Je n'ai pas su dire non. Viol?

Forum viol, abus sexuel
Swillm
Messages : 2
Inscription : 06 sept. 2017, 21:16

Je n'ai pas su dire non. Viol?

Messagepar Swillm » 06 sept. 2017, 21:19

Bonjour,

J'ai 20 ans et j'ai un trouble de la personnalité borderline.

Quand j'étais en 5eme (12ans) je suis sortie avec un garçon de mon âge durant l'année scolaire, l'été est arrivé et ce garçon m'a quitté à la rentrée scolaire de 4eme. Étant très dépendante affectivement avec une peur extrême de l'abandon je l'ai très mal vécu. Peu de temps après ce garçon m'a invité à dormir chez lui avec 1 ami à lui, j'étais la plus heureuse du monde et j'ai menti à mes parents pour y aller en disant que j'allais dormir chez une copine.
Nous sommes donc aller à 3 dans la chambre de bonne qui était située au même étage que l'appartement où était sa mère. (nous étions donc seuls sans adultes).
Le garçon dont j'étais dépendante a commencer à m'embrasser puis à me toucher devant son ami, au début j'étais contente, j'étais juste si heureuse de le retrouver enfin. Puis il s'est allongé sur moi et m'a pénétré. Son ami nous regardait mais je n'ai pas su dire non. C'était ma première fois, j'avais 13 ans, lui aussi, son ami aussi. Puis il a dit à son ami " tu veux essayer ? Tu verras c'est drôle " je n'ai pas su dire non, je ne voulais pas. Son ami m'a pénétré. Le lendemain je suis allée seule à la pharmacie chercher une pilule du lendemain.
Il ne m'a plus parlé le lendemain au collège, ni pendant un petit bout de temps. Puis un jour il m'a rappelé, et m'a dit de venir dormir chez lui avec un autre ami. Je n'ai pas su dire non. Mon "Moi" n'existait plus, j'étais totalement soumise à lui. Il s'est passé la même chose. Et ainsi de suite, cest devenu régulier, les amis changaient, cela à durée toute l'année scolaire. J'ai énormément souffert, j'ai vécu la pire année de ma vie. Personne n'a rien vu, personne ne s'est douté qu'il se passait quelque chose d'anormal, pas même les pharmacien chez qui j'allais régulièrement chercher des pilules du lendemain. Suite à cela j'ai fait une dépression et plusieurs tentatives de suicide. (notament un soir ou je l'ai recroisé par hasard plusieurs années après, je me suis jetée du 3eme étage)
Aujourd'hui, je vais mieux ( je suis suivie psychologiquement depuis 3 ans) je commence à réussir à me sentir victime ;pendant longtemps je me suis sentie entièrement coupable, mais je n'arrive pas à me pardonner le fait de ne pas avoir su dire non. Comment y parvenir ?
Peux t on considérer qu'ils sont coupables malgré le fait qu'ils étaient mineurs ?
J'ai également une phobie sociale dû à la honte que je ressent encore (inconsciemment), J'ai l'impression que les autres me jugent constamment, je ne suis alaise avec personne. Est ce que c'est possible de surmonter ça?
Il y a t il des gens ici qui ont vécu des choses similaires ? Est ce un viol?
Existe t il des associations qui concernent ce type de "viol"?
Ce type de "viol" est il reconnu par la justice ? Existe t il un mot pour le définir?

Merci d'avance pour vos réponses.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 9840
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Je n'ai pas su dire non. Viol?

Messagepar Dubreuil » 09 sept. 2017, 10:10

[quote="Swillm"]Bonj Aujourd'hui, je vais mieux ( je suis suivie psychologiquement depuis 3 ans) je commence à réussir à me sentir victime ;pendant longtemps je me suis sentie entièrement coupable, mais je n'arrive pas à me pardonner le fait de ne pas avoir su dire non. Comment y parvenir ?
*** Ne vous inquiétez pas, progressivement vous allez réussir à vous retrouver et à vous aimer, ainsi qu'a comprendre qu'à ce moment là vous n'aviez pas l'aide que vous avez aujourd'hui. Que si vous aviez eu des parents ou un entourage attentif et chaleureux vous auriez pu aller le dire dés la première fois, et que maintenant cela ne vous arrivera plus si vous restez vigilante sur vos désirs et vos volontés.

Peux t on considérer qu'ils sont coupables malgré le fait qu'ils étaient mineurs ?
*** Ils avaient 13 ans et savaient exactement ce qu'ils faisaient. Ils sont totalement coupables du mal qu'ils vous ont fait et des traumatismes que cela vous a causé. Devant la loi ils sont également coupables, mais étant mineurs au moment des faits, ils auraient dus être suivis en éducation surveillée jusqu'à leur majorité. Si à leur majorité ils récidivent sur une autre personne ils seront condamnés.
Mais avez-vous au moins pu en parler à des professionnels ( professeurs, psy scolaire, police ) ?

J'ai également une phobie sociale dû à la honte que je ressent encore (inconsciemment), J'ai l'impression que les autres me jugent constamment, je ne suis alaise avec personne. Est ce que c'est possible de surmonter ça?
*** Oui c'est possible, en faisant partie d'une association où d'autres personnes sont dans votre cas ( voir internet ) et en participant à des thérapies de groupes portant sur ce sujet.
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 9840
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Je n'ai pas su dire non. Viol?

Messagepar Dubreuil » 09 sept. 2017, 10:13

Je vous invite à regarder ce film sur la mémoire traumatique.
http://www.dailymotion.com/video/xpd75e ... aXlt0BM98G
 
Test ESPT
Etat de stress post traumatique 
​http://www.sosfemmes.com/violences/viol_abus_sexuels.htm
https://www.youtube.com/watch?v=dYAlWw8YnCU

Les troubles psychiques spécifiques liés aux traumatismes sont liés à des mécanismes de sauvegarde exceptionnels, psychologiques et neurobiologiques, déclenchés lors d'un stress extrême et du risque vital que génère le traumatisme. Ces mécanismes sont responsables d'une déconnection du circuit de réponse au stress entraînant une mémoire traumatique, une dissociation avec anesthésie affective et physique. 
Par ex - Pour qu'une victime puisse vivre malgré cette insurmontable horreur, son inconscient va faire en sorte qu'elle ne se rappelle plus des deux ans de sa vie avant le drame, et deux ans après, afin qu'elle ne puisse faire aucun lien entre un souvenir anodin durant cette période, et la scène traumatique.
Angoisse réactionnelle
Difficulté d’anticipation se traduisant par la nécessité de ne plus réfléchir, cela risquant de lui rappeler l’impact émotionnel.
Troubles dissociatifs post traumatiques ( LHT ) 
Troubles de la mémoire et de la concentration
Sentiment d’être spectatrice de sa vie
Banalisation de son état de victime   
Sentiment de vide
Troubles d’hyperactivation neurovégétative
Déni de reconnaissance
Lutte contre une menace d’atteinte à son intégrité psychique face aux dires la concernant, qui loin de prendre en compte son premier impact traumatique ( les photos en ligne ) l’entérine aujourd'hui coupable de se plaindre à nouveau de son agression ( camarades de classe, ancien petit ami ).
Anesthésie traumatique
La répétition des chocs émotionnels ont comme « anesthésié » ses relations à autrui.
Distanciation des affects, froideur pathogène
Le fait que l’on ait pu une fois encore sans son accord se servir d’elle comme objet de jouissance sexuelle la distancie dramatiquement de ses affects.
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr

Swillm
Messages : 2
Inscription : 06 sept. 2017, 21:16

Re: Je n'ai pas su dire non. Viol?

Messagepar Swillm » 25 sept. 2017, 00:48

H


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Forum viol »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités