Anorexie nerveuse

Forum anorexie, anorexique
Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12359
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Anorexie nerveuse

Messagepar Dubreuil » 13 oct. 2014, 12:03

L'enfant reçoit une suite de lamentations où elle le noie en le regardant tel qu'elle le veut et non tel qu'il est et qu'il voudrait être.
L'enfant a qui on vole le regard se prête à lui-même un non-regard. Il ne sait plus où commence et où finit l'intrusion de la mère, où commence et où finit l'image de son propre corps. Il ne sait plus faire la part des choses.
Et il ne sera jamais assez maigre, assez " rien ", pour se soustraire au regard étouffant de cette femme.
Pour les adolescentes par exemple, cette preignance du désir de la mère est si grande que dans le même temps elles sont tentées de se retrouver indéfiniment dans cette relation " comblante ", même si elle est étouffante. La jeune fille cherche pourtant un moyen de s'émanciper, de s'échapper du carcan, et l'anorexie continue à lui sembler être l'une des meilleures façons de " sortir du corps de sa mère " sans avoir à s'opposer verbalement à elle. Ce qui veut à peu près dire ceci :
- Je sais ce que je veux être, mais toi tu en as peur. Tu n'es pas dans l'amour de me laisser me démarquer de ton propre désir, tu veux que je sois ce que tu désires pour moi. Alors en ne mangeant plus ce que tu veux que je mange, ou même ce que j'aimerai manger, je me soustrais à toi-même si je dois en mourir ! Car je t'aime tant que je vais en mourir.
Comme la mère s'est emparée de tout son être, qu'elle a tout touché, calculé, qu'elle cherche à tout contrôler, l'adolescente anorexique doit absolument trouver " LE RIEN ", cette absence de tout. Et dans ce rien ( manger ) dans cet espace vierge symbolique elle va essayer de se reconnaitre !
Elle fait en sorte que son corps devienne absent du réel, absent du regard de la mère. Elle s'amenuise, elle cherche la possibilité d'exister hors du désir pathologique d'incorporation de la mère. Elle recherche " le rien."

Le jeune ado devrait investir un autre territoire de vie, mais il ne peut se séparer de sa famille que sur des malentendus ( mal(s) entendus ) car il n'ya plus d'épanouissement possible dans le champ d'influence des parents.
La culpabilité lui vient parce que son corps semble n'appartenir qu'à ses parents. Et dans le même temps l'absence du regard des parents sur son quotidien déclenche chez lui une panique indicible, les angoisses de séparation avec l'environnement familial, et la mère en particulier sont incontrôlable. Il ne peut, il ne sait plus vivre sans le regard mortifère de la mère.
Pour les adolescentes , elles sont dans l'incapacité de décrypter leurs propres ressentis et convaincues de ne pouvoir quitter la cellule familale elle refusent la phase d'identification adolescente, le changement corporel hormonal et farouchement nié ( seins, fesses, formes )
En maîtrisant les besoins de leur corps elles abolissent la domination de l'autre sans remettre en question les liens qui les unissent. C'est une façon de résoudre le problème mais qui emprunte une voie ne menant à " RIEN ", donc la mort.
Qualifications : Psychologue clinicienne - Psychomotricienne
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.
*** « l’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre » Jacques Lacan. ( Séminaire 24 )
C'est à dire : L'amour, c'est donner quelque chose que l'on a pas à quelqu'un qui n'en veut pas.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12359
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Anorexie nerveuse

Messagepar Dubreuil » 13 oct. 2014, 12:38

Tout désir vit de l'idée qu'il y a un manque et qu'il faut le combler. Mais combler " le vide " est une utopie, l(humain survit à la mort justement parce qu'il ressent le manque. Etre comblé c'est don arrêter le désir.. et dans l'anorexie la vérité brutalement assénée arrête le questionnement nécessaire à la maturation de la personne.
L'adolescente ( ou adolescent ) n'a pas de " poids " dans le regard de la mère : - Tu es mon objet complet. C'est moi qui sait ce qui est bon pour toi, alors crois-moi sur parole, si je décide pour toi, si je prends ton espace et ta parole c'est pour ton bien.
De ce fait l'anorexique avale symboliquement sa mère, ses désirs et ses certitudes. Elle les avale jusqu'à enfin décider de s'en libérer, à en vomir, jusqu'à a en mourir.
Elle se force à vomir cette mère qui habite son corps sans la/le reconnaitre différent(e) d'elle, qui refuse de la voir vivant(e) libre et autonome. La mère projette sur son enfant son " idéal " du Moi. Dans l'inconscient de la mère l'adolescent(e) est resté(e) cet enfant qui n'est jamais sortie ( symboliquement ) de son ventre, et qui NE DOIT PAS en sortir. Elle l'accapare et le retient dans ses injonctions d'amour :
- Je t'aime trop, il faut que tu manges pour faire plaisir à maman, sois ce que je veux que tu sois.
De son côté l'anorexique cherche sans cesse à déjouer la projection, ex pour une adolescente :
- Maman tu m'as dessiné comme ça, mais moi je vais trahir ton dessin ( ton dessein ). Ton dessein de me faire mourir puisque tu ne peux pas supporter que je sois moi. Tu dis à tort que tu m'as voulue mais moi je te réponds que non tu ne m'auras pas. Je vais me soustraire à ton regard,à ton désir, je vais me redessiner moi-même comme je le veux, et surtout comme tu ne peux pas supporter que je sois ! Ta grande peur c'est que je meurs, mais au moins c'est là où tu ne pourras pas m'accompagner, alors je vais vers la mort, je la frôle, je joue avec elle, je la nargue, et je te sais enfin impuissante ! Tu ne sais plus comment faire ni quoi dire pour me remettre en toi !
Tu ne sais plus comment faire encore une fois pour m'éteindre, me tuer toi-même si tu le décidais puisque c'est toi qui dit m'avoir donné la vie. A force de trop mauvais amour tu n'as plus de pouvoirs sur moi et quand je maigris je gagne le combat !
Qualifications : Psychologue clinicienne - Psychomotricienne
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.
*** « l’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre » Jacques Lacan. ( Séminaire 24 )
C'est à dire : L'amour, c'est donner quelque chose que l'on a pas à quelqu'un qui n'en veut pas.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12359
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Anorexie nerveuse

Messagepar Dubreuil » 13 oct. 2014, 12:53

L'anorexie est donc une mise en acte de rébellion envers la mère. Un long et terrible passage à l'acte ( la mort ) distillé pour se défendre, pour pouvoir à la fois haïr et adorer cette mère hyper-protectrice et totalement rejetante.
C'est un " passage à l'acte " ( cette mort annoncée et distillée ) qui lui apporte une jouissance ( symbolique ) dans la sensation euphorisante qu'elle peut à sa guise maîtriser sa faim, dompter son corps. Les crampes d'estomac lui rappellent qu'elle est vivante et qu'elle domine enfin une situation qui parle d'un corps où la mère ne peut plus intervenir.
L'anorexique cherche à se donner du poids dans une volonté farouche de ne correspondre qu'à ses propres exigences. Elle se forge un Moi tout puissant, en fait elle met en acte son symptôme. Et dans l'extérieur d'elle même elle va travailler assidûment à interpeller, choquer, provoquer le regard de sa mère.

******** Il est important de comprendre que dans mes explications plus ou moins ardues ou maladroites, je ne me suis attachée qu'à parler d'une pathologie " avérée de l'anorexie. Il y a bien sûr d'autres cas moins graves, et beaucoup de nuances dans les symptômes et la pensée de ces personnes. Chacun a son histoire, chacun est donc unique dans ses efforts dramatiques de survie psychique.
On dirait également que seule la mère porte la responsabilité de l'anorexie mentale de son enfant, mais il faut surtout comprendre que si c'est le cas, c'est parce que LE PERE EST ABSENT pour faire " coupure " dans la symbiose que la mère impose à son enfant.
C'est pour cela que dans une cure ( pour que la jeune fille reprenne du poids ) on l'isole de ses deux parents, afin que ceux ci suivent une thérapie de couple et s'impliquent non dans " le corps " de leur enfant, mais dans le lien qu'ils entretiennent entre eux et cet enfant.

Voilà, ce sera tout pour le moment !
Jeannette, merci d'avoir fait des recherches, et pour que ces post soient présentés quand un(e) internaute se pose une question psy sur l'anorexie.
Qualifications : Psychologue clinicienne - Psychomotricienne
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.
*** « l’insu que sait de l’une-bévue s’aile à mourre » Jacques Lacan. ( Séminaire 24 )
C'est à dire : L'amour, c'est donner quelque chose que l'on a pas à quelqu'un qui n'en veut pas.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum anorexie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités