Je souffre de TOC et de phobie d'impulsions.

Forum TOC (trouble obsessionnel compulsif)
Gueriretavancer
Messages : 6
Inscription : 09 févr. 2017, 18:44

Je souffre de TOC et de phobie d'impulsions.

Messagepar Gueriretavancer » 10 févr. 2017, 00:23

Bonsoir,

Je viens de m'inscrire sur ce site suite à une recherche personnelle sur ma maladie, j'ai pas mal de TOC et même des phobies d'impulsions.

J'ai 23 ans, et je souffre de cette maladie depuis mes 12-13 ans environ.

A l'époque je me souviens très bien de quelque chose, je devais avoir 12 ans, je regardais la télé, je ne me souviens plus du programme, mais je voulais que l'acteur 'lève le coude' assez haut et c'est seulement s'il le faisais que je me sentais soulagé!

Autre chose, je me souviens d'une fois aussi, je devais regarder chaque membre de ma famille environ 3 à 4 sec lors du repas du soir, de droite à gauche, et ensuite je pouvais me remettre à manger et finir mon repas tranquille, c'était pas à chaque repas heureusement mais ça a du arriver une ou deux fois (de ce que je me souviens!).

Donc j'arrivais très bien à vivre avec et ça me paraissais relativement 'normale', je dis vivre parce qu'actuellement, je ne vis plus, je suis esclave de mes toc! je veux réapprendre à vivre.

C'est tout ce dont je me souviens comme TOC que j'avais à l'époque.

Mes obsessions concerne plusieurs domaine aujourd'hui:
D'abord l'obsession de la 'perfection' et même vouloir changer le monde pour qu'il corresponde à mes idées.
Concrètement, ça prend plusieurs formes, d'abord j'ai un gros problème qui me gâche la vie (si seulement il n'y avais que lui), celui de tout faire parfaitement, je vais vous donner plusieurs exemples:
Lorsque je suis sur l'ordinateur je ne supporte pas de taper sur une autre touche que celle sur laquelle je veux taper, je ne peux même pas passer ma main sur l'ensemble des touches du clavier de peur que j'ai appuyé sur une touche qui pourrait ouvrir une page internet ou une application et que cela entraîne une mauvaise chose. Il m'ai même arrivé lorsque j'appuyais sur une touche sans faire exprès en fermant mon ordinateur portable ou touchait simplement le pad en le fermant, de le ré ouvrir quelques heures plus tard ou lorsque j'ai le temps, et de vérifier que rien n'avais été ouvert (page internet, applications...) et même de le ré ouvrir pour simplement le refermer sans toucher à une touche ou au pad!
Lorsque je ferme mon ordi, je veille à ce que je ne touche à rien d'autre pendant que je le ferme, si j'appuie par erreur sur une touche en le fermant, je vais le ré ouvrir et le refermer sans y toucher!
Lorsque mon ordi est sale (cheveux etc) je dois réfléchir avant de souffler dessus pour tout enlever, pour ne pas que les cheveux se retrouvent sur un autre objet ou sur une étagère...ridicule... mais obsessionnelle!
Je précise qu'il ne s'agit pas d'un TOC de contamination puisque je n'ai pas peur d'être contaminé, j'ai plutôt l'impression de faire n'importe quoi si je ne réfléchis pas avant de faire quelque chose et me dire 'bon si je fais ça est ce que je ne le regretterais pas par la suite' 'est ce que je n'aurais pas besoin de refaire un autre toc et de nettoyer mon étagère'
Je n'ose même plus nettoyer mon ordinateur en passant un chiffon et en appuyant sur le clavier!(bon j'arrive à le faire mais seulement quand je suis décidé et je dois réfléchir à ne pas trop appuyer, faire cette étape m'as pris des mois! et même maintenant je ne le fais pas sans réfléchir).

Même chose pour mon smartphone, si je le déverrouille et que je touche l'écran tactile en même temps je ne serais pas bien, je referais l'opération sans toucher l'écran et le mettre dans ma poche lentement. J'ai toujours peur que ça entraîne autre chose, comme ouvrir une application et modifier quelque chose ou ouvrir une note et la modifier!

Ce TOC de 'perfection' à commencé lorsque j'avais environ 19 ans, je n'avais que 80 euros par mois car je ne travaillais pas, et j'étais perdu dans mes études et mal dans ma peau à cause de cette maladie...je rangeais des objets telles que mon smartphone, un stylet pour toucher l'écran du smartphone, une tondeuse, un rasoir électrique, des chemises en plastiques (oui parce que en carton c'est moins cher mais elles s'abîment et par exemple le carton peut se déchirer ou même si je dois emmener une pochette en carton et qu'il pleut dehors elle se déchirera facilement et dans ce cas là je passerais plus de temps à vérifier qu'il n'y ai pas des petits bouts de cartons dans l'étagère ou je l'a rangerais!), je rangeais aussi une clef usb, un disque dur ou chaque phrases devait commencer par une majuscule et finir par un point sans fautes d'orthographes! par exemple dans le titre de films...)
Le tout était rangé dans un meuble fermé à clef pour que personne n'y touche, ou ne salisse.

Je passais des heures à regarder mes vêtements pour que tout soit parfait, je pensais donc dans quelles situations j'avais porté tel ou tel vêtement, par exemple si j'avais fumé avec un vêtement je le jetais systématiquement car je ne voulais tellement pas être fumeur que je fumais, incompréhensible! je pense que c'était une phobie d'impulsion! je me sentais contaminé!, si j'avais eu honte avec un vêtement je le jetais, si un vêtement avait été tâché je le jetais, si un vêtement avais été en contact avec des poils de chiens ou de chats je le jetais! et si je ne pouvais pas le jeter, je passais des heures à retirer les poils de mon chien! et je n'étais pas bien si je ne le faisais pas pour chaque vêtement qui en avais, à un point tel que pour remédier à ce problème j'évitais tout contact avec mon chien et pourtant c'est un bulldog donc les poils ne sont pas bien longs, je vérifiais que mon chat n'aille pas sur mon lit pour ne pas qu'il y ai de poils sur les draps, j'évitais de caresser le chien, et lorsqu'un membre de ma famille me faisais une remarque et me proposais de caresser le chien, c'était hors de question, question vitale, question de réussite, si je jette ce vêtement, n'aurais-je pas mieux fait de le garder pour plus tard, est ce que mon avenir professionnelle et personnelle ne va pas en être perturbé?

Du coup, jeter était pour moi du pain béni, si mon chien venais vers moi et qu'il se frottais contre mon jeans, je le jetais c'était tellement plus simple, pas besoin de s'embêter à enlever les poils, et lorsque je n'avais plus assez de vêtements pour jeter, je passais des heures à retirer les poils.

Du coup j'évitais et même aujourd'hui de me frotter contre un mur ou de m'asseoir dessus ou même dans l'herbe, 'si je me frotte contre un mur et que mon portable est à l'intérieur de ma poche ne vas t-il pas se déverrouillé et ouvrir une page internet?' 'si je me m'assoie dans l'herbe ne vais-je pas être obligé de jeter ce jeans?' 'si je ne me serais pas assis j'aurais économisé de l'argent car pas besoin d'en racheter un' une question obsessionnelle pour moi.

Aujourd'hui encore, je dois faire attention en déverrouillant et verrouillant mon portable, en fermant mon ordinateur portable, en l'ouvrant (ne pas trop le bouger en l'ouvrant), ne pas taper dans les étagères, meubles et tables...même murs. Pour ne pas que les objets qui soit dans une étagère par exemple tombe, et que je passe du temps à les remettre. Tout est organisé dans ma chambre pour que je m'y retrouve. A une époque je jetais même les objets en contact avec le sol (cotons tiges qui tombe par terre, gels douche...).

A l'âge de 21 ans si je ne dis pas de bêtises, j'ai fais une tentative de suicide car je ne m'en sortais plus! je jetais des sacs poubelles entiers de pleins d'objets différents, mes parents surveillaient les poubelles, des objets que je jugeais d'occasions ou abîmés, mal nettoyés, des livres qui étaient anciens et qui appartenaient à mon grand père paternel qui fumais et buvais, je me disais donc 'si tu jettes ça tu t'éloignes de tout ça et ça prouve bien que tu ne veux ni boire ni fumer', de la vaisselle à tel point que je jetais tout et n'importe quoi. Un jour j'ai même jeter une figurine de bulldog en me disant 'ok si tu le jette c'est que tu ne veux pas de poils de chien dans ton environnement'. Bref, plus vivable!

Suite à cette tentative de suicide, j'ai été hospitalisé dans un centre hospitalier psychiatrique, ou ma psychiatre n'a absolument pas compris ma maladie et mes problèmes, ce qui l'intéressait c'était surtout les médicaments à prescrire! Elle m'as dis que j'étais schizophrène, elle m'a assurée que je n'avais pas de toc, qu'elle voyais des personnes qui avaient cette maladie et que moi c'était seulement des habitudes! Je ne comprenais pas et j'étais totalement perdu! on m'a alors bourré d'antidépresseurs et de neuroleptiques, j'ai toujours été persuadé que je n'étais pas schizophrène et depuis quelque temps je me documente sur la maladie des toc et je m'y reconnais totalement, je m'étonne même de ne pas m'être documenté plus tôt mais je faisais une confiance aveugle aux psychiatres! ma mère n'est pas surprise de cette maladie, mais je ne comprend pas pourquoi elle n'a pas dis à l'époque que je n'étais pas schizophrène mais que je souffrais de TOC! Je ne me souviens plus si j'avais bien fait part de toutes mes obsessions à la psychiatre, moi même ayant beaucoup de mal à les comprendre!

J'ai fais deux séjours dans cet établissement psychiatrique, un premier qui n'a donc absolument rien résolu mais qui m'a directement rendu 'légume'! j'ai donc pris des neuroleptiques pendant des années, 2 ans environ, sans trop savoir ce que c'était et quels étaient leurs buts et sans chercher à comprendre pourquoi je me sentais obligé de faire ces compulsions. Le sevrage a été difficile! cauchemars plus vrais que nature, j'ai même encore les images dans la tête de certains de mes cauchemars! mes parents m'ont dit que c'est parce que je regardais des films d'horreur de temps en temps! une fois que je me suis documenté ça m'a fais doucement rire! transpiration (surtout la nuit) draps complètement mouillées tous les matins pendant le sevrage...
J'ai arrêté les antidépresseurs et neuroleptiques il y a 1 et mois et demi. Et j'en suis très content.
Mon deuxième séjour j'ai voulu le faire, puisque je faisais confiance à ces professionnels de santé, j'ai voulu résoudre mon problème d'angoisse directement lié à la maladie des TOC, ce deuxième séjour ne m'a pas non plus aidé, la psychiatre était dans ses idées mais ne m'écoutais pas vraiment!

Je commence à y voir plus clair et j'en veux aussi à mon entourage qui ne m'a jamais informé sur les conséquences de la prise de médicaments notamment de neuroleptiques, j'ai pris 38 kilos, et l'état de mes dents s'est dégradé! aujourd'hui grâce à ma volonté j'ai perdu 24 kilos, je pèse donc 79 kilos pour 1m80, je précise que ma mère est dans le milieu médical et qu'elle connais ces médicaments.

De plus, je pense que mes parents ont directement conseillés à ma psychiatre de me prescrire un stabilisateur d'humeur, étant donné qu'il me disent souvent que j'étais agressif, cela résulte seulement d'une souffrance de TOC trop présents dans la tête et donc une agressivité!
J'ai encore également l'obsession de doute, je vérifie souvent plusieurs fois la même chose, si je range mes cours, est ce que j'ai bien tout rangé, je regarde la table pour voir si il y n'y a pas de feuilles qui traîne, je regarde plusieurs fois, je vérifie également que rien ne traîne dans ma chambre, je regarde donc par terre si rien ne traîne, ou si le chauffage est bien éteint, si les lumières sont bien éteintes également. Si je prends une paire de chaussettes dans mon étagère je vérifie que rien d'autres n'est tombé en la prenant, que les tiroirs sont bien fermés, c'est très fatiguant.

Avant cette première hospitalisation j'avais aussi souffert de TOC de la contamination, de la peur d'avoir le sida!
Je me sentais contaminé suite à trois rapports sans protections et j'ai fais une tonne de tests! 3 il me semble ou peut être 4, pour être sûr que je n'étais pas porteur du sida! et même après les tests j'avais tendance à douter du résultat! même sans avoir de relations sexuelles par la suite.
Je prenais plus de douches que la moyenne, c'est surtout après le rapport sexuel non protégé en rentrant à la maison que je me sentais sale et je prenais deux douches.

J'ai aussi souffert du TOC de la symétrie et de l'ordre, je passais des heures à mettre les objets en ordre, et aujourd'hui encore pour éviter d'avoir à remettre certains objets en ordre, je n'y touche pas!
Lorsque ma mère changeais mes draps, je préférais dormir sur le canapé du salon pour ne pas avoir à les utiliser! lorsque le ménage était fait dans ma chambre j'évitais d'y rentrer le plus longtemps possible pour ne pas salir et laisse tout en ordre!
J'aurais voulu que lorsque ma chambre était propre et les draps propres ne jamais y retoucher et ne jamais retourner dans cette pièce!

Je souffre également de phobies d'impulsions, j'ai tellement été en colère à l'égard de mes parents surtout à l'égard de mon père que cela a développé des phobies d'impulsions, quelques fois lorsqu'il m'énerve par son comportement je peut m'imaginer plus tard le violenter physiquement, je pense que c'est dû a un refoulement de la colère! Je n'ai pas encore le permis étant donné que j'ai des angoisses liés à la prise de parole devant les autres (correction d'un test du code de la route par exemple en groupe à l'auto école), et même la phobie compulsive d'écraser quelqu'un en conduisant! ce qui mène à une situation d'évitement, à 23 ans je n'ai toujours pas mon permis et j'évite d'aller à l'auto école et je redoute le moment ou je devrais conduire!

Quelque chose qui est dur pour quelqu'un ayant des TOC et c'est la raison de la répétition excessive de ses TOC et de ses rituels c'est d'être perturbé par une pensée ou un événement extérieur, pour ma part ce sont les tic de ma mère (bruit avec sa gorge) qui m'oblige lorsque je les entends à recommencer depuis le début ce que j'étais en train de faire (car ça m'empêche de me concentrer sur mes tocs) dès que j'entends ma mère faire un bruit avec sa gorge, je recommence! par exemple pour écrire ce texte j'ai relu plusieurs fois les phrases que j'écrivais cela dès que je l'entendais (elle est dans la pièce d'à côté) elle a depuis des années différents tics, froncement des sourcils, mouvement avec la tête, avec la bouche, mouvement avec le corps, agacement, et en particulier des bruits qu'elle fait avec sa gorge. Cela me rend agressif et c'est très dur nerveusement pour moi! lorsqu'elles est agacée elle fais de plus en plus de tic, cela m'énerve fortement et je me calme en faisant mes toc, utilisation excessive de sopalin par exemple, si je prend du sopalin et que je ne l'ai pas bien détaché du rouleau, je recommence, si j'entends son tic à ce moment là, je recommence! jusqu'à ce que je puisse en prendre sans entendre son tic et en détachant les feuilles de sopalin sans déchirer le sopalin. Je suis conscient que le problème viens de moi mais dans un environnement différent mes TOC sont bien moins présents!
J'ai développé une phobie compulsive envers ma mère, je me vois la frapper car trop de haine! bien sur ces idées ne se mettent pas en place, je suis même très calme mais j'encaisse! ce qui alimente cette haine, c'est que, perturbé par un événement extérieur que j'associe à ma mère, j'ai développé des TOC que je devais faire un nombre incalculable de fois!
Lorsque ma mère n'est pas à la maison, j'ai peur qu'elle rentre! il faut que tout soit parfait quand elle rentre du travail sinon je serais sur les nerfs, étant donné que lorsqu'elle est à la maison, elle 'm'empêche' d'être concentré sur mes toc et de les faire ce qui peut m'amener à les faire un nombre incalculable de fois, du coup je m'assoie sur le canapé, les bras croisés, et j'attends qu'elle aille se coucher le soir!
J'ai beaucoup de mal à la supporter aujourd'hui.
Je redoute le moment ou je rentre en fin de journée! je n'ai même plus envie de rentrer chez moi.
Je lui ai expliqué mais elle ne veut pas comprendre! fort caractère!

Aujourd'hui je jette très peu, voir plus du tout, ça m'a demandé des efforts monstres!

J'ai aujourd'hui toujours à me passer des drôles de mots 'né' 'éh' 'viéh' en boucle dans la tête suivi d'une expiration avant de faire quelque chose! et si un événement extérieur m'interromps je recommence!

En revanche je ne dis jamais rien, et ne m'en prends jamais à la personne qui m'a 'dérangé'.

Je vais entamer une TCC avec une psychologue psychothérapeute et psychanalyste, et j'aimerais aider les personnes souffrant de cette maladie, ce n'est qu'un projet étant donné que j'apprends encore à vivre avec et à la comprendre, c'est encore floue mais je voulais partager mon expérience vis à vis de cette maladie pour avancer.

J'espère ne pas vous avoir fait peur! lol :lol: et j'espère également de nombreux retours sur des situations similaires ou non!

Gueriretavancer
Messages : 6
Inscription : 09 févr. 2017, 18:44

Re: Je souffre de TOC et de phobie d'impulsions.

Messagepar Gueriretavancer » 10 févr. 2017, 05:00

Gueriretavancer a écrit :Bonsoir,

Je viens de m'inscrire sur ce site suite à une recherche personnelle sur ma maladie, j'ai pas mal de TOC et même des phobies d'impulsions.

J'ai 23 ans, et je souffre de cette maladie depuis mes 12-13 ans environ.

A l'époque je me souviens très bien de quelque chose, je devais avoir 12 ans, je regardais la télé, je ne me souviens plus du programme, mais je voulais que l'acteur 'lève le coude' assez haut et c'est seulement s'il le faisais que je me sentais soulagé!

Autre chose, je me souviens d'une fois aussi, je devais regarder chaque membre de ma famille environ 3 à 4 sec lors du repas du soir, de droite à gauche, et ensuite je pouvais me remettre à manger et finir mon repas tranquille, c'était pas à chaque repas heureusement mais ça a du arriver une ou deux fois (de ce que je me souviens!).

Donc j'arrivais très bien à vivre avec et ça me paraissais relativement 'normale', je dis vivre parce qu'actuellement, je ne vis plus, je suis esclave de mes toc! je veux réapprendre à vivre.

C'est tout ce dont je me souviens comme TOC que j'avais à l'époque.

Mes obsessions concerne plusieurs domaine aujourd'hui:
D'abord l'obsession de la 'perfection' et même vouloir changer le monde pour qu'il corresponde à mes idées.
Concrètement, ça prend plusieurs formes, d'abord j'ai un gros problème qui me gâche la vie (si seulement il n'y avais que lui), celui de tout faire parfaitement, je vais vous donner plusieurs exemples:
Lorsque je suis sur l'ordinateur je ne supporte pas de taper sur une autre touche que celle sur laquelle je veux taper, je ne peux même pas passer ma main sur l'ensemble des touches du clavier de peur que j'ai appuyé sur une touche qui pourrait ouvrir une page internet ou une application et que cela entraîne une mauvaise chose. Il m'ai même arrivé lorsque j'appuyais sur une touche sans faire exprès en fermant mon ordinateur portable ou touchait simplement le pad en le fermant, de le ré ouvrir quelques heures plus tard et de vérifier que rien n'avais été ouvert (page internet, application...) et même de le ré ouvrir pour simplement le refermer sans toucher à une touche ou au pad. Je précise que si je ne le fais pas j'y penserais pendant plusieurs jours! Cette obsession de la perfection est valable pour d'autres choses, exemple: lorsque je suis pied nu, je ne supporte pas de marcher sur le bas de mon pantalon ou jeans... je ne veux pas qu'il soit ni sale en traînant par terre ni abîmé, si je marche en chaussettes à la maison je n'aime pas ça non plus car elles seront sales et si je vais ensuite sur mon lit je devrais frotter mon drap, j'évite!
Je veux aussi que lorsque je suis en tee shirt ou sweat peu importe, le bas du vêtement ne soit pas plié ou retourner...

J'évite aussi de mettre/ enlever des sweats ou pulls dans la journée car j'ai des pellicules et lorsque j'enfile ou enlève un vetement, des pellicules ou cheveux peuvent tomber... J'ai l'impression que beaucoup de mes obsessions sont des angoisses et les compulsions me rassure mais chaque jour je m'enfonce un peu plus.

Autre TOC qui m'a pourrie la vie, rapport avec le tabac peur d'être fumeur et d'avoir un jour pu fumé, j'évite de faire le ménage trop souvent dans ma chambre (passer l'aspirateur et la serpillière, faire les vitres...) car cela me ramène des années en arrière ou je passais mon temps à faire le ménage dans ma chambre et à changer les draps et à fumer des mégots de cigarettes, aucun rapport pour beaucoup de personnes! Le fait de transpirer, faire du sport, s'activer dans le ménage me donne le mauvais souvenir de fumer des mégots de cigarettes (ceux de mon père qui est fumeur) qui était une véritable obsession pour moi, c'est comme si je me sentais obligé de fumer ces mégots alors que c'était la dernière chose au monde que je voulais, mais l'obsession était trop forte, je précise que je n'ai jamais été fumeur à proprement parler, je n'ai même jamais ressenti le besoin de fumer parce que j'en aurais eu besoin (au sens addictif)! Pour une personne lambda si l'on est pas addict au tabac on arrête de fumer des mégots tout simplement mais pour moi c'est bien plus compliqué et je dois passer par toutes sortes de compulsions pour m'en éloigner psychologiquement (jeter des cendriers, jeter des boîtes d'allumettes car j'allumais avec ça...) tout un processus! J'avais des images m'imaginant la cigarettes à la bouche, c'est comme si tout ce que je ne voulais pas être ou faire, se produisait.
Pour en revenir à mon ordinateur portable:
Lorsque mon ordi est sale (cheveux etc) je dois réfléchir avant de souffler dessus pour tout enlever, pour ne pas que les cheveux se retrouvent sur un autre objet ou sur une étagère...ridicule... mais obsessionnelle!
Je précise qu'il ne s'agit pas d'un TOC de contamination puisque je n'ai pas peur d'être contaminé, j'ai plutôt l'impression de faire n'importe quoi si je ne réfléchis pas avant de faire quelque chose et me dire 'bon si je fais ça est ce que je ne le regretterais pas par la suite' 'est ce que je n'aurais pas besoin de refaire un autre toc et de nettoyer mon étagère'
Je n'ose même plus nettoyer mon ordinateur en passant un chiffon et en appuyant sur le clavier!(bon j'arrive à le faire mais seulement quand je suis décidé et je dois réfléchir à ne pas trop appuyer, faire cette étape m'as pris des mois! et même maintenant je ne le fais pas sans réfléchir).

Même chose pour mon smartphone, si je le verrouille et que je touche l'écran tactile en même temps je ne serais pas bien, je referais l'opération sans toucher l'écran et le mettre dans ma poche lentement. J'ai toujours peur que ça entraîne autre chose, comme ouvrir une application et modifier quelque chose qui entraînerait quelque chose d'autre...

Ce TOC de 'perfection' à commencé lorsque j'avais environ 19 ans, je n'avais que 80 euros par mois car je ne travaillais pas, et j'étais perdu dans mes études et mal dans ma peau à cause de cette maladie...je rangeais des objets telles que mon smartphone, un stylet pour toucher l'écran du smartphone, une tondeuse, un rasoir électrique, des chemises en plastiques (oui parce que en carton c'est moins cher mais elles s'abîment et par exemple le carton peut se déchirer ou même si je dois emmener une pochette en carton et qu'il pleut dehors elle se déchirera plus facilement et dans ce cas là je passerais plus de temps à vérifier qu'il n'y ai pas des petits bouts de cartons dans l'étagère ou je l'a rangerais!), je rangeais aussi une clef usb, un disque dur ou chaque phrases devait commencer par une majuscule et finir par un point sans fautes d'orthographes! par exemple dans le titre de films, le nom des dossiers...
Le tout était rangé dans un meuble fermé à clef pour que personne n'y touche, ou ne salisse.

Je passais des heures à regarder mes vêtements pour que tout soit parfait, je pensais donc dans quelles situations j'avais porté tel ou tel vêtement, par exemple si j'avais fumé avec un vêtement je le jetais systématiquement, sinon je me sentais mal, et si ce vêtement était rangé sur un autre vêtement et donc en contact avec lui il fallais que je le jette aussi! incompréhensible! je pense que c'était une phobie d'impulsion! je me sentais contaminé! pour en revenir à la cigarette je me dis même plus le temps passe, moins la nicotine est présente dans mon organisme meilleur c'est! si j'avais eu honte avec un vêtement je le jetais, si un vêtement avait été tâché je le jetais, si un vêtement avais été en contact avec des poils de chiens ou de chats je le jetais! et si je ne pouvais pas le jeter, je passais des heures à retirer les poils de mon chien! et je n'étais pas bien si je ne le faisais pas pour chaque vêtement qui en avais, à un point tel que pour remédier à ce problème j'évitais tout contact avec mon chien et pourtant c'est un bulldog donc les poils ne sont pas bien longs, je vérifiais que mon chat n'aille pas sur mon lit pour ne pas qu'il y ai de poils sur les draps, j'évitais de caresser le chien, et lorsqu'un membre de ma famille me faisais une remarque et me proposais de caresser le chien, c'était hors de question, question vitale, question de réussite, 'si je jette ce vêtement, n'aurais-je pas mieux fait de le garder pour plus tard, est ce que mon avenir professionnelle et personnelle ne va pas en être perturbé'?
Je rêvais d'un monde sans animaux!
Jeter était pour moi du pain béni, si mon chien venais vers moi et qu'il se frottait contre mon jeans, je le jetait, c'était tellement plus simple, pas besoin de s'embêter à enlever les poils, et lorsque je n'avais plus assez de vêtements pour jeter, je passais des heures à retirer les poils.

A tel point que plus rien n'est naturelle, je ne sais plus ce que j'aime ni quelles sont mes passions, lorsque je veux m'intéresser à quelque chose je me pose milles questions, par exemple 'est ce que j'aime vraiment jouer aux jeux vidéos? Si oui pourquoi? Est ce que si je me met à jouer à ce jeu sur mon ordi je n'aurais pas à faire une tonne de toc?' Du coup je ne fais plus rien! Hier en choisissant à m'abonner à un magazine j'y ai passé deux heures, à me décider, comme si c'était vitale et que le choix de ce magazine allait diriger toutes mes futurs activitées et passions.

Aujourd'hui j'évite de me frotter contre un mur ou de m'asseoir dessus ou même dans l'herbe, 'si je me frotte contre un mur et que mon portable est à l'intérieur de ma poche ne va t-il pas se déverrouiller et ouvrir une page internet?' 'si je me m'assoie dans l'herbe ne vais-je pas être obligé de jeter ce jeans?' 'si je ne me serais pas assis j'aurais économisé de l'argent car je n'aurais pas eu besoin d'en racheter un' une question obsessionnelle pour moi.

Aujourd'hui encore, je dois faire attention en déverrouillant et verrouillant mon portable, en fermant mon ordinateur portable, en l'ouvrant (ne pas trop le bouger en l'ouvrant), ne pas taper dans les étagères, meubles et tables...même murs. Pour ne pas que les objets qui soit dans une étagère par exemple tombe, et que je passe du temps à les remettre. Tout est organisé dans ma chambre pour que je m'y retrouve. A une époque je jetais même les objets en contact avec le sol (cotons tiges qui tombe par terre, gels douche...).

A l'âge de 21 ans si je ne dis pas de bêtises, j'ai fais une tentative de suicide car je ne m'en sortais plus! je jetais des sacs poubelles entiers de pleins d'objets différents, mes parents surveillaient les poubelles, des objets que je jugeais d'occasions ou abîmés, mal nettoyés, des livres qui étaient anciens et qui appartenaient à mon grand père paternel qui fumait et buvait, je me disais donc 'si tu jettes ça tu t'éloignes de tout ça et ça prouve bien que tu ne veux ni boire ni fumer', de la vaisselle à tel point que je jetais tout et n'importe quoi. Un jour j'ai même jeté une figurine de bulldog en me disant 'ok si tu la jette c'est que tu ne veux pas de poils de chien dans ton environnement'. Bref, plus vivable!

Suite à cette tentative de suicide, j'ai été hospitalisé dans un centre hospitalier psychiatrique, ou ma psychiatre n'a absolument pas compris ni cerné ma maladie et mes problèmes, ce qui l'intéressait c'était surtout les médicaments à prescrire! Elle m'a dis que j'étais schizophrène, elle m'a assurée que je n'avais pas de troubles obsessionnels compulsifs, qu'elle voyait des personnes qui avaient cette maladie et que moi c'était seulement des habitudes! Je ne comprenais pas et j'étais totalement perdu! on m'a alors bourré d'antidépresseurs et de neuroleptiques, de stabilisateur d'humeur... j'ai toujours été persuadé que je n'étais pas schizophrène et depuis quelque temps je me documente sur la maladie des toc et je m'y reconnais totalement, je m'étonne même de ne pas m'être documenté plus tôt mais je faisais une confiance aveugle aux psychiatres! ma mère n'est pas surprise de cette maladie, mais je ne comprend pas pourquoi elle n'a pas dis à l'époque que je n'étais pas schizophrène mais que je souffrais de TOC! Je ne me souviens plus si j'avais bien fait part de toutes mes obsessions à la psychiatre, moi même ayant beaucoup de mal à les comprendre!

J'ai fais deux séjours dans cet établissement psychiatrique, un premier qui n'a donc absolument rien résolu mais qui m'a directement rendu 'légume' et m'a plutôt enfoncé dans la dépression! j'ai donc pris des médicaments pendant des années, 2 ans environ, sans trop savoir ce que c'était et quels étaient leurs buts et j'ai dis stop! Je ne sais pas dans quel état j'aurais été dans 10 ans si je n'aurais pas dit non. Le sevrage a été difficile! cauchemars plus vrais que nature, j'ai même encore les images dans la tête de certains de mes cauchemars! Une personne sombre non humaine qui apparaît et me saute dessus, très effrayant, une ombre que je vois de loin et qui me fonce dessus! mes parents m'ont dit que c'est parce que je regardais des films d'horreur de temps en temps! une fois que je me suis documenté ça m'a fais doucement rire étant donné que j'étais loin d'être le seul dans ce cas, transpiration (surtout la nuit) draps complètement mouillés tous les matins pendant le sevrage, irritabilité...
J'ai arrêté les antidépresseurs et neuroleptiques il y a 1 et mois et demi. J'ai tout arrêté. Et j'en suis très content.
Mon deuxième séjour j'ai voulu le faire, puisque je faisais confiance à ces professionnels de santé, j'ai voulu résoudre mon problème d'angoisse directement lié à la maladie des TOC, ce deuxième séjour ne m'a pas non plus aidé, la psychiatre était dans ses idées mais ne m'écoutais pas vraiment, à savoir qu'elle ne voulais pas entendre parler de toc!

Je commence à y voir plus clair et j'en veux aussi à mon entourage qui ne m'a jamais informé sur les conséquences de la prise de médicaments notamment de neuroleptiques, j'ai pris 38 kilos, et l'état de mes dents s'est dégradé! aujourd'hui grâce à ma volonté j'ai perdu 24 kilos, je pèse donc 79 kilos pour 1m80, je précise que ma mère est dans le milieu médical et qu'elle connais ces médicaments.

De plus, je pense que mes parents ont directement conseillé à ma psychiatre de me prescrire un stabilisateur d'humeur, étant donné qu'il me disent que j'étais agressif, cela résulte seulement d'une souffrance de TOC trop présents dans la tête et donc un ras le bol!

J'ai encore également l'obsession de doute, je vérifie souvent plusieurs fois la même chose, si je range mes cours, est ce que j'ai bien tout rangé, je regarde la table pour voir si il y n'y a pas de feuilles qui traîne je regarde plusieurs fois, je vérifie également que rien ne traîne dans ma chambre, je repasse souvent dans ma chambre même si je n'ai rien à y faire juste pour vérifier que tout est en ordre! ou si le chauffage est bien éteint, si les lumières sont bien éteintes également. Si je prends une paire de chaussettes dans mon étagère je vérifie que rien d'autres n'est tombé en la prenant, que les tiroirs sont bien fermés, c'est très fatiguant.

Avant cette première hospitalisation j'avais aussi souffert de TOC de la contamination, de la peur d'avoir le sida!
Je me sentais contaminé suite à trois rapports sans protections et j'ai fais une tonne de tests! 3 il me semble ou peut être 4, pour être sûr que je n'étais pas porteur du sida! et même après les tests j'avais tendance à douter du résultat! même sans avoir de relations sexuelles par la suite.
Je prenais plus de douches que la moyenne, c'est surtout après le rapport sexuel non protégé en rentrant à la maison que je me sentais sale et je prenais deux douches.

Je souffre également du TOC de la symétrie et de l'ordre, je passais des heures à mettre les objets en ordre, et aujourd'hui encore pour éviter d'avoir à remettre certains objets en ordre, je n'y touche pas!
Lorsque ma mère changeais mes draps, je préférais dormir sur le canapé du salon pour ne pas avoir à les utiliser! lorsque le ménage était fait dans ma chambre j'évitais d'y rentrer le plus longtemps possible pour ne pas salir et laisser tout en ordre!
J'aurais voulu que lorsque ma chambre était propre et les draps propres ne jamais y retoucher et ne jamais retourner dans cette pièce!

Je souffre également de phobies d'impulsions, j'ai tellement été en colère à l'égard de mes parents surtout à l'égard de mon père que cela a développé des phobies d'impulsions, quelques fois lorsqu'il m'énerve par son comportement je peux m'imaginer plus tard le violenter physiquement, je pense que c'est dû à un refoulement de la colère! Mon père étant quelqu'un de 'spécial'.

J'ai également eu peur de l'image d'inceste avec ma mère c'est une phobie d'impulsion, l'idée de penser à ça me dégoute au plus haut point, j'ai toujours été proche de ma mère on a eu une relation fusionnelle mais aujourd'hui je ne veux plus de cette relation qui m'a longtemps étouffé!
Je veux plus d'indépendance et de liberté!

Je n'ai pas encore le permis étant donné que j'ai des angoisses liés à la prise de parole devant les autres (correction d'un test du code de la route par exemple en groupe à l'auto école), et même la phobie d'impulsion d'écraser quelqu'un en conduisant ou de ne pas me faire confiance et de foncer dans une voiture qui arriverais en contre sens, cela depuis que j'ai connu quelqu'un au centre qui avais fait ça et qui a perdu l'usage de ses jambes! Depuis j'ai peur que ça m'arrive, ce qui me mène à une situation d'évitement, à 23 ans je n'ai toujours pas mon permis et j'évite d'aller à l'auto école, je redoute aussi le moment ou je devrais conduire!

Quelque chose qui est dur pour quelqu'un ayant des TOC et c'est la raison de la répétition excessive de ses TOC et de ses rituels c'est d'être perturbé par une pensée ou un événement extérieur, pour ma part ce sont les tic de ma mère (bruit avec sa gorge) qui m'oblige lorsque je les entends à recommencer depuis le début ce que j'étais en train de faire si je ne e refais pas je pourrait entrer dans une grosse colère! dès que j'entends ma mère faire un bruit avec sa gorge, je recommence! par exemple pour écrire ce texte j'ai relu plusieurs fois les phrases que j'écrivais cela dès que je l'entendais (elle est dans la pièce d'à côté) j'ai dû donc relire attentivement 5fois la même phrase... par contre je ne compte pas, elle à depuis des années différents tics, froncement des sourcils, mouvement avec la tête, avec la bouche, mouvement avec le corps, agacement, et en particulier des bruits qu'elle fait avec sa gorge. Cela me rend agressif et c'est très dur nerveusement pour moi! lorsqu'elle est agacée elle fait de plus en plus de tic et il n'y à rien à lui dire, cela m'énerve fortement et je me calme en faisant mes toc de manière excessive! Par exemple: utilisation excessive de sopalin, si je prend du sopalin et que je ne l'ai pas bien détaché du rouleau, je recommence, si j'entends son tic à ce moment là, je recommence! jusqu'à ce que je puisse en prendre sans entendre son tic et en détachant les feuilles de sopalin sans déchirer le sopalin. Je suis conscient que le problème vient de moi mais dans un environnement différent mes TOC sont bien moins présents!
J'ai développé une phobie d'impulsion envers ma mère, je me vois la frapper car trop de haine! bien sur ces idées ne se mettent pas en place, je suis même très calme mais j'encaisse! ce qui alimente cette haine, c'est que, perturbé par un événement extérieur que j'associe à ma mère, j'ai développé des TOC que je devais faire un nombre incalculable de fois! Et j'ai l'impression qu'elle en joue! Comment ne pas se remettre en question et changer après une tentative de suicide de son enfant? Je ne comprend pas!
Lorsque ma mère n'est pas à la maison, j'ai peur qu'elle rentre! il faut que tout soit parfait quand elle rentre du travail sinon je serais sur les nerfs, étant donné que lorsqu'elle est à la maison, elle 'm'empêche' d'être concentré sur mes toc et de les faire ce qui peut m'amener à les faire un nombre incalculable de fois, du coup je m'assoie sur le canapé, les bras croisés, et j'attends qu'elle aille se coucher le soir!
J'ai beaucoup de mal à la supporter aujourd'hui.
Je redoute le moment ou je rentre en fin de journée! je n'ai même plus envie de rentrer chez moi.
Je lui ai expliqué mais elle ne veut pas comprendre! fort caractère!

A l'âge de 12 ans j'ai été émétophobe (phobie de vomir) et j'ai été soigné grâce à une psychologue.

Aujourd'hui je jette très peu, voir plus du tout, ça m'a demandé des efforts monstres!

J'ai aujourd'hui toujours à me passer des drôles de mots 'né' 'éh' 'viéh' 'ta' en boucle dans la tête suivi d'une expiration avant de faire quelque chose! et si un événement extérieur m'interromps je recommence!

Je me passe aussi des musiques des phrases de musique que je me répète sans cesse toujours suivi d'une expiration.

En revanche lorsque quelqu'un me 'dérange' lors d'un toc je dis rarement quelque chose à la personne. D'ailleurs je me met rarement en colère.

Je me souviens que mon toc de symétrie a commencé alors que je me sentais en colère et je me suis dis ok si tu met cet objet bien droit ça calmera les choses, même chose si tu le pose très lentement...

Je vais entamer une TCC avec une psychologue psychothérapeute et psychanalyste, et j'aimerais aider les personnes souffrant de cette maladie, ce n'est qu'un projet étant donné que j'apprends encore à vivre avec et à la comprendre, c'est encore floue mais je voulais partager mon expérience vis à vis de cette maladie pour avancer.

J'espère ne pas vous avoir fait peur! lol :lol: et j'espère également de nombreux retours sur des situations similaires ou non!


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum TOC »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité