syndrome anxio dépressif sévère

Forum dépression, déprime
lutinette
Messages : 2
Inscription : 26 nov. 2013, 21:56

syndrome anxio dépressif sévère

Messagepar lutinette » 26 nov. 2013, 22:06

bonjour, voilà, je suis une jeune fille de bientôt 23 ans, je n'ai pas eu une enfance très gai et je n'ai pas vraiment eu d'adolescence je suis passée tout de suite au monde des adultes. Aujourd'hui j'ai une vie de famille avec mon homme et mes deux enfants que j'aime plus que tout au monde, seulement je ne sais plus quoi faire. Je ne suis pas heureuse, d'ailleurs je ne sais pas si j'ai un jour vraiment été heureuse, je ne me suis jamais supporté, j'ai toujours eu envie de pleurer à chaque fois que je me regarde dans un miroir. Je n'ai pas d'amis, pas de famille, j'ai simplement mon homme et mes enfants et je me sent terriblement seule malgré leur présence. Mon ami est au courant que j'ai des problèmes psychologiques, j'ai un syndrome anxio dépressif sévère, majeur et pour tout dire je ne sais moi meme, meme pas ce que ça veut dire, mais je ne lui dis pas tout parce que j'ai peur qu'il me prenne pour une folle, ou pour quelqu'un qui en fait trop, ou encore quelqu'un de pas courageux qui baisse trop vite les bras. Ca fait plus de dix ans que je suis mal comme ça et j'en peux plus, tous les jours j'ai envie de mourir, je me donnerais pas la mort parce que j'aime trop mes enfants et mon homme, mais je prie presque tous les jours pour qu'il m'arrive quelque chose de grave et que je sois enfin tranquille. J'ai trop de douleur en moi, trop de dégout rien qu'en me regardant. J'aimerais etre quelqu'un qui se sent bien, quelqu'un qui a confiance en soit et qui a des amis, quelqu'un qui intéresse les gens mais je ne suis rien de tout ça. Je suis seule, et c'est tout. J'ai tellement de choses à dire, j'arriverais pas à les ecrire en une seule fois je trouverais pas les mots exacts mais j'espère vraiment qu'on pourra m'aider ici à trouver certaines réponses...Pourquoi je ne me supporte pas, pourquoi je veux toujours tout faire pour les autres et rien pour moi, pourquoi je m'effondre en larme dès que mon ami a franchit le pas de la porte alors que je sais qu'il va revenir ??? Et tant d'autres questions ....

Avatar de l’utilisateur
psy
Psychologue clinicien
Messages : 24
Inscription : 16 oct. 2013, 22:23

Re: syndrome anxio dépressif sévère

Messagepar psy » 26 nov. 2013, 22:20

Vous terminez votre message par "et tant d'autres questions ...".
Vous avez beaucoup de questions oui ... et sans doute beaucoup de choses à dire, des choses qui n'ont pas pu être dites, au moment où elles auraient du être dites, des choses liées à l'incompréhension, à la honte, au rejet, des choses qui font mal, des choses qui ne se digèrent pas, des choses qui gangrènent, ... et qui s'enracinent, qui font souffrir sans qu'on n'arrive plus, finalement, à mettre des mots dessus, tant ces choses sont ancrées et douloureuses.

Je vous encourage à consulter un psychologue, un psychothérapeute, quelqu'un qui, avec le temps, pourra gagner votre confiance, et avec qui vous pourrez réexplorer ce qui n'a pas pu se dire ... pour comprendre quelle est cette douleur profonde, pour la reconnaître, la respecter et vous respecter vous aussi avec votre histoire, vos ressentis... puis trouver un chemin, une voie qui vous corresponde, ... des moyens pour apprivoiser cette solitude, ces peurs ... pour qu'elles ne soient pas invivables.

Qu'en pensez vous ?
Psychologue clinicienne à Lyon

Meredith91
Messages : 8
Inscription : 18 nov. 2013, 15:54

Re: syndrome anxio dépressif sévère

Messagepar Meredith91 » 26 nov. 2013, 22:24

Bonjour, tout d'abord je tiens à dire que ton histoire m'a vraiment touchée. Maintenant je pense que tu es effectivement passée TROP vite à l'âge adulte, tu n'as que 23 ans et tu as déjà une vie de famille avec deux enfants, je pense que ça doit être difficile à gérer, mais ça peut aussi être une bénédiction à condition que ça ne t'empêche pas d'être épanouie! Mais toi tu es quoi dans tout ça? quelles ambitions as-tu? quel avenir souhaites-tu? il faut qu'à un moment donné tu comprennes que tu ne dois pas vivre pour les autres, même si ce sont les êtres qui te sont les plus chers au monde, tu DOIS te construire, et t'aimer surtout. Sois un peu compatissante envers toi-même! Trouves ta ou tes passions, fixes toi des objectifs et réalises les! tu as touuuuuuute la vie devant toi, ça ne fait que commencer! si tu veux en parler davantage n'hésites pas!

lutinette
Messages : 2
Inscription : 26 nov. 2013, 21:56

Re: syndrome anxio dépressif sévère

Messagepar lutinette » 27 nov. 2013, 00:49

j'ai sans cesse consulté des psy et des psychiatres etant petite, depuis le CE1. Tout a commencé ici et je ne sais pas pourquoi, parce que je ne me rappel pas qu'il ce soit passé quelque chose de particulier à cette periode. De la petite fille qui rigolait, jouait et faisait rire tout le monde tout le temps je suis passée à la petite fille renfermée, insolente qui ne souriait plus, ne jouait plus comme avant. Je ne jouais plus non plus avec mes amies, ou très peu, le plus souvent je passais mon temps avec les enfants handicapés qu'il y avait dans notre école ou avec les tout tout petits, et quand j'etais chez moi, j'etais soit dans ma chambre à rien faire, juste allongée sur mon lit en ecoutant de la musique, soit avec les adultes mais rarement avec des gens de mon age. Ma mere a décidé de m'emmener voir un psy parce que j'etais trop angoissée, et que j'avais souvent mal au ventre mais qu'il n'y avait rien de "medical" dans ces maux là. Mon père etait alcolique et avait l'alcool mauvais, il n'etait là que les week end mais etait saoul du debut à la fin. Mes parents ont finis par se séparer quand j'avais 12 ans je crois, c'est mon père qui a quitté la maison sans prévenir, laissant seulement un mot sur la table disant : j'ai pris mes affaires je suis parti. Ensuite pas de nouvelles pendant un mois, et puis il a téléphoné un jour pour savoir si mes deux petites soeurs et moi voulions aller chez lui. A peine deux ans après ma maman a rencontré un autre homme duquel elle est tombé très amoureuse. Il a finit par emmenager à la maison, j'etais pas ravie parce qu'il parlait mal à ma mere, et que j'aimais bien notre tranquilité, etre entre nous, depuis que mon pere etait partit. Malgré tout je n'ai jamais été méchante ou désagréable avec lui. Avec le temps il a prit ses aises et a commencé à mal parler à mon frère et moi. Mon frère devait avoir 21 ou 22 ans quand mon beau pere l'a mit a la porte parce qu'il ne travaillait pas. Quant à moi c'etait souvent des insultes du genre : t'es qu'une pute, tu me donnes la gerbes, tu devrais avoir honte de te mettre en maillot de bain tellement t'as le cul bourré de cellulite, etc... Je supportais plus et j'ai profité d'un week end chez mon pere (qui vivait lui aussi avec une autre femme et quatre enfants) pour lui demander si je pouvais rester vivre avec eux, je précise qu'il avait arreté de boire et que je m'entendais très très bien avec sa nouvelle amie.Mon pere est partit chercher mes affaires chez ma mere et je n'y suis pas retourné pendant quelques temps. J'ai finis par aller y passer les week ends parce que ma mere me manquait trop et mes soeurs aussi mais c'etait à chaque fois la meme misere avec mon beau pere. Jusqu'au jour ou mon père a décidé de quitter ma belle mere, mais comme il a toujours eu beaucoup de courage, il a trouvé un sacré numéro pour arriver à ses fins... Un matin à 3h ma belle mere se voit obligée d'appeler les pompiers parce que mon pere dit se sentir mal apres avoir prit trop de médicaments ... Le samu arrive et l'emmene à l'hopital de macon. A partir de là on a su qu'il n'avait prit en fait aucun médicaments, ils l'ont gardé a l'hopital après pour une soit disant dépression. Il en a profité pour appeler ma belle mere un soir et lui dire qu'il s'etait trouvé un appartement et qu'il ne rentrerait pas, qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait de moi que lui ne voulait pas de responsabilités. Hop retour chez ma mere. Quelques temps seulement parce que je n'ai pas supporté longtemps les critiques et les insultes de mon beau père. J'ai finis par aller vivre chez mon frère ( là j'ai 17 ans et je suis avec mon petit ami de l'epoque depuis deux ans). Chez mon frère ça n'a pas été non plus parce qu'il avait tout le temps du monde chez lui, qu'il n'y avait quasiment que moi qui nettoyait et que j'avais aussi mes etudes à coté. Mon petit ami et ses parents m'ont proposé de vivre chez eux, j'en ai bien-sur parlé à ma mere qui a mit du temps a prendre une décision mais qui a finalement été d'accord, elle a surement du se dire que de toutes façons c'etait le meilleur endroit ou je pouvais aller malgré tout. Je suis partie à soixante km de ma mere et mes soeurs et j'ai arreté mes etudes.
J'ai vécu chez les parents de mon ami pendant un an et puis on a un jour emmenagé dans notre appartement. Il etait amoureux mais il me parlait mal et je n'etais plus bien avec lui. Je savais pas vraiment quoi faire, ni ou j'en etais, et puis j'ai rencontré un de ses amis, qui a commencé par venir souvent à la maison et de qui je suis tombée amoureuse. Je suis partie avec lui et je suis tombée enceinte quatre mois après. De là on est partit sur un conflit puisqu'il etait hors de question pour moi d'avorter mais que lui n'etait ni pret à avoir un enfant maintenant ni pret à abandonner son enfant si je n'avortais pas. Je lui ai laissé le choix de rester ou partir mais je n'ai pas voulu avorter, il a voulu rester parce qu'il à voulu assumer son enfant. J'ai voulu me persuader qu'on etait heureux de cette grossesse tout les deux, et puis c'est pas qu'il aimait pas ce futur bébé, c'est juste qu'il aurait préféré ne pas l'avoir tout de suite.
Le jour j arrive 8 octobre 2010, notre petite Lou pointe le bout de son nez, on pleure tout les deux toutes les larmes de notre corps en découvrant le fruit de notre amour. Le bonheur va vite s'arreter quand deux jours après, j'apprends que ma maman est atteinte d'un cancer de l'estomac. Effondrement ... Pourquoi ???! J'ai voulu faire en sorte que ma fille passe le plus de temps possible avec sa mamie, qu'elles profitent toutes les deux, elle y allait souvent pour un week end ou pour une semaine, et puis si maman me demandait une semaine de plus, je pouvais pas m'empecher de dire oui, on est allé comme ça une fois jusque un mois ! Lou adore sa mamie et sa mamie j'en parle meme pas ... Moi je ne vois pas ma maman souvent, etant donné que mon beau pere ne me supporte pas et qu'il est mauvais quand je suis là, je ne voulais pas y aller pour passer quelques jours, j'avais peur de provoquer du stresse chez ma maman et que ça aggrave ce qu'elle avait déjà. Ensuite on avait pas non plus du tout les moyens de descendre souvent les voir. Les années passent ... On arrive au 14 fevrier 2013 j'apprends que je suis de nouveau enceinte (d'un mois), nouveau conflit avec mon ami pour les memes raisons que la premiere fois, et meme resultat final que la premiere fois Deux jours après ma tante me téléphone pour me dire que je dois me rendre a l'hopital que ma maman va nous quitter ! Je n'etais meme pas au courant qu'elle etait à l'hopital, elle m'avait dit la derniere fois que je l'avais vue ( a noel) qu'elle avait fait des examens et qu'elle n'avait plus de cancer et c'est le plus beau noel qu'on ait passé mais elle nous avait menti
Elle avait en realité un autre cancer, mais du péritoine cette fois et personne ne m'a dit qu'elle etait encore malade jusqu'a ce fameux coup de téléphone ! Ma maman est décédée le 16 fevrier cette année et depuis je ne me suis jamais sentie aussi seule
Voila quelques détails qui peuvent aider à comprendre, j'essaie de resumer en gros désolée pour le paté, j'avoue que j'ai un peu du mal à ecrire sans etre emue

Avatar de l’utilisateur
psy
Psychologue clinicien
Messages : 24
Inscription : 16 oct. 2013, 22:23

Re: syndrome anxio dépressif sévère

Messagepar psy » 29 nov. 2013, 12:28

"Ecrire sans être émue" ... au regard de ce que vous exprimez ... cela serait interpelant ! En même temps, avec ce que vous vivez, les différentes émotions sont tellement emmêlées que c'est certainement très compliqué pour vous d'arriver à savoir ce que vous ressentez.

Ce qui me vient, en vous lisant, c'est la sensation d'enchevêtrement de l'attachement et du rejet, de l'amour et de la haine, la simultanéité de la vie et de la mort, ... il y a de quoi être perdue ... de quoi avoir mal ... L'annonce de vos grossesses raisonne avec les conflits, le "rejet" de votre ami et les maladies de votre maman ... C'est heureux et c'est malheureux en même temps.

Je ne sais pas si lorsque vous avez consulté des psy dans l'enfance, l'alcoolisme de votre père a été abordé ... Mais je me dis, qu'en CE1, 7 ans, "l'âge de raison", on est de plus en plus conscient de ce qui se passe autour de soi, on ressent certaines choses, les tensions, et en même temps on ne les comprend pas. Et on se sent impuissant à faire changer les choses (d'où peut-être le besoin de faire quelque chose, ailleurs, où on se sent utile ... comme auprès de personnes dites vulnérables, porteuses de handicap ou jeunes enfants).
Peut-être qu'on ne vous expliquait pas l'alcoolisme de votre père, et dans ce cas, en tant qu'enfant on peut finir par douter de ce que l'on perçoit, ou faire de fausses interprétations (je ne suis pas assez forte, aimable pour soigner, réparer) et avoir des peurs (de ne pas être aimé, d'être abandonné ...). L'enfant peut être tenté de s'effacer, pour éviter des "scènes", il vit dans la honte et la culpabilité.
Vous avez sans doute souffert tout autant de l'absence de votre père auprès de vous que de sa présence pathologique (l'alcool mauvais). C'est encore des émotions emmêlées, la petite fille aimait son père et avait sans doute peur de ses réactions. Ce qui peut amener une insécurité intérieure (je ne suis pas sûr de moi, je ne sais pas où est ma place, j'ai peur de vaciller, de ne pas tenir le coup ...).
Quand votre ami franchit la porte, vous dites que vous vous effondrez ... peut-être est-ce la réactivation de la perte, la peur qu'il ne revienne pas (comme votre père) ... Dans votre enfance et votre adolescence vous avez vécu beaucoup de rupture, de séparation, qui peuvent être source d'angoisse ... Le climat était incertain, sans doute parfois incohérent. Vous avez manqué de stabilité, de repères, de tranquillité, de douceur de vivre, d'insouciance ... sur lesquels baser votre confiance et votre estime de vous (qui sont des fondations pour pouvoir grandir, s'épanouir, savoir qui on est et ce qu'on veut, s'aimer et recevoir de l'amour). Dans le titre de ce post, vous dites "je me hais". Pas parce que vous avez des "raisons" de le penser mais parce que vous n'avez pas reçu les preuves pour pouvoir vous dire le contraire.

Vous êtes très généreuse. Vous avez beaucoup donné à votre maman, jusqu'à votre fille. Elle a toute votre reconnaissance. Mais aujourd'hui il ne faut pas vous perdre ... Vous avez une valeur, même si votre maman n'est plus là pour vous le faire savoir. Vous pouvez recevoir sans tout donner.
Noël approche et vous renvoie certainement à Noël dernier, le "plus beau Noël" mais le dernier avec votre maman. Son décès est sans doute encore très proche. C'est très dur de faire avec l'absence.
Il y a un double enjeu, vivre sans elle et vivre avec vous.

A bientôt ici j'espère.
Psychologue clinicienne à Lyon

coco69
Messages : 3
Inscription : 29 avr. 2019, 11:57

Re: syndrome anxio dépressif sévère

Messagepar coco69 » 13 mai 2019, 10:07

Bonjour,
J'ai eu une enfance difficile avec un père alcoolique. Ma mère l'a quitté quand j'avais dix ans. Il est mort ensuite à mes 17 ans. après j'ai réussi à faire ma vie, mais j'ai toujours eu un fond anxieux...et puis très récemment j'ai fais un Burnout, Hospitalisation, traitement...je m'en sors pas. Mon anxiété est t'elle qu'elle se transforme en tristesse. J'ai un suivi avec un psychiatre mais 20mn toutes les deux semaines c'est pas suffisant et puis j'ai l'impression de tourner en rond. Je ne sais pas si il est nécessaire de remuer encore le passé ou d'aller de l'avant.
On m'a moi aussi diagnostiquer anxio depressif. j'oscille entre période de bonne humeur et peur de replonger dans les méandres de la mélancolie...et évidemment je replonge, et je rebondis, et je replonge. C'est épuisant.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum dépression »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité