Toc mental

Forum TOC (trouble obsessionnel compulsif)
The.last.of.us
Messages : 1
Inscription : 18 sept. 2020, 13:37

Toc mental

Message par The.last.of.us »

Bonjour à tous,

Je suis content d'avoir trouvé ce forum car ayant participé a un autre, je n'ai pas vraiment eu de réponse à mon problème, je ne cherche pas de réponse précise car je ne sais pas si elle existe mais je n'y ai pas vraiment trouvé d'aide, j'espère pouvoir en trouver plus ici :)

Je vous explique mon cas. Mes tocs se passent dans ma tête, avant j'ai eu quelques tocs physiques, par exemple remettre les choses droite, toucher plusieurs fois un objet, etc... Mais par la suite j'ai commencé à essayer de penser à des choses de façon "parfaite", par exemple mes pensées vaguent tout à fait normalement à un moment de la journée, par exemple étendu sur le lit, puis j'ai un souvenir agréable et la j'ai comme un idée "tiens est ce que je n'irais pas plus loin dans cette pensée? Je pourrais essayer de le penser de façon plus forte jusqu'à même ressentir les sensations que j'avais à ce moment la, ou me souvenir exactement de détail s'étant passé cette fois la, je n'en ai vraiment pas envie mais je le fais, je me force à penser à ça même si ça m'épuise jusqu'à ce que je sois satisfait car il faut que je me souvienne parfaitement, si je ne suis pas sûr ou qu'une autre pensée me vient au moment ou j'essaie, il faut que je recommence... Ca pouvait durer très longtemps.

Aujourd'hui mes tocs ressemblent toujours à ça, j'ai consulté une psychologue avec qui je fais une TCC, mon objectif pour commencer est de ne pas faire de compulsions le matin, donc quoiqu'il arrive, quelque soit la pensée à laquelle j'ai envie de "penser" et bien je ne le fais pas et je continue mes activités. Ca m'a plutôt bien aidé mais j'ai beaucoup de mal à me débarrasser de cette façon de penser.

Ma psycho thérapeute, suite à l'explication d'un certain toc que j'avais, qui était en fait que lorsque j'essayais de penser à une chose parfaitement que je n'y arrivait pas je me mettais à compter le nombre de fois ou je le faisais mais j'ai fini par donner une signification au nombre ou je m'arrêtais, donc je pouvais aller jusque vingt mais ensuite si je recommençais je revenais à 1, et cela en boucle jusqu'à "satisfaction" on va dire. Elle m'a conseillé de m'arrêter à 4 quoiqu'il arrive. Ce que j'ai fais et qui m'a plutôt aidé aussi, SAUF QUE

Par exemple maintenant lorsque j'ai une pensée à laquelle je voudrais penser parfaitement, j'essaie une fois je n'y arrive pas et inconsciemment si je m'arrête a 4 mais sans penser à ce que la psy m'avait dis, je me suis arrêté à la 4e fois car j'en avais marre et cela venait de moi mais le problème c'est que juste après j'ai cette question qui me vient "Ah mais, tu t'es arrêté à la 4e fois car ta psy te l'a conseillé ou c'est venu de toi, tu t'es arrêté à 4 sans y penser?" Je n'arrive pas à me l'expliquer donc je cherche, je cherche une explication et je me sens vraiment très mal si je m'arrête et que je ne trouve pas d'explications, je ressens vraiment le sentiment que c'est absolument nécessaire que je le sache ou cela va me rester en tête très longtemps. Il n'y a pas que pour ça par exemple je peux m'être arrêté de faire une obsession car j'ai su me raisonner, je passe à autre chose mais juste après je ressens le besoin énorme de me souvenir de comment j'ai fais pour arrêter mon obsession, mais je me bloque car je sais que m'en souvenir serait une compulsion et je peux rester dans cet état d'entre deux assez longtemps sans pouvoir passer à autre chose, jusqu'à ce que je cède à essayer de m'en rappeler, je suis sûr qu'au fond de moi je le sais mais j'ai le besoin de m'en souvenir "parfaitement".

Enfin voila j'espère que vous avez plus ou moins compris le fonctionnement de mes obsessions/compulsions, il m'arrive aussi par exemple maintenant lorsque j'écris quelque chose comme la phrase que je viens d'écrire: "obsessions/compulsions", je sais au fond de moi pourquoi j'ai écris ces 2 mots avec le "/" entre, mais je ressens comme un besoin de m'expliquer vraiment pourquoi j'ai écris ça comme ça... Bon j'essaie de laisser passer l'idée, j'y arrive mais parfois je bloque la dessus. C'est pour que vous compreniez un peu comment ça se passe dans ma tête. J'ai l'impression que mon cerveau fait des retours en arrière sur des choses complètement inutiles et insensées, qu'il a besoin de voir si la façon de pensée que j'ai eu à ce moment la était normale ou venait d'une compulsion...

Ou je peux penser à quelque chose tout à fait normalement ou lire quelque chose mais cette pensée peu vite virer à l'obsession donc quand ça m'arrive, tout de suite j'essaie de continuer mes activités et ça peu passer mais par contre je ressens une frustration car j'ai arrêté de penser à cette chose qui me plaisait ou qui aurait pu m'être utile, ou lors d'une lecture de ne plus revenir au paragraphe ou j'ai commencé à être dans l'obsession par exemple sur le sens d'une phrase donc je passe au chapitre suivant sans peut être même avoir bien compris ce que je lisais au dessus mais je n'y retourne pas car ça va se tourner en obsession à nouveau, donc ça me frustre aussi mais je me dis que tant pis et il faut le temps avant que j'oublie mais voila, c'est une drôle de façon de faire...

J'espère tellement que l'on puisse m'expliquer tout ça et me dire comment je peux faire afin d'en sortir.

Je vous remercie de votre attention :) J'espère à très vite!
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 15800
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Toc mental

Message par Dubreuil »

LES TOCS ( troubles obsessionnels compulsifs )

1) La première suggère que ces pensées sont une partie de l’esprit humain et de sa capacité créative. Notre esprit est hautement développé afin de résoudre des problèmes efficacement et de nous protéger. C’est utile pour nous d’avoir la capacité d’imaginer et d’anticiper toutes sortes de scénarios aussi bien agréables que désagréables.
Comme parfois nous imaginons des événements heureux (comme gagner à la loto ou avoir beaucoup d’argent), le générateur de pensées qu’est notre cerveau produit aussi des idées et images négatives que nous ne voudrions pas avoir.

2) La deuxième hypothèse est celle du ‘bruit mental”. Certaines recherches relatent que les pensées intrusives négatives n’ont pas de réelle importance et sont simplement inoffensives et “flottent” dans notre esprit.
Pour illustrer cette idée, imaginez le cerveau humain comme étant un ordinateur ou un réfrigérateur. Ces machines, quand elles fonctionnent correctement, font régulièrement des bruits étranges (des cliquements, des bourdonnements). Mais ces bruits ne sont pas préoccupants. Ils paraissent plus graves que ce qu’ils sont en réalité. De la même façon, un cerveau humain sain produit plein de sortes de pensées bizarres de temps en temps. Ces pensées, comme le bruit de l’ordinateur, semblent plus graves qu’elles ne le sont.

Vos obsessions viennent d'abord de "pensées normales", c’est un fait scientifique que le contenu de vos obsessions est similaire aux pensées intrusives reportées par tout le monde.

Dans le trouble obsessionnel compulsif, ( TOC ) ce que je vous propose ( ! ) les pensées intrusives sont définies comme des pensées non voulues, des idées ou des images qui provoquent de l’anxiété, de la peur, ou de l’inconfort. Le contenu de ces pensées concerne souvent la douleur, la violence, les agressions, le sexe, et beaucoup d’autres choses. Parce qu’elles provoquent de la peur et de l’anxiété, les personnes tentent de résister, de les stopper ou de les contrôler. Mais cela ne fonctionne pas souvent ou seulement pendant un petit moment.
Les pensées reviennent alors et développent “une vie propre”.

Pensées intrusives : Les graines de l’obsession. C'est du même ordre que les détails que vous donnez :
Ex :
Penser de sauter d’un pont sous l’autoroute en dessous
Penser conduire sur la voie en face ou de sortir la voiture de la route
Penser planter quelque chose dans vos yeux
Impulsion de sauter sous le train qui arrive en gare
L’idée et l’image de faire du mal à un proche
L’idée de faire du mal à quelqu’un sans défense
Penser de pousser quelqu’un devant un train
Impulsion d’être violent avec des enfants
Impulsion de sauter de la voiture en marche
Penser à la mort de votre conjoint
L’image de la personne que vous aimez en train de se faire insulter ou tuer
Imaginer votre famille en train d’être torturée sous vos yeux
Penser que vous devez choisir entre être tué ou regarder quelqu’un que vous aimez se faire tuer
Pensées reliées au fait de faire du mal ou causer des désastres
L’idée d’insulter/d’abuser d’un ami ou d’un membre de la famille sans raison
L’image d’avoir des relations sexuelles avec des personnes inappropriées
Et il y a bien sûr, d'autres milliers de circonstances !!!

La recherche a révélé que 90 à 99% de la population expérimente de temps en temps des pensées intrusives assez étranges. Ce n’est pas très surprenant quand on considère qu’une personne a environ 4000 pensées par jour. Naturellement, certaines de ces pensées vont être basiques, désagréables, inutiles et contraires à votre personnalité.
Bien sûr il y a un phénomène “ne demande pas, ne dit pas” sur ce type de pensées. Ne vous attendez pas à ce que quelqu’un arrive vers vous et vous révèle des pensées comme celles de la liste. Malheureusement ce phénomène vous fait surement avoir le sentiment que vous êtes la seule personne au monde à avoir ce type de pensées et que vous n’êtes pas normal, dangereux, pervers ou immoral. Mais vous savez que comme tout le monde (vos parents, vos enfants, vos professeurs, vos leaders religieux, vos amis, vos collègues, vos médecins…) vous avez des pensées intrusives de temps en temps.

Sauf que vous, vous écrivez qu'elles sont récurrentes et s'aggravent avec le temps.
C'est donc à partir de ce phénomène qu'il faut s'inquiéter et aller voir un psychiatre, pour éventuellement prendre un traitement adéquat qui " calmera " le système nerveux exacerbé, toujours en mode survolté;
Votre cerveau a besoin de " calme ", d'être freiné, recadré, votre imagination est trop féconde.
Et vous avez sans doute des COMPTES A REGLER AVEC CERTAINES PERSONNES, que vous n'avez jamais fait, ou oser faire, et qui ont fait boule de neige, sont devenues très importantes dans des pensées détournées, cachées, énergies psychiques tronquées, et le tout conjugué donnant " un joyeux méli-mélo " morbide avec vos images plus " hard " les unes que les autres !

Dans les tocs, si le contenu de vos pensées intrusives n’est pas différent de celui du reste du monde, vous les ressentez différemment :
Vos pensées intrusives viennent plus souvent que les pensées intrusives classiques
Vos pensées intrusives durent plus longtemps que les pensées intrusives classiques
Vos pensées intrusives vous semblent plus pénibles qu’aux personnes sans TOC
Vous interprétez vos pensées intrusives comme étant importantes alors que les autres vont juste les interpréter comme des pensées intrusives
Vous mettez beaucoup d’effort à essayer de vous battre contre ces pensées au lieu de les laisser pour ce qu’elles sont, des pensées intrusives

La solution n’est pas d’essayer de bannir vos pensées intrusives, si vous avez déjà essayé, vous avez bien vu que ça ne fonctionne pas. À la place, il faut changer vos réactions face à ces pensées et l’importance que vous leur accordez.

Tout le monde a donc des pensées intrusives, mais tout le monde ne les interprète pas de la même façon.
Les recherches ont montré que les personnes sans TOC traitent leurs pensées intrusives comme un bruit de fond. Ils reconnaissent ce type de pensée comme normal et sans intérêt. Par exemple, une personne sans TOC va se dire “C’est une pensée idiote, je ne ferai jamais ça” ou “Ça n’a aucun sens”. Quand la pensée arrive, la personne n’y prête pas attention et la pensée passe sans difficulté.
De l’autre côté, les personnes avec un TOC tentent de donner un sens à ces pensées. Alors que ce sont des pensées intrusives normales, elles vont leur donner de l’importance comme si c’était un signe, la vérité ou qu’elles étaient dangereuses.
Par exemple :
C’est mal d’avoir ce genre de pensée
Si je pense à quelque chose de mal ça doit être vrai
Si je pense à quelque chose d’horrible, je suis une horrible personne
J’ai des mauvaises pensées, cela veut dire que je perds la tête
Quand une personne interprète ses pensées comme dangereuses ou menaçantes, c’est là que l'anxiété arrive. Après tout, si vous pensez vraiment qu’avoir des pensées non voulues est dangereux, il est normal d’avoir peur. Cependant, il est important de voir que le réel problème est la mauvaise interprétation des pensées intrusives, mais pas les pensées. Mal interpréter des pensées intrusives normales rend les pensées angoissantes. Cela vous fait résister aux pensées ou essayer de les pousser hors de votre tête.

Les personnes ayant un TOC rapportent que leurs pensées intrusives obsessionnelles sont répétitives, elles reviennent plus souvent que les pensées intrusives classiques. De temps en temps, les pensées sont déclenchées par l’environnement, mais d’autres fois, elles semblent juste sortir de nulle part.
Les répétitions des pensées intrusives ont aussi un rapport avec la façon dont la personne interprète ses pensées. Particulièrement, quand une pensée intrusive est perçue comme dangereuse, cela active “le système de détection de danger du corps” (le mode combat) ce qui rend la personne super alerte et sur ses gardes. C’est une réponse normale et adaptée quand le danger est réel, car cela nous aide à nous protéger du danger.
Par exemple, si vous avez à traverser une rue bondée, votre mode combat vous donne un coup de fouet et vous êtes très alerte afin de voir toutes les voitures qui passent. Vous pouvez scanner la rue et voir les voitures afin de les éviter en cas de besoin (le mode combat).
C'est ce que l'on retrouve dans le stress des personnes gravement traumatisées ( guerres, violences sexuelles )
Dans le cas d’un TOC, le danger perçu est une pensée intrusive normale mal interprétée. Cette mauvaise interprétation pousse les personnes avec un TOC à être en hyper vigilance sur leurs pensées intrusives comme si elles étaient de réels dangers (ce que nous avons vu n’est absolument pas le cas). Cette tendance naturelle à devenir préoccupé par ses pensées intrusives considérées comme dangereuses explique la répétition des pensées intrusives obsessionnelles.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL :
DE de psychomotricité - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse
*** Pas de consultation via internet, ni d'appel téléphonique, ni de mail. Merci de votre compréhension.
Répondre

Revenir à « Forum TOC »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités