Urgent, c'est le tournant de ma vie

Forum confiance en soi, psychologue confiance en soi
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

L'INTELLIGENCE EMOTIONNELLE

1. Vous avez un grand vocabulaire émotionnel
Nous ressentons tous des émotions, mais seuls 36% des gens savent les identifier avec précision dès qu'elles se produisent, selon nos études. Cela pose problème, car les émotions mal définies sont souvent mal comprises, ce qui entraîne des décisions irrationnelles et des actions contre-productives. Les personnes au QE élevé contrôlent leurs émotions parce qu'elles les comprennent, et se servent d'un lexique émotionnel développé pour les décrire. Là où la majorité dira simplement qu'elle se sent "mal", les personnes émotionnellement intelligentes sauront définir si elles sont actuellement "irritables", "frustrées", "oppressées" ou "anxieuses". Plus les termes choisis sont précis, plus on est capable d'appréhender ce que l'on ressent exactement, pourquoi et ce qu'il faut faire pour y remédier.

2. Vous êtes curieux des autres
Qu'elles soient plutôt introverties ou extraverties, les personnes à l'intelligence émotionnelle élevée sont curieuses de tous ceux qui les entourent. Cela découle de leur empathie, l'un des principaux traits de caractère associés à un QE élevé. Plus on se préoccupe des autres et de ce qu'ils traversent, plus on montre de curiosité envers eux.

3. Vous êtes ouvert au changement
Les personnes émotionnellement intelligentes sont flexibles et en constante adaptation. Elles connaissent la dimension paralysante de la peur du changement, qui peut menacer leurs chances de succès et de bonheur. Elles sont donc attentives aux changements qui se profilent, et forment des stratégies pour les gérer en cas de nécessité.

4. Vous êtes conscient de vos forces et de vos faiblesses
L'intelligence émotionnelle ne se limite pas à la compréhension des émotions: les personnes au QE élevé connaissent les domaines où elles excellent et ceux où elles sont faibles. Elles savent également ce qui les fait réagir et dans quels environnements (situation comme entourage) elles ont les meilleures chances de succès. Être émotionnellement intelligent, c'est avoir conscience de ses forces et savoir en tirer parti au maximum, sans se laisser freiner par ses faiblesses.

5. Vous vous trompez rarement sur les gens
L'intelligence émotionnelle est étroitement associée à la sensibilité sociale: la faculté d'interpréter les réactions des autres, de les cerner et de comprendre ce qu'ils traversent. Avec le temps, ce don permet de devenir un très fin psychologue.
L'autre n'est plus une énigme: on comprend ses préoccupations et ses motivations, même lorsqu'elles ne sont pas immédiatement évidentes.

6. Vous ne vous vexez pas facilement
Quand on sait exactement qui on est, ce que font ou disent les autres nous font rarement sortir de nos gonds. Les personnes émotionnellement intelligentes ont de l'assurance et une grande ouverture d'esprit, ce qui les rend bien plus résistantes. Cela permet même de faire preuve d'autodérision et d'accepter plus facilement les plaisanteries des autres, dès le moment où l'on est capable de faire la différence entre humour et humiliation.

7. Vous savez dire non (à vous-même et aux autres)
L'intelligence émotionnelle implique de savoir se contrôler. On ne recherche pas la satisfaction immédiate et on évite les comportements impulsifs. Des études menées par l'université de Californie à San Francisco montrent que plus on a du mal à dire non, plus on risque de tomber dans le stress, le burn-out et même la dépression. Dire non est en effet une question de contrôle et un défi de taille pour de nombreuses personnes. "Non" est un mot puissant qu'il ne faut pas craindre d'employer. Lorsqu'il s'impose, les personnes au QE élevé évitent les phrases évasives comme "Je ne suis pas sûr-e de pouvoir" ou "Je ne sais pas".
Refuser un nouvel engagement, c'est choisir d'honorer ceux que l'on a déjà et de se donner toutes les chances de les tenir.

8. Vous prenez du recul vis-à-vis de vos erreurs
Les personnes émotionnellement intelligentes prennent du recul vis-à-vis de leurs erreurs, sans les oublier pour autant. En gardant une distance raisonnable, mais pas au point de les perdre de vue, elles sont en mesure d'adapter leur comportement afin de mieux réussir à l'avenir. Il faut une grande conscience de soi pour trouver cet équilibre entre mémoire et rumination. Trop ruminer vos erreurs vous rendra anxieux et craintif; les oublier vous condamne à les répéter. C'est votre faculté à les transformer en opportunités qui vous permettra de trouver un juste milieu, et de vous relever tout de suite après chaque chute.

9. Vous donnez sans rien attendre en retour
Le fait de donner spontanément, sans rien attendre en retour, a beaucoup d'impact sur les gens. C'est le cas, par exemple, quand on prend plaisir à discuter d'un livre avec quelqu'un et que l'on arrive avec l'ouvrage à la main en revoyant la personne un mois plus tard. Les gens dotés d'un QE élevé pensent constamment aux autres, ce qui leur permet de bâtir des relations humaines fortes.

10. Vous n'êtes pas rancunier
Les émotions négatives provoquées par une rancune tenace ne sont qu'une réaction au stress. Le simple fait de repenser à l'événement provoque dans votre corps une réaction d'alarme, réflexe de survie qui, face à une menace, vous pousse au combat ou à la fuite. Quand la menace en question est imminente, ce mécanisme est essentiel pour votre sécurité; si elle est ancienne, nourrir ce stress est néfaste pour votre corps et peut même avoir de graves conséquences sur votre santé. Les chercheurs de l'université d'Emory ont d'ailleurs démontré que le fait de nourrir du stress était susceptible de faire monter la tension artérielle et de provoquer des maladies cardiovasculaires. S'accrocher à sa rancune, c'est s'accrocher à son stress, ce que les personnes émotionnellement intelligentes prennent toujours soin d'éviter. Tourner la page, au contraire, offre non seulement un soulagement, mais aussi des bienfaits pour votre santé.

11. Vous savez gérer les personnalités toxiques
Pour la plupart des gens, gérer des individus au caractère difficile est épuisant et très frustrant. Les personnes aux QE élevé gardent le contrôle sur ce type d'échanges en maîtrisant leurs émotions. Lorsqu'il leur faut se confronter à une personne toxique, elles adoptent une approche rationnelle de la situation, identifiant leurs propres émotions sans laisser la colère ou la frustration semer le chaos en elles. Elles tiennent aussi compte du point de vue de leur interlocuteur afin de trouver des compromis et des solutions. Même lorsque les choses tournent mal, les gens émotionnellement intelligents savent garder la distance nécessaire pour ne pas se laisser déstabiliser par une personne toxique.

12. Vous ne recherchez pas la perfection
Les personnes émotionnellement intelligentes savent que la perfection n'existe pas. L'être humain est faillible par nature. La quête de perfection revient à se condamner à un perpétuel sentiment d'échec, qui donne envie d'abandonner ou de faire moins d'efforts. On finit alors par passer son temps à ruminer sur ce qu'on n'a pas réussi à accomplir et ce qu'on aurait dû faire autrement au lieu d'aller de l'avant, motivé par ses réussites passées et futures.

13. Vous appréciez ce que vous avez
Prendre le temps de considérer les aspects positifs de sa vie est non seulement la chose à faire, mais cela permet aussi d'améliorer son humeur en réduisant de 23% son taux de cortisol, l'hormone du stress. Des études menées à l'université de Californie à Davis ont montré que les personnes qui s'efforçaient de cultiver la gratitude au quotidien constataient une amélioration de leur humeur, énergie et bien-être physique. La baisse de leur taux de cortisol jouait probablement un rôle majeur dans ces changements.

14. Vous savez vous déconnecter
Savoir se couper de ses appareils technologiques est un signe d'intelligence émotionnelle, car cela permet de mieux contrôler son stress et de vivre dans l'instant présent. Se rendre disponible pour son travail 24h/24, c'est s'exposer à une avalanche permanente de facteurs de stress. Se forcer à se déconnecter et même —exploit!— à éteindre son téléphone permet d'accorder une pause à son corps comme à son esprit. Des études ont montré que le simple fait de se couper temporairement de ses emails pouvait faire baisser le stress. La technologie permet une communication constante, et installe l'idée que chacun doit être disponible en permanence. Il est extrêmement difficile de profiter d'un moment de relaxation loin de son travail quand un email peut à tout moment venir accaparer nos pensées (c'est-à-dire nous causer du stress).

15. Vous limitez votre consommation de caféine
Une consommation excessive de caféine entraîne la production d'adrénaline, hormone à l'origine de la réponse combat-fuite. Ce mécanisme d'alarme met de côté la pensée rationnelle pour privilégier une réaction plus rapide visant à assurer la survie. Excellent quand on est poursuivi par un ours, mais nettement moins quand on doit juste répondre à un email un peu sec. Dans l'état de stress intense qui règne alors sur notre corps et notre esprit, nos émotions dictent notre comportement. Et comme la caféine a une très longue demi-vie, cette situation se prolonge pendant tout le temps qu'elle met à être éliminée de notre corps. Les personnes au QE élevé sont conscientes de ses effets néfastes, et ne se laissent pas prendre à ce piège.

16. Vous dormez suffisamment
On n'insistera jamais assez sur l'importance du sommeil pour booster l'intelligence émotionnelle et limiter le stress. Pendant que nous dormons, notre cerveau se recharge littéralement, passant en revue les souvenirs de la journée pour les enregistrer ou les écarter (processus à l'origine des rêves) afin que nous nous réveillions l'esprit clair et alerte. Les personnes au QE élevé savent bien que lorsque leur sommeil est insuffisant —ou de mauvaise qualité—, leur attention, leur mémoire et leur maîtrise de soi en pâtissent. Elles en font donc une priorité.

17. Vous stoppez net les pensées négatives
Plus on rumine des pensées négatives, plus on leur donne de pouvoir. La majorité de nos idées noires ne sont justement que des idées et non des faits! Notre impression qu'un événement n'arrive jamais, ou qu'il est au contraire récurrent, ne vient que de la tendance naturelle de notre cerveau à se focaliser sur les menaces (en exagérant leur fréquence ou leur gravité). Les personnes émotionnellement intelligentes séparent les pensées des faits afin d'éviter tout cycle de pensées négatives, adoptant plutôt une perspective plus positive.

18. Vous ne laissez personne vous gâcher votre plaisir
Quand notre faculté à nous réjouir et à être satisfaits est directement liée à l'opinion des autres, nous ne sommes plus maîtres de notre bonheur. Les personnes émotionnellement intelligentes, quand elles sont fières de leurs accomplissements, ne se laissent pas déstabiliser par des remarques ou des sarcasmes. Bien qu'il soit impossible d'être complètement indifférent à ce qu'on pense de nous, rien ne nous oblige à nous comparer aux autres. Il est toujours possible de prendre leur avis avec du recul. Ainsi, quoi qu'ils puissent penser ou faire, notre estime de soi nous vient de l'intérieur.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

VAGINISME

Message non lupar Antony » 27 mars 2020, 09:59
Bonjour,
Je ne suis pas favorable à un jouet sexuel, mais à un dilatateur thérapeutique du genre Kit Velvi
https://www.velvi.fr/Kit-Velvi-Complet

https://www.amazon.fr/s?k=kit+velvi&i=h ... nb_sb_noss

Quand vous aurez franchi le cap du kit velvi, vous pourrez passer à l'oeuf de yoni.
https://fr.aliexpress.com/wholesale?cat ... uf+de+yoni

Une vidéo sur youtube
https://youtu.be/l9VLMiOxOjw

Pour reprendre la commande de vos muscles du périnée, vous pouvez utiliser l'appli gratuite EMY sur votre smartphone, option "sans sonde"
C'est par là qu'il convient de commencer d'ailleurs.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

L'INTELLIGENCE EST-ELLE UN HANDICAP AU BONHEUR

Carlos Tinoco : Je ne pense pas que les individus ayant un QI plus élevé que la moyenne sont nécessairement plus anxieux que les autres. En revanche, si les hypothèses que j'ai développées dans mon livre sont justes, il n’est pas surprenant qu'ils en donnent l'apparence. En effet, au lieu de considérer que les caractéristiques psychologiques qu'on associe communément au "surdouement" (hyperémotivité, faible résistance à l'ennui, relation conflictuelle à l'autorité, etc.) sont seulement des conséquences de l'inscription difficile d'individus aux facultés cérébrales hors-normes dans des institutions scolaires ou professionnelles qui ne sont pas faites pour eux, j'ai examiné la possibilité que l'habileté logique et les performances intellectuelles soient plutôt la conséquence d'un fonctionnement psychologique. De manière assez significative, j'ai souvent résumé cet écart comme "une manière différente de travailler son angoisse".

Quelles sont les raisons de leur mal-être ? Est-ce principalement leur tendance à se poser plus de questions sur le monde qui les entoure ? Est-ce une question d'adaptation au monde ?
Ce que je désigne par angoisse, c'est cette nécessité universelle pour des êtres conscients d'eux-mêmes, de leur solitude, du temps qui passe et de la mort, de donner du sens à leur existence et à chacun des instants vécus. Cela concerne tous les êtres humains, de toutes les époques, même si les mécanismes de donation de sens varient considérablement d'une culture à l'autre. Le mode typique de cette donation, c'est de s'adosser aux normes collectives qui, à une époque donnée, définissent tel ou tel champ social ou activité, ce que les anthropologues et les psychanalystes nomment la loi. En gros, si, comme psychanalyste, je vais aux mêmes colloques que la plupart de mes confrères, je lis les mêmes livres, je parle en employant les mêmes mots ou le même ton, je reçois mon quota de patients qui me payent ce qu’un psychanalyste est censé valoir, ces divers éléments, et notamment le dernier, sont là pour me garantir que je suis bien là où je devais être.
On peut le décliner pour toutes les professions et pour tous les statuts, jusqu’à celui de père, de mère, d’époux, d’amant ou d’ami. Mais ça ne marche que si j’arrive à croire à ces signes extérieurs, si j’arrive à me rassurer par le fait que cette croyance est largement partagée. Si ce n’est pas le cas, il me faut alors trouver dans chaque situation ce qui fait vraiment sens pour moi. Cela oblige à réinterroger la logique d’ensemble de ce système de normes, à soulever des questions qui sont d’habitude soigneusement éludées. Cela oblige à interroger la singularité de chaque moment, de chaque situation, et, pour citer Jean Oury, à faire son viatique de cette question incessamment répétée : " qu’est-ce que je fous là ? " Pas étonnant que cela donne chez ces individus un traitement très différent de l’information perceptive, une propension à enchaîner les questions et à jouir de la complexité de l’arborescence qui s’ouvre ainsi, par-delà les frontières habituelles de la réflexion.

Comment voit-on le monde quand on est plus intelligent que les autres ?
Si mes hypothèses sont justes, cela peut entraîner deux modes d’angoisse assez spécifiques. Le premier constitué par la peur de se perdre dans ses propres questionnements sans pouvoir pour autant les empêcher. Cette angoisse peut aussi être vécue sur le mode de l’alternance entre euphorie de partir ainsi à la conquête du ciel et désespoir de ne pouvoir y parvenir. L’autre mode d’angoisse, que j’ai nommé le sentiment d’hébétude, est le vertige qui s’empare de celui qui ose soulever les questions que tous les autres éludent, quand cela le conduit à prendre la mesure de l’irrationalité et de l’absurdité manifeste des croyances qui régulent le fonctionnement social " normal ", même dans une société qui se targue de se fonder sur la science et la Raison. Plus intelligent parce qu’il n’a pas les mêmes interdits de penser, cet individu en vient vite à se demander si c’est lui qui fou ou le monde qui lui fait face.
Une enquête réalisée en 2012 par l'American Psychological Association (lire ici) montre que les personnes intelligentes ont plus de mal à se remettre en question alors même qu'elles sont plus enclines à critiquer ce que pensent les autres. Etre intelligent pousse-t-il au conflit avec les autres ?
C'est un peu plus compliqué que cela. En tout cas, il est évident qu’avoir un QI élevé ne garantit pas, loin de là, que l’individu est à l’abri des biais de raisonnements de tous types. Pour ce qui est du conflit, si on excepte ceux chez qui cela pourrait donner un complexe de supériorité et qui, aussi étonnant que cela puisse paraître, sont plutôt une minorité, la source est à chercher dans l’opposition radicale de ces deux manières de travailler son angoisse existentielle. Là où les individus typiques vont faire de la loi un socle ininterrogeable, les " surdoués " (quel terme désastreux !) vont au contraire avoir besoin de secouer ce socle, d’en exposer les fissures, pour chercher des réponses singulières. Autant dire que ce qui rassure les uns est exactement ce qui angoisse les autres et réciproquement. Il y a là un enjeu de violence qui peut ensuite se traduire de mille manières, du harcèlement à des formes beaucoup plus subtiles, en passant par l’ostracisme, ou par la violence retournée contre soi.

Les individus ayant un QI supérieur à 140 ont deux fois plus de chances d'être à découvert (lire ici). Qu'est-ce que cela dit du lien entre l'intelligence et la capacité à prendre des décisions rationnelles ?
Il ne faudrait surtout pas croire que la quête de sens dont je parle débouche nécessairement chez le " surdoué " sur une démarche rationnelle. Pour celui qui aperçoit l’incohérence des croyances " normales " cela ne signifie pas pour autant que sa démarche propre va ensuite être un modèle de rigueur scientifique. Car le sens qu’il cherche, celui qui lui permettra d’apaiser son angoisse est d’un autre ordre, de l’ordre d’un éprouvé, de ce qu’on ressent lorsque quelque chose au fond de nous nous fait dire : " ici et maintenant, je suis comblé par l’expérience que je suis en train de vivre ". L’arbitraire de cet éprouvé renvoie à la singularité de chacun et laisse une large place à l’irrationalité.

L'apprentissage de l'échec est-il plus compliqué pour ces personnes ?
Oui, s’ils ne sont pas correctement accompagnés. Car ils ne peuvent pas se consoler de l’échec en se disant que c’est la règle. Là où les autres trouvent du sens précisément en se sentant appartenir au groupe de ceux qui échouent ou ne réussissent qu’à demi, celui qui ne trouve ni confort ni repos dans le sentiment de faire " comme tout le monde " doit parvenir à donner du sens à l’échec. Ce qui demande une maturité par rapport à l’apprentissage que l’école seule permet rarement.
Comment accompagner au mieux les personnes concernées ?
En prenant la mesure du phénomène, qu’on ne saurait réduire à une simple habileté cognitive, en cessant de le pathologiser, en cessant de les enjoindre constamment à " s’adapter " ou à " faire des compromis " là où précisément cela les obligerait à se nier complètement. Au contraire, les autoriser à explorer cette voie qui consiste à être au plus près de sa propre singularité.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

LE CIRCUIT DE LA RECOMPENSE Y COMPRIS EN SEXUALITE

https://youtu.be/o2kru13qC6g
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

JE VEUX LE ( LA ) RECUPERER !

Les mots que nous employons portent à la fois préjudice à notre image mais également à notre propre éthique. Nous n'avons que notre parole pour bien nous faire comprendre, et la première chose à faire, c'est de se relire soi-même pour comprendre ce que inconsciemment nous révélons de notre caractère ou de nos émotions.
Là, vous parlez de quelqu'un qu'il vous semble perdre, et la douleur transparait dans votre désir de la retrouver ( récupérer ), sauf que de réduire cette personne à l'image de " l'objet " à récupérer, vous nuit en premier lieu. En ce sens que personne n'appartient à personne et que vous " l'accaparer " ainsi d'une façon réductrice, vous empêche de lui donner ce respect, ce recul, cette réflexion, qui justement vous permettrait d'y penser différemment et d'être paradoxalement en capacité de trouver les moyens de la toucher à nouveau.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

REMETTRE EN CAUSE LA REPONSE DU PSY A UN INTERNAUTE

C'est cela l'intervention du psy, aller dans le sens de la parole de l'autre…
Donc, laissez-moi m'exprimer SVP, sans vous interposer sur mes messages. Donnez les vôtres sans rebondir sur les miens, l'internaute doit être LE SEUL à y réfléchir. Car c'est bien lui qui est en demande de proposition et d'avancement personnel.
Considérez, je vous prie, que ce que j'écris n'est pas anodin. ( enfin je le souhaite ! )
Si vous ne comprenez pas, en clair : Contentez-vous de donner vos propres réponses sans citer, ni chercher à comprendre les miennes. Merci.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

SEXOLOGIE

De la part d'Antony, sexologue sur ce forum, voilà des cours de sexologie gratuits en ligne :
https://sexoblogue.fr/
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

Pour joindre Antony, sexologue sur ce forum :

Bonjour,
Le confinement n'est pas neutre pour la sexualité. Il se peut que vous soyez seul(e) et que le confinement vous pose un problème. De même, il se peut que le confinement à deux vous pose d'autres problèmes.
N'hésitez pas m'en parler en privé sur mon mail : antony.sxlg@gmail.com
Je réponds gratuitement. Etant confiné comme vous, cela m'occupe de vous répondre par mail ou par tchat !
Cordialement
Antony
Sexologue à la retraite.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

QUAND LE PSY NE DIT PAS CE QUE VOUS VOULEZ ENTENDRE

Si vous êtes en effet habituée à être dépendante des autres et toujours à la recherche d'une prise en charge dans votre vie quotidienne, sans penser par vous même telle une petite fille immature, il est certain que votre indignation peut être extrême !
Ce forum ne fait pas office de " maman " bienveillante prête à mettre la " tototte " dans la bouche du nourrisson avant même qu'il commence à pleurer, ou encore le biberon avant même qu'il ait faim.
je me suis permis de vous répondre ainsi car je pensais que vous possédiez déjà la faculté de réfléchir par vous même. Que vous aviez un tantinet d'intelligence pour comprendre les évidences incontournables, et un minimum de respect pour les professionnels qui prennent le temps de répondre à d'autres internautes, heureusement plus évolués que vous, à la fois dans l'humour, et dans la prise en charge personnelle de leurs "problèmes psychologiques ".
Commencez d'abord par cultiver votre écoute de l'autre, cela vous servira à vous écouter vous-même d'une façon plus déductive et adaptée. Ensuite vous pourrez relativiser et juguler vos crises hystériques ( et ce n'est pas un gros mot ou une insulte, c'est la vraie appellation de ce que vous semblez présenter à la lecture de vos posts ! )
Dommage que pour l'instant vous soyez aussi grossière et limitée, car c'est en partie cela qui vous empêche d'aller mieux et d'espérer évoluer un jour.
Bien cordialement.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Message par Dubreuil »

LE GASLIGHTING

Le "gaslighting", que l'on pourrait traduire en français par "décervelage", est la forme d'abus mental préférée des sociopathes : à travers eux, n'importe quelle information est déformée ou présentée sous un autre jour, omise sélectivement pour favoriser l'abuseur ou faussée dans le but de faire douter la victime de sa mémoire, de sa perception et de sa santé mentale. Et, surprise, il ne s'agit pas d'un phénomène isolé ou récent.
Le terme a même été utilisé pour la première fois dans un film des années 40 : GasLight (George Cukor, 1944), thriller dans lequel un mari (Charles Boyer) faisait croire à sa femme (Ingrid Bergman) qu’elle devenait folle en manipulant de petits éléments de leur environnement. Le titre faisait référence aux lumières à gaz baissant d’intensité dans toute la maison chaque fois que le mari allume les lampes du grenier à la recherche de bijoux.

Par la suite, le terme est apparu dans la littérature spécialisée sur l’abus mental, qualifiant la manière dont le "gaslighting" aveugle celle ou celui qui le subit en abolissant progressivement ses critères de jugement. La victime, éblouie par l'illusion d'amour, ne sait plus si ce qu’elle pense est vrai, si elle a bien fait ce qu’elle croit avoir fait, si ce qu’elle croit avoir vécu a vraiment eu lieu, si cela n’est pas plutôt tout autre chose, comme on le lui suggère, qui a eu lieu.

Pour savoir si nous sommes sous influence d'un "gaslighter", il existe un critère infaillible selon Sarah Chiche, écrivain, psychologue et psychanalyste : "si plus vous côtoyez une personne, plus vous vous sentez vide et en proie à une angoisse extrême, plus vous déprimez, plus vous vous étiolez, plus vous n’êtes que l’ombre de vous-même alors même que cette personne prétend vous aider, vous aimer, qu’elle vous dit "ma pauvre chérie, tu ne vas pas bien du tout", il faut absolument tirer la sonnette d’alarme, vous êtes sous la coupe d'un "gaslighter"."

On ne naît pas pervers et manipulateur. On le devient. Et on le devient parce qu’on a soi-même été confronté, dans l’enfance, au vide ou à l’horreur".
- Sarah Chiche, psychologue
"Certains individus ont l’art de déstabiliser leur conjoint(e) ou même leur enfant en les manipulant de la sorte", poursuit la psychanalyste. "De telle sorte qu’ils finissent par croire que ce qu’ils ont cru dire, ils ne l’ont pas dit, ou que, effectivement, ce qu’ils ont cru que l’autre leur disait, il ne leur a pas dit du tout. Citons l’exemple d’un homme qui laisse clairement entendre à une femme qu’il veut un enfant avec elle et le lui dit très explicitement puis, la semaine suivante, alors qu’elle reparle de ce désir d’enfant partagé, s’entend répondre par l’homme : "mais je ne t’ai jamais dit que je voulais un enfant"."
De la conscience à faire du mal
Les proies idéales pour le "gaslighter" ? Une personne isolée, qui n’a que peu d’amis ou de famille. Une personne qui éprouve le besoin pathologique d’être aimée (soit un "dépendant affectif"). Une personne qui vient de vivre une rupture, un deuil, ou un licenciement qui la rend particulièrement vulnérable à la manipulation. Car le manipulateur agit toujours en deux temps : dans un premier temps, il ferre, il séduit, en déployant des trésors de gentillesse. Dans un second temps, une fois la proie séduite, elle peut plus facilement être manipulée, disqualifiée, rendue folle.
Les "gaslighters" manipulent sans affect, agissent de façon très froide, méthodique : "Il y a, chez certains "gaslighter", une jouissance à détruire l’autre, à avoir tout pouvoir sur lui, à lui faire croire n’importe quoi, qui puise souvent aux sources de l’enfance", nous révèle Sarah Chiche. "On ne naît pas pervers et manipulateur. On le devient. Et on le devient parce qu’on a soi-même été confronté, dans l’enfance, au vide ou à l’horreur. Cela n’excuse en rien les comportements pervers. Cela permet simplement de les recontextualiser et de comprendre ce qui précède la manipulation, parfois des dizaines d’années avant. Et il faut se défaire de l’illusion qu’on peut guérir, par amour, un manipulateur, et qu’on va rester avec lui, pour le transformer, ou bien qu’on va être plus fort que lui."

Que faire lorsque l'on est soi-même victime de "gaslighting" ?
Ne croyez pas que le "gaslighting", technique courante chez les agresseurs, dictateurs, narcissiques, ne concerne que les hommes envers les femmes. Ne croyez pas non plus qu'il ne touche que la sphère du couple. Il peut en fait en effet parfaitement s'étendre à d’autres relations : patron-employé, frère-sœur…
Pire encore, le "gaslighting" peut même avoir lieu à grande échelle, de façon collective. Comme au début des années 80, aux Etats-Unis, lorsque des "thérapeutes" peu scrupuleux avaient littéralement "gaslighté" leurs patients, les avaient rendu fous, en manipulant leur mémoire et leurs souvenirs sous couvert d’une thérapie consistant à faire remonter des souvenirs prétendument enkystés dans la mémoire cellulaire.
On ne se sort pas seul de ce genre de manipulation".
Aussi, quand on se réalise victime de "gaslighting" par un conjoint, un ami, un groupe... et que l'on est anéanti, que faire ? "En réalité, face à ce genre de situations, il n’y a pas d’autre victoire que la fuite.
"Lorsque l'on se rend compte qu’on a été manipulé, on peut en concevoir une très grande culpabilité ou une très grande honte. Le manipulateur le sait d’ailleurs : sa proie n’osera pas se dénoncer, car raconter comment on a été manipulé n’est pas reluisant pour l’estime de soi.
Pour se soigner, le premier pas est de raconter à un maximum de gens autour de soi (amis, entourage, collègues) ce dont on a été victime. Puis, dans le même temps, d’aller voir un psy, pour pouvoir se faire aider. On ne se sort pas seul de ce genre de manipulation. Pour confronter un "gaslighter", si la manipulation est d’une ampleur telle qu’elle a détruit psychiquement la victime, et l’a anéantie, et qu’elle sent qu’elle ne pourra guérir que si elle demande réparation, il n’y a que le recours à la police, aux tribunaux, c’est-à-dire à la loi. Il n’y a que la loi pour arrêter les manipulateurs. Rien d’autre."
Romain LE VERN
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum confiance en soi »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 9 invités