Peur de s'étouffer

Forum phobie, phobique
jetouffe
Messages : 2
Inscription : 30 sept. 2013, 18:22

Peur de s'étouffer

Messagepar jetouffe » 30 sept. 2013, 18:42

Bonjour,

Je viens ici à tout hasard car depuis plusieurs mois maintenant ma vie est devenu un enfer, et je ne sais pas vers qui me tourner. J'ai commencé à développer une peur phobique de m'étouffer, et notamment de faire un oedeme de quinck.

J'ai toujours eu un terrain allergique, et j'ai chaque année un bon rhume des foins à l'arrivée du printemps. Puis un jour, j'ai fait mon premier oedeme à l'oeil après m'être frotté les yeux alors que j'avais touché des plantes avant. C'était très impressionnant, mais je n'ai pas eu peur de mourir car l'oedème état sur l'oeil et n'est pas descendu plus bas.
Quelques semaines plus tard, j'ai mangé des cerises et ma lèvre inférieure a commencé à gonflé. J'ai donc filé à l'hôpital et ils m'ont dit que la réaction s'était arrêtée là que je ne devais pas m'inquiéter. Suite à ça, j'ai été tranquille pendant presque deux ans. Il y a de cela six mois, mon calvaire a recommencé. Après avoir mangé des raisins secs, j'ai senti de fortes démangeaisons dans la gorge et suis partie d'urgence à l'hôpital. Là bas, ils m'ont dit que mes amygdales étaient un peu gonflées mais n'avaient pas l'air inquiets. Je suis repartie avec quelques cachets de Solupred.

Durant les dix jours qui ont suivis, je sentais encore ma gorge gonflée et suis allée reprendre du solupred pour essayer de faire passer cette sensation. Je suis donc allée revoir un médecin, mais celui-ci n'a absolument rien remarqué d'anormal. Pourtant je sentais vraiment cette grosse gêne dans la gorge, j'avais très mal et du mal à déglutir !
Encore aujourd'hui, je suis incapable de dire si oui ou non j'ai vraiment fait un oedeme ce jour là.

C'est suite à cet épisode que la descente aux enfers a commencé. J'ai commencé à éliminer de plus en plus de fruits de mon alimentation, ayant peur de gonfler soudainement et de ne plus pouvoir respirer. Parfois, quand je mangeais des choses que je mangeais habituellement sans aucun problème (des fraises par exemple), j'avais l'impression que cette boule dans la gorge reprenait et me dépêchais de prendre du solupred. Avec le recul, je sais aujourd'hui qu'en aucun cas je n'ai gonflé, je paniquais simplement.

Si au début ces crises de paniques ne survenaient que lorsque j'avalais un certain type d'aliments seule chez moi, elles se sont aujourd'hui généralisées. Je ne supporte plus d'être au milieu des graminés, assise sur l'herbe ou bien meme de prendre mon lapin dans les bras. Il y a de plus en plus de situations pendant lesquelles j'ai soudainement l'impression de gonfler et de ne plus pouvoir respirer. Durant ces crises, mon coeur se met à battre très très fort, et j'ai peur de l'arrêt cardiaque. Je commence à regarder compulsivement ma gorge dans le miroir pour m'assurer toutes les 30 secondes qu'elle n'a pas gonflée. Parfois, il n'y a même aucun élément déclencheur, la crise survient juste comme ça. Je ne supporte plus d'éternuer ou de me gratter, car je pense immédiatement faire une réaction allergique grave.

J'ai très peur de mourir étouffée, et cela se manifeste aussi par la peur de le "fausse route" en mangeant. Je ne mange donc plus rien qui se mâche difficilement, comme la viande rouge ou le jambon cru. J'ai également éliminé de mon alimentation tout ce qui est épicé, car la sensation de brûlure sur mes lèvres me donne tout de suite l'impression que je gonfle.

Durant ces crises, je sais pertinemment que rien ne se passe et que c'est dans ma tête, mais j'ai établi une croyance au plus profond de moi selon laquelle un jour je ferai véritablement un oedeme et en mourrais. Donc, meme si je sais que ce n'est qu'une crise de panique et qu'en réalité rien ne se passe, j'ai cette petite voix dans ma tête qui me dit que peut être cette fois ci c'est réel et que ça arrive vraiment, et que j'ai tellement fait semblant que je vais passer à côté et mourir.

J'ai donc établi un rituel lorsque ce genre de crise arrive. Il y a deux choses qui me calment : parler à mon père, durant généralement plus d'une heure, durant laquelle il me répète en boucle que je n'ai pas les symptômes d'un choc allergique (mon père travaille dans le milieu médical), et lorsque cela n'est pas possible, je commence à me triturer la peau et enlever mes imperfections jusqu'à ce que ça passe, me laissant de vilaines cicatrices sur la peau.

Progressivement, ma vie ne tourne plus qu'autour de ça, et parfois je sais à l'avance que je vais paniquer dans une situation à venir, et la crise survient. Je ne sais pas quel genre de professionnel aller voir ni ce que je peux y faire.

J'ai la peur de s'étouffer, une peur terrible de mourir sur le coup sans avoir le temps de le voir venir ni de prévoir mon départ. D'être tranquillement chez moi, de dire "à demain" à mes proches et que demain n'arrive jamais.

Quelqu'un a-t-il connu une expérience similaire à la mienne ?

Merci

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12823
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Peur de s'étouffer

Messagepar Dubreuil » 01 oct. 2013, 00:00

Les phobies, ça se soigne.

enora

Re: Peur de s'étouffer

Messagepar enora » 01 oct. 2013, 08:30

Pas tout à fait similaire mais dans le même style,
j'ai eu des crises d'étouffement avec peur de mourir en pleine rue voir même aux urgences où j'attendais qu'on me prenne en charge.
J'ai cru comprendre que ce sont des crises de spasmophilie qui surviennent en période de grand stress.
Aggravées dans mon cas car je respire mal, tout simplement parce que je ne sais pas respirer (à réapprendre donc),.
Je fais aussi des fausses routes lors de repas comme par hasard quand je suis invitée.
Vous pouvez imaginer ce que ça donne quand vous vous étouffez à table devant les autres et que vous essayez de ne pas le montrer tout en vous disant "j'espère ne pas mourir là"
La meilleure solution est de réapprendre à respirer, s'accorder des moments de respiration profonde dans la journée.
Chasser de sa vie les fauteurs de stress.
Sinon au moment d'une crise d'etouffement (pas due à la fausse route mais spasmophilie), respirer dans un sac en papier pour provoquer une amplification respiratoire, ça calme aussitôt la crise.
Sinon je viens de me télécharger une appli pour m'obliger à faire des pauses respiratoires:https://itunes.apple.com/fr/app/sante-par-la-respiration-pranayama/id347190704?mt=8

jetouffe
Messages : 2
Inscription : 30 sept. 2013, 18:22

Re: Peur de s'étouffer

Messagepar jetouffe » 02 oct. 2013, 03:33

DUBREUIL a écrit :Les phobies, ça se soigne.


Je sais bien qu'elles se soignent, je ne sais juste pas si je dois me tourner vers un psychologue, psychothérapeute ou encore un médecin psychiatre ?

enora

Re: Peur de s'étouffer

Messagepar enora » 02 oct. 2013, 06:24

Trouvé pour toi sur le net:
2. Les thérapies comportementales

Quel que soit le niveau ou le type de phobie, il est néanmoins possible d’envisager des traitements. “On peut s’en débarrasser, tout dépend du degré d’installation”, poursuit Déna Ollivier. Actuellement, c’est l’avènement des thérapies cognitivo-comportementales, qui vont davantage traiter les symptômes. Une approche qui a fait ses preuves dans le traitement des phobies.

“On part du principe que c’est l’appréhension de la situation qui provoque la panique. La personne va tout faire pour éviter le problème de peur que quelque chose ne lui arrive”, détaille la psychologue. Pour traiter le patient, le thérapeute va donc lui prouver qu’il n’y a pas de danger, avec une sorte de désensibilisation progressive, un peu comme pour les allergies. Air France propose ainsi des stages pour les phobiques de l'avion, leur promettant d'"apprivoiser l'avion".

“Nous allons amener le patient à redevenir rationnel, explique Déna Ollivier. En général, on fait une liste très claire des phobies, par ordre d’anxiété. On commence par gérer ce qui génère le moins d’angoisse”. Et au fur et à mesure on traite les phobies les plus difficiles. C’est donc une thérapie progressive, mais normalement assez rapide : en 10 à 15 séances, il est possible de se débarrasser de ses angoisses, suivant l’avancée de la phobie. “On y va progressivement : dans le cas d’une phobie des serpents par exemple, on va tout d’abord amener le patient à y penser, puis lui montrer une photo, un film, etc.”, poursuit la psychologue.
3. La psychanalyse pour identifier la cause

Avant cet engouement pour la psychologie comportementale, l’approche était davantage tournée vers la psychanalyse. Chez Freud, le phobie est liée au complexe d’Oedipe. Il y voit un fantasme inavouable qui est transformé en phobie.

Du coup, pour les soigner, il faut tenter de remonter à la source du problème, afin de comprendre l’origine de la phobie. “On va déconstruire, savoir pourquoi le patient réagit ainsi”, explique Déna Ollivier. Une méthode qui prend beaucoup plus de temps que la première. “D’autant qu’il est de plus en plus admis qu’une partie des phobies peut avoir une origine biologique, avec des personnes qui y sont plus sensibles, ou des explications qui remontent à la période intra-utérine. Difficile alors d’analyser cette période”, tempère la spécialiste.

Il est également possible de commencer avec une thérapie comportementale pour régler le symptôme avant de poursuivre sur une psychanalyse pour remonter à la cause.


source:http://quoi.info/actualite-science/2012/09/25/comment-soigner-les-phobies-1127266/

CARL
Messages : 13
Inscription : 30 nov. 2018, 05:17

Re: Peur de s'étouffer

Messagepar CARL » 06 déc. 2018, 06:10

J'ai bien lu ces messages...
Intéressants. Suite a une allergie alimentaire décelée a lage adulte jai fini aux urgences et depuis jai peur de manger et de faire un oedème de quinck.
C'est devenu une phobie.
Jai commence une psychanalyse mais j'aimerais aller plus vite. Est ce judicieux de faire une tcc en même temps qu'une psychanalyse?
J'ai déjà testé lemdr hier. Jattends de voir les résultats.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12823
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Peur de s'étouffer

Messagepar Dubreuil » 08 déc. 2018, 13:51

Il suffit d'avoir toujours sur soi le médicament qui permet de stopper une allergie, et de s'en servir si cela SEMBLE devenir inquiétant.
C'est tout !
Le reste est en effet d'origine psychologique (psychique)
URGENT. Lisez sur ce forum le post : " URGENT, C'EST LE TOURNANT DE MA VIE " pour que dans les réponses données vous puissiez déjà trouver un peu la vôtre, et/ou en COPIER une autre pour aider à votre tour un internaute, et que nous puissions en débattre TOUS ensemble. Merci.
Qualifications Dubreuil : - Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité. EMDR.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum phobie »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité