Urgent, c'est le tournant de ma vie

Forum confiance en soi, psychologue confiance en soi
Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 04 nov. 2018, 09:15

LES NEUROSCIENCES

L'anorexie, comme la boulimie seraient donc du côté des addictions.
Dans ces deux propos il faut considérer que ce ne sont que des " constatations " psychologiques et que chaque personne est unique, et va de ce fait ne pas présenter tel ou tel symptôme, mais le fil conducteur ( à mon sens ) reste le même, il ne faut ni négliger l'aspect métabolique ( structure physique/psychique ) ni l'aspect psychologique.
Le corps et l'esprit sont une globalité, si " le corps " présente un dysfonctionnement, l'esprit en est affecté, et si c'est l'esprit, cela provoque de graves somatisations.Partager sur Google+
Des chercheurs en neurosciences viennent de lever le voile sur le mécanisme qui régule l’appétit chez les patients souffrant d’anorexie.
Selon eux, les malades ignoreraient la sensation de la faim, alors que leur cerveau serait complètement déréglé et que les structures cérébrales « régissant normalement la récompense gustative et la régulation de l’appétit » seraient totalement inversées.
Pour en arriver à ces conclusions, ilsont suivi 26 femmes anorexiques, 25 boulimiques et 26 femmes qui n’avaient aucun trouble alimentaire. Toutes ont passé un IRM alors qu’elles buvaient de l’eau sucrée, ce qui a permis aux scientifiques d’observer les différences de réactions au niveau des connexions neuronales situées dans la zone qui régule l’appétit.
Chez les volontaires atteintes de boulimie et d’anorexie, les clichés IRM ont mis en évidence des altérations de la matière blanche chargée, en temps normal, de transporter l’information entre l’hypothalamus et le cerveau.
Ils ont également noté que l’hypothalamus ne remplissait plus son rôle. Au lieu de recevoir les signaux de la faim, il les envoie lui-même. Le circuit étant détourné, les signaux se perdent et la sensation de faim est perturbée, voire ignorée.
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 07 nov. 2018, 06:52

L'IDENTITE SUR LES BLOGS

Une polémique est née récemment au sujet des blogs, à savoir que leurs auteurs souhaitent rester anonymes. Ils retrouvent une certaine liberté et non pas une liberté certaine, puisque la liberté est un délire, qu'on le veuille ou pas ! Il n'y a que dans la folie qu'on retrouve la liberté vraie, dans laquelle le sujet s'est tissé une toile à la dimension du cosmos. C'est une véritable danse cosmique de la lettre comme l'attestent certaines pathologies psychotiques.
Avec Internet, c'est une nouvelle ère qui s'annonce, pour la première fois l'être humain communique avec ses semblable sans engager son corps, sans engager sa chair. Nous n'allons plus à la rencontre de l'autre à corps perdu. Pourquoi une psychanalyse ou une psychothérapie ne peuvent se faire au téléphone ou par internet? Parce que tout simplement, en présence de l'autre en chair et en os, je peux mourir à tout moment, et le psy peut mourir à n'importe quel moment! C'est une célébration de la pulsion de mort : la reconnaitre, la respecter, la dépasser et ne pas être à son service. Dans ma rencontre avec l'autre, si je mets des barrières et je me protège, je ne dis pas la vérité et je suis au service de la pulsion de mort .
Sur Internet c'est gratuit, c'est permis, il n' y a plus d'institution, il n' y a plus de règles et le savoir est partout, et dieu sait que le savoir n'a rien à voir avec la vérité . Le savoir a quitté l'institution, il a quitté l'école, il a quitté les églises, il a quitté l'université et il est allé se loger dans cette boite noire qu'on appelle Internet . Ni foi, ni loi, les jeunes ne respectent plus le professeur, ils l'éclaboussent, il n'est plus le dépositaire du savoir, il est disqualifié. Le savoir déborde de toutes parts et circule dans des self-services à coup de mégabits .
Inscrire une loi, une règle, inscrire de l'institutionnel c'est pour que les anonymes puissent avoir un nom, un corps attaquable, punissable afin de limiter sa jouissance. Nul n'est au dessus de la loi, nul n'est au dessus de la jouissance suprême. La loi est la jouissance suprême et la jouissance suprême n'est autre que la mort, le maître absolu. Il y a une part de perversion dés qu'on se protège au détriment de l'autre, et pour attaquer l'autre. Internet est une grande caserne, une grande garnison sans commandement avec des soldats qui tirent, dans certains cas, sur tout ce qui bouge.
Dans les blogs certains préfèrent perdre leur nom, perdre une jouissance pour la remplacer par une autre. On peut distiller toutes sortes de venins : rumeurs, calomnies, manipulations, diversions et vérités je le jure! Certains croient qu'Internet est une vitrine officielle, un journal officiel. Il suffit de taper le mot clé et sésame ouvre-toi, un trésor à portée de main, chacun y va avec sa loi, tout le monde est élu pour écrire. Les signataires du corbeau étaient aussi de méchants blagueurs, obscènes et féroces!
Le blogueur anonyme nous dit que le nom est personne. Imaginons un monde ou personne n'a de nom au sens filial du terme : que des pseudonymes. L'individu deviendrait unique, un électron libre, cosmique, sans liens, le fantasme de l'unicité serait atteint. C'est vrai que le sujet est seul dans ce monde - la famille est un fantasme.
Être anonyme c'est être un inconnu, c'est être n'importe qui, c'est être dieu ! Puisque dieu se balade incognito dans ce monde- paroles d'Einstein - et n'est pas assignable à résidence d'un lieu.
Le nom est toujours un nom mort, puisque celui qui l'a porté avant nous, père, grand-père ou arrière grand-père est mort.
Et qu'il soit lourd ou aussi léger qu'une lettre, le nom n'indique pas l'identité. Il n' y a d'identité que falsifiée. L'identité vraie n'existe pas !
 
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 07 nov. 2018, 08:25

Messagepar Minijeune »

Laisser la petite fille être... Mais leur montrer que mon parent intérieur change... Qu'il n'est plus aussi destructeur qu'avant (non mais, on reproduit ce qu'on connait...!!) Qu'ils n'auront plus autant d'emprise sur moi... Que je n'ai plus besoin d'eux... Et que je ne désire pas entretenir un lien avec eux... Je ne vais plus me battre pour faire parti de la famille... Ma famille... C'est mes meilleures amies... C'est Flo... C'est mon cousin, ma cousine... Tous ces sentiments d'appartenance sains!! Ma famille, c'est moi, ma tête, mon coeur...
Je m'étais toujours dit que je voulais avoir des enfants...
Avant d'être capable d'enfanter... Je vais m'occuper de la petite fille qui a le plus besoin de mon attention en ce moment...
Moi!! Alors je vais me rassurer, comme je rassurerais mon enfant... Je vais m'aimer, je vais projeter tout ça en moi pour me guérir...
Et ensuite, on verra pour le reste!!
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 17 nov. 2018, 14:41

LES PSYS NE SONT PAS LA POUR CHOUCHOUTER LES PATIENTS

Ce que l'on perçoit maintenant, et de plus en plus de la part des psys, ce sont des promesses de confort et de bien-être frisant parfois l’injonction.
Ces discours naissent des transformations sociétales: culture du self-care et du «soi» tout seul qui donnent une société horizontale… en perte de liens et de sens. Paradoxalement, en culpabilisant tous ceux qui n’arrivent pas à aller bien, être «normés», «performés», et cela génère chez beaucoup de la culpabilité, de la frustration et, donc, du mal-être.

C’est en effet beaucoup plus facile d’aller vers une promesse de confort ! Mais celle-ci n’est qu’un escamotage, car en réalité dans une thérapie cocooning on apprend à aller bien sans savoir pourquoi on va mal.
Le mode d’emploi qu’on n’y apprend ne peut durer qu’un temps. Car l’on y dénie ce mal-être et ce non-sens qui font partie de notre condition humaine.
Quand un tsunami se produit, on se cogne au «hors-sens». La psychanalyse, elle, propose de «faire avec», de savoir quoi faire de ce non-sens qui parfois surgit dans nos vies. Cela, c’est pérenne.

Dans l’éthique même de la psychanalyse, il est demandé à l’analyste de renoncer à toute position de maîtrise, voire de savoir, car nous faisons du «sur-mesure», chaque analysant étant orienté vers sa plus grande singularité. C’est elle seule qui relance son désir. Concernant le cadre, le fait que les fauteuils soient souvent distants les uns les autres ou que l’analyste soit assis derrière le divan retire tout support du regard. Les modalités d’une séance, tenue ou pas par «l’horloge», nous amènent parfois à interrompre de manière rude l’analysant. Quant au coût financier des séances, il nous empêche aussi d’être dans la gentillesse. Tous ces éléments permettent sans aucun doute de bousculer gentiment le patient. Cela seul l’aide à se construire autrement.

En même temps, beaucoup parlent de l’empathie nécessaire pour réparer les ravages de la froideur de certains psychanalystes…
Personnellement, même si certains de mes confrères n’ont pas cherché à être aimables, je m’inscris en faux contre cette idée reçue d’une froideur fréquente! Moi, je parle, je suis chaleureuse avec les personnes que je reçois. Mais je ne suis certainement pas dans l’empathie.
Pourquoi? Parce que l’empathie étymologiquement signifie à la fois «souffrir avec l’autre», ce qui serait dangereux dans le cas d’une séance ; ou encore «se mettre à la place de l’autre», ce qui est à la fois impossible et impliquerait qu’on n’accueille pas cette personne dans sa singularité. Il y a un risque de «miroir» dans l’empathie qui empêche le rapport dissymétrique entre patient et analyste.
Alors, se garder de la «fureur de guérir».
Savoir que nous ne sommes pas là pour «chouchouter» les patients ; que ce n’est pas en visant le «mieux-être» qu’on va l’atteindre.
Enfin, le psychothérapeute ne doit être ni un «sachant», ni un «gourou». En psychanalyse, celui auquel on suppose du savoir, c’est le patient lui-même.
Car iI faut toujours se méfier des bonnes âmes qui veulent le bien d’un autre… essentiellement selon leur propre définition de ce qui est bien !
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 18 nov. 2018, 21:30

LES PERSONNES SURDOUEES

Sur le plan psychologique
• Très vif dès la naissance, réactif à l’environnement
• Animé d’une curiosité intellectuelle très précocement
• Vaste gamme de champs d’intérêt. A plusieurs passe-temps.
• Atteint tôt un niveau d’abstraction élevé, apprentissages plus précoces
• Aime les activités complexes
• Fait preuve d’un sens de l’observation poussé.
• Résout les problèmes de manière originale
• Est alerte et réagit vite aux nouvelles idées.
• Richesse du vocabulaire, construction rapide et quasi-instinctive de phrases complexes
• Imagination hors du commun.
• Capacités de mémorisation importantes
• Rapidité dans le traitement de l’information
• Maniement des mots et de l’humour
• Perfectionnisme
• Grande sensibilité, émotivité, intuition
• Conscience rapide et aiguë de la réalité du monde, grande lucidité
• Sens aigu de la justice et de l’équité
• Frustration importante face à l’échec
• Esprit critique, voire intransigeance, intolérance (vis à vis des autres comme de lui-même), entraînant par conséquent une nette baisse de l’estime en soi, à partir du moment que cette intolérance vis à vie de lui même, sombre dans l’obsessionnel et provoque par voie de conséquence une multitudes d’angoisses. En effet ces individus ne se laisse généralement pas le droit à l’erreur, ce qui est fondamentale à l’épanouissement de tout être humains. De ce fait, ceux-ci ont tendances à se remettre en cause, à chaque fois qu’ils sont confrontés à un échec, ce qui est bien évidemment emplit d’irrationalité. En effet chaque personne est un jour où l’autre confronté à un échec, ses capacités n’entrant en aucun cas en ligne de compte, bien entendu.

Un "surdoué", à aussi une certaine prédisposition vis à vis des pathologies suivantes :
• Les troubles du sommeil (ce qui est due à leur activité cérébrale d’une intensité exceptionnelles)
• Le THADA (ou trouble hyperactif avec ou sans déficit de l’attention)
• L’opposition perpétuelle
• Les troubles de l’humeur (anxiété et dépression)
• Les TOCS (trouble obsessionnels compulsifs)
• Les TICS (mouvements compulsifs)
• Instabilité psychomotrice se caractérisant par des gestes ainsi que des déplacements particulièrement maladroits.

Sur le plan relationnel
Avec les pairs :
• Différence du niveau de maturité intellectuelle entraîne un intérêt pour des enfants plus âgés ou des adultes
• Différence dans les centres d’intérêts
• Difficultés relationnelles dû à un décalage intellectuel qu’il peuvent éprouver vis à vis de leurs contemporains
• Capacité d’expression mais parfois difficultés de communication dû au fait qu’ils sont dotés d’un vocabulaire relativement "riches", donc par conséquent parfois incompris par leurs "semblables". Cependant une adaptation languagière, constitue une solution radicale à ce maux.
• Solitude, isolement, rejet ou leadership

En famille :
• Tente de maîtriser intellectuellement les situations
• Raisonne et argumente
• S’oppose et refuse les consignes
• Enfants très épuisants

Avec le milieu extérieur (milieu scolaire, société) :
• Remise en question permanente des règles et des lois illogiques
• Conscience aiguë de la réalité du monde et dénonciateurs de ces dysfonctionnements
• Besoin innée de justice
• Altruisme
• Compassion et empathie omniprésente en eux

Sur le plan des apprentissages
• Autonomie dans l’apprentissage, apprend facilement et rapidement.
• A appris à lire jeune (souvent bien avant l’âge scolaire). Lit vite.
• Possède des pouvoirs de raisonnement et d’abstraction supérieurs.
• Attirance pour les problèmes complexes, les défis intellectuels
• Approche globale, intuitive, directe
• Processus enrichis à l’encodage d’une situation
• Mémorisation facile et rapidité de raisonnement
• Intuitions fulgurantes
• Richesse et originalité dans les solutions proposées
• Audace intellectuelle, anticonformisme
• Suit des directives complexes facilement.
• S’intéresse beaucoup à l’histoire de l’humanité et du monde.
• Grand champ d’attention qui lui permet de persévérer pour résoudre des problèmes.
• Fait preuve d’initiative et d’originalité dans le cadre de ses travaux en classe.
• Démontre des aptitudes supérieures en mathématiques, surtout en résolution de problème.
• Champs d’intérêt de lecture qui portent sur une grande variété de sujets.
• Va souvent à la bibliothèque (ou sur Internet) et s’y débrouille bien.

Mais aussi :
• Ennui en classe qui peut exister (cela n’est pas systématique), et être d’une intensitée variable, selon l’appartenance à l’une des deux sous catégories de la Douance (voir la page: http://www.douance-info.fr/rubrique,cat ... 79802.html)
• Manque de méthode de travail
• Mode de résolution des problèmes (mathématique notamment), parfois instinctif. Ce qui peut engendrer l’impossibilité pour le sujet concerné, d’expliquer son mode de raisonnement de manière explicite et compléte.
• Défaut de planification et lenteur exécutive
• Se perdent dans les détails
• Difficultés pour la gestion du matériel au quotidien
• Résistance à toutes approches séquentielles, linéaires, de façon systématiquement. En effet l'atypisme cérébrale de ces élèves les rends incompatibles vis à vis de ces modes de traitements de l'information.
• Difficulté à expliciter leur production et donc à la critiquer
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 18 nov. 2018, 21:50

LE FETICHISME

Classé parmi les troubles de la préférence sexuelle dans le Classification statistique internationale des maladies et des problèmes de santé connexes, le « fétichisme » est placé entre le « sadomasochisme » et l’exhibitionnisme.
Il est caractérisé par la prédilection prononcée pour une partie du corps de l’autre, pour des qualités physiques ou psychiques ou pour des objets sans vie, souvent des vêtements. Voici une liste des objets les plus fréquents :
Le sein, le nez, les mains, les nattes
La couleur des cheveux, **** le volume du corps, une infirmité, l’odeur ;
Les mouchoirs, les chaussures, le bonnet de nuit, les crêpes de deuil ;
Les pieds, la bouche, l’uniforme, etc.
Un type de matière : cuir, latex, fourrure.
Ces fantasmes éveilleraient, par association, de puissantes représentations de la personnalité et accentueraient la puissance de la sensation de plaisir sexuel éprouvé.

Tout le monde est « plus ou moins fétichiste » en amour selon Binet. Il distingue ainsi le « petit fétichisme » du « grand fétichisme », lequel serait pathologique.
Le caractère pathologique commencerait lorsque « l’amour d’un détail quelconque » prédomine au point d’effacer tous les autres.

Trois caractères permettent ainsi de basculer dans le fétichisme pathologique :
La fixité du trait fétichisé : on garde à vie cette prédilection.
L’irrésistibilité de l’impulsion
Le caractère exclusif de l’objet dans la satisfaction sexuelle au détriment de sa globalité.

Peut-on guérir du fétichisme ?
Depuis le tout début (illustré notamment par le récit du célèbre fétichiste du « bonnet de nuit » qui aurait surpris au lit son père et sa mère en bonnet de nuit à l’âge de 5 ans), les psychiatres soupçonnent certaines « impressions d’enfance » précoces de jouer un rôle majeur dans la fixation fétichiste.
Les événements de l’enfance, surtout entre 4 et 6 ans, semblent jouer un rôle dans l’apparition de ces aberrations sexuelles.
Le fétichisme pathologique peut être vécu difficilement pour la victime comme pour le ou la partenaire qui a souvent le sentiment de ne pas être aimé(e) dans son entièreté. Les rituels répétitifs et contraignants qu’exigent les fétichistes peuvent également provoquer une lassitude chez les partenaires.
Pour ces raisons, certains ont recours à une psychothérapie ou une thérapie cognitive.

Une citation :
«Il n’y a pas d’être plus malheureux sous le soleil qu’un fétichiste qui languit après une bottine et qui doit se contenter d’une femme entière. » Karl Kraus, Le Flambeau (Der Fackel)
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 28 nov. 2018, 17:54

Messagepar Dubreuil Nicole » 12 avr. 2010, 20:29
je vais essayer d'être claire dans mes explications. Aussi saugrenue que vous apparaitra ma réponse, sachez qu'elle a des bases bien solides, révélées et vérifiées par de nombreux patients qui sont venus en parler sur un divan en psychanalyse, et ce, depuis Freud ( années 1900 ).
Il y a bien sûr des personnes qui vivent fort bien avec cette déviance et ne connaissent aucun problème lié à leur goût érotique.
Dans la petite enfance, le petit garçon n'a pas connaissance de la différence des sexes. Il est naturellement persuadé que tout le monde possède un pénis comme lui : son papa, sa maman, tous les autres garçons et toutes les autres filles.
Arrivé à l'âge de 4 à 5 ans, ( fin de l'Oedipe ) il saisit que quelque chose est finalement différent dans le comportement des petits garçons qui jouent avec des voitures ( je schématise ! ) et les petites filles à la poupée, il accède également à la prise de conscience que sa maman n'est pas faite comme papa, que les petites filles ne sont pas faites comme lui. Il leur manque quelque chose !
Et dans cette fraction de seconde, dans ce laps de temps où la vue découvre l'impensable mutilation, la terrible différence, le psychisme du petit garçon est sidéré.
D'un coup il découvre qu'il manque quelque chose à sa maman, aux petites filles, et que s'il elles n'ont pas de pénis, c'est qu'on leur a coupé !
Et que cela va lui arriver aussi !
C'est ce qui s'appelle en psychanalyse " l'angoisse de castration. "
MAIS.. comme l'épouvante est insupportable et que le petit garçon ne peut accepter cette idée de mutilation, sous peine d'en mourir d'horreur sur place, IL REFUSE LA REALITE, il refus le vide qu'il voit chez la petite fille et IL " HALLUCINE " qu'elle a quand même un pénis !
C'est à dire, qu'il est sûr qu'elle a un pénis, alors qu'il sait qu'elle n'en a pas !
Il voit qu'elle n'en a pas, mais il voit qu'elle en a un quand même !
Il sait qu'elle n'en a pas, mais il est sûr qu'elle en a un.
C'est ce qui s'appelle en psychanalyse : le clivage.
Je sais, c'est un peu compliqué à intégrer, mais nous y sommes tous passés !!!!!!

SAUF..
que la majorité des petits garçons ne se sont pas arrêtés à cette façon de penser du clivage. Ils ont pu dans le même temps intégrer ( accepter ) le manque de pénis de la petite fille, et sont passés vite à autre chose, ils ont eu la chance " d'occulter " cette horreur. Ils ont refoulés.
C'est à dire qu'ils savent qu'ils ont un pénis, et que les petites filles n'en ont pas. Ils savent que c'est normal, que ce n'est pas un danger pour eux, que personne ne viendra leur couper, que c'est la nature, et qu'ils sont du côté des hommes, du côté du papa.

Pendant ce temps.. le petit garçon qui est resté dans l'horreur du manque, du vide, du néant de la petite fille, va tellement avoir peur, que non seulement il va HALLUCINER qu'elle à quand même un pénis, mais qu'en plus, il va chercher un moyen REEL de le remplacer pour se rassurer.
C'est à dire qu'il va " inconsciemment " mettre en place dans son esprit, un SUBSTITUT de pénis chez la petite fille. Il va faire en sorte de se prouver qu'elle en a vraiment un. Ceci surtout au moment de ses premiers émois sexuels avec les jeunes filles, ou les femmes.

En somme, les pieds que vous adorez, que vous vénérez, sont les remparts contre votre épouvante infantile, du manque de pénis chez la petite fille. Tout simplement.

Vous savez toujours que la femme n'a pas de pénis, mais votre inconscient vous leurre sans que vous vous rappelliez pourquoi, il vous fait croire que LE PIED DE LA FEMME, C'EST SON PENIS QUI A TOUJOURS EXISTE ET QUI EST SIMPLEMENT DEPLACE AILLEURS.
Du coup vous êtes totalement rassuré, vous pouvez vivre sans crainte, vous avez tout seul " réparé " le manque, vous vous êtes consolé, réconforté tout seul.
Ainsi, ce plaisir à fantasmer sur les pieds de votre bien-aimée équivaut au soulagement intense, jubilatoire, de n'avoir rien perdu, ni de votre côté, ni du côté de la petite fille.

Cependant vous êtes resté dans le clivage. Vous êtes toujours ce petit garçon qui vit la peur intense de la castration. Vous voyez qu'il n'y a pas de pénis, mais dans le même temps vous en mettez un !
D'autre part, on peut aussi avancer que ce pied que vous vénérez est propre partie " symbolique " de vous-même. Que donc, vous vous auto-masturbez, auto-aimez, auto-jouissez. Que vous vous procurez du plaisir tout seul.
Sauf.. que vous n'êtes pas seul, que vous êtes avec votre compagne, et que vous lui donnez peut-petre aussi du plaisir ( est-ce le cas ? ) Ainsi vous n'êtes plus dans la solitude " masturbatoire ", mais le plaisir partagé.

Pour conclure, IL N'Y A RIEN DE MONSTRUEUX là-dedans, les conduites sexuelles sont de toute sorte.
La vôtre est ainsi, et elle reste particulière parce qu'elle ne provient pas véritablement du plaisir d'un fantasme, mais de L'IMPACT D'UNE DOULEUR PSYCHIQUE INTENSE. C'est en cela que vous mérites plus que quiconque respect et compréhension.
* Vous pouvez " vous en guérir " si vous le désirez. En retrouvant vos émotions de naguère dans des séances de psychothérapie analytique.

Je souhaite ne pas vous avoir trop déstabilisé. Vous savez maintenant le pourquoi du comment.
Sachez également que pour d'autres petits garçons ayant vécu le même traumatisme que vous, leur façon d'y survivre n'a pas été la même. Certains sont devenus homosexuels, d'autres se sont interdit radicalement toutes relations sexuelles.
Bien à vous.
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 05 déc. 2018, 09:41

Peut-on parler de guérison en psychanalyse, et qu’est-ce que la guérison ? Lorsqu’une personne vient nous voir, sa demande, fondamentalement n’est-elle pas d’être guérie, mais guérie de quoi ? Et lorsque nous lui proposons d’entamer avec elle un travail, ce travail est-il une cure, acceptons-nous de lui donner des soins et de quels soins s’agit-il ?

Beaucoup a été dit et écrit à ce sujet, et Freud le premier, à mesure de sa progression dans l’invention de la psychanalyse a évolué. Les citations sont innombrables. Dans une lettre à Wilhelm Fliess, par exemple, Freud écrivait le 2 avril 1896 : « Je suis convaincu de pouvoir guérir définitivement l’hystérie et la névrose de contrainte ». En revanche, une quarantaine d’années plus tard, en 1937, dans L’analyse avec fin et l’analyse sans fin, Freud devait constater : « On ne s’assignera pas pour but d’abraser toutes les particularités humaines au profit d’une normalité schématique ». Il s’oppose à « l’ambition » de Ferenczi, au sujet du complexe de castration. Bien plus, comme vous le savez, Freud constate que la maladie parfois procure de tels bénéfices secondaires qu’il ne faut pas « être un fanatique de la santé ». Et cependant, si on se reporte aux derniers textes de Freud, en particulier l’Abrégé de la psychanalyse qui a été écrit en 1938 et que la mort ne lui a pas laissé le temps d’achever, on y trouve encore le même questionnement quand il note : « Pouvonsnous, sans trop de hardiesse, espérer agir sur des maladies spontanées et si redoutables du psychisme et les guérir ? Certains faits nous permettent de le supposer »1.
1 Freud. Abrégé de Psychanalyse PUF De la technique psychanalytique, page 39
2
Mais dans le même ouvrage, Freud parle toujours du complexe de castration et constate « une situation qui se montre chez nos patients la plus rebelle à l’influence [du psychanalyste]»2. Alors devons-nous garder l’idée de la possibilité d’une guérison ?

Pour avancer dans cette réflexion, je vous ai proposé une relecture de l’article de Lacan qu’il a publié dans les Ecrits sous le titre Variantes de la cure-type. Le texte, un peu modifié, avait été écrit en 1955, peu après ses démêlés avec l’Association psychanalytique internationale qui avaient conduit à son expulsion. Il y revient encore en octobre 1968, soit treize ans après sa rédaction, dans une intervention au Congrès de Strasbourg, dont le thème était Psychothérapie et Psychanalyse. « Je me souviens, dit-il, d’avoir consacré 15 jours de vacances à écrire un article qui s’appelle « Variantes de la cure-type »3. Et après en avoir cité tout un paragraphe, il insiste en disant : « Les critères thérapeutiques, c’est quelque chose d’intéressant. Ça devrait avoir, justement pour les psychanalystes, un sens : qu’au moins la question soit posée si, à la fin de ce qui se fait, on peut mettre « cas guéri » ou on ne peut pas le mettre. En d’autres termes si le terme de guérison lui-même a pour le psychanalyste un sens ». Le grand intérêt de ce texte, c’est qu’en opposition avec ce qui s’enseignait à l’époque à l’IPA, Lacan y aborde précisément certains aspects fondamentaux de la clinique en psychanalyse, en lien avec une possible guérison.

2 Idem Un exemple de travail psychanalytique page 66 3 « Je me souviens d’avoir consacré 15 jours de vacances à écrire un article qui s’appelle « Variantes de la cure-type ». Il y est dit entre autre que « la rubrique des variantes ne veut dire ni l’adaptation de la cure, sur des critères empiriques, ni, disons-le, cliniques, à la variété des cas, ni la référence aux variables dont se différencie le champ de la psychanalyse, mais un souci, voire ombrageux, de pureté dans les moyens et les fins qui laissent présager d’un statut de meilleur aloi que l’étiquette ici présentée » (Écrits p. 324) – de meilleur aloi que ce qu’évoque cette formule répugnante que nous devons à M. Bouvet : cure-type – pourquoi pas cure-pipe ? Congrès de Strasbourg de l’Ecole Freudienne sur « Psychanalyse et psychothérapie » en octobre 1968
3
Et dès l’abord, Lacan précise que La psychanalyse n’est pas une thérapeutique comme les autres4. Prise à la lettre cette phrase nous dit à la fois que la psychanalyse est bien une thérapeutique, et aussi que c’est une thérapeutique pas comme les autres : il ne s’agit pas de retourner à un état antérieur et même pas, comme le dit Freud, de tendre vers un état normal.

Les analystes de l’IPA ne s’accordaient, semble-t-il, dans leur pratique, que sur un seul critère : la nécessité d’analyser le transfert5. Et encore ils divergeaient beaucoup entre eux. Lacan, au contraire, affirme la nécessité d’une formulation théorique et d’une rigueur dans l’éthique6. C’est ce à quoi il va s’employer dans cet article de 1955.

Revenons donc au texte Variantes de la cure-type.

Lacan, suivant une formule qui est restée célèbre, nous dit qu’une psychanalyse est la cure qu’on attend d’un psychanalyste7. Evidemment c’est important parce que, comme une psychanalyse implique qu’il y ait un analysant et un analyste, cela veut dire qu’on ne ferait pas la même cure avec deux analystes différents, ce qui justifie que l’analyste et l’analysant puissent et même doivent décider librement l’un et l’autre, d’entreprendre éventuellement ensemble un travail analytique. C’était là un des sujets de désaccord entre Lacan et l’IPA. Il y a un second point d’achoppement précis qui sépare Lacan de toutes ces variantes qu’il dénonce, c’est qu’à chaque fois, du point de vue de l’IPA, il s’agit d’une pratique qui se fonde sur l’intersubjectivité8. Il pense au contraire que le transfert réfute l’intersubjectivité9. Notons rapidement que Lacan soutient l’inverse dans d’autres 4Variantes de la cure-type page 324 5 Idem page 326 6 Idem page 324 7 Idem page 329 8 Idem page 329 9 Lire par exemple la Proposition du 9 Octobre 1967 sur le psychanalyste de l’Ecole Scilicet 1 page 18
4
textes, cela dépend uniquement de la définition qu’il donne au mot intersubjectivité10 L’intersubjectivité, si on la définit comme une relation imaginaire entre deux individus avec deux savoirs et deux discours et le deuxième qui écoute le discours du premier et cherche à entendre ce qu’il veut dire, alors, ce qui apparaît dans la relation analytique, c’est que ce que l’analysant veut dire, justement il ne le dit pas.

On peut mieux cerner ce dont il s’agit en se rapportant à la formule de Lacan pour le transfert :


______S______ → Sq

s (S1,S2,….Sn)

S est le signifiant du transfert que nous entendons de l’analysant et qui suppose un sujet, supposer ça veut dire poser sous, le sujet s est sous la barre qui sépare de S et du discours, le sujet n’est pas constitué dans son discours, il est supposé sous la barre, c’est là que se place le sujet supposé savoir avec tous les signifiants du savoir inconscient S1,S2,….Sn. Un savoir, comme dit Lacan qui reste sous l’empan de la barre et dont l’analyste ne peut rien savoir, de son savoir conscient11. Le sujet supposé topologiquement est donc aussi bien supposé logiquement. Si, donc, l’analyste se place en Sq pour recevoir, pour accueillir le discours de l’analysant, savoir contre savoir, si comme on dit il croit prendre la place du sujet supposé savoir, de son fait ou qu’il y soit incité par l’analysant, il ne peut que méconnaître ce que Lacan nomme la parole qui constitue le sujet. 10 Par exemple dans son exposé « Le Mythe individuel du névrosé ou poésie et vérité dans la névrose » Ornicar ? n° 17-18, Seuil, 1978, pages 290-307. Lacan dira : « la psychanalyse en tant qu’elle est constituée par ce rapport intersubjectif qui ne peut, je vous l’ai dit, être épuisé, puisqu’il est ce qui nous fait homme ». 11 Idem page 350. « La question sur le savoir de l’analyste, ne comporte pas la réponse que l’analyste sait ce qu’il fait puisque c’est le fait patent qu’il le méconnaît dans la théorie et dans la technique (c’est-à-dire la clinique)…. »
5

Qu’est-ce que la parole ?

Si l’on définit le discours vrai de l’analysant comme la simple connaissance de la réalité, la vraie parole, énonce Lacan, est un acte qui suppose un sujet et un autre sujet et la reconnaissance par ces deux sujets, dans la relation transférentielle, de leurs êtres, en ce qu’ils y sont inter-essés et Lacan comme vous savez, rappelle l’étymologie en écrivant inter trait d’union essés12. Reconnaissance de leurs êtres, reconnaissance inconsciente évidemment mais sans laquelle il n’y a pas de possibilité de transfert.

Alors, qu’est-ce qui distingue l’analyste dans son écoute ?

L’analyste, dit Lacan, se distingue par ce qui n’est pas à la portée de tout le monde, il porte la parole…. la parole du sujet13.

Qu’est-ce que ça veut dire : porter la parole d’un sujet ?

Ici, il vaut mieux que je cite textuellement : « l’analyste doit reconnaître en son savoir le symptôme de son ignorance ». Et il ajoute : « L’ignorance ne doit pas être entendue ici comme une absence de savoir, mais, à l’égal de l’amour et de la haine, comme une passion de l’être car elle peut être, à leur instar, une voie où l’être se forme »14.

Lacan, dans ce texte avance ainsi une série de termes : la parole, l’être, l’autre, la vérité, le savoir, la passion, des termes que nous employons souvent mais entre lesquels se tissent ici des liens précis autour d’une même notion, l’ignorance.

Ce terme d’ignorance n’est pas sans référence, et pour que cela soit bien clair, Lacan achève son exposé sur les Variantes de la
12 Variantes de la cure-type page 351 13 Idem page 350 14 Idem page 358
6
cure-type par ces mots : « l’analyse ne peut trouver sa mesure que dans les voies d’une docte ignorance »15. Cette expression à l’apparence contradictoire La docte ignorance renvoie à Nicolas de Cues, ce cardinal philosophe du 15° siècle; ce n’est pas la seule fois que Lacan y fait allusion, il le cite à plusieurs reprises, par exemple dans sa conférence à Ste Anne, justement sur Le savoir du psychanalyste, en 19711972, où il mentionne « un certain cardinal [qui] appelait « ignorance docte » le savoir le plus élevé »16. Certes les mystères dont parle le cardinal sont ceux du divin, mais Lacan analyste n’hésite pas à le suivre dans son approche de la vérité. Nicolas de Cues, devant l’impossibilité où il se trouve de donner une définition exacte de Dieu qui ne le réduise pas à n’être qu’une super créature, opposait à cette théologie positive (dans laquelle on va dire : Dieu est ceci, Dieu est cela) la théologie négative qui cherche à dire ce que Dieu n’est pas : de la même façon, l’infini par exemple ne peut se dire autrement que in-fini, non fini, ce qui n’est pas fini.

C’est ainsi que Nicolas de Cues écrivait : « L'ignorance sacrée nous a enseigné un Dieu ineffable, et cela, parce qu'il est infiniment plus grand que tout ce qui peut se compter; et cela, parce qu'il est au plus haut degré de vérité. On parle de lui avec plus de vérité en écartant et en niant. Il n’est ni vérité, ni intelligence, ni lumière, ni rien de ce qui peut se dire ».

Lacan énonce à son tour : « La parole apparaît donc d’autant plus vraiment une parole que sa vérité est moins fondée dans ce qu’on appelle l’adéquation à la chose : la vraie parole s’oppose ainsi paradoxalement au discours vrai ».

On peut illustrer ce qu’il en est du discours vrai par un petit texte du même Cardinal de Cues qui s’appelle Le Profane. On y voit Philosophe qui, à la façon de Socrate s’entretient sur le conseil d’amis avec Profane. Je vous cite un court extrait de ce dialogue : 15 Idem page 362 16 On trouve des allusions à Nicolas de Cues dans les séminaires II et VII.
7
. Philosophe ---- Dis-moi, Profane si tu as quelque opinion sur la nature de la pensée ? Profane ---- Je crois qu’il n’existe et qu’il n’existera jamais aucun homme véritablement homme qui ne se soit fait au moins quelque idée sur la nature de la pensée. Pour ma part, je tiens que c’est d’elle que toutes choses reçoivent limite et mesure. Car je conjecture que le mot mens se rattache étymologiquement au verbe mesurer.

Cette pensée mesurante, en quelque sorte, qu’évoque Profane, je crois qu’elle est très proche de ce que Lacan appelle le « discours vrai » et qui ne peut rendre compte, là aussi, de ce que Nicolas de Cues désignait comme ce qui est « plus grand que tout ce qui peut se compter ».

Il faut préciser ici que la rédaction de l’exposé Variantes de la cure-type se situe juste avant l’introduction par Lacan du grand Autre. C’est le 25 Mai 1955, dans son séminaire Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse, que Lacan introduit le grand Autre de la façon suivante : « Il y a deux autres à distinguer, au moins deux ---- un autre avec un A majuscule, et un autre avec un a, qui est le moi. L’Autre, c’est de lui qu’il s’agit dans la fonction de la parole »17.

Dans l’élaboration du Autre qui permet de mieux saisir ce qu’il en est de la parole, il est intéressant de repérer, là encore, l’influence de Nicolas de Cues. Et pour cela, il faut se référer à un texte qu’il a intitulé : Du non-autre18.

Dans ce texte qui se présente aussi sous la forme de dialogues, de Cues est à la recherche de ce qu’on pourrait appeler l’antériorité absolue. Et il la définit comme non-aliud, ou en français le non-autre.

Pourquoi le non-autre et qu’est-ce que le non-autre ? 17 La formule : L’Inconscient, c’est le discours de l’autre deviendra le discours de l’Autre. 18 Nicolas de Cues : Du non-autre, le guide du penseur.
8

Le non-autre se définit lui-même puisqu’il n’est rien d’autre que le non-autre, il n’est donc ni autre qu’un autre ni un autre, il ne peut être défini par un autre, il n’est rien d’autre que le nonautre. Mais alors, pour de Cues, qu’est-ce que l’autre avec un a minuscule ? Cet autre, à son tour n’est rien d’autre que l’autre. Qu’est-ce que le ciel, demande par exemple de Cues, le ciel n’est rien d’autre que le ciel. L’autre est non-autre que l’autre. Mais alors, on voit bien que l’on a ainsi le non-autre qui par définition n’est pas autre, qui précède toutes les choses mais qui inclut tous les petits autres puisqu’ils sont non-autres que petits autres.

Dans un langage moderne, on pourrait dire que de Cues a ainsi défini deux lieux qui diffèrent l’un de l’autre, et sont sans rapport. Différence dissymétrique puisque le non-autre n’est pas autre tandis que l’autre est non-autre. Il me paraît évident que l’on peut trouver dans ces textes bien des concordances avec la pensée lacanienne telle qu’il la développe à cette époque, en 1965.

Le non-autre que Nicolas de Cues appellera d’ailleurs par moment A, est très proche dans sa structure, du grand Autre lacanien. Mais il est mieux introduit logiquement; il n’y a pas deux autres, avec ou pas un A, mais des petits autres et le nonautre.

Certes, pour le cardinal, le non-autre est assimilable à Dieu alors que pour Lacan, le grand Autre, c’est le lieu de l’inconscient : lieu de l’ignorance, du non-savoir, de la parole. Le non-autre de Nicolas de Cues, transporté dans la pensée lacanienne, ça peut être une façon d’exprimer ce qu’il en est de l’expérience analytique de la vérité, cette vérité dont vous savez qu’elle ne peut être dite, mais pourquoi : parce que dire c’est utiliser des mots, un autre après un autre et puis encore un autre alors que la vérité n’est pas autre puisque ce qui la constitue c’est la
9
parole, et qu’il faudrait en quelque sorte dire la parole ellemême. La vérité est non-autre.

Lacan n’oubliera pas ses lectures de Nicolas de Cues, il y reviendra souvent, même s’il ne le cite pas toujours, et il me semble que cette référence permet de mieux le comprendre, par exemple dans le séminaire RSI de 1974 où Dieu est le lieu hors langage du non rapport sexuel19, ou bien, autre exemple, dans le séminaire sur le sinthome quand il parle de l’ex-sistence ou de la non ex-sistence de Dieu 20.

Je ne voudrais pas seulement rester dans une théorie abstraite et je vais essayer pour finir, d’illustrer ce que j’ai avancé aujourd’hui avec un extrait d’un cas clinique.

Je pense à un patient qui a par intermittences beaucoup de peine à parler. Nous avons tous eu, me semble-t-il, des patients comme ça. Il y a des séances où, la plus grande partie du temps, il ne dit rien. Et si, par moments, il émet quelques sons, c’est à voix basse, de sorte que je ne puisse pas l’entendre, ou bien il ne finit pas ses phrases qui ne veulent plus rien dire. Après plusieurs années de cure, j’ai pu rassembler beaucoup d’éléments sur son enfance, ses parents, ses grands parents et sur les événements qui ont marqué lui et sa famille. S’il s’agit de donner des détails sur la biographie de l’un ou de l’autre, il parle clairement et sans détours. Mais bientôt il retombe dans sa difficulté première. Intellectuel vivant dans un milieu d’intellectuels, il se comporte souvent de la même façon dans sa vie sociale, ce qui ne va pas pour lui sans graves inconvénients.

Il m’explique : « Si je dis un mot, c’est comme l’annuler… quand je dis des choses, je me décompose littéralement… je parle tellement bas qu’on ne m’entend pas … c’est dangereux de
19 Lacan RSI « Dieu n’est rien d’autre que ce qui fait qu’à partir du langage il ne saurait s’établir de rapport sexuel ». 20 Lacan Le sinthome 3 janvier 1976 page 61
10
parler dans un groupe… les autres habitent leurs parole, quelques fois un peu trop. Moi, rien du tout ! »

Lorsqu‘il se met à parler, il sent les mots s’échapper de sa bouche, il se vide. Pour l’éviter, il me semble qu’il ne faut pas que je saisisse le sens de son propos. Saisir, ce n’est pas pour lui comprendre, ce n’est pas partager, c’est prendre et alors lui, il perd. Comme s’il me jetait de son embarcation un cordage, pour l’amarrer au quai et s’il craignait que je le prenne et qu’il le lâche, alors il le lance un peu trop court, le mouvement du bras s’interrompt, et le cordage ou bien la phrase tombe et n’atteint pas son but.

Comment faire pour attraper le cordage, ou les mots de sa phrase sans l’en dessaisir ? Faut-il que dans mon écoute, je porte sa parole, non pas pour l’emporter mais pour la supporter, dans l’ignorance même ? Si j’entends ses propos comme un discours, c’est-à-dire un mot pour un autre pour un autre, discours susceptible de s’échanger dans un dialogue, c’est en ce sens-là que Lacan critique l’intersubjectivité, ça ne va pas, j‘entends une incohérence. C’est quand je le prends dans son ensemble, comme non-autre, c’està-dire dans une docte ignorance par rapport au sens habituel d’un discours, c’est quand je fais taire en moi la recherche d’un « discours vrai », c’est alors que j’entends, que je supporte une vérité, une vérité qui est non-autre. Mon analysant m’a souvent dit que sa mère, dès qu’il ouvrait la bouche pour parler, lui « coupait la parole » pour emplir l’espace de ses mots à elle. Le lui rappeler, le souligner devant lui le ferait acquiescer et serait inutile. Taire en moi un vain discours pour m’ouvrir, comme le recommande Lacan à la chaîne des vraies paroles21.

Que faut-il entendre par ce mot « chaîne » ?

21 Lacan Les Ecrits Variantes de la cure-type page 363
11
Lacan, dans son texte, donne l’exemple de « l’homme aux rats » et de ce qu’il appelle un tournant majeur. Le patient de Freud lui rapporte au cours d’une séance que sa mère lui avait conseillé d’abandonner les vues qu’il avait sur une jeune fille parce qu’elle était pauvre tout en ajoutant qu’elle, la mère, avait parlé à un de ses cousins, lequel avait accepté de lui donner une de ses filles en mariage, avec de brillantes perspectives. Le patient en faisait de lourds reproches à sa mère. Or Freud rapporte cette interdiction à la parole de son père bien que, paradoxalement, celui-ci soit mort depuis 9 ans, son père qui, lui aussi, a épousé une femme riche (la mère du patient de Freud par conséquent) après avoir délaissé un premier amour pour une jeune fille pauvre. Cette interprétation, nous dit Lacan, est à la base du succès de la cure de l’homme aux rats.

Freud, nous dit-il, a ainsi ouvert « la chaîne des paroles » qui s’étend bien plus loin que l’individu. Chaîne d’événements tous révolus avant la naissance du sujet. Bien plus Freud, semble-t-il, a découvert cette vérité profonde à son insu.

Et Lacan n’hésite pas à écrire : « Ce n’est pas seulement par une assomption symbolique que la parole constitue l’être du sujet, mais par la loi de l’alliance, la parole détermine dès avant sa naissance, non seulement le statut du sujet mais la venue au monde de son être biologique »22.

Revenons au cas de mon analysant.

Il faut souligner ici que l’exemple de « l’homme aux rats » auquel se réfère Lacan est celui d’un obsessionnel, alors que pour le patient que j’ai évoqué devant vous, on a affaire à ce qu’on peut appeler une enclave psychotique.

Avant d’avancer dans son cas, il me faut encore vous rappeler ce que Freud écrivait dans le texte L’Inconscient qu’il a publié en 1915 dans sa Métapsychologie. 22 Les Ecrits page 354
12

Vous vous souvenez que dans ce texte, il est conduit, pour différencier les névroses de transfert de la psychose à scinder la représentation d’objet consciente en représentation de mot et représentation de chose23. Une représentation consciente comprend donc la représentation inconsciente de chose, plus la représentation de mot. Autrement dit, dans la première topique de Freud, une représentation inconsciente est une représentation de chose seule à laquelle le Pcs ajoute éventuellement une représentation de mot pour aboutir à une représentation d’objet consciente : c’est le passage du processus primaire au processus secondaire. Dans la névrose de transfert, le refoulement refuse la représentation en mot. C’est ce qui se passe au cours de l’analyse de l’homme aux rats. Dans la folie, au contraire, la représentation inconsciente de chose est absente et c’est la représentation de mot qui va subir un investissement plus important. Investissement en mot que Freud, il vaut la peine de le noter, explique comme « une première tentative de guérison du patient ».

De la même façon, dans le cas de mon patient que j’ai évoqué devant vous, quand son discours est dénué d’affect particulier, quand il ne manifeste pas d’angoisse, la représentation d’objet ne subit pas de refoulement, c’est ce qui se passe par exemple quand il me donne sans difficultés apparentes des détails sur sa généalogie. Il y a là un discours vrai, qui décrit une réalité que je pourrais commenter indéfiniment sans effet sur la cure.

Lorsque, au contraire, un affect est présent, ce que Lacan dans son article appelle passion de l’être (qu’il faut entendre au sens premier du latin passio ou du grec pathos), cela peut se traduire par cette forme de discours à peine audible ou qui semble incohérent et que je vous ai décrit. 23 Métapsychologie Folio essais l’Inconscient page 116
13

Je peux d’ailleurs noter chez mon patient, lorsqu’il évoque la surprise de ses amis devant sa façon de se comporter, une jouissance inconsciente, comme Freud le note aussi quand l’Homme aux rats lui raconte en détails le supplice dont parlait l’officier devant lui.

Alors, doit-on dire discours incohérent ou bien parole vraie où la représentation de mot est faite sous cette forme difficile à saisir et si pénible pour le patient lui-même parce que la représentation de chose inconsciente est absente. Parole vraie, accompagnée de passion y compris de jouissance.

« Il convient d’écouter celui qui parle, quand il s’agit d’un message qui ne provient pas d’un sujet au-delà du langage, mais bien d’une parole au-delà du sujet ». C’est ainsi que s’exprime Lacan dans son texte Du traitement possible des psychoses24.

Parole vraie, en pleine ignorance, où le Je (Je écrit j et e) ce qu’on appelle shifter en linguistique, s’applique indifféremment à l’être de mon patient dans son élocution presque inaudible et ses phrases inachevées, où le Je s’applique aussi à l’être de sa mère, cette mère qui submerge toute audition dans un flux ininterrompu de mots et ainsi de suite, de cette mère qui rejoint ainsi l’être de son propre père qui lui, restait au contraire dans un mutisme presque complet, et qui était né lui-même de père inconnu et dont la mère (l’arrière grand-mère de mon patient) n’a jamais voulu lui révéler le nom. Une parole que l’on peut attribuer à tous et à chacun en particulier, dans l’attente d’une réponse : est-ce la demande de la révélation de ce nom, toujours présente depuis quatre générations, et toujours sans réponse que j’entends balbutier encore aujourd’hui ?

24 Lacan Les Ecrits Du traitement possible des psychoses page 574
14
Vérité ignorée qui se cherche et se transmet dans une chaîne de paroles inconscientes qui parcourt les générations et dont l’origine se trouve dans un manquement de parole ?

Si la parole est ainsi interdite au sujet, elle reste accessible pourtant parce qu’une vraie parole n’est pas seulement parole d’un sujet mais elle opère dans la médiation à un autre sujet. Plus exactement, il n’y a de parole que d’un sujet pour un sujet qui l’entend. En ce sens, on peut parler d’intersubjectivité.

C’est dans la mesure où l’analyste fait se taire en lui tout discours intermédiaire pour s’ouvrir à cette chaîne des vraies paroles qu’il peut l’interpréter.

Nous restons là dans la continuité avec la Métapsychologie de Freud quand il notait : « Il est très remarquable que l’Ics d’un homme peut réagir à l’Ics d’un autre homme en tournant le Cs »25

Est-ce que nous aurons mené le traitement à son terme quand j’entendrai le sujet dire les paroles mêmes dans lesquelles il reconnaît la loi de son être ?

Pourrons-nous inscrire alors ensemble « cas guéri » ?

Robert Montrelay, le 6 avril 2011.
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 08 déc. 2018, 13:33

Citer
Message non lupar Marisol » 07 déc. 2018, 21:01
Tu es attirée par lui car il t'a pris une part de ta lumière, il a un morceau de toi qu'il détient et que tu souhaites récupérer...C'est typique des relations avec un PN...On part et on revient...

Nathacha Calamestrée a écrit un très beau livre qui s'appelle : "la brisure du silence" en hommage à sa meilleure amie qui a été victime d'un homme comme le tien... Dans ce livre, elle explique comment s'en détacher tout en retrouvant ta part de lumière...
Courage à toi...Je pense que ta fille sent bien les choses...et te guide...

Un jour, tu trouveras un homme qui te respecte et tu comprendras combien ton ex était destructeur...
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12826
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 09 déc. 2018, 00:07

URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum confiance en soi »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 6 invités