Mon baluchon

Pour parler de tout et de rien en dehors de la psychologie.
Minijeune
Messages : 436
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 10 juil. 2018, 06:17

Nous avons perdu... :(
7 à 4...
J'ai un but et deux passes dont une en corner qui était vraiment belle!!
Les filles n'avaient comme pas de coeur au ventre ce soir... c'était fâchant car je sentais que nous étions juste 4-5 filles qui voulaient vraiment jouer et qui courrait les ballons. On joue récréatif, donc je n'avais pas grand chose à dire mais bon... mes attentes sont trop élevées sûrement! Mais ça ne me dérange pas si une fille est moins bonne... ce qui me dérange c'est celles qui sont capable mais qui ne veulent pas... qui ne font rien, qui regarde les minutes passer... je suis intense, même au soccer. Je pense que ma plus grande force, c'est la lecture du jeu... savoir où me placer... voir les joueuses, être comme 2 coups d'avance dans ma tête... c'est pour ça que je faisais une bonne demi...

J'imagine que plusieurs d'entre vous allez écouter la game de la fifa demain!! Moi je vais être au rendez-vous en tout cas....tout va se jouer entre cette demi-finale à mon avis... les gagnants de la game vont possiblement remporter la finale... mon coeur est divisé entre la France, une équipe que j'adore... ou la Belgique qui a vraiment un beau parcours et qui m'a beaucoup surprise!! Alors que le meilleur gagne!! :)

Bonne nuit

Minijeune
Messages : 436
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 10 juil. 2018, 17:11

Je me suis levée tard ce matin...
À 9h00 on est venu me réveiller.
Il faut dire que je me suis couchée tard aussi...

Ce matin, encore endormie et en pyjama, j'ai aidé à déchargere camion de moisson, un organisme qui nous livre de la nourriture à toutes les 2 semaines. Il y avait un tournage de film juste en face de la maison... ça attirait mon attention. J'étais un peu lunatique, je regardais ce qu'il se passait en face et je n'avais pas encore pris mon café... je n'étais pas très productive...

Hubert, le psychothérapeute était là et il m'a parlé bête en me demandant ce que je faisais là à rien faire... il y avait une boîte avec des clémentines toute écrasées... en disant que c'était tout degueu, il m'a répondu qu'il y en avait peut-être qui était encore bonnes...

Je suis fâché contre lui à cause de la semaine dernière et de l'histoire de l'activité de réparation de vélo... je pense que vu que je ressens ça, j'analyse tout un peutout croche dans mon cerveau... c'est teinté d'émotions... il faudrait que j'en reparle avec lui je pense... valider mes émotions et exprimer comment j'ai pu me ressentir...

Je suis tellement fatiguée ce matin... ouff!!
Je pense que je vais aller faire une petite sieste jusqu'à l'heure du lunch!!

À bientôt

Minijeune
Messages : 436
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 10 juil. 2018, 22:18

Vive la France :D :D :D

Minijeune
Messages : 436
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 11 juil. 2018, 03:51

Les gens s'en vont... et parfoos, même par surprise...
Juillet est un gros mois pour moi!!

Ma voisine de chambre, celle avec qui je passe beaucoup de temps, a reçu un appel tout à l'heure pendant le souper. Elle s'était inscrite pour faire parti d'une coopérative en habitation pour avoir un loyer à prix modique puis ça serait à elle... elle.ne pensait pas quitter avant encore un an... au départ... mais depuis quelques temps, elle me parle d'appartement, elle nomme qu'elle est tannée de vivre ici. Peut-être que vient un temps ou on se tanne d'être ici... Peut-être qu'elle veut quitter parce que ça fait 3 ans que l'intervenante psychosociale la suit et qu'elle quitte pour 6 mois... Peut-être que c'est son moyen pour s'en sortir... je ne sais pas! (En fait, ça serait le mien... ça fait quelques jours que j'ai juste envie de partir... comme je le fais tout le temps... briser les liens, essayer de recommencer à quelque part d'autre... bing bang boung!! Mais je suis tannée de faire ça... je veux m'établir donc malgré tous mes plans, on dirait que je reste dans ma tête au stade où je veux m'enraciner à quelque part...)

Je veux faire les choses différemment...
Vais-je être capable???
J'essaie de déjouer une partie de moi et se miser sur le changement et le pouvoir que j'ai dans les situations.

Mais ça me fait mal les départ. C'est pour ça que j'aimerais m'enfuir. C'est comme tout en même temps. Surtout que c'est elle qui me disait qu'elle ne m'abandonnerait jamais... elle essait de me montrer que ça existe des gens qui ne partiraient pas... elle me disait ça hier... aujourd'hui, tout est différent... anyway, c'est pas vrai qu'il y a des gens qui ne partiront jamais... se dire ça c'est se mentir...

Tout le monde peut quitter le monde quand il veut, partir où bon lui semble, quand il veut... Daniel Bélanger, Tu peux partir <3

Minijeune
Messages : 436
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 11 juil. 2018, 21:31

Bonjour!!
J'ai enfin pu parler avec Hubert tout à l'heure quand on est allé prendre notre marche d'une demi heure avec les intervenants et les residents. C'est venu sur le sujet quand il m'a demandé si j'allais participer à l'activité de vélo cet après-midi. Je vais marcher avec un couple d'amis et leurs chiens au parc. Ils devraient arriver bientôt, je les attends sous un arbre.

J'ai dit à Hubert que j'étais fâchée et que je boudais la semaine passée. Je lui ai dit que je me sentais vraiment réactionnelle au rejet et que ça m'en avait fait vivre. Il m'a dit qu'il n'avait pas vraiment pensé la semaine dernière. Il a quand même reconnu qu'il avait fait possiblement un erreur. Il a dit que les attentes, de lui, moi, et l'accompagnatrice de l'activité n'était pas claires et que ça serait clarifié pour une prochaine fois.

J'aurais deux choix... rester fâchée ou participer!!
Je ne pense pas que je vais bouder encore bien longtemps!! En fait, avec le retour, si j'avais pu participer aujourd'hui, je l'aurais fait.

Minijeune
Messages : 436
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 juil. 2018, 01:23

Je suis anxieuse,
J'ai la gorge super serrée ces derniers temps et je sens que j'ai le souffle court... comme si je ne respirais pas bien. Pourtant, j'ai fait du yoga ce matin et ça l'a vraiment fait du bien à mon corps et à ma respiration... j'arrive à faire du sportà la chaleur sans m'époumonner... donc ça doit être juste un peu d'hyperventilation dûe au stress... ça m'arrive au moins une fois par jour d'être dans cet état... souvent le soir, vers l'heure du souper... j'ai les pieds et les mains moites mais je ne peux pas faire de lien de cause à effet vraiment clair... je ne sais pas trop ce qui me cause ça... tantôt, ça l'a commencé à la pharmacie alors que j'attendais avec mon couple d'amis. C'était long, ce n'était pas bondé de monde... on jasait tranquilement puis bang!! J'ai commencé a mal respirer, a sentir ma bouche engourdie... premiers signes d'une genre de crise d'anxiété qui ne se déclenche pas de manière foudroyante comme parfois... juste un état tolérable mais vraiment tannant!!

J'y pense et dans la pharmacie, j'ai quand même lu sur le complexe d'oedipe et mon amie m'a parlé de chaussons pillsburry... j'ai donc pensé au fait que mon père me faisait manger du crémage à genou... est-ce assez pour créer un inconfort interieur...?? Peut-être... il y a aussi le fait que ma voisine de chambre a sa rencontre en ce moment pour la coopérative d'habitation... ça me stresse... on dirait que je suis comme en surcontrôle, en attente d'avoir la réponse si elle reste ou si elle quitte... en sachant très bien dans un sens que le mal a été fait lorsqu'elle a parlé de la possibilité de partir alors que je pensais qu'elle resterait encore un an... comment lui faire confiance qu'elle ne partira pas comme ça, sans s'annoncer...?!??

En fait, je reste avec l'idée que ceux qui se disent présents sont des menteurs... tout le monde s'en va...!!

J'ai un dilemme en ce moment...
Hier soir, j'ai appelé dans mon ancienne ressource en sachant très bien que je n'avais pas vraiment le.droit... j'ai juste le droit d'appeler l'intervenante au post hébergement... elle est là de jour, de semaine (mais part en vacances vendredi). C'est une décision qu'ils ont pris alors que j'étais dans le nord et que je les appelais tout le temps pendant ma crise anorexique... je parlais à tous les intervenants, pour leur répéter la même chose... puis ce n'était pas bien... par soucis que je ne m'éparpille pas trop, on m'a reféré à l'intervenante qui s'occupe des anciens résidents... ils ont décidé en équipe que ça se ferait comme ça...

Hier soir, ma voisine de chambre était avec l'intervenant ici... j'avais besoin de parler... du fait qu'elle partait sûrement... mais il n'y avait personne de disponible... je voulais me rassurer... j'ai appelé à l'ancienne ressource. Je pense que si on m'avait recadré, ça m'aurait rassuré... du genre, je te parle 2 minutes mais appelle celle a qui tu peux parler demain, en laissant des notes...

Mais je suis tombée sur Bob...
Un intervenant de soir et de fin de semaine...
Il faut dire que la dernière fois que je lui ai parlé, c'est à mon retour du Nord, quand j'avais été hospitalisée quelques jours... avant d'avoir ma limite imposée... quand je lui avais parlé, Bob avait fermé la porte de son bureau et il avait commencé à me dire qu'il était plus fucké que moi, qu'il comprenait... qu'il avait des problèmes de consommation... qu'il allait "se péter la face" avec ses amis le week-end suivant... il m'a dit qu'il avait beaucoup de problèmes... il semblait me charmer jusqu'à un certain point en disant qu'il avait besoin d'une fille aussi fuckée que lui... il voulait que je vienne le voir... pendant qu'il travaillait... qu'il m'accorderait du temps... ça m'avait rendu super mal... surtout qu'il m'avait dit que je devais garder toutes les infos sur lui secrètes... que je n'en parle pas qu'il m'ait partagé tout ça... je ne voulais surtout pas faire la route pour aller le revoir... je voulais m'enfuir de lui... j'avais peur de lui... j'avais décidé de garder notre discussion entre lui et moi... je savais qu'une genre de situation du genre lui etait arrivé l'année avant que j'y aille... qu'il s'était fait retirer du milieu de travail... il avait eu un genre de dossier disciplinaire...

J'avais peur d'être la cause de son congédiement...
Je m'en sentais coupable même si une partie de moi voulait dénoncer ces limites relationnelles encore une fois dépassées... ça m'arrive tout le temps... je me mets toujours dans ce genre de pétrin...

Donc hier soir, je tombe sur lui...
J'ai eu envie de mettre mes limites... de lui dire que je ne voulais plus lui parler... depuis l'autre incident... que ça m'avait insécurisé... que je n'en avais pas parlé mais que je ne voulais pas que ça se reproduise... mais je n'ai pas fait ça... je lui ai dit que je n'avais pas le droit de lui parler techniquement... mais il m'a dit que ça resterait secret entre nous deux... qu'il ne laisserait pas de note de mon appel... encore une fois, ça m'a fait peur... il m'a dit qu'il aurait aimé que je vienne au camping... et que si j'étais allée, il serait venu aussi... il m'a demandé si je ne voulais pas y aller car un de mes ex était sûrement pour être présent... à bien y penser, j'avais plus peur de voir Bob que d'autres choses... mais à son contact, je fige... c'est étrange... je pourrais lui dire non... pourquoi je ne le fais pas...??

Alors je suis dans le dilemme de nommer cette information à l'intervenante au post hébergement... je l'ai appelé tantôt... je voulais lui dire mais j'avais peur... peur de causer la mort de Bob... il m'a déjà dit qu'il avait déjà été hyper suicidaire... encore une fois des limites floues et un grand sentiment de culpabilité...

Un bon intervenant m'aurait dit hier d'attendre à aujourd'hui pour parler avec la bonne personne alors que j'ai testé la.limite... j'ai besoin de limite pour me sentir rassurée et pourtant, je crée ça moi... le dépassement des limites de tout le monde... je teste trop!! Je suis en partie responsable... c'est comme si j'étais une veuve noire qui traquait ses proies en tissant sa toile...

Alors que faire... en parler ou non...
Est-ce qu'on va encore me dire que je suis une tpl et que je cause des dommages collatéraux autour de moi?? Je fais cliver les équipes de travail etc etc!??

Minijeune
Messages : 436
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 juil. 2018, 16:16

Bon matin!

J'ai dû prendre un ativan ce matin...
Je suis tannée d'avoir du mal à respirer et de paniquer.

Je vais essayer de me reposer un peu.
Hier soir, ma voisine de chambre a eu sa rencontre pour sa coopérative en habitation... elle ne sait pas encore si c'est elle qui va avoir l'appartement car ils passaient des entrevues mais si elle l'a, elle va quitter pour le 1 août... en même temps que l'intervenante psychosociale.

Elle m'en parlait ce matin et je n'avais comme pas de tolérence à l'entendre... elle ne sait pas ce qu'elle va faire... partir ou rester... je ne peux pas l'entendre dans ce temps là... c'est comme trop douloureux.

Ce matin, c'est "Carole", l'intervenante que je n'aime pas qui est présente. L'intervenante psychosociale devait normalement animer la rencontre de groupe ce matin... mais elle est en accompagnement d'un resident à un rendez-vous. C'est Carole qui l'a animé et elle semblait stressée de le faire... elle posait des questions mais n'attendait pas les réponses des gens... il y a un dilemme ici face au fait qu'on aurait le droit de boire de la.bière sans alcool... puis là, Carole a dit qu'elle devait en parler aujourd'hui mais qu'on allait en parler demain finalement... juste pour nous titiller... juste pour qu'on se questionne à savoir si on aura toujours le droit ou non... mais on pose le questionnement sans pouvoir aborder le sujet... puis là, l'animatrice a comme parlé un peu pour nous expliquer mais Carole lui disait de ne pas en parler... en tout cas, je ne comprends pas ses interventions.

Pendant la rencontre, mon cellulaire a sonné... je sais que ça l'a dérangé Carole... mais je le laissais sonner... comme si je voulais la provoquer... je ne sais pas trop pourquoi... je me demande si j'aurais arrêté la sonnerie si ça l'avait été l'intervenante psychosociale qui avait animé??

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11581
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 12 juil. 2018, 22:43

[quote="Minijeune"].. j'ai donc pensé au fait que mon père me faisait manger du crémage à genou…
*** Oui

comment lui faire confiance qu'elle ne partira pas comme ça, sans s'annoncer...?!??
*** En quoi cela vous concerne-il ? Vous n'avez pas évoqué l'indépendance en thérapie ?

En fait, je reste avec l'idée que ceux qui se disent présents sont des menteurs... tout le monde s'en va...!!
*** Pourquoi vous complaire dans ce rôle infantile ?

Bob avait fermé la porte de son bureau et il avait commencé à me dire qu'il était plus fucké que moi, qu'il comprenait... qu'il avait des problèmes de consommation... qu'il allait "se péter la face" avec ses amis le week-end suivant... il m'a dit qu'il avait beaucoup de problèmes... il semblait me charmer jusqu'à un certain point en disant qu'il avait besoin d'une fille aussi fuckée que lui... il voulait que je vienne le voir... pendant qu'il travaillait... qu'il m'accorderait du temps... ça m'avait rendu super mal...
*** Normal, il a un comportement de pervers.

surtout qu'il m'avait dit que je devais garder toutes les infos sur lui secrètes... que je n'en parle pas qu'il m'ait partagé tout ça…
*** Voila une parole de pervers

J'avais peur d'être la cause de son congédiement...
Je m'en sentais coupable même si une partie de moi voulait dénoncer ces limites relationnelles encore une fois dépassées... ça m'arrive tout le temps... je me mets toujours dans ce genre de pétrin...
*** Il faut surtout travailler a vous détacher de votre rôle de victime

mais à son contact, je fige... c'est étrange... je pourrais lui dire non... pourquoi je ne le fais pas...??
*** Parce qu'il est l'écho d'un traumatisme que vous n'avez pas réglé.

peur de causer la mort de Bob... il m'a déjà dit qu'il avait déjà été hyper suicidaire... encore une fois des limites floues et un grand sentiment de culpabilité...
*** Vous vous donnez un pouvoir machiavélique qui fait sourire. Vous n'en avez aucun , par contre vous êtes encore sous le pouvoir de votre premier traumatisme

Un bon intervenant m'aurait dit hier d'attendre à aujourd'hui pour parler avec la bonne personne
*** Si vous le savez, pourquoi ne l'avez-vous pas fait ?

alors que j'ai testé la.limite…
*** Ce sont les enfants qui testent les limites, et vous n'êtes plus une enfant.
Vous vivez dans un vestige de cette enfance…
la limite c'est quand on s'arrête pour ne pas participer à la folie de l'autre

c'est comme si j'étais une veuve noire qui traquait ses proies en tissant sa toile…
*** Quelle stupidité, quelle toute puissance infantile !

Vous n'avez aucune puissance, à part celle que vous vous fantasmez.
De plus, elle est inutile et morbide.
Entre ce que vous écrivez et comment vous agissez il y a un décalage intellectuel. On vous dirait fascinée par les théories psys... vivre par procuration ce n'est pas bon.
Ce n'est pas constructif.

Voulez-vous faire croire que vous ne pouvez être autre chose qu'une victime ?
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11581
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 13 juil. 2018, 00:00

Exemple de perversion

" - Je crois que lorsque l’on se trouve trop longtemps face à la perversion, quelque chose de morbide s’active en soi, malgré soi. Pour moi c’était héréditaire, j’allais être pédophile comme mon père, et malgré tout le dégoût et le mépris que j’en avais, ça me soulageait d’y croire.
- Pour échapper à la passivité destructive, établir des liens donnant sens à ce qui s'est passé, le petit Adam ne peut que s’identifier à son agresseur, « l'imiter dans la chambre du haut ». Pour espérer survivre à cette culpabilité qui le terrasse, et sa peur de devenir fou, pour ne pas en mourir ni physiquement, ni psychiquement, il se sent obligé, convié en quelque sorte, à faire comme lui, « c’était héréditaire ». Les sévices qu'il a subi sont autant de prophéties pour son avenir, il ne lui reste plus d’autre alternative que de suivre la trace de son persécuteur, il va prendre ce que l’adulte vient de lui donner comme identité, il connaît maintenant sa terrible vocation : - « être pédophile comme mon père ». Tragique soumission, où l’enfant victime prend à son compte la perversion de son agresseur, ressent pour lui de la peine, veut le dédouaner du poids insurmontable de la culpabilité qu’il lui prête. "
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 11581
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 13 juil. 2018, 00:07

Exemple chantage suicide :

"- Oui mais là, c'est moi qui pourrai bien me jeter par dessus le parapet !
- Votre vie vous appartient.
- Ah d'accord, vous n’en avez rien à faire que je parte ou que je me suicide à cause de vous !
- Je ne suis qu’un prétexte, un écho.
- Si vous le dites !
- Vous l'avez dit vous-même, pour Laura : - « Son idée de suicide ce n’était pas pour se tuer elle, mais pour me tuer, moi ».
- Ah oui, c’est vrai, pour vous l’amour n’a besoin que de vivants ! Mais c’est de la littérature ça, moi c’est à vous que je m’adresse, vous m’entendez, à vous ! Ho, du bateau, vous m’entendez ? Que par votre faute je mette fin à ma vie, ça n’a pas d’importance ?
- Votre menace s’apparente à un chantage affectif."
http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Expert auprès des tribunaux - Rééducation psychomotrice - Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - EMDR - Thérapie comportementale de JL. Moréno - Psychologie - Psychanalyse.
PS : ATTENTION, sur ce forum je vous propose simplement des " interprétations, des pistes de réflexion ", en AUCUN CAS une psychothérapie en ligne ( qui serait alors, comme beaucoup sur internet sauf cas particulier, impersonnelle, payante, et surtout hors éthique psy ).


Revenir vers « Espace détente »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité