TOC insurmontables

Forum TOC (trouble obsessionnel compulsif)
Jérem
Messages : 5
Inscription : 15 déc. 2014, 22:02

TOC insurmontables

Messagepar Jérem » 15 déc. 2014, 22:36

Bonjour. Je m'appelle Jérémy et j'ai 15 ans. Je souffre de TOC depuis très très longtemps. Tellement longtemps que j'ai l'impression que c'est depuis toujours (je me souviens des moments en maternelle où je les avais déjà).

Au tout début, j'en avais qu'un seul. Cela va vous paraître étrange mais ce TOC là, il me soutenait dans les moments difficile. J'explique ce TOC : Je suis quelqu'un d'extrêmement nostalgique, à un tel point de "vénérer" le passé. Mon obsession est la peur d'oublier ce passé, la peur de préférer le présent plutôt que ce passé ou tout simplement l'envie que "rien de change".
Pour cela, ma compulsion c'est qu'à chaque fois que je fais une chose, il faut que ce soit comme la première fois que je fais cette chose, ou si je ne peux pas, il faut que la dernière fois que je fais cette chose soit comme la première.
Permettez moi un exemple : Imaginez une année scolaire. Premier repas à la cantine, je m'assois par exemple à la place n°33 (exemple). Il faudra alors qu'à tous les autres repas je m'assois à la place n°33. Si un jour, elle est prise, je peux m’asseoir à une autre place mais il faut alors ABSOLUMENT que la dernière fois que je mange à la cantine avant un week-end, avant des vacances ou avant la fin de l'année (si on est à la fin de l'année) je mange au moins pour la dernière fois à cette place n°33.
En espérant que vous avez compris.

Bref, je vais passer au vif du sujet. N'ayant jamais rien fait contre ce TOC (sûrement parce qu'il me permettait de me rassurer quand je voyais le temps passer et mon passé s'éloigner), d'autres sont apparus, et pour essayer de les vaincre je leur ai donné des noms, pour me repérer :

- TOC du "nombre impair" : Tout ce que je fais, je dois le faire un nombre impair de fois. -> TOC génant mais en phase de guérison en me forçant à les faire qu'un nombre de fois nécessaire.

- TOC de "la vérification" : Tout ce que je fais, je suis jamais sûr de l'avoir fait. -> Presque guéri vu qu'à chaque fois je me dis "Je suis persuadé de l'avoir fait alors c'est bon !" et au fur et à mesure, même plus besoin de me dire cette formule.

- TOC de "la perfection" : C'est le plus horrible mais n'arrive que des fois, il faut que tout ce que je fais soit presque parfaitement bien fait. Des exemples : J'ai recommencé je ne sais pas combien de fois pleins de devoirs maisons pour une simple rature, j'ai recopié pleins de fois je ne sais pas combien de cours. J'ai aussi, éteint et rallumé plusieurs fois des lumières de peur de ne pas avoir appuyé correctement sur l"interrupteur, et j'en passe, vous voyez le genre. Ce toc est un peu une version 100 fois pire que le précédent.

Maintenant, voilà mon problème : Des fois, j'ai des "périodes TOC". C'est lorsque j'ai une obsession qui me tracasse vraiment beaucoup et que je veux absolument faire la compulsion pour m'en débarrasser. Seulement, cette obsession me tracasse tellement que je veux être sûr de m'en débarrasser. Et pour cela, il faut que je réalise la compulsion de façon PARFAITE, et c'est là qu'au toc de base qui cause cette "période TOC" vient s'ajouter le toc de "la perfection" (puisque je veux réaliser la compulsion du toc de base parfaitement). Du coup, à chaque fois que j'essaie de faire cette compulsion, je me rend compte de chaque détail qui pourraient être imparfaits et je me dis "Non c'est pas bon, il faut que je le refasse !". Et comme rien n'est parfait, ça dure, ça dure et ça dure jusqu'à ce que quelque chose vienne l'arrêter. J'en ai eu trois comme ça, la première je l'ai arrêtée grâce à une psychologue, la deuxième, en faisant le serment de ne pas respecter le TOC et la troisième j'ai accepté exceptionnellement le fait que la compulsion puisse ne pas être réalisée parfaitement.

Or, actuellement, et ce depuis Samedi soir, j'ai l'impression que quelque chose de semblable aux périodes TOC arrive.
En effet, les fêtes de Noël approchent et avant, je veux que tout soit parfait avant ces fêtes.
Samedi, j'ai eu un RDV chez l'orthodontiste et je voulais que pour ce dernier RDV avant les fêtes, tout soit parfait, sinon cela gâcherait mes fêtes. Je vais prendre les exemples qui n'ont pas marché : ma dernière douche avant ce RDV devait être parfaite, dernier passage aux toilettes aussi et dernière nuit avant le RDV aussi. Or, pour la douche, je me suis passé le gant que 2 fois dans le dos au lieu de 3, pour les toilettes, j'ai eu mal au ventre au moment d'entrer (or, d'habitude ce n'est pas le cas) et pour la nuit, j'ai transpiré à cause de la couette. (Si vous avez remarquez, que des trucs qui touchent à la propreté.)
Du coup, pour moi, tout ça n'est pas normal et vu que juste avant mon dernier RDV pas tout n'était parfait, selon mon TOC de "la perfection", cela risque de gâcher mes fêtes. Il était donc nécessaire que je retourne chez l’orthodontiste, ou au moins en bas de chez elle (allez savoir pourquoi, ça marche aussi). C'est totalement stupide, mais c'est ce que j'ai fait. Cependant, encore une fois, tout n'était pas parfait donc je me sens encore mal, comme si mes vacances et les fêtes allaient être gâchées à cause de ça. Or, je me suis promis que je m'autoriserai à y aller qu'une fois en plus que le RDV normal pour essayer de régler ce TOC et que quoi qu'il en soit, que j'y parvienne ou pas, je n'y retournerai pas jusqu'au prochain RDV. Alors, je sais bien que je n'y retournerai pas, ça c'est sûr, mais pourtant, ça risque de gâcher mes vacances, car tout n'était pas parfait.

Voilà donc mes deux questions :

1- Précis) Que pensez-vous de mon problème actuel concernant l'orthodontiste ? (Sachant bien sûr que je ne peux pas y retourner vu que je me le suis juré, mais qu'en revanche, cette promesse risque de gâcher ma fin d’année puisque je ne pourrai pas régler ce TOC avant le prochain RDV (stupide n'est-ce pas ? c'est pourtant ça les TOC)).
Bref, en gros, comment pensez-vous que je puisse passer de bonnes vacances sans réaliser la compulsion ? Pensez-vous que retenter la compulsion une fois encore serait pourtant la seule solution ? Ou au contraire pensez-vous que je dois lutter et ne pas y aller, tant pis pour la perfection du dernier RDV avant Noël ? Ou encore, pensez-vous que si je résiste, au contraire, mes vacances se passeront encore mieux que la normale grâce à un sentiment de progression contre les TOC ? Bref votre avis sur mon obsession en ce moment et sur le fait que je dois ou non réaliser cette compulsion.

2- Général) Je vous ai cité quelques solutions contre mes TOC tel que la lutte forcée, en avez-vous d'autre pouvant m'aider ?

En gros, je demande de l'aide, réellement.
Imaginez-vous, vous voulez aller sûr une île paradisiaque pour passer vos vacances de rêves, mais vous savez cependant qu'une organisation terroriste va y balancer une bombe par hasard la semaine où vous y allez, bref que ces vacances de rêve vont se transformer en cauchemar. Vous allez changer d'avis, tant pis pour les vacances...
Bah pour moi, c'est pareil mais à l'échelle de la vie : La vie est censée être belle, comme les vacances sûr cette île, mais je sais qu'il va y avoir un gros problème qui va gâcher cette vie, de même que les vacanciers savent qu'une bombe va atterrir. Bref, si il n'y a aucun intérêt à aller en vacances si on sait qu'elles vont être gâchées, quel alors l’intérêt d'une vie entière si je sais que je vais souffrir tout le long ?

Voilà, je vous remercie énormément si vous m'avez lu jusqu'à la fin, malgré la longueur de mon message. Je sais d'avance que vous aurai du mal à tout comprendre vu qu'il y a beaucoup de choses compliquées. Je vous remercie aussi pour l'aide éventuelle et la réponse aux questions que vous me donnerez. C'est le deuxième message du genre que je poste vu que j'en ai déjà posté un sur un autre forum, sans réponses.

@ bientôt,
Jérem

Avatar de l’utilisateur
nanelda
Psychologue clinicien
Messages : 1730
Inscription : 10 juil. 2013, 13:49

Re: TOC insurmontables

Messagepar nanelda » 16 déc. 2014, 18:21

Bonjour,

La structure de votre message est elle-même très obsessionnelle, on perçoit bien les ruminations, les doutes, le contrôle,...

Je n'ai pas de trucs pour que vos toc disparaissent, ces symptômes ont un sens et les supprimer sans tenir compte de leur fonction est dangereux. Continuez-vous à voir un psychologue? Je crois que ce serait ça "le truc", ce n'est pas miraculeux mais sur le long terme cela se révèlera sans doute très aidant...

Cordialement.
Je peux m'entretenir avec vous par mail (10€ la réponse) ou par chat (20€ l'heure), je n'utilise ni Skype, ni le téléphone.
Contactez-moi par message privé pour convenir ensemble du jour et de l'heure du rendez-vous, merci de m'indiquer si nécessaire dans ce message votre pseudo sur le forum et un lien vers le(s) message(s) posté(s). Le paiement s'effectue au préalable via Paypal.
JE NE RÉPONDS PAS AUX MESSAGES PRIVES GRATUITEMENT.
Merci de votre compréhension.

Jérem
Messages : 5
Inscription : 15 déc. 2014, 22:02

Re: TOC insurmontables

Messagepar Jérem » 16 déc. 2014, 18:46

Bonjour.
Tout d'abord, je tiens à vous remercier d'avoir répondu si vite.

Je ne continue pas à voir de psychologue, malheureusement, tout simplement parce que j'ai honte. Je sais bien que toutes les personnes souffrant de TOC ont honte, cependant, il y a quelque chose de plus dans mon cas qui dépasse la honte : Mes parents connaissent une personne souffrant elle aussi de TOC, mais à les entendre, cette personne est TOTALEMENT folle. En effet, ils la décrivent comme une personne dépendante, ayant des tares, enfin, ils la placent très au dessous de ce qu'elle est. Pourtant je lui ai déjà parlé, elle n'est franchement pas comme ils disent.
Donc tout ça pour dire que je risque d'être perçu de la même façon par ma propre famille (et même au-delà) si jamais j'en parle à nouveau, surtout que mes parents sont du genre à avoir de l'estime pour leurs enfants (peut-être un peu trop), ce qui aggraverait bien la chose.

Concernant, la structure de mon précédent message, vous avez entièrement raison, et ça tombe bien que vous l'ayez remarqué, puisque je peux vous dire que c'est pareil pour tout (contrôles, DM, textes, participations sur des forums, même de jeux vidéos, ...), et ça c'est horrible, je me sens obligé de faire ainsi.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 9980
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: TOC insurmontables

Messagepar Dubreuil » 17 déc. 2014, 01:59

Quel est le premier souvenir de votre enfance dont vous vous rappelez ?
Cette recherche " d'être " cadré, retenu, limité ( ou son déplacement ) fait partie d'un souvenir enfoui dans votre inconscient.
Faites vous des cauchemars ? Si oui de quelle nature sont-ils ?
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 9980
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: TOC insurmontables

Messagepar Dubreuil » 17 déc. 2014, 02:03

Tapez également le mot : phobies sur Recherche en haut de votre ordi. En reculant des premières pages au plus anciennes Vous y lirez quelques unes de mes analyses.
Et revenez nous dire ce que vous en pensez..
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr

Jérem
Messages : 5
Inscription : 15 déc. 2014, 22:02

Re: TOC insurmontables

Messagepar Jérem » 17 déc. 2014, 14:20

Bonjour.

Je me suis penché sur la question de premier souvenir dont je me souviens. Pour pas dire, le premier qui me vient en tête, j'ai réfléchi avant.

Je vais citer le vrai "premier" mais bon, je vais pas passer pour quelqu'un de sérieux si j'essaie d'affirmer que c'est lui (et pourtant c'est bien lui) puisque j'avais seulement trois mois.
C'est le souvenir de ma grand-mère frappant mon arrière grand-mère. En ayant parlé avec ma grand mère il y a quelque mois, elle ne me croyait pas non plus, jusqu'à ce que je lui décrive la scène, de ma position par rapport à la scène (où j'étais dans l'espace) jusqu'à la description de la tenue vestimentaire de mon arrière grand-mère.

Je vais quand même citer des exemples plus crédibles, du coup plus récent, de quelques souvenirs assez vieux mais dont je ne parvient pas à me souvenir lequel était le premier. Voilà donc je décri les scènes :

- Je me vois dans ma chambre de l'ancien appartement où nous habitons, je suis au pied du lit (hors du lit) et je joue avec un téléphone en jouer, il était mou et pelucheux, il y avait des chiffres. C'était en fait un téléphone en peluche (de la même façon qu'il existe des ours en peluches, c'était un téléphone), pour plus de précisions, c'était un téléphone portable, il était plutôt gros (comme les vrais à cette époque).

- Je me vois à la crèche, dans les bras d'une auxiliaire, et on me reprochait de m'amuser à grincer des dents.

Voilà, en tout cas ces quelques souvenirs datent de quand j'avais au maximum deux ans. Je pourrai vous en décrire pleins des comme ça. Tellement que ça prendrait des pages. Pleins de mini-souvenirs comme ça. Mais mis à part celui de mes trois mois, je pense que celui qui m'a le plus marqué est celui du téléphone en peluche.

Pour ce qui est des cauchemars, j'en fait pas très souvent mais dès que j'en fais, c'est tout le temps deux thèmes qui revient :
- J'ai une mauvaise note en classe -> cauchemar accompagné d'un sentiment de surprise, de déception et un peu de haine.
- Quelqu'un me veut du mal, la plupart du temps pour me tuer -> cauchemar accompagné de sentiment de peur, d'abandon puisque j'ai l'impression que personne s'en rend compte, et d'horreur aussi puisque j'essaie de fuir mais j'ai beaucoup de mal, même si à chaque fois je m'en sors ou je me réveil avant de me faire avoir.

Enfin, pour ce qui est de la phobie, j'ai cherché comme vous m'aviez demandé et puis je pense avoir saisi un peu le sens. Si j'ai bien compris, c'est quelque chose pour cacher un souvenir qui nous a fait peur ou nous a angoissé ?

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 9980
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: TOC insurmontables

Messagepar Dubreuil » 19 déc. 2014, 19:32

[quote="Jérem"]Bonjour.

Je me suis penché sur la question de premier souvenir dont je me souviens. Pour pas dire, le premier qui me vient en tête, j'ai réfléchi avant.

Je vais citer le vrai "premier" mais bon, je vais pas passer pour quelqu'un de sérieux si j'essaie d'affirmer que c'est lui (et pourtant c'est bien lui) puisque j'avais seulement trois mois.
C'est le souvenir de ma grand-mère frappant mon arrière grand-mère. En ayant parlé avec ma grand mère il y a quelque mois, elle ne me croyait pas non plus, jusqu'à ce que je lui décrive la scène, de ma position par rapport à la scène (où j'étais dans l'espace) jusqu'à la description de la tenue vestimentaire de mon arrière grand-mère.

- A 3 mois on enregistre sans comprendre des événements, des bruits, etc, qui nous terrorisent.. notre inconscient fait bien son travail et l'impact traumatique s'il est bien réel ne va resurgir parfois que des années après..
Les petits nourrissons qui ne dorment que le jour et pleurent toute la nuit font " comprendre " que la nuit ils veillent ! On ne peut pas venir les tuer parce qu'ils sont réveillés.. c'est une mise en garde et un moyen de " défense " pathétique, mais regardez parfois comme certains nourrissons ont les yeux cernés et dorment " épuisés " la journée, où " ils croient " que rien ne peut leur arriver..

- Je me vois à la crèche, dans les bras d'une auxiliaire, et on me reprochait de m'amuser à grincer des dents.
Vous amuser ? Là encore c'est une lutte, un moyen de maîtrise, un désespoir intense..

Pour ce qui est des cauchemars, j'en fait pas très souvent mais dès que j'en fais, c'est tout le temps deux thèmes qui revient :
- J'ai une mauvaise note en classe -> cauchemar accompagné d'un sentiment de surprise, de déception et un peu de haine.
- Quelqu'un me veut du mal, la plupart du temps pour me tuer -> cauchemar accompagné de sentiment de peur, d'abandon puisque j'ai l'impression que personne s'en rend compte, et d'horreur aussi puisque j'essaie de fuir mais j'ai beaucoup de mal, même si à chaque fois je m'en sors ou je me réveil avant de me faire avoir.

- Quelle enfance avez-vous eue ? Qui vous a élevé, éduqué ?

Enfin, pour ce qui est de la phobie, j'ai cherché comme vous m'aviez demandé et puis je pense avoir saisi un peu le sens. Si j'ai bien compris, c'est quelque chose pour cacher un souvenir qui nous a fait peur ou nous a angoissé ?

- Oui, exactement.
Mais vous ne trouverez pas si.. vous en faites une fixation ! Hum ! Le mieux est de voir un psy, de lui parler de tout, de rien, des pensées qui vous arrivent soudain, de les commenter ou pas, bref, de laisser aller.. et un jour, vous trouverez !
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr

Jérem
Messages : 5
Inscription : 15 déc. 2014, 22:02

Re: TOC insurmontables

Messagepar Jérem » 19 déc. 2014, 22:53

Bonjour.

Désolé, d'avoir mis du temps à répondre.

Je commence par répondre à vos questions :

Concernant mon enfance, elle était plutôt banale, bien qu'elle était aussi accompagnée par mes TOC, ou plutôt par mon TOC, celui dont j'ai parlé en premier dans mon premier message sur ce sujet.
J'avais pas de gros problèmes, sauf peut-être des problèmes de sociabilité, et encore.
Je pense avoir mal répondu à la question, qu'entendez-vous par enfance ? En général ou dans un domaine précis ?

Pour mon éducation, j'ai été élevé par mes parents.


Sinon, concernant mon TOC du moment, avec l'orthodontiste et tout et tout (voir premier message), j'ai une fois de plus, tenté quelque chose aujourd'hui :
En sortant du lycée, à la place de directement rentrer chez moi, je suis passé devant chez l’orthodontiste. Mais c'était seulement devant pour respecter la promesse que je m'étais faite de ne plus y retourner. Comme je m'en doutais, j'ai encore une fois échoué en voulant que tout soit parfait. La cause de cet échec ? Tenez vous bien, rien de plus stupide : Je me suis gratté le nez. Où est le problème ? J'ai moi même du mal à le voir (peut-être que je trouve ça sale, de se gratter l'extérieur du nez, autant que si c'était l'intérieur du nez que je m'étais gratté, bien que ce n'était pas le cas). J'ai donc décidé que puisque qu'apparemment je ne parviendrais pas à faire le rituel parfait avant Noël, et bien je ne retenterai plus rien. Tant pis. Je renvoie donc à mon premier message pour que vous compreniez bien. Je cherche à la place à me convaincre que la seule façon de ne pas gâcher mon Noël, c'est justement de lutter contre cette compulsion, d'admettre que ce n'était pas parfait et que je ne le referai pas.
Pour le moment, j'accepte cette idée, mais qui me dit que demain je ne vais pas me réveiller avec la sensation d'un poignard dans l'estomac en me disant "Oh non, ce n'était pas parfait, mes vacances sont donc gâchées !" ? Rien qu'en écrivant je trouve ça stupide mais pourtant, ça correspond bien aux multiples définitions de TOC que j'ai pu lire.
Le poignard va-t'il donc se retirer, rester où il est, ou s'enfoncer d'avantage ?
J'ai envie de dire que je verrai bien demain, bien que j'ai peur de connaître la réponse.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 9980
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: TOC insurmontables

Messagepar Dubreuil » 20 déc. 2014, 01:05

L'enfant a ses rituels et ses pensées " magiques ". Nous avons des " stades " de "progression " psychique. Quelque fois les portes s'ouvrent toutes seules..
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr

Jérem
Messages : 5
Inscription : 15 déc. 2014, 22:02

Re: TOC insurmontables

Messagepar Jérem » 20 déc. 2014, 20:09

Que voulez vous dire par "Quelque fois les portes s'ouvrent toutes seules" ?

Sinon, pour ce matin, je me suis levé, puis un coup j'étais "bien" un coup j'étais "pas bien". J'espère que demain je serais juste "bien".


Revenir vers « Forum TOC »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité