Urgent, c'est le tournant de ma vie

Forum confiance en soi, psychologue confiance en soi
Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 29 mai 2018, 07:02

REPONSE INTERNAUTE ADOLESCENCE

- Dans quel sens on peut interpréter cette explosion. Ne peut-elle pas autant s'exprimer par un replis prononcé (c'est imploser alors), que par une extériorisation impulsive?
Mais dans cette situation, ne pas se laver, rester devant la console, serait rester prisonnier?
Parce que, quoi qu'il en soit, ou la façon dont celle-ci est exprimé, la "crise", ou se passage, est invariable.
Peut importe alors la façon dont l'ados exprime sa crise, l'on ne peut qu'y faire "face"; on y répond, il est aussi bien évident que le cadre ou les limites évolue en fonction de l'âge et de la maturité de l'enfant? ba, si le cadre est suffisamment claire, il en est finalement le même (ou presque) entre les adultes et les enfants (on ne tape pas, par exemple). L'enfant s'amène avant tout, à trouver plus de liberté, simplement, c'est celle qu'il acquière par sont autonomie, c'est sa liberté d'existence qui l'amènera jusqu'à sont émancipation, sa vie d'adulte. C'est donc plutôt des droits et liberté que l'on acquière du à notre maturité, plus que de nouveaux cadres et repère? Ou bien il se complète tout de même car elles sont aussi l'expression de droit et d'interdit.

- Que demande t-on, que peut-on demander à l'autre (l'ados) dans notre désir (?) ou position d'éducation, nos obligations d'éducation, ce que l'on peut faire ou amener à l'autre pour l'aider ou le soutenir dans le développement de sa vie.
Peut-on imposer face à celui qui s'oppose, comment s'amener à aider l'ados qui se laisse "se perdre?", jusqu’où ira t-il, finalement, on se laisse prendre de doute, sur sont avenir, sur des attentes, social, ou autre, qui ne sont pas encore affirmé.
- Parce que l'ados est en "crise", en développement, qu'il passe par des phases d'agitations qui l'amène à tout ses comportements qui nous paraisse immature, inconscient, risqué...

Mais l'est-il réellement, l'ados finis t-il toujours à sa perte, quand bien même tous ses comportements? Ne craignons pas des choses qui n’arrive que dans nos "cauchemars", par le fait de trop s'approprier la vie de notre enfant, de ne pas lui faire suffisamment confiance, d'avoir des aspirations et des désirs qui ne sont pas les nôtres, car l'ados acquière toujours plus sont identité et ses propres valeurs au dépends et aux plus grand mal, parfois, des parents qui ont du mal à accepter que leurs enfants n'est pas le reflet de leurs désirs et de se qu'il idéalisait à travers leur enfant.
Ce qui nous inquiète chez notre enfant est le résultat de nos craintes, de ce que l'on aspire pour le bien-être et la réussite de notre enfant, il est donc évident que l'on s'y implique pour le voir reprendre "forme". Mais comment l'aider de notre côté pour ne pas se laisser débordé et l'amener à prendre conscience de cette "réalité"(?). L'ados vie autant le réelle que nous, c'est jusque que sont développement encore immature le laisse paraître comme on le voit de notre position. Mais quelque part, à chaque instant de notre vie on se laisse percevoir notre immaturité d'hier, (à 60 ans je me perçoit immature à 40 ans...).

L'expression de cette fameuse crise en est (normalement) que passage, une façon de pouvoir s'écarter, d'aller vers d'autre limite, d'expérimenter, celle que l'on nous interdit, celle qui font parfois peur, cela amène à prendre meilleur conscience de nos repères, pour un retour au source, cadre rassurant et prospère, celui toujours connus, car l'être s'amène bien souvent à retrouvé ou se retourner sur se qu'il a connus. (quelque part n'est ce pas pour rien, homme ou femme, retrouvant chez sont partenaire des similitudes avec sont passé, sont enfance; relation au père ou à la mère).

- Alors, que peut-on faire, que doit-on faire, doit-on laisser?
La meilleur chose à faire, je pense, est de garder et maintenir se qui attrait aux besoins essentiel d'une personne. Se sentir reconnus, accepter, comprise, soutenus...
Mais vers ou, jusqu’où peut-on laisser l'autre dans sont escalade, à quel moment réagir, comment réagir face à des comportements alarmant, mais le sont-ils réellement...

Les interdits et les limites sont essentiel et construise une sécurité rassurante, quand bien même elle sont frustrante, l'ados ne fait que vivre ou revivre différemment ses frustrations infantile. Ils leurs donnent une nouvelles approche, un nouveaux sens, une nouvelle signification, se laisse peut-être affirmer la continuité de l'enfance dans cette affirmation, continuant à vérifier le réelle, que sont environnement continus à être suffisamment solide pour l'accompagner face à ses nouvelles inquiétude d'ados, toujours sous le nid familiale, aux angoisses de la séparation (celle qu'il vivait ses premiers mois de vie)...

- Je m'interroge sur les notes, puissent-elle n'être que l'effet de la crise d'adolescence?
Ce n'est pas pour excuser tout les ados qui ont de mauvais résultat, mais peut-on s’interroger sur la considération des notes?
Moi par exemple j'ai toujours été premier de la classe toute ma primaire, et à partir du collège sa a dégringolé au fur et à mesure des année. Pareil pour mon comportement, très expressif au primaire, puis de plus en plus fade par la suite.
Ou je suis tout simplement débile. ha ha.
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 30 mai 2018, 14:06

LES TOCS ( troubles obsessionnels compulsifs )

1) La première suggère que ces pensées sont une partie de l’esprit humain et de sa capacité créative. Notre esprit est hautement développé afin de résoudre des problèmes efficacement et de nous protéger. C’est utile pour nous d’avoir la capacité d’imaginer et d’anticiper toutes sortes de scénarios aussi bien agréables que désagréables.
Comme parfois nous imaginons des événements heureux (comme gagner à la loto ou avoir beaucoup d’argent), le générateur de pensées qu’est notre cerveau produit aussi des idées et images négatives que nous ne voudrions pas avoir.

2) La deuxième hypothèse est celle du ‘bruit mental”. Certaines recherches relatent que les pensées intrusives négatives n’ont pas de réelle importance et sont simplement inoffensives et “flottent” dans notre esprit.
Pour illustrer cette idée, imaginez le cerveau humain comme étant un ordinateur ou un réfrigérateur. Ces machines, quand elles fonctionnent correctement, font régulièrement des bruits étranges (des cliquements, des bourdonnements). Mais ces bruits ne sont pas préoccupants. Ils paraissent plus graves que ce qu’ils sont en réalité. De la même façon, un cerveau humain sain produit plein de sortes de pensées bizarres de temps en temps. Ces pensées, comme le bruit de l’ordinateur, semblent plus graves qu’elles ne le sont.

Vos obsessions viennent d'abord de "pensées normales", c’est un fait scientifique que le contenu de vos obsessions est similaire aux pensées intrusives reportées par tout le monde.

Dans le trouble obsessionnel compulsif, ( TOC ) ce que je vous propose ( ! ) les pensées intrusives sont définies comme des pensées non voulues, des idées ou des images qui provoquent de l’anxiété, de la peur, ou de l’inconfort. Le contenu de ces pensées concerne souvent la douleur, la violence, les agressions, le sexe, et beaucoup d’autres choses. Parce qu’elles provoquent de la peur et de l’anxiété, les personnes tentent de résister, de les stopper ou de les contrôler. Mais cela ne fonctionne pas souvent ou seulement pendant un petit moment.
Les pensées reviennent alors et développent “une vie propre”.

Pensées intrusives : Les graines de l’obsession. C'est du même ordre que les détails que vous donnez :
Ex :
Penser de sauter d’un pont sous l’autoroute en dessous
Penser conduire sur la voie en face ou de sortir la voiture de la route
Penser planter quelque chose dans vos yeux
Impulsion de sauter sous le train qui arrive en gare
L’idée et l’image de faire du mal à un proche
L’idée de faire du mal à quelqu’un sans défense
Penser de pousser quelqu’un devant un train
Impulsion d’être violent avec des enfants
Impulsion de sauter de la voiture en marche
Penser à la mort de votre conjoint
L’image de la personne que vous aimez en train de se faire insulter ou tuer
Imaginer votre famille en train d’être torturée sous vos yeux
Penser que vous devez choisir entre être tué ou regarder quelqu’un que vous aimez se faire tuer
Pensées reliées au fait de faire du mal ou causer des désastres
L’idée d’insulter/d’abuser d’un ami ou d’un membre de la famille sans raison
L’image d’avoir des relations sexuelles avec des personnes inappropriées
Et il y a bien sûr, d'autres milliers de circonstances !!!

La recherche a révélé que 90 à 99% de la population expérimente de temps en temps des pensées intrusives assez étranges. Ce n’est pas très surprenant quand on considère qu’une personne a environ 4000 pensées par jour. Naturellement, certaines de ces pensées vont être basiques, désagréables, inutiles et contraires à votre personnalité.
Bien sûr il y a un phénomène “ne demande pas, ne dit pas” sur ce type de pensées. Ne vous attendez pas à ce que quelqu’un arrive vers vous et vous révèle des pensées comme celles de la liste. Malheureusement ce phénomène vous fait surement avoir le sentiment que vous êtes la seule personne au monde à avoir ce type de pensées et que vous n’êtes pas normal, dangereux, pervers ou immoral. Mais vous savez que comme tout le monde (vos parents, vos enfants, vos professeurs, vos leaders religieux, vos amis, vos collègues, vos médecins…) vous avez des pensées intrusives de temps en temps.

Sauf que vous, vous écrivez qu'elles sont récurrentes et s'aggravent avec le temps.
C'est donc à partir de ce phénomène qu'il faut s'inquiéter et aller voir un psychiatre, pour éventuellement prendre un traitement adéquat qui " calmera " le système nerveux exacerbé, toujours en mode survolté;
Votre cerveau a besoin de " calme ", d'être freiné, recadré, votre imagination est trop féconde.
Et vous avez sans doute des COMPTES A REGLER AVEC CERTAINES PERSONNES, que vous n'avez jamais fait, ou oser faire, et qui ont fait boule de neige, sont devenues très importantes dans des pensées détournées, cachées, énergies psychiques tronquées, et le tout conjugué donnant " un joyeux méli-mélo " morbide avec vos images plus " hard " les unes que les autres !

Dans les tocs, si le contenu de vos pensées intrusives n’est pas différent de celui du reste du monde, vous les ressentez différemment :
Vos pensées intrusives viennent plus souvent que les pensées intrusives classiques
Vos pensées intrusives durent plus longtemps que les pensées intrusives classiques
Vos pensées intrusives vous semblent plus pénibles qu’aux personnes sans TOC
Vous interprétez vos pensées intrusives comme étant importantes alors que les autres vont juste les interpréter comme des pensées intrusives
Vous mettez beaucoup d’effort à essayer de vous battre contre ces pensées au lieu de les laisser pour ce qu’elles sont, des pensées intrusives

La solution n’est pas d’essayer de bannir vos pensées intrusives, si vous avez déjà essayé, vous avez bien vu que ça ne fonctionne pas. À la place, il faut changer vos réactions face à ces pensées et l’importance que vous leur accordez.

Tout le monde a donc des pensées intrusives, mais tout le monde ne les interprète pas de la même façon.
Les recherches ont montré que les personnes sans TOC traitent leurs pensées intrusives comme un bruit de fond. Ils reconnaissent ce type de pensée comme normal et sans intérêt. Par exemple, une personne sans TOC va se dire “C’est une pensée idiote, je ne ferai jamais ça” ou “Ça n’a aucun sens”. Quand la pensée arrive, la personne n’y prête pas attention et la pensée passe sans difficulté.
De l’autre côté, les personnes avec un TOC tentent de donner un sens à ces pensées. Alors que ce sont des pensées intrusives normales, elles vont leur donner de l’importance comme si c’était un signe, la vérité ou qu’elles étaient dangereuses.
Par exemple :
C’est mal d’avoir ce genre de pensée
Si je pense à quelque chose de mal ça doit être vrai
Si je pense à quelque chose d’horrible, je suis une horrible personne
J’ai des mauvaises pensées, cela veut dire que je perds la tête
Quand une personne interprète ses pensées comme dangereuses ou menaçantes, c’est là que l'anxiété arrive. Après tout, si vous pensez vraiment qu’avoir des pensées non voulues est dangereux, il est normal d’avoir peur. Cependant, il est important de voir que le réel problème est la mauvaise interprétation des pensées intrusives, mais pas les pensées. Mal interpréter des pensées intrusives normales rend les pensées angoissantes. Cela vous fait résister aux pensées ou essayer de les pousser hors de votre tête.

Les personnes ayant un TOC rapportent que leurs pensées intrusives obsessionnelles sont répétitives, elles reviennent plus souvent que les pensées intrusives classiques. De temps en temps, les pensées sont déclenchées par l’environnement, mais d’autres fois, elles semblent juste sortir de nulle part.
Les répétitions des pensées intrusives ont aussi un rapport avec la façon dont la personne interprète ses pensées. Particulièrement, quand une pensée intrusive est perçue comme dangereuse, cela active “le système de détection de danger du corps” (le mode combat) ce qui rend la personne super alerte et sur ses gardes. C’est une réponse normale et adaptée quand le danger est réel, car cela nous aide à nous protéger du danger.
Par exemple, si vous avez à traverser une rue bondée, votre mode combat vous donne un coup de fouet et vous êtes très alerte afin de voir toutes les voitures qui passent. Vous pouvez scanner la rue et voir les voitures afin de les éviter en cas de besoin (le mode combat).
C'est ce que l'on retrouve dans le stress des personnes gravement traumatisées ( guerres, violences sexuelles )
Dans le cas d’un TOC, le danger perçu est une pensée intrusive normale mal interprétée. Cette mauvaise interprétation pousse les personnes avec un TOC à être en hyper vigilance sur leurs pensées intrusives comme si elles étaient de réels dangers (ce que nous avons vu n’est absolument pas le cas). Cette tendance naturelle à devenir préoccupé par ses pensées intrusives considérées comme dangereuses explique la répétition des pensées intrusives obsessionnelles.

D’autres comportements peuvent expliquer cette répétition des pensées. Par exemple, les humains ne sont pas très forts pour contrôler leurs pensées. Donc, essayer de repousser ses pensées de sa tête mène au final à les ancrer. En voulant éviter ces pensées, nous les ancrons encore plus. C’est un phénomène normal - regardez ce qui se passe si vous essayez de ne pas penser à un éléphant rose. Si vous avez des pensées intrusives que vous avez interprétées comme dangereuses vous menant à essayer de les chasser de votre esprit; vous avez surement encore plus de pensées intrusives. Cela amène à un cercle vicieux avec plus de pensée donc plus d’anxiété donc plus de pensées, etc.

Mais il se peut que vous en soyez aujourd'hui ( cela du à la peur, la colère, l'angoisse de ne pas maitriser ces répétitions ) des DISTORSIONS COGNITIVES (mauvaise interprétation) dans le TOC
Par ex :
*** Une intolérance à l’incertitude : Un besoin d’être à 100% sûr. Un doute ou une ambiguïté est interprété comme une issue probablement négative.
*** Une surestimation de la menace : Exagération des probabilités négatives et conséquences négatives
*** Une surestimation des responsabilités : Crois être le seul qui a le pouvoir d’éviter les issues négatives. Pense aussi qu’échouer dans la prévention de faire du mal est comme faire du mal.
*** Crois que les pensées intrusives sont importantes et pleines de sens d’une façon ou d’une autre.
*** Pense que les pensées immorales sont comme avoir un comportement immoral, pense qu’imaginer une catastrophe est comme une prédiction.
*** A besoin de contrôler ses pensées
*** Pense pouvoir contrôler ses pensées et doit le faire afin de prévenir d’une catastrophe
*** Crois que l’anxiété ou l’inconfort va durer pour toujours ou va amener à devenir fou
*** Pense que les choses doivent être en ordre, bien faites et parfaites pour être confortable
*** Pense que le danger est réel présent, car sent de l'anxiété (si je me sens angoissé, c’est qu’il y a un danger)
En ce cas

- Aller voir un médecin psychiatre pour un petit traitement qui va " calmer m'excitation cérébrale "

- Faire une thérapie comportementale avec un psy comportementaliste
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 31 mai 2018, 23:24

NOS AMIS LES PSYCHIATRES

- Bon, tout ça pour dire... heu, je ne sais plus ce que je voulais dire. Bref, quoi qu'il en soit, j’ai appris à mes dépens comment un psychiatre peut vous retourner la figure et vous laver le cerveau pour se préserver de toute remise en cause personnelle !
- Si la psychiatrie est une spécialité médicale, les psychologues cliniciens et les psychanalystes n'écrasent pas la douleur de leurs patients avec des neuroleptiques, ils la font monter avec la parole.
- Que je veuille ou non me prêter au jeu de vos appellations contrôlées cela ne change strictement rien, la plupart de vos psys sont des ignorants prétentieux qui écrasent la douleur morale à coups de suffisance hautaine et de neuroleptiques ! Ils se persuadent que les maladies mentales ne sont qu’une question de chimie neuronale, que cet autre en face, ce semblable d’eux-mêmes qui les supplie d’écouter, qui veut exprimer son mal-être à sa manière, il faut l'abrutir de saloperies pour qu’il ferme sa gueule, qu’il arrête de faire du bruit, du désordre !
Il se lève, indigné :
- Et lorsqu’on bourre un patient de psychotropes, qu’on lui refuse toutes possibilités de vie psychique, on ne peut pas désirer qu’il vive, n'est-ce pas ? Un tel déni d’identité ne peut pas se cacher derrière des motivations vertueuses d’empathie, voire même d'intérêt professionnel !
Il parcourt la pièce à grands pas :
- Quel sacré boulot que d’aller les déloger dans leurs repaires les pères psychiatres, comment les humaniser, leur faire confiance, comment croire ces pontifes, ces massacreurs, ces bourreaux de l’âme ! Comment avoir envie de grandir avec cette toute puissante engeance paternaliste qui règne sans faillir, sans écoute, sans questionnement, sur les besoins de ses enfants ? Comment voulez-vous qu’un malade se dégage d’un tel obscurantisme, qu’il réchappe d’une pareille imposture !
Il entend qu'elle dit :
- Désacraliser à la fois le pouvoir et le savoir des psychiatres est sans nul doute le signe d’une bonne hygiène mentale, cependant, comme dans tous métiers il y a de bons et de mauvais ouvriers, et vous semblez faire ici un amalgame sur tout homme ou femme ayant choisi la profession de psychiatre.
- J’ai trop de haine pour eux !
- Trop, comme un plus, un « trop » qui ne leur appartiendrait pas.
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 03 juin 2018, 10:12

LES TROUBLES DE LA MEMOIRE

La mémoire est un ensemble de systèmes biologiques et psychologiques dont les fonctions sont la fixation, le stockage et la restitution des informations recueillies. Les troubles de la mémoire ou troubles mnésiques peuvent exister dans des circonstances très diverses chez l'enfant et l'adolescent. Ils sont parfois isolés ou bien associés à d'autres troubles cognitifs (dysphasie, dyspraxie visuo-spatiale...) Dans d'autres cas, ils s'inscrivent dans le cadre d'une pathologie ou d'une déficience (paralysie cérébrale, hydrocéphalie, séquelles de traumatisme crânien, trisomie 21, autres déficiences intellectuelles...) Par ailleurs, certains traitements médicamenteux peuvent entraîner des troubles de mémoire.
Si certains jeunes souffrant de troubles mnésiques ont un retard mental, d'autres n'ont aucune déficience intellectuelle et ont des capacités de raisonnement et des compétences linguistiques intactes. De façon générale, le diagnostic de trouble mnésique ne peut être porté qu'au terme d'un bilan neuropsychologique approfondi et induit généralement une prise en charge rééducative ( psychomotrice - orthophonique). En outre, les jeunes atteints de troubles mnésiques souffrent généralement de difficultés de repérage temporel dont la prise en compte est essentielle.
La répercussion des troubles mnésiques sur les apprentissages est différente selon que les difficultés sont liées à la mémoire à long terme ou à la mémoire de travail.

La mémoire à long terme
permet de conserver et de restituer des informations, de quelques heures à toute une vie. Les souvenirs les plus anciens sont les plus stables et les plus solides. La structuration des souvenirs se fait par répétition, réactivation par les expériences postérieures à l'événement mémorisé, utilisation plus ou moins fréquente des informations stockées... En cas de troubles de la mémoire à long terme, le jeune a par exemple des difficultés à apprendre ses leçons. C'est un trouble, il ne s'agit pas de mauvaise volonté ou de paresse de sa part. Il faut souligner que pour tous les élèves, qu'ils aient ou non des troubles mnésiques, les savoirs scolaires peuvent s'acquérir de façon spontanée (tel jeune passionné par les volcans aura retenu l'intégralité d'un cours à ce sujet sans effort particulier) ou de façon intentionnelle avec un long travail volontaire sur plusieurs mois ou années (situation la plus fréquente). En outre, certains jeunes souffrant de troubles mnésiques avérés perturbant leurs apprentissages scolaires, n'ont pas de difficultés à intégrer les notions culturelles apportées par l'environnement familial et social (télévision notamment), ni les éléments se rapportant à leur biographie personnelle. Dans ces situations, il y a donc atteinte de la mémoire explicite (aptitude à se rappeler de l'information immédiate accessible à la conscience) et préservation de la mémoire implicite (aptitude à se rappeler de l'information présente mais non accessible par une action consciente volontaire).

La mémoire de travail
permet un maintien en mémoire active d'un certain nombre d'éléments récents ou d'éléments extraits de la mémoire à long terme. Elle rend compte du traitement en temps réel du matériel verbal (discours d'autrui ou lecture d'un texte). Elle autorise la compréhension au fil de l'audition ou de l'identification des mots. La mémoire de travail contient des éléments en nombre limité, de 3-4 éléments jusqu'à 6-9 environ, selon les personnes, leur âge, le contexte. Certains jeunes ne peuvent conserver que 2 éléments en mémoire de travail. Ils seront alors gênés dans de nombreuses activités d'apprentissage.

Répercussions sur l'expression orale, la lecture et l'expression écrite
Le retentissement est très différent selon les cas. Il peut s'agir d'une dysorthographie isolée. Elle touche essentiellement l'orthographe d'usage, y compris sur des mots très fréquents. La segmentation des mots, la phonologie et la syntaxe sont respectées. Il n'y a pas de dyslexie associée, le niveau de lecture est bon.
Dans d'autres situations, les troubles de la mémoire à long terme peuvent entraîner un manque du mot. L'élève connaît le mot. Si on lui demande de montrer l'éléphant sur une photo, il le fait sans hésitation. Par contre, si on lui demande de donner le nom de l'animal en lui désignant sur la photo, il dit qu'il ne sait pas ou qu'il a le mot « sur le bout de la langue », ou bien il fait une paraphrase pour expliquer. Le mot « éléphant » est donc stocké dans sa mémoire, mais sa récupération est impossible.
Pour certains jeunes, il existe un déficit lexical, c'est-à-dire que leur vocabulaire est pauvre du fait de difficultés liées à la mémoire à long terme.
Il peut exister une difficulté à mémoriser des schémas narratifs (étapes d'un récit) et des scripts (éléments constitutifs d'une action complexe) dont le stockage et la récupération sont indispensables pour décoder la plupart des échanges linguistiques. De ce fait, les informations ne peuvent pas être hiérarchisées et cela induit des oublis et des confusions, une impossibilité à construire des liens de causalité pertinents, à comprendre les motifs des actions, à concevoir l'ensemble du scénario en jeu dans ce qui a été demandé, ou dans un récit ou une lecture.
Pour les personnes ayant des troubles mnésiques, il est indispensable de conserver une trace de chaque activité d'apprentissage. Ces traces vont constituer des supports d'aide à la remémoration et/ou permettre de réaliser de nouvelles tâches en étant dégagé du coût cognitif que nécessite le rappel des connaissances. On peut utiliser des affichages collectifs ou bien des classeurs individualisés dans lesquels l'élève pourra facilement retrouver les savoirs travaillés antérieurement et des aides méthodologiques. Ces outils doivent être présentés très clairement, bien organisés, avec des présentations aérées, des couleurs favorisant le repérage. Ils doivent être évolutifs en fonction de la progression.
Ces outils, selon la discipline et selon les compétences de l'élève (lecteur, non lecteur), prendront des formes variées : textes, schémas, croquis légendés, images, dessins, tableaux, étiquettes avec pictogrammes...
Il est essentiel d'aider la personne atteinte de troubles mnésiques à développer sa structuration temporelle. Le repérage dans le temps se travaille grâce à des outils comme les emplois du temps journaliers et hebdomadaires individualisés, les calendriers où doivent être repérés les événements importants pour le jeune (anniversaires, dates de vacances, sorties, rencontres sportives...), la lecture de l'heure (cadran numérique ou à aiguilles selon ses capacités), plus tard la frise historique.
Il s'agit également de développer tout le vocabulaire temporel, de travailler sur la chronologie des récits et sur l'utilisation et la compréhension des connecteurs temporels.
Il est aussi nécessaire de travailler sur le temps prospectif, c'est-à-dire le repérage par rapport à l'avenir.
Dans le cas particulier d'un oubli à mesure (ne mémorise plus aucune information nouvelle, situation rencontrée parfois après une maladie, un trauma crânien grave), un mémento est utilisé où la personne inscrit tout ce qu'elle fait au fur et à mesure de la journée.

Utilisation d'un cadre anecdotique (se référer à des événements précis, utiliser l'humour, sortir de la routine, créer la surprise...), tout cela peut favoriser l'attention et donc l'enregistrement des notions. Ces aspects marginaux peuvent ensuite favoriser leur rappel.
La diversification ou la sélection des supports pédagogiques (auditifs, visuels, kinesthésiques avec manipulation) sera bénéfique selon les ressources. S'il n'y a pas de dyspraxie visuospatiale associée, le recours aux images mentales visuelles sera favorisé.
On doit également apprendre des stratégies de mémorisation : associations mentales à des images, des couleurs, des lieux ; associations logiques ; associations personnelles…
Afin de travailler sur les récits et les scripts, on peut procéder ainsi : pour tout texte, récit, film ou exposé, on fournit une trace écrite sous forme de texte, de pictogrammes ou de dessins. On peut surligner ce qui semble le plus important. Ensuite on constitue un résumé. Ce résumé pourra ensuite être l'objet d'illustrations, de mises en relation avec d'autres savoirs.
Le processus de mémorisation est grandement tributaire de l'état émotionnel du sujet
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 05 juin 2018, 10:33

QUE FAIRE EN CAS DE HARCELEMENT

Donner le nom d'un avocat quand vous déposez plainte à la gendarmerie. Cette information sera précieuse pour que le dossier ne soit pas classé et soit transmis au procureur de la République.

Avec réellement un avocat
Le harcèlement est réprimé dans toutes les situations et toute preuve recueillie par la victime peut être admise en justice (témoignages de voisins, copies de courriers...).
La personne coupable de harcèlement risque :
1 an de prison
et 15 000 € d'amende.
Des circonstances aggravantes existent si le harcèlement a entraîné une incapacité totale de travail de plus de huit jours (anxiété, stress...), si les faits ont été commis sur une personne dont la particulière vulnérabilité, due à son âge, à une maladie, à une infirmité, à une déficience physique ou psychique ou à un état de grossesse, est apparente ou connue de l'auteur.
Si les faits ont été commis avec une seule de ces circonstances aggravantes, la peine maximale passe à :
2 ans de prison,
et 30 000 € d'amende.
Si les faits ont été commis avec trois ou plus de ces circonstances aggravantes, la peine maximale est de :
3 ans de prison,
et 45 000 € d'amende.
De plus, des actions spécifiques peuvent être menées selon le type de harcèlement en cause.
Harcèlement sexuel au travail
Harcèlement moral au travail
Harcèlement au sein d'un couple.
Harcèlement scolaire
Harcèlement sur internet
Harcèlement téléphonique,

Vous pouvez contacter une structure d'aide aux victimes, le 08
Écoute, informe et conseille les victimes d'infractions ainsi que leurs proches.
Par téléphone
+33 (0)1 41 83 42 08
Ouvert 7 jours sur 7 de 9h à 21h
Numéro gris ou banalisé : coût d'un appel vers un fixe et service gratuit, depuis un téléphone fixe ou mobile

Par courriel
08victimes@france-victimes.fr
Où s’adresser ?
Violences Femmes Info - 3919
Écoute, informe et oriente les femmes victimes de violences, ainsi que les témoins de violences faites à des femmes.
Traite les violences physiques, verbales ou psychologiques, à la maison ou au travail, et de toute nature (dont les harcèlements sexuels, les coups et blessures et les viols).

Par téléphone
39 19 (appel gratuit depuis un téléphone fixe ou mobile)
Ouvert
de 9h à 22h du lundi au vendredi,
et de 9h à 18h le samedi, le dimanche et les jours fériés.
Appel anonyme.
Appel ne figurant pas sur les factures de téléphone.
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 09 juin 2018, 09:14

Le TRAUMATISME peut être physique ou/et psychique.
Il désigne LES CONSEQUENCES d’un événement dont la soudaineté, l’intensité et la brutalité peuvent entraîner un choc psychique, et laisser des traces durables sur le psychisme de la personne.

LE TRAUMATIQUE
désigner l’aspect du traumatisme, LE FONCTIONNEMENT PSYCHIQUE dû au traumatisme. C'est " l'empreinte " traumatique qui ne peut jamais être totalement représentable, figurable, et symbolisable, dans la réalité.

LE TRAUMA
désigne l'ACTION NEGATIVE du traumatisme sur le psychisme, avec de graves troubles du comportement psychologique ( le déni, le clivage, l’identification projective, l’idéalisation, l’omnipotence, etc...
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse. Aujourd'hui, partager mes connaissances et mon expérience, en les mettant à la disposition de tous, professionnels, étudiants, ou grand public.

PORTER PLAINTE
Rassemblez bien tous les papiers qui concernent ce que vous écrivez plus haut et prenez un avocat pour que cela soit jugé.
C'est un AVOCAT qui doit prendre en main tout votre dossier, et faire la part de chaque chose, pour qu'ensuite vous puissiez porter plainte contre les faux-témoignages, et le harcèlement de votre employeur. Vous obtiendrez ainsi des dommages et intérets financiers.

Si vous pensez ne pas avoir assez d'argent, commencez par aller au Tribunal de grande instance de votre ville. Vous y demanderez un " avocat commis d'office " qui sera payé par l'Etat, avec parfois une très faible participation de votre part.
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse. Aujourd'hui, partager mes connaissances et mon expérience, en les mettant à la disposition de tous, professionnels, étudiants, ou grand public.
*** Vous devez avoir une attestation de CHACUN des professionnels qui vous ont reçu, ou qui ont constaté, ou qui vous ont soigné.
Y compris le détail de TOUS les soins et des médicaments que vous avez du faire ou prendre pour vous soigner depuis 2011

ET SURTOUT
***A chaque fois que vous envoyez un papier à quiconque, concernant votre affaire, ENVOYEZ-LE EN RECOMMANDE ACCUSE DE RECEPTION.
PHOTOCOPIEZ CE QUE VOUS ECRIVEZ, et LE RECU DE VOTRE ACCUSE RECEPTION
Dedans il y aura les preuves très importantes qui montreront l'étendue de vos traumatismes.
A chaque fois que vous donnez un papier à quelqu'un, que ce soit à votre avocat, à un juge, à un aidant, à quiconque, FAITES-EN D'ABORD UNE PHOTOCOPIE. Car les papiers se perdent, s'égarent. On peut aussi dire qu'ils n'ont pas été envoyés ou reçus, etc...
Et vous devez garder ces photocopies en lieu sûr, sans jamais les donner à quiconque, mais en faisant une photocopie, de cette photocopie !
Et si vous recevez des demandes, des réponses par mail, ou si vous envoyez des messages par mail IMPRIMEZ TOUJOURS ce que vous
avez reçu, et ce que vous avez envoyé.
Dans tout ce qui touche vos intérêts quels qu'ils soient, restez calme et vigilant. L'administration n'est pas UNE personne, mais des personnes qui font plus ou moins bien leur travail.
N E F A I T E S C O N F I A N C E Q U' A V O U S M E M E
" La prudence est mère de la sûreté " !
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 09 juin 2018, 09:30

PORTER PLAINTE POUR FAUX TEMOIGNAGE

On ne peut pas témoigner pour soi-même.
Certains proches des parties ne peuvent pas témoigner, que ce soit en matière civile ou en matière pénale (ascendants, descendants).
il est possible néanmoins de leur demander des renseignements, sans qu'ils aient à prêter serment.
Les mineurs de moins de 16 ans ne sont pas obligés de prêter serment.
Chaque fois qu'une personne est invitée par une juridiction à témoigner, elle doit impérativement comparaître, sauf en cas de motif légitime (présentation d'un certificat médical par exemple, laissé à l'appréciation du juge), d'immunité diplomatique ou de respect du secret professionnel (avocat, médecin, prêtre).
Secret professionnel

Vérifiez que les conditions sont réunies pour porter plainte pour faux témoignage
Avant tout, il est nécessaire d'identifier l'infraction dont vous êtes victime et d'en apporter la preuve afin que votre plainte ait des chances d'aboutir.

Il y a faux témoignage (article 434-13 du Code pénal) quand sont réunis les éléments suivants :
le témoignage est mensonger (il ne respecte pas le serment de vérité) ;
ce témoignage mensonger est fait sous serment soit devant une juridiction, soit devant un officier de police judiciaire (OPJ) agissant en exécution d'une commission rogatoire.

Vous avez la possibilité de vous plaindre :
d'un témoignage mensonger dans son ensemble ;
d'un témoignage même partiellement faux (il peut être sanctionné puisqu'il vous aura nécessairement causé du tort, une souffrance psychique, par exemple) ;
de la production de faux écrits si vous estimez que vous en êtes victime.
Dans ce cas, vous déposerez plainte pour établissement et usage d'une attestation falsifiée.

En cas de faux témoignage effectué à votre encontre, vous pouvez déposer plainte :
soit en vous déplaçant au commissariat ou à la gendarmerie :
du lieu de l'infraction ;
du domicile de l'auteur de l'infraction si vous le connaissez ;
du lieu de son arrestation si vous le connaissez ;
soit directement auprès du procureur de la République en envoyant votre plainte par lettre recommandée avec avis de réception au tribunal de grande instance (TGI) du lieu de l'infraction ou du domicile de l'auteur de l'infraction, à l'attention de monsieur le procureur de la République.

Le faux témoignage est sanctionné par la loi. C'est un délit puni de 5 ans d'emprisonnement et 75 000 € d'amende.
Certaines infractions proches du faux témoignage sont également punies :
La subornation de témoin est punie de 3 ans d'emprisonnement et 45 000 € d'amende (article 434-15 du Code pénal).
Bon à savoir : la subornation de témoin consiste à obtenir un faux témoignage en échange d'un cadeau, sous la menace, ou en contraignant une personne à ne pas témoigner.
Le faux et l'usage de faux sont punis de 3 ans d'emprisonnement et 45 000 € d'amende (articles 441-1 et suivants du Code pénal).
L'établissement, la falsification ou l'usage d'une fausse attestation en justice sont punis d'1 an d'emprisonnement et 15 000 € d'amende (article 441-7 du Code pénal).

Recevez une indemnisation
Il vous est possible d'obtenir des dommages-intérêts pour réparer le tort que vous a occasionné un faux témoignage.
En apportant la preuve du faux témoignage, vous apportez, par la même occasion, la preuve que vous en êtes victime.
Afin d'obtenir une indemnisation, vous devez démontrer que le faux témoignage porté à votre encontre vous a causé, par exemple, un préjudice moral (anxiété, souffrance psychique, etc.).
Vous pouvez alors être indemnisé de deux manières.
Devant la juridiction civile : vous devez prouver la faute commise (faux témoignage) et le préjudice subi (souffrance psychique).
Devant la juridiction pénale : vous devez impérativement vous constituer partie civile pour obtenir des dommages et intérêts au titre de votre indemnisation[/quote]
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 10 juin 2018, 16:54

LE DEUIL

D'abord il faut savoir que la perte d'un être cher est un traumatisme psychique. D'autre part qu'il faut en moyenne 18 mois pour se détacher d'une façon sereine des pensées récurrentes morbides. Ensuite, il y a un processus de deuil qui passe par différentes étapes.
Le deuil n’est pas une maladie mais il peut entraîner les symptômes d'une maladie, voir en créer une : Maux d’estomac, insomnies, stress et des maux de tête graves sont quelques-uns des effets secondaires ressentis par une personne qui vit un deuil.
Certaines personnes peuvent pleurer, se murer dans le mutisme ou, au contraire, la logorrhée ou la perdre d’appétit.
En raison de ce stress, le rythme du sommeil est perturbé et cela conduit à un affaiblissement du système immunitaire.
Le temps du deuil dépend de la nature de la perte, et du mental de la personne qui vit se drame. Il n’y a pas vraiment de temps fixé pour gérer, digérer un deuil.
Elizabeth Kubler-Ross a modélisé les 7 étapes du deuil et nous les a présentées dans son livre « On Death and Dying ». A vous de vous faire votre propre opinion.

Les sept étapes du deuil
1 – Choc et déni
A ce stade, la personne souffre d’un choc à l’annonce de la perte.
Le choc est une étape légitime de défense de l’esprit pour une situation qu’elle pense ne pas pouvoir gérer. La réaction est souvent la négation des faits qui se sont réellement produits.
La personne en deuil pense qu’elle rêve et refuse d’accepter la situation causant cette insupportable douleur.
La durée de temps de cette étape ne peut pas être déterminée.
Même des tâches simples et les décisions de bases ne peuvent plus être effectuées par une personne en état de choc.

2 – Douleur et culpabilité
A ce stade, la personne endeuillée se rend compte que la perte est bien réelle.
C’est l’étape la plus chaotique et effrayante de douleur. Beaucoup de gens compensent avec de l’alcool et des médications.
D’intenses sentiments de culpabilité et de remords sont expérimentés en raison des mauvaises choses qui ont pu être faites ou pas faites. La douleur pousse parfois la personne endeuillée à se sentir coupables et se considère comme responsable de la perte.

3 – Colère
A ce stade du deuil, la personne peut se mettre en colère à cause de l’injustice ressentie de ce qui lui est arrivé. Elle peut aussi choisir inconsciemment de dévier cette colère sur une personne désignée comme responsable de la perte.
Une bonne gestion de la colère est indispensable à ce stade du deuil.

4 – Marchandage
A ce stade, la personne en deuil se sent frustrée et peut même commencer à blâmer les autres pour la perte subie.
Bien que cette responsabilité ne soit pas juste, la personne en souffrance n’est pas en état de le comprendre et d’accepter cette réalité.
Commence alors une sorte de négociation de la perte et une tentative pour trouver les moyens par lesquels inverser cette situation et la compenser.
Cette étape est appelée la négociation.

5 – Dépression et douleur
Ici, la personne accepte la perte, mais n’est pas en mesure d’y faire face.
Dépression, perte de moral, la personne en deuil est au désespoir et se comporte passivement.
Elle ne voit pas comment atténuer cette immense souffrance et n’arrive plus à vivre normalement le quotidien.

6 – Reconstruction
Il s’agit de la phase de test dans lequel la personne déprimée commence à s’ouvrir à nouveau aux autres et accueille des activités afin d’échapper à la douleur.
En fait, c’est l’amorce de la prochaine étape et la dernière, à savoir l’acceptation de se réconcilier avec la réalité.
C’est aussi une phase dans laquelle commence le processus de reconstruction et la personne en deuil cherche des solutions et des moyens pour sortir de sa peine.

7 – Acceptation
Stade où la personne endeuillée accepte la réalité.
Dans l’acceptation de ce qui ne peut être changé la personne projette une lueur d’espoir et commence à croire en elle-même.
La réalité et les faits de la vie sont enfin acceptés et la personne reprend le cours de sa vie.
Cette étape n’est visible que lorsque la personne commence à se comporter normalement et que son travail professionnel est amélioré.
La personne qui sort de ce deuil commence à nouveau à se mêler aux autres.

Comment faire face à la souffrance ?
Perdre quelqu’un de cher à votre existence peut être une situation écrasante et il en résulte naturellement une grande souffrance.
Même si le processus de deuil est très subjectif, tout le monde tente de faire face au deuil à sa manière.
La compréhension de ces étapes peut vous aidera à élaborer votre chemin au travers de cette douleur émotionnelle tout en gardant à l’esprit qu’on peut en ressortir !
Il n’y a pas de bons ou mauvais moyens pour se réconcilier avec la perte, il n’y a que votre propre façon de surmonter les sentiments de tristesse extrême.
Peut-être en allant en parler à une personne en qui vous avez entièrement confiance dans son empathie et objectivité, et/ou à un professionnel.
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 10 juin 2018, 23:20

SI UN INTERNAUTE VOUS PROPOSE DES MESSAGES PRIVES

les mots de l'un sont souvent la douleur de l'autre. C'est pour cela que sur ce forum tenu par des psys, il est préférable de ne pas se laisser tenter par des conversations privées, car nul ne vous garantit de la moralité de votre interlocuteur. Et d'une part il est toujours important de lire les réponses données, elles peuvent nous aider à évoluer, et d'autre part, le sérieux de ce site pourrait être mis à mal par des personnes malveillantes ( perverses, mégalomanes, gourous, etc.. ) qui pourraient alors profiter de la détresse ou vulnérabilité de certains internautes, qui n'auraient alors aucun recours pour se défendre.
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11525
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Urgent, c'est le tournant de ma vie

Messagepar Dubreuil » 13 juin 2018, 08:21

PARENTIFICATION ET RELATION D'ACCAPAREMENT

La parentification de l’enfant est un processus interne à la vie familiale qui amène l'enfant ou l'adolescent à prendre des responsabilités plus importantes que ne le peut ( et le veut ) son âge et sa maturation psychologique ( psychique ). Ce qui le conduit inconsciemment à devenir un parent pour ses parents.
L’enfant va être sollicité au delà de ses compétences psychiques, tandis que le parent est dans la non reconnaissance de ce que l’enfant lui apporte.
Ce processus s’observe lorsque le parent est fragilisé, par ex : atteint d’une maladie, endeuillé, dépressif, malheureux, alcoolique., etc...
Le parent dépose chez l’enfant toutes ses angoisses, ce qui mobilise chez ce dernier toutes ses ressources pour le secourir. Progressivement il va devoir se positionner en adulte pour répondre aux besoins du parent adulte. C’est ce qu’on appelle la » parentification « .

C’est la façon dont l'enfant se positionne par rapport à son parent fragile qui crée une relation d’accaparement.
Face à la détresse de son parent, l'enfant va se donner pour mission de combler ou de réparer ses blessures. Le parent va alors le solliciter de façon consciente et/ou inconsciente afin d’obtenir de l’aide.
Le résultat de cette double dynamique est que l’enfant se retrouve peu à peu enfermé dans un lien de dépendance dont il n’arrive pas à s’extraire. La peur d’abandonner son père ou sa mère face à ce contexte de faiblesse le condamne à tenter d’assumer un rôle qui n’est pas le sien. La mission devient interminable et vaine et il se retrouve constamment confronté à l'adulte malheureux ou fragile.
Ce reflet de la figure parentale le revoit constamment à un sentiment d’impuissance et de culpabilité.
La perversité de ce mécanisme est renforcée par l’attitude de l’adulte, qui dénie ainsi la réalité de l’enfant avec la certitude que c'est normal, que c’est une marque de confiance, et qu'il " lui apprend la vie ".

Cette relation perverse entre parent et enfant, place l’enfant dans un double paradoxe : nier l’enfant qui est en lui, et endosser impérativement la responsabilité totale d'un adulte fragile jamais satisfait.
Impuissant et culpabilisé, il perd confiance en lui, et développe une mauvaise estime de soi. Cette situation va l’handicaper dans son accès à l’autonomie et le maintenir dans un lien toxique de dépendance affective.
A l’âge adulte, il sera souvent poussé vers un conjoint fragile. Il se sentira ainsi plus en confiance dans ce type de schéma relationnel où il retrouve la place, et la mission " de sauvetage " qu’il a toujours connue.

Ces enfants devenus les parents de leurs parents n'ont pas eu la possibilité de comprendre et de parler de leur propre souffrance à un adulte attentif, aimant, sécurisant.
Ils ont subi ( et subissent jusqu'au décès du parent ) une situation qui dans leur vie quotidienne les empêchent de faire leurs propres choix matériels et/ou affectifs, avec de grandes difficultés à exprimer leurs propres blessures, parce qu'elles ont été pendant trop longtemps niées, ce qui ne leur a pas permis de se reconnaitre comme " victimes " et dignes d'amour et d'intérêt de la part d'un tiers.
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum confiance en soi »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités