Je me pose des questions sur mon fils

Forum schizophrénie, schizophrène
Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9310
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Je me pose des questions sur mon fils

Messagepar Jeannette » 08 juil. 2016, 09:43

La fumette (et l'alcool) n'arrange certainement rien et peut expliquer bien des "absences" de ton fils. Reste à savoir pourquoi il fume (ce n'est jamais par hasard) et ce qui le pousse à interpréter ainsi ses "symptômes" à mon sens disproportionnés à la "simple" consommation de quelques joints... Le cumul avec un terrain asthmatique peut être une piste. Il semble malgré tout que s'y associent d'autres éléments psychologiques ou physiologiques (allergies saisonnières ?), d'où la composante périodique dont tu parlais, par exemple. Sans s'affoler, il me parait effectivement nécessaire d'y regarder de plus près avant qu'il n'en arrive à se mettre en danger d'une façon ou d'une autre.
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran

Avatar de l’utilisateur
Poupéeratatouille
Messages : 91
Inscription : 04 avr. 2013, 17:59

Re: Je me pose des questions sur mon fils

Messagepar Poupéeratatouille » 08 juil. 2016, 11:38

Je suis tout à fait d'accord avec toi, on n'entre jamais par hasard dans l'alcool ou la fumette, voire plus !
Mon fils a toujours été un enfant qui se posait beaucoup de questions, il n'a jamais cessé de s'en poser. Il s'est toujours intéressé à la philosophie et a beaucoup lu. Depuis ses 21 ans, il a cherché à comprendre qui il était, comprendre ses peurs, les analyser pour se positionner autrement vis à vis d'elles. Au fil du temps, il semblait y trouver un équilibre et un épanouissement. Je l'ai vu se transformer. Malgré tout, il y avait toujours ce passage périodique de l'automne.... Ses humeurs changeantes.... Ouvert à l'autre puis hermétique à l'autre, certainement pour se protéger.... Donc, souvent insaisissable ! Tout cela allié à une intelligence certaine, il pouvait être capable de prendre l'ascendant sur autrui suivant le type de personnalité qui pouvait se trouver en face. Tout ceci reste d'actualité......

C'est dans cette recherche de lui-même qu'il a pu s'égarer jusqu'à l'interprétation de ses "symptômes", cela est certainement possible, induit en erreur très certainement par les addictions.

Des éléments psychologiques.... Bien évidemment qu'il y en a ! Mes fils ont un manque certain du père. Non pas qu'il était absent, mais ce fut et c'est encore un père présent/absent. Il n'a pas tenu son rôle de référent masculin et mes fils se sont construit sans.
De mon côté, je leur ai laissé des "casseroles". J'ai été dans le passé une mère très angoissée qui s'était construite sur la base de beaucoup de manques... Peu d'équilibre tout cela ! Aimante, mais je les ai protégé plus qu'il ne l'aurai fallu, du moins dans leur enfance. A l'entrée dans l'adolescence de mon fils aîné, j'ai réalisé que pour qu'ils puissent se réaliser je devais "lâcher". Alors, j'ai travaillé sur mes angoisses et je les ai muselées dans un premier temps, pour peu à peu les comprendre et me changer.
Si cela se pouvait, il faudrait pouvoir refaire sa vie à l'envers, ce qui ne se peut et de toute façon d'autres erreurs nous referions..... Je crois que cela est valable pour la plupart des humains !
Soyez votre propre lampe, votre île, votre refuge. Ne voyez pas de refuge hors de vous-même.
Bouddha

Avatar de l’utilisateur
Poupéeratatouille
Messages : 91
Inscription : 04 avr. 2013, 17:59

Re: Je me pose des questions sur mon fils

Messagepar Poupéeratatouille » 08 juil. 2016, 11:52

Jeannette, je viens de me pencher sur le lien que tu m'as donné ! C'est effectivement une autre façon d'aborder le sujet et qui pourrait être intéressante pour mon fils. Sais-tu comment ils procèdent lorsqu'ils détectent un problème relevant de la psychiatrie ?
Soyez votre propre lampe, votre île, votre refuge. Ne voyez pas de refuge hors de vous-même.
Bouddha

Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9310
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Je me pose des questions sur mon fils

Messagepar Jeannette » 08 juil. 2016, 14:46

Non, je ne connais pas leur "protocole". Et je pense d'ailleurs qu'il n'est pas figé, mais adapté à chaque personne. Lorsque j'ai discuté avec Thomas Rabeyron, c'était plus dans une optique "généraliste" sur le mécanisme menant à transformer la ré-émergence d'un traumatisme en expérience perçue comme paranormale. Il n'avait fait qu'évoquer le cas de certains patients comme exemple, sans en dire plus ne serait-ce que pour d'évidentes raisons déontologiques.
Ce qui me parait intéressant c'est que, même si aucun psychologue digne de ce nom ne se permettra de traiter de fou quelqu'un affirmant posséder des pouvoirs paranormaux, le centre CIRCEE en a fait une thématique d'étude qui est très clairement rassurante pour les personnes ayant vécu ce type d'expérience et qui, dans le cas de ton fils, pourrait à minima être un point d'entrée vers une meilleure compréhension de ce qu'il est et de ce qu'il vit. Surtout dans la mesure où tu précises qu'il a déjà ou a déjà eu cette composante d'auto-analyse.
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran

Avatar de l’utilisateur
Poupéeratatouille
Messages : 91
Inscription : 04 avr. 2013, 17:59

Re: Je me pose des questions sur mon fils

Messagepar Poupéeratatouille » 08 juil. 2016, 18:48

Oui, son chemin parcouru en auto-analyse est déjà bien avancé, aboutit je ne crois pas, mais avancé, oui ! Lors de nos échanges, j'ai reconnu dans sa démarche ainsi que dans la progression de cette démarche, les étapes que j'ai moi-même franchies des années auparavant. Au vue de ce qui se passe depuis quelques temps, je me dit parfois, soit je me suis faite abusée, soit il s'est passé un élément dont je n'ai pas connaissance et qui a été le déclencheur de l'état dans lequel il se trouve aujourd'hui. Cet élément déclencheur a pu être également être la raison d'une augmentation de sa consommation de joints, si augmentation il y a eu.....

Mais ce n'est pas à moi de trouver tout cela.... Je ne suis pas formée à cela, je suis sa mère et je n'ai pas à tenir ce rôle.
Mon rôle est d'essayer d'accompagner mon fils vers une prise en charge afin qu'il puisse se départir de cet état souffrant.
Et c'est pour cette raison que je suis là aujourd'hui.
Soyez votre propre lampe, votre île, votre refuge. Ne voyez pas de refuge hors de vous-même.
Bouddha

Avatar de l’utilisateur
Poupéeratatouille
Messages : 91
Inscription : 04 avr. 2013, 17:59

Re: Je me pose des questions sur mon fils

Messagepar Poupéeratatouille » 12 juil. 2016, 00:25

Les évènements se sont précipités. Aujourd'hui, mon fils aîné m'a téléphoné pour me demander si j'avais des nouvelles de son frère car l'ami d'enfance de mon fils cadet, avec qui il était parti en vacances en Corse, avait des inquiétudes à son propos.. D'un sur le comportement de mon fils (agressivité verbale, propos incohérent, sentiments basculant un un instant de l'amour à "la haine", "paranoïa"), et d'autre part par son impossibilité à le joindre. L'amie actuelle de mon fils ne pouvant elle-même le joindre, et une disparition inexpliquée de mon fils.
J'ai donc décidé d'aller à la gendarmerie afin de signaler sa disparition à caractère inquiétant. Son amie avait presque en même temps que moi la même démarche.
Peut-être une heure plus tard, j'ai reçu un appel de la gendarmerie me disant qu'il avait été retrouvé à 200km de son domicile, errant dans les rues d'une grande ville méditerranéenne complètement nu et tenant des propos incohérents. Il a donc été appréhendé et conduit à l'hôpital. Là, les médecins ont donné l'ordre de son transfert en psychiatrie.
Après avoir téléphoné à l'hôpital et laissé mes coordonnées, j'ai été rappelé par une infirmière qui m'a demandé si j'étais d'accord pour me déplacer afin de signer un demande d'hospitalisation sous la contrainte. Puis j'ai eu le médecin qui m'a posé diverses questions.
Demain, je prends la voiture pour signer les papiers afin qu'ils puissent le garder, poser un diagnostic et le médicaliser.

Je suis soulagée de le savoir en sécurité............. Les médecins vont trouver ce dont souffre mon fils.
Soyez votre propre lampe, votre île, votre refuge. Ne voyez pas de refuge hors de vous-même.
Bouddha


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum schizophrénie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités