Comment l'annoncer à ses proches...?

Forum viol, abus sexuel
sunflower9
Messages : 3
Inscription : 09 févr. 2014, 08:13

Comment l'annoncer à ses proches...?

Messagepar sunflower9 » 09 févr. 2014, 08:54

Bonjour à tous,

Je suis à l'étranger cette année pour un stage, et ce pour 1 an. Loin de ma famille, loin de mes amis. Au début tout était parfait, j'étais heureuse de ma nouvelle vie.
Seulement voilà, il y a quelques semaines, le jour de mon anniversaire, j'ai été agressée sexuellement. En effet, étant donné que je ne me souviens pas de tous les détails, je n'arrive pas vraiment à qualifier ce qui s'est passé de "viol".

Pour faire court... C'était mon anniversaire, j'étais dans un bar avec des amis, j'ai bu (mais pas plus que d'habitude), et je crois que l'homme en question a mis quelque chose dans mon verre car mes souvenirs après sont très flous. Le lendemain, je l'ai dit à une amie. Je ne la connaissais pas depuis longtemps (c'était une expatriée, comme moi), mais sur le coup je savais qu'il fallait que je le dise à quelqu'un, avant d'avoir trop honte et de ne plus y arriver. Cette amie a été formidable. Elle m'a soutenue, m'a emmenée directement à l'hôpital, puis à la police. J'ai en effet décidé de porter plainte. Une enquête est en cours, mais les inspecteurs sont très peu bavards et me donnent rarement des nouvelles. J'attends toujours les résultats des analyses toxicologiques (pour savoir si j'ai été droguée ou non). Je ressens deux trucs distincts : d'un côté, cela me stresse qu'ils ne me tiennent pas plus au courant. Je voudrais en finir le plus vite possible. Et d'un autre côté cela me convient car cela m'empêche de penser à cela constamment. Et je n'arrête pas de penser que si jamais les résultats sont négatifs, et que je n'ai pas été droguée, alors ce qui s'est passé est de ma faute (que je n'aurais pas du boire).

En réalité, j'y pense tous les jours. Malgré ma mémoire traumatique, j'ai des flashbacks, des moments de tristesse profonde et de solitude. J'en ai moins qu'avant bien sûr... Les premiers jours après ça je n'arrêtais pas de pleurer. J'essayais de faire bonne figure au bureau, et auprès de mes collègues, je ne voulais pas que l'on me pose des questions. Mais en réalité maintenant quand je sens que je ne vais pas y arriver, je prend ma journée, et je ne vais pas au boulot. Et je ne fais rien de la journée. Je reste dans mon lit à dormir ou à regarder des films pour éviter de penser. Bref je voudrais pouvoir oublier tout ça, mais tant que l'enquête est en cours ce n'est pas possible.

L'autre problème, c'est que l'amie est question (celle à qui je m'étais confiée) est repartie vivre en France. Elle n'est donc plus présente physiquement. Et pourtant c'est ce qui m'aidait. Au delà des mots, juste le sentiment que quelqu'un savait, me croyait, compatissait, et était là toujours prêt à m'écouter, cela me suffisait. Bien sûr, vous allez me dire, je peux toujours lui parler. Maintenant il y a le téléphone, skype, facebook etc. Oui...mais non. Ce n'est plus pareil.
Je sens qu'il faut que je le dise à l'un de mes proches. Je n'envisage pas une seconde de le dire à mes parents (pour de nombreuses raisons). Par contre, je pense qu'il est faisable que je me confie à une de mes meilleures amies. Mais je ne peux pas faire ça à distance. Et même quand je rentrerais chez moi je ne sais pas si j'aurais encore le courage de le faire. Cette amie à qui je veux en parler a toujours été là pour moi, et je sais qu'elle sera tout le temps là pour moi, que je peux tout lui dire, mais d'un autre côté c'est aussi une personne qui a beaucoup de problèmes. On en parle beaucoup toutes les deux, on se soutient. Mais ce n'est pas quelqu'un que je qualifierais de "stable" émotionnellement parlant. Et donc je ne sais pas si elle arrivera à "gérer" ce genre de nouvelle. Je me sens aussi de plus en plus seule, j'ai l'impression que ma vie est maintenant totalement gâchée. Je sais qu'il faut que j'aille voir un psy, mais c'est impossible à l'étranger car je ne parle pas assez bien la langue du pays pour pouvoir confier à un psy des choses aussi compliquées et personnelles.

Au final, je voudrais votre avis. Que vous ayez vécu ou non cette situation... Qu'en pensez-vous?

sunflower9
Messages : 3
Inscription : 09 févr. 2014, 08:13

Re: Comment l'annoncer à ses proches...?

Messagepar sunflower9 » 09 févr. 2014, 20:31

Bonjour Guilou,

Merci pour ta réponse.
J'ai déjà envisagé le recours à un psy ici. Mais je suis aux États-Unis. Et même si je parle bien anglais, encore une fois arriver à dire des choses si personnelles, comme je souhaiterais les dire en français, c'est impossible. J'ai longtemps eu peur des psys, donc je sais que je serais encore moins à l'aise.
De plus, le système de santé ici est bien particulier. Mon assurance ne couvre pas les soins psys, et les tarifs de psys sont exorbitants, alors je ne te parle même pas du tarifs des psys parlant français ^^'

Quant à le dire à mon amie, on se parle souvent sur Skype mais il y a toujours cette barrière du virtuel qui est un peu gênante. Je voudrais vraiment la voir en personne pour lui en parler. Elle va peut-être venir me voir en avril (c'est un projet), et j'ai donc psychoté toute la nuit sur la question : est ce que je lui dis à ce moment (quitte à gâcher de belles vacances et à entacher un futur merveilleux souvenir)?

Missfull66
Messages : 1544
Inscription : 06 févr. 2014, 15:13

Re: Comment l'annoncer à ses proches...?

Messagepar Missfull66 » 09 févr. 2014, 20:52

Bonsoir, tu peux écrire aussi. Se confier à un psy qui parle français cela peut être une bonne chose.

Et puis te confier à ton amie n'empêche nullement que tu te confie à un psy ici.

Oui, il faut que tu parles, c'est important, ne le garde pas pour toi. Tu dois être prise en charge.

Je te souhaite bon courage.
Les esprits créatifs survivent toujours aux mauvais traitements- Anna Freud.
Je ne suis pas psy.

sunflower9
Messages : 3
Inscription : 09 févr. 2014, 08:13

Re: Comment l'annoncer à ses proches...?

Messagepar sunflower9 » 10 févr. 2014, 02:55

Comment ça écrire? Tu veux dire écrire à un psy? J'ai déjà écris ce que je ressentais sur ce forum. Ca m'a déjà fait un peu de bien.
Il est certain que j'irais voir un psy en rentrant en France, car les médecins que j'ai vu à l'hôpital m'ont dit que je souffrais de stress post-traumatique. Mais je n'ai pas les moyens de me payer un psy américain.

Missfull66
Messages : 1544
Inscription : 06 févr. 2014, 15:13

Re: Comment l'annoncer à ses proches...?

Messagepar Missfull66 » 10 févr. 2014, 03:07

Tu peux écrire par chat privé ici auprès d'un psy français, ou même lui parler par téléphone.

Tu as fais ce qu'il fallait. Dommage que la barrière de la langue soit un obstacle dans le pays où tu es.
Le stress post traumatique n'est pas à prendre à la légère. Je te mets des liens :

http://www.institutdevictimologie.fr/un ... e-_13.html

http://memoiretraumatique.org/que-faire ... #titre27-2

Bon courage, et tant mieux si ce que tu as posté ici t'as apporté un peu de soulagement.
Tu risques de te replier sur toi même, alors oui, il faut parler, évacuer...
Parles en ici avec un psy que tu verras connecté, ils se connectent généralement en soirée heure française.
Les esprits créatifs survivent toujours aux mauvais traitements- Anna Freud.
Je ne suis pas psy.

delivrance
Messages : 3
Inscription : 10 févr. 2014, 19:50

Re: Comment l'annoncer à ses proches...?

Messagepar delivrance » 12 févr. 2014, 08:50

Missfull66 tu nous parle de possibilités de discuter directement avec des psychologues.
Comment ?
Je n'ai vue nul par un forum dit "parler a nos psychologue" je serais vraiment heureuse de parler directement avec un psy !

Sunflower9

Je pense que tu as du courage de venir ici et d'en parler. Tu as raison de pensée que si tu en parle pas aujourd'hui tu n'as parleras peu être jamais, ou alors ce trauma de ta vie te rattraperas des années plus tard, je pense que c'est aujourd'hui que tu devrais y faire face et te rendre compte que tu n'ai en rien responsable, que tu n'as pas a avoir honte c celui qui ta fait ça qui devrait avoir honte mais certainement pas toi.

Tu es une femme forte tu vas réussir à te relever de ce trauma. Eh je pense aussi que si tu as choisi cette amie d'on tu pense qu'elle est trop faible psychologiquement pour lui en parler c que tu pense qu'elle sera sûrement la mieux placer pour comprendre ta vie en ce moment. N'est pas peur de lui en parler si c a elle que tu as pensée en premier quand tu t'es dit il faut que j'en parle alors ne réfléchi plus et parle lui en !

Comme je te l'ai dit tu n'as pas a avoir honte d'en parler !


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum viol »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités