Je suis dépendant affectif

Forum dépendance affective
Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9280
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Je suis dépendant affectif

Message par Jeannette »

Un adulte qui maltraite physiquement ou psychologiquement un enfant est coupable.
Un parent qui n'aime pas son enfant n'est ni coupable ni responsable... C'est un fait. Sauf si cela le pousse à des actes de maltraitance, dont la négligence, la culpabilisation, le mépris, le rejet, et j'en passe dans la série des maltraitances psychologiques, ce qui est malheureusement fréquent.
Beaucoup de mères sont les premières à souffrir de ne pas tomber éperdument amoureuses de leur enfant dès la naissance, alors qu'elles avaient profondément désiré cet enfant...
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran
JibiLight
Messages : 279
Inscription : 06 nov. 2015, 10:55

Re: Je suis dépendant affectif

Message par JibiLight »

On ne commande pas les sentiments, mais on peut décider de s'ouvrir à l'amour.
Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9280
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Je suis dépendant affectif

Message par Jeannette »

Oui, mais le serrurier n'est pas dans l'annuaire, et la porte est parfois difficile à trouver ou bien fermée :lol:
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran
Luka75
Messages : 235
Inscription : 09 févr. 2013, 19:01

Re: Je suis dépendant affectif

Message par Luka75 »

non, une mère qui n'aime pas son enfant ne pourra pas faire tout cela sincèrement, l'enfant le ressentira, et subira une carence. C'est vrai.
ceci étant, crois-tu que cet amour soit suffisant pour que l'enfant soit heureux ? Malheureusement, rendre un enfant heureux et, surtout, en faire un adulte heureux, c'est loin d'être aussi simple et cela ne se résume pas à "aimer". (…)
Ah donc tu en viens finalement à dire, à demi-mot, que pour bien se construire l'enfant à quand même besoin de l'amour de sa mère . Cela contredit un peu tout ton raisonnement précédent non?
Détrompe toi sur un point : un enfant qui n'a pas été aimé par ses parents peut parfaitement apprendre à s'aimer malgré tout. Soit parce qu'il aura eu la chance d'être aimé par d'autres (d'autres adultes de son entourage, un enseignant, autre, parfois même par un animal...) soit parce qu'il aura la capacité à "réécrire" une partie de son histoire en psychanalyse, soit parce qu'il apprendra à avoir confiance en lui-même et à s'estimer par ailleurs, etc. Ce sera moins facile. Mais pas impossible.
Oui je sais c'est exactement ce que je vis à travers la thérapie et avec une amie.
Mais force est de constater que dans ces cas là, et à différents niveaux, le thérapeute et les gens qui nous donnent de l'amour sont tous des "figures parentales de substitution"…
Et pourquoi ce si grand besoin de déterminer ce que les parents DOIVENT ou ne DOIVENT PAS faire ? Pour mieux juger ?
Parce que si on ne juge pas, pourquoi se soucier de qu'ils doivent ou non faire ?
Parce que pour essayer de mieux comprendre et tenter de m'en sortir, j'essaie d'étudier la dépendance affective sous tous ses aspects. Et là je cherche à comprendre quel rôle à joué le comportement de mes "parents" dans ma dépendance affective...
Enfant du paradis recherche une escale
Patouche
Messages : 706
Inscription : 29 nov. 2015, 07:11

Re: Je suis dépendant affectif

Message par Patouche »

Erwan78 a écrit :je cherche à comprendre quel rôle à joué le comportement de mes "parents" dans ma dépendance affective...
Personnellement, j'entends la façon dont tu argumentes non pas comme un moyen d'essayer de comprendre, mais plutôt comme une démonstration de leur responsabilité, voire de leur culpabilité, en prouvant (cqfd) qu'ils AURAIENT DU faire mieux.
JibiLight
Messages : 279
Inscription : 06 nov. 2015, 10:55

Re: Je suis dépendant affectif

Message par JibiLight »

Jeannette a écrit :Oui, mais le serrurier n'est pas dans l'annuaire, et la porte est parfois difficile à trouver ou bien fermée :lol:
Oui mais.
JibiLight
Messages : 279
Inscription : 06 nov. 2015, 10:55

Re: Je suis dépendant affectif

Message par JibiLight »

Patouche a écrit :
Erwan78 a écrit :je cherche à comprendre quel rôle à joué le comportement de mes "parents" dans ma dépendance affective...
Personnellement, j'entends la façon dont tu argumentes non pas comme un moyen d'essayer de comprendre, mais plutôt comme une démonstration de leur responsabilité, voire de leur culpabilité, en prouvant (cqfd) qu'ils AURAIENT DU faire mieux.
Je partage ce ressentis.
Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9280
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Je suis dépendant affectif

Message par Jeannette »

JibiLight a écrit :
Jeannette a écrit :Oui, mais le serrurier n'est pas dans l'annuaire, et la porte est parfois difficile à trouver ou bien fermée :lol:
Oui mais.
:lol: :lol:
T'as eu combien, en philo, au bac ?
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran
Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9280
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Je suis dépendant affectif

Message par Jeannette »

Erwan78 a écrit : Mais en quoi donner certaines valeurs à son enfant est plus important que de lui donner de l'amour?
Le plus important ?
Lui enseigner le respect de certaines "lois" (comme de ne pas tuer, le respect de l'autre et ses corollaires, ...), lui donner l'occasion de trouver à s'intégrer dans la société, ...
Mais surtout, lui permettre de devenir adulte. Reste à savoir ce que c'est que d'être adulte, je sais. Dans notre société, nous n'avons (malheureusement ?) pas de rite initiatique ponctuel et formalisé marquant ce passage. Reste donc à en déterminer les principales composantes.
De nombreux auteurs s'y sont penchés. Avec, en général, une conclusion commune : être adulte, c'est être autonome et responsable...
Autonome ? Personne ne peut mieux prendre soin de nous que nous mêmes. Nous sommes celui qui est le mieux placé pour satisfaire nos propres besoins, de quelque type que ce soit.
Responsable ? Responsable (maître et acteur) de ses actes, de ses décisions. Dans l'ensemble de notre vie et de nos relations aux autres.
D'une certaine façon, on pourrait dire : devenir son propre parent.
Erwan78 a écrit :Ah donc tu en viens finalement à dire, à demi-mot, que pour bien se construire l'enfant à quand même besoin de l'amour de sa mère . Cela contredit un peu tout ton raisonnement précédent non?
Je n'ai jamais dit que l'enfant ne ressentais pas un besoin / désir d'amour.
Ce que j'ai dit c'est que :
- cet amour peut avoir d'autres sources que les parents, et que cela peut être suffisant (voire mieux...),
- on ne peut obliger personne à ressentir de l'amour, car cela ne se contrôle pas, ne se décide pas,
- l'amour n'est pas un dû, mais un bonus, et il est donc impossible de considérer que le parent DOIT aimer son enfant,
- les sentiments ne sont pas les actes, même s'ils peuvent en être le déclencheur,
- ce besoin / désir est loin d'être l'unique besoin de l'enfant qui a aussi (et surtout) besoin de respect. Et de bien autres choses, dont certaines peuvent apparaître comme de "mauvais moments", en particulier s'ils deviennent trop fréquents : s'ennuyer, être frustré, être seul, etc.

Tout est dans le "ni trop, ni trop peu". Si tes parents t'avaient "aimé" et entouré de leur présence au point que tu aies la sensation de devenir leur doudou et de ne jamais avoir la moindre minute à toi, d'être leur chose, tu ne serais pas plus satisfait que tu ne l'es actuellement. Un parent qui prive son enfant de nourriture est tout aussi coupable que celui qui le gave comme une oie. Un parent qui sur-sollicite son enfant en pensant en faire un surdoué et accélérer son développement est tout aussi coupable que celui qui l'abandonne à son sort dans un coin. etc.

Il n'y a pas de parents parfaits. Il n'y a que des gens qui se dépatouillent comme ils peuvent avec leurs propres problématiques (physiques, psychologiques, sociales ou autre) et qui, à l'idéal, tentent de faire de leur mieux pour les personnes / enfants dont ils ont la charge. Et parfois le résultat est bon, parfois il est critiquable.

Mais autant tu peux reprocher ou critiquer des actes, accuser quelqu'un d'avoir fait quelque chose (qu'il n'aurait pas faire) ou au contraire de ne pas l'avoir fait (alors qu'il aurait ), autant tu ne peux que regretter leurs sentiments (ou absence de sentiments).
Parce qu'un adulte est responsable de ses actes, qui sont liés à une décision et à un choix, et potentiellement coupable de certains, autant il n'est pas responsable de ses sentiments qu'il ne décide pas.
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran
JibiLight
Messages : 279
Inscription : 06 nov. 2015, 10:55

Re: Je suis dépendant affectif

Message par JibiLight »

Jeannette a écrit :
JibiLight a écrit :
Jeannette a écrit :Oui, mais le serrurier n'est pas dans l'annuaire, et la porte est parfois difficile à trouver ou bien fermée :lol:
Oui mais.
:lol: :lol:
T'as eu combien, en philo, au bac ?
Une tellement mauvaise note...
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum dépendance affective »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités