020, 18:03

Re: Rester ensemble ou se séparer ?

Message par fanille »

Merci Dubreuil, pour votre réponse.

Je dois dire que j'ai d'abord été un peu surprise par votre réponse... Je ne m'attendais pas à ce que vous émettiez des "jugements", ni des conseils... Et puis, au fil des heures j'ai réalisé l'aide que vous m'aviez apportée. Il est vrai que je ne peux pas et ne veux plus accepter l'inacceptable... Ni supporter ce qui m'est insupportable.
Malheureusement, la situation est complexe et me pousse à bien réfléchir avant d'agir. Ce qui me retient, c'est le fait de savoir qu'une séparation serait nuisible à mon fils cadet qui a 3 ans, et a toujours vécu mal de ne pas passer une nuit sous le même toît que moi, jusqu'ici.

Par ailleurs, d'un côté je sais que je me sentirais plus libre d'exprimer ma joie et de vivre ma relation avec mon fils aîné comme bon me semble en vivant séparée de mon "compagnon" actuel : mais d'un autre côté, je me dis que vivre seule avec lui (et son petit frère un jour sur 2...) nous ramènerait à la situation ancienne, où je souhaitais qu'il soit symboliquement à sa place d'enfant. Il n'avait pas symboliquement une place d'adulte, mais nous étions "fusionnels" ; Je ne me débrouillais pas très bien pour gérer mon stress, mon état dépressif, mes émotions que je rejetais parfois sur lui... (ce qui m'arrive encore actuellement...) J'avais aussi parfois du mal à juger la "bonne distance" verbale, quand il s'agissait de lui expliquer un événement, une décision, un état négatif... Bon, en écrivant, je me rends compte qu'actuellement, ça peut encore m'arriver ou qu'en tout cas ces capacités ne sont probablement pas en lien avec la vie en concubinage ou célibataire...
Mais disons que j'ai peur de moi-même, quant à ma capacité d'être heureuse et de m'occuper correctement de lui en vivant seule. Ses premières années d'existence, seul avec moi (et un peu son père, qu'il continue de voir régulièrement...) ont été traumatisantes pour lui. Il en garde encore des séquelles... Hypersensibilité à l'agressivité et à la malveillance ou au rejet, sautes d'humeur, difficultés à gérer ses émotions, estime personnelle pas encore très forte de manière constante... Mais également des problèmes physiques -je pense-.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum famille recomposée »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités