Autre solution que les CMP?

Consultation psychologue, psychothérapie, psychanalyse, psychologue en ligne (parler à un psychologue)
Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12385
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Autre solution que les CMP?

Messagepar Dubreuil » 24 avr. 2018, 23:00

Pourquoi ne choisissez-vous pas vous même ? Si l'une vous envoie chez l'autre, ce n'est plus du tout confidentiel, un dossier va se constituer sur vous si les boulangères se connaissent...
Allez là où vous avez envie, et c'est VOUS qui devez savoir si celle là vous plaist, ou l'autre...
Il me semble qu'un psy " homme ", au point où on en est dans l'ignorance ambiante, serait pour vous plus indiqué.Il y aurait au moins un parler " masculin " ras les pâquerettes, mais où vous pourrez plus facilement vous repérer, et vous identifier...
Qualifications : Psychologue clinicienne - Psychomotricienne
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12385
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Autre solution que les CMP?

Messagepar Dubreuil » 25 avr. 2018, 08:57

je vous copie un passage d'un livre traitant de la psychologie, et parlant de votre questionnement sur la sexualité infantile et du complexe de castration ( post que je n'ai d'ailleurs plus retrouvé sur le forum ! )
*************************
" - Il y a aussi un escalier qui descend dans votre jardin, c'est grand chez vous, il y a plusieurs accès.
- C'est-à-dire.
- Quoi c'est-à-dire, c'est un questionnement ?
- Votre questionnement peut-être, sur la facilité de mon accès à votre demande ainsi qu'à ces « plusieurs accès » où rien n’est clos dans un corps de femme, avec la possible éventualité d'y perdre quelque chose, « c'est grand chez vous ». Un questionnement aussi, sur cette confiance toute relative que vous m'accordez quant à la demande formulée aujourd'hui de vous restituer intact, « que tout soit là ».
Il ouvre les yeux, s’impatiente :
- C’est l’heure je crois ! Si je ne m’abuse voilà tout de même longtemps que je parle, est-ce que vous regardez l’heure au moins ?
- Dans ce, « si », dans l’attention que vous me demandez à écouter votre parole, d’y saisir quelque chose...
- Parlez plus fort s’il vous plaît, je ne vous entends pas !
- Dans ce terme, d’être ou ne pas être abusé, traduisant les inquiétudes de la sexualité fantasmatique Œdipienne : - « Si je ne m’abuse », c’est-à-dire, si je ne me le suis pas fait moi-même, ou si on ne me l’a pas coupé, le pénis…
Il écarquille les yeux.
- dans cette angoisse dont vous me dites me parler depuis un certain temps : - « Voilà tout de même longtemps », il semble être également question d’un leurre à constater, à regarder : - « Est-ce que vous regardez l’heure », une tromperie donc, sur ce qui ne se voit pas, sur ce qui pourrait vous avoir été enlevé, dérobé, qui aurait à voir avec un retrait, se situerait en moins : - « au moins ». Ainsi vous inquiétez-vous de savoir si je constate : - « Est-ce que vous regardez », si je vois ce qui en vous constitue ce manque symbolique.
Il est narquois :
- Vous parlez de la crainte que mon pénis ne soit plus là ?
- Considérée comme un élément structurant de la personnalité, cette « crainte », ce fantasme de la castration chez l'enfant, peut amener la terreur fulgurante et momentanée de croire qu’il n’y est pas, alors qu’il y est encore.
- Pffuit, toute cette histoire, parce que je vous ai dit que je ne voulais rien perdre de moi !
- Cette crainte liée, me semble-t-il, à l'angoisse du petit garçon redoutant inconsciemment la perte de son attribut sexuel, je l'apparenterais à ce qui, dans votre questionnement, pourrait s'échapper de moi  : - « Le symbolisme n’a pas pu vous échapper ». "
Qualifications : Psychologue clinicienne - Psychomotricienne
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

MiaouFetish
Messages : 16
Inscription : 18 avr. 2018, 23:58

Re: Autre solution que les CMP?

Messagepar MiaouFetish » 15 mai 2018, 14:11

Décidément je pense qu'il va être difficile de consulter. Je suis allé voir l'autre psy, et pour le second rendez-vous elle m'a donné une mauvaise date que je devais confirmer par téléphone. Au final, elle m'a dit qu'elle était en vacances. J'ai donc demandé quelle était la bonne date et depuis je n'ai plus de réponse.

Finalement, je suis pas si mal comme je suis. Advienne que pourra.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12385
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Autre solution que les CMP?

Messagepar Dubreuil » 15 mai 2018, 15:08

Allez chez le thérapeute que vous aurez choisi, quand vous en ressentirez l'envie. En évitant de passer par un CMP, vous l'aurez compris !
Bonne route.
Qualifications : Psychologue clinicienne - Psychomotricienne
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Consultation psychologue »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités