Cannabis et schizophrénie

Forum cannabis
aiuto

Cannabis et schizophrénie

Messagepar aiuto » 26 juin 2011, 00:56

Depuis 2 à 3 ans, la maman de V se bat seule pour sa fille ; V a 18 a dans quelques mois.
A 15 ans, V est tombée dans le cannabis à son lycée, et a reçu un diagnostic psychiatrique de cannabis et schizophrénie à l'occasion d'un délire / hallucinations.
V a fait le circuit complet de la psychiatrie de son secteur : hospi brèves, retour maison, la maman travaille, V est renvoyée de ses lycées, les grands parents recueillent V en journée, ils sont dépassés.
V sert aussi d'enjeux dans les relations entre la mère et les grands-parents ; le père, totalement désolidarisé, est loin et absent de la scène familiale.
Les tentatives de normalisation sociale de la maman échouent toutes : cours de code, petits boulots, art, présentation de dossier pour étude artistiques ... tout "tombe à l'eau".
V, à chaque fois, au départ volontaire et équilibrée par son traitement psy, fait tout capoter en refumant du cannabis et en retombant dans un comportement délirant et violemment opposant qui la renvoie aux urgences et en psy pour quelques jours.
Une AEMO avait été "mise en place" par le JdE suite à signalement de maltraitance de la mère (insultes, coups, colères, la vie chez eux c'est pas cool, la mère désespérée et excédée et seule avec sa fille se laisse aller à des débordements parfois choquants)
V est déscolarisée et oisive, la maman ne parvient à rien mettre en place.
Le médecin responsable des appartements thérapeutiques l'a refusée : trop jeune.
L'AEMO se limite à des entretiens épisodiques (genre 2 fois par mois et encore) avec l'éduc impuissant : c'est la même chose que rien du tout : en quoi est-ce une aide éducative ?
La maman, impuissante et à bout, demande un placement à l'éduc de l'AEMO : le placement est officiellement accordé par le conseil général mais jamais appliqué : car il faut l'accord de l'ado (!), et au dernier moment elle refuse ; le lieu de vie et d'accueil (LVA) dans le 12 ne peut donc pas l'accueillir : comment peut-on demander et obtenir un placement, mais que l'ado ne soit jamais placé ? mystère !
L'ado est donc actuellement en psy, entourée d'adultes en pyjama braguette baillante qui fument ou réclament du feu, à l'occasion le cannabis circule en psy, comment aller mieux ?
La maman sait qu'elle va récupérer sa fille dans quelques jours et en désespère déjà.
L'ado a déjà été violée / prostituée pour de la coke ; la dénonciation a été faite au Procureur par LRAR ; tout est au point mort de ce côté ; le JdE n'en fait jamais mention : est-ce normal ? ils ne se parlent pas entre eux ? il y a 2 procureurs différents et les dossiers ne sont pas croisés ?

Questions :
Comment imposer à l'ado un placement ? est ce possible ?
Que n'a t-on pas encore fait pour y parvenir ?
A t-on sollicité les bonnes personnes ?
Faut-il écrire au président du tribunal ?
A l'inspecteur / au grand chef de l'ASE ?
Au Préfet ?
Saisir le JdE de cette demande de placement (4 mois avant la majorité !) ?
Que faire pour elle ?
Pourquoi les psys ne peuvent-ils pas aider ?
Pourquoi aucun pro ne conseille t-il la maman sur une demande ou une mesure efficace ?

J'interviens au titre d'aide bénévole et amicale, j'essaie de rester proche et de (d'aider à) trouver des solutions : il n'y en a vraiment pas ?
Comment saisir le JdE de l'impossibilité de la maman de s'occuper de sa fille, puisqu'elle travaille et que l'ado reste inoccupée chez elle ou chez les grands parents trop âgés ?
Alors que l'ado est censée donc passer ses journées chez ses grands-parents âgés, elle les met en danger par ses violences et exigences (le grand père revenu de l'hôpital s'enferme dans sa propre chambre !) ; elle fugue le soir pour aller en boîte et conduit son scooter défoncée, saccage à coups de pieds des portes et des autos du voisinage : comment aider une ado incontrôlable ?
Est-on vraiment obligé d'attendre passivement l'accident de scooter ? la prison ? le suicide ? la grave contamination sexuellement transmissible ? le craquage de la maman ? la fracture de la grand-mère ? l'accident cardiaque du grand-père ?

Que faire ?
Merci d'avance pour vos lumières !

Avatar de l’utilisateur
Orchidee
Messages : 1421
Inscription : 29 nov. 2010, 20:33
Localisation : TERRE

Re: Cannabis et schizophrénie

Messagepar Orchidee » 27 juin 2011, 03:04

Je ne sais pas quoi dire, aucune expérience dans le domaine, je te répond juste pour te dire ne perd pas espoir, tu auras des réponses et un soutien approprié.
Mais à mon avis écrire au président du tribunal est une bonne idée, mais la maman/le tuteur devrait signer la lettre.
Partir...

aiuto

Re: Cannabis et schizophrénie

Messagepar aiuto » 27 juin 2011, 17:29

Merci de ta réponse.
Quand je parlais d'écrire, c'était pour la maman !
A la rigueur, je peux l'aider à rédiger, et ne pas s'enliser dans le revendicatif.

Ça semble tellement incroyable, qu'une ado soit à ce point en perdition, et qu'il n'existe rien pour la tirer de là, que personne ne parvienne à rien mettre en place. Ni ne tente de le faire, d'ailleurs.
Le psy soigne la crise et renouvelle les ordonnances.
Chaque psy a formulé un diagnostic différent et donné des médocs différents (voire parfois des traitements peu cohérents)
L'éducateur est et s'avoue impuissant : à quoi sert l'AEMO ordonnée par le JdE ??

Avatar de l’utilisateur
Orchidee
Messages : 1421
Inscription : 29 nov. 2010, 20:33
Localisation : TERRE

Re: Cannabis et schizophrénie

Messagepar Orchidee » 27 juin 2011, 18:40

Il doit y avoir une solution.
Malheureusement, je ne comprend pas toutes abréviations. Je ferai un petit tout sur google pour chercher la définition.
Partir...


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum cannabis »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité