Mon baluchon

Pour parler de tout et de rien en dehors de la psychologie.
Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 07 sept. 2018, 20:18

Mon rendez-vous avec ma psychologue s'est bien passé.
J'ai pu parler de ce qui me tracassait, de l'histoire avec Valérie, des émotions intenses que je vis à l'intérieur de moi...

Puis je reviens avec plein de choses en tête!

C'est le genre de moment où j'aurais aimé avoir une autre rencontre avant dans deux semaines... je trouve ça long!

Ce qui ressort c'est la perte de mon sentiment de sécurité. La sensation d'envahissement. Mon désir que ça arrête, que ça change. Aussi, on a parlé du fait que malgré que ça ne soit pas parfait où j'habite, depuis que je suis là, j'ai vraiment fait du chemin!! Elle dit qu'il y a des changements considérables qui se sont faits en moi. Elle voit que je travaille beaucoup sur moi.

Elle parlait aussi du fait que j'avais l'impression que tous les choix que Valérie fait étaient en lien avec moi, alors que ce n'est sûrement pas le cas dans la réalité... ça parle peut-être d'un certain égocentrisme mais en même temps d'une peur intense de l'inconnu... qu'est-ce que Valérie ne me dit pas quand elle dit justement qu'il y a des choses intenses qu'elle ne me partage pas... jusqu'à quel point n'est-elle pas capable de vivre sans ma présence... est-ce que je suis narcissique du même coup de penser à mon petit nombril?!

On a parlé d'amour...
Elle m'a demandé quelles étaient mes attentes en venant la voir. Je lui ai exprimé que je voulais avoir un endroit neutre pour pouvoir parler de tout ça... que je voulais être fière de moi d'avoir fait le choix de continuer à vouloir m'investir en thérapie au lieu de prendre la fuite et de quitter en allant à l'hôpital par exemple... je lui ai dis que j'avais eu un genre de fantasme de faire une crise de bacon et qu'elle prenne la décision de m'envoyer à l'hôpital... Elle riait un peu... que j'avais bien des choses qui pouvaient me passer par la tête... mais c'est vrai que j'avais prévu ça... j'avais même cacher des sous-vêtements dans mon sac au cas où pour au moins avoir le minimum si j'étais envoyée à l'urgence...!!! Comme si je voulais être prête à cette éventualité.

Elle m'a demandé ce que j'aurais testé.
Et il m'est venu des mots en tête... je me suis comme retenue... mais ensuite j'ai dit: il y a des mots qui me viennent dans la bouche... "se faire venir dans la bouche"... comme cet espèce d'inteusion de la part de mon père avec l'histoire du crémage... ça m'a encore une fois rentré dedans... je me suis arrêtée de parler et j'avais juste un sentiment d'écoeurement... comme, je ne veux pas que personne ne me vienne dans dans la bouche...

Et surtout que les mots que j'avais en tête étaient de dire que quelqu'un m'aimerait assez pour vouloir ne pas me renvoyer dans un environnement qui peut être toxique et menaçant pour moi...

Puis là elle m'a fait le reflet que j'aimerais qu'on m'aime assez mais lorsqu'on me fait une déclaration d'amour, je panique... en fait, je dirais que ce n'est pas la déclaration d'amour initiale qui m'a fait paniquer... c'est le droit que Valérie s'est donné d'être super intense... à plus d'une reprise... on dirait que je me dis que ce n'est pas moi qu'elle aime... parce que lorsqu'on aime quelqu'un, à mon avis, on ne la met pas dans un étau qu'on ressert lentement sur elle. Quand on aime quelqu'un, on pense à ses besoins... et moi, la manière comment Valérie dit qu'elle m'aime n'est vraiment pas en lien avec mes besoins... comme mes parents... ils m'aiment mais ils aiment bien plus ce qu'ils veulent que je leur apporte... c'est un amour conditionnel et centré sur leurs besoins et non les miens... c'est un amour abuseur...

Est-ce qu'on peut choisir dans la vie de la manière comment on veut que les autres nous aiment... est-ce que c'est ça l'amour... de faire mal à l'autre, comme Valérie a pu me faire mal... est-ce que c'était égoïste de sa part de me partager ses sentiments et son intensité en sachant que je n'étais pas lesbienne... en sachant que je n'avais pas de sentiments amoureux pour elle??

Cela dit, je ne me suis pas désorganisée dans le bureau de ma psy. Je me suis sentie fière d'avoir été capable de lui partager tout ça sans passer à l'acte... mon esprit peut bien fantasmer... en autant que je décide de ce que je veux vraiment pour moi...

C'est là qu'elle m'a dit que j'étais comme la mer...
Elle m'a dit que la mer était soit calme ou agité en surface, mais qu'en dedans, c'était toujours en mouvement... la vie sous-marine. Et que moi, le travail que je devais faire était en profondeur... et que bien que la ressource où je suis n'était pas parfaite, je faisais énornément de cheminement...

Elle m'a demandé ce que je faisais quand je me sentais super intense... je lui ai dit que j'avais plus tendance à m'immobiliser que de me mobiliser... que je fige et que j'attends que ça passe... et elle m'a dit qur pourtant, je connaissais énormément de moyens que je pouvais utiliser... je suis intervenante moi-même... si j'étais capable d'accompagner les autres dans leur crise et leur proposer des millions de moyens... c'est que je les connais... alors j'ai tout au fond de moi pour me gérer dans le fond??!!

On parle de.choix... de motivation...
De bénifices secondaires j'imagine aussi...
De fuite, de manque de sécurite... de message qu'on veut passer... j'aimerais passer le message à Valérie qu'elle m'aime tellement mal que je m'en désorganise... qu'elle voit tout ce que ça me fait vivre... tout cet état intolérable... pour qu'elle change...
Mais elle ne changera sûrement jamais...
Tout comme mes parents d'ailleurs...

Ça l'a changé quoi que je me détruise pendant des années pour essayer de leur montrer avec la force du désespoir que c'était TROP...

Rien...
Que des années perdues à souffrir...
À montrer aux gens que je souffrais...
Je suis persuadée que c'est la fonction de mon trouble de personnalité limite... de mon anorexie, de mes dépressions, de mon trouble anxieux... de montrer que ça n'allait pas... et d'espérer que quelqu'un m'aime assez pour mettre des.limites que je n'étais pas capable de mettre par moi-même...

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 10 sept. 2018, 02:03

Allo!!
Je viens écrire et donner des petites nouvelles!!

Vendredi, j'ai fait 2 genre de crises back à back...
Je cherchais le conflit on dirait. Rien ne me satisfaisait. J'ai clivé entre toutes les ressources que je connaissais... on dirait que je cherchais quelqu'un qui allait avoir la même vision que moi... que ce que je vivais était un peu un enfer... je voulais me victimiser je pense...

Une intervenante du centre de crise m'a dit que j'étais moi aussi, totalement obsédée, par Valérie parce que je ne pensais qu'à ça.. que je lui reprochais d'être obsédée auprès de moi alors que moi aussi je lui portais toute mon attention. Ça m'a ébranlé un peu mais ça m'a porté à réfléchir à l'intensité avec laquelle je vivais et je gérais tout ça...

C'était beaucoup trop intense et en quoi est-ce que je m'en sentais en danger... la semaine dernière, quand j'y pense rationnellement, Valérie n'a pas été si envahissante... elle a quand même respecté ma bulle même si je suspectais qu'elle agissait de manière réfléchie pour essayer de se rapprocher de moi, sans avoir l'air de se rapprocher de moi...

Puis elle partait pour tout le week-end avec sa soeur... alors mis à part la peur que j'avais qu'elle cancelle et qu'elle reste à la maison, comme elle l'a un peu fait jeudi soir, j'avais le week-end tranquille... j'aurais pu rester chez moi et avoir la paix... alors pourquoi tous ces schémas mentaux dans lesquels je m'imaginais exploser pour me rendre à l'hôpital... est-ce que ce n'était pas simplement la raison que j'attendais pour me désorganiser et pour tester le nouveau fonctionnement qu'on avait avec moi à l'hôpital...

En même temps, qui dit hôpital dit aussi sentiment de contenance et de sécurité... mais j'avais vraiment envie de mettre en scène tout ça... à quelque part, je le sais... et vendredi soir, je me suis dit tannée de tolérer mes crises... mes colères, mon impression d'envahissement total et j'ai "succombé" en allant à l'hôpital par mes propres moyens. Je suis arrivée là-bas en crise d'anxiété, ça n'allait pas... mais au moins, je n'ai pas fait de grosse scène de folle alliée...

Une fois vue par le médecin, il m'a dit qu'il me gardait pour la nuit mais m'a dit que je serais vu par l'infirmier en santé mentale. Pas le psychiatre. J'étais placée dans un corridor, sans surveillance... comme s'il ne m'avait pas pris au sérieux... qu'il ne pensait pas que j'avais besoin de ça... je me suis mise à réagir intensément... je disais très fort que ça ne se passait pas comme d'habitude... en fait, j'avais besoin de me sentir en sécurité... ils n'agissaient pas pour que je me sente comme ça... puis je criais... je réagissais comme un bébé... et ils m'ont mis embarré dans le.bloc de psychiatrie... et là, je me sentais fâchée parce qu'ils m'avaient écouté alors que je réagissais comme une pas d'allure... rendue dans le bloc, je me suis apaisée... j'étais claquée... je me suis couchée et j'ai dormi...

Le lendemain matin, j'étais plus calme...
Mais j'avais un inconfort dans le bas de mon ventre... j'avais envie qu'on me passe dessus avec un rouleau compresseur... je n'étais pas bien.

J'avais en tête que je voulais qu'on poignarde mon bébé... comme si j'étais enceinte d'un bébé imaginaire... je n'aimais pas le feeling... le psychiatre est venu me voir fnalement. Pas l'infirmier... il m'a dit que j'avais eu mon time out mais qu'il fallait que je retourne dans ma maison. Que ça serait encore pire de retourner quand Valérie allait être là... il m'a dit que je fuyais...

Puis là, j'étais encore une fois super déchirée entre ma tête et mon ressenti... en dedans de moi, j'étais fâchée qu'il ne me garde pas... il n'y avait plus de cadre... alors il aurait pu me garder... mais non... et là, la première idée qui me venait en tête c'était de faire une tentative de suicide... c'est grave... mais je savais vraiment que c'était mon tpl qui m'amenait là... ce n'est pas pa première fois que je me sens comme ça... je le sais... et je sais que je suis plus forte que ça... que de faire des conneries... mais j'ai pleuré... solidement... je disais que c'était dur ce que j'avais dans ma tête... c'est tout le temps difficile. Je vis tout ça comme un abandon de l'hôpital quand en fait, ils ont raison... je le sais dans ma tête... je sais que je fois me contenir... que ça ne serverait à rien!

Alors je suis partie...
J'ai bien fait ça... maudit cerveau qui pense tout croche parfois... ça m'énerve d'avoir cette tête des fois.

Le psychiatre avait laissé un message chez moi pour donner des pistes d'intervention... dont de me donner du temps, d'être à mon écoute, de m'aider à essayer de sortir de chez moi... de me construire une vie à l'extérieure le plus possible... pour que je sorte de la maison et que j'arrête de juste faire des casse-têtes. Je me suis rendue compte qu'on ne m'abandonnait pas.

Mon amie Cath est venue chez moi en soirée. Ça m'a fait du bien... j'ai fait le menage de la boîte de fils à broder pour faire des bracelets bréziliens. Mouvement répititif qui fait du bien... enrouler des fils sur des bobines.

J'ai passé à travers finalement.

Aujourd'hui, je suis allée à une conférence politique à la maison de quartier près de chez moi. On est en élection provinciale alors je voulais avoir des infos pour savoir pour qui voter.

Après diner, mon père est venu me chercher pour aller dans ma famille. Je suis allée chez ma cousine pour une troisième fin de semaine de suite. :)
Ça me fait vraiment du bien. Il y a de la job en masse avec les enfants!! Puis j'aime m'occuper d'eux, aider ma cousine. Endormir le bébé!!

Puis je suis en route pour retourner chez moi.

Alors voilà, je ne lâche pas la patate!!

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 11 sept. 2018, 19:40

Allo chers internautes!!
J'espère que vous allez bien.
Moi ça va!!

Je reviens d'être allée faire du bénévolat dans un organisme communautaire de la région, une maison de la famille... donc un organisme qui offre des services aux familles. Je vais travailler plus en petite enfance, volet 0-5 ans. C'était la journée porte ouverte, les inscriptions, les visites de nouveaux parents et tout. On était là pour animer les enfants, parler avec les parents.

J'ai déjà fait du bénévolat là bas, il y a 3-4 ans.
Les bébés que j'ai eu à ce moment là sont maintenant dans les groupes de 4 ans!! Ça va faire drôle!!
C'est une belle ressource, c'est structuré, encadré... les éducatrices sont formées, les locaux sont sécuritaires et disposés selon les besoins des enfants. Bref, ça reflète plus mes valeurs et mes convictions que la dernière place où j'ai fait du bénévolat il y a environ un mois.

Je commence officiellement la semaine prochaine.
J'avais envie d'écrire sur mon identité... questions identitaires plein la tête!! Parce que j'essaie de me détacher de l'étiquette que j'avais dans le front d'éducatrice... j'ai étudié dans ce domaine... j'en ai fait une profession pendant 8 ans... entrecoupé d'arrêts de travail parce que j'étais sujète au burn out, à la décompensation... ce qui fait en sorte que c'est plus dur pour moi d'assurer une présence constante... tout dependant de mon état...

Mais quand je me ramasse en contact avec les jeunes, les parents... c'est ce côté de moi qui ressort... un côté qui me fait sentir bien quans j'y pense. Je me sens à l'aise de parler... je sais mettre l'autre en confiance rapidement. J'aime beaucoup les enfants... je saisis beaucoup d'informations rapidement...

Je ne voulais plus être intervenante parce que j'étais tannée d'être capable de prendre soin des autres mais de vivre un clash parce que je ne savais pas vraiment m'occuper de moi. Avoir besoin d'autant d'encadrement et de sécurité que les jeunes avec qui je travaille... avoir besoin de faire grandir ma partie affective et de travailler pour aider à construire les autres... et d'y arriver... c'est ça le pire. Je pense que je ne fais pas une mauvaise job... c'est juste que j'ai peur de mal réagir un jour... de tomber en crise et d'être inadéquate même si ça ne m'est jamais arrivé... j'ai peur de mes besoins... j'ai peur d'être égocentrique... de ne pas avoir le droit au fond de redevenir intervenante... parce que je n'aurais pas travaillé pour me réparer avant de vouloir agir positivement dans le développement des autres!

Mais je me rends compte que ça revient tout seul... c'est comme de faire du vélo pour moi... rentrer en contact avec les autres a toujours été facile. Je ne sais juste pas si je ne fais pas que de me remettre en position où je revis le traumatisme d'avoir dû gérer les crises de ma mère... d'avoir été une intervenante trop jeune... je sais le faire, j'aime le faire parce que je me sens compétente et utile... mais est-ce que ça me fait réellement du bien!?

Pourquoi est-ce que je sens que ça m'apaise de m'occuper d'enfants... est-ce que c'est parce que je m'occupe de moi du même coup... à travers ces petits êtres qui apprennent à vivre, à grandir?!

Et je me sens tellement calme...
Quand en moi, la petite fille est super anxieuse... elle ne sait pas trop.comment se rassurer sans un cadre... mais je sais comment le donner aux autres ce cadre... c'est tellement paradoxal... je continue à penser à quelque part que je suis vraiment capable de m'occuper de moi... c'est juste que je suis encore dans une genre d'opposition... je voudrais tellement que ça vienne de l'extérieur... je ne veux pas être autosuffisante on dirait.

Je n'arrête pas de retourner en intervention... réessayer, jusqu'à temps que je me brûle à nouveau... que je sois confrontée à un sentiment d'échec... mais j'ai encore envie de réessayer... je ne sais pas trop pourquoi... est-ce ma vocation ou est-ce que je suis masochiste?!

Cet intérêt continu que j'ai envers l'humain.
Cette envie de faire la différence...
Je pense que je suis en train de faire la différence dans ma vie... de vraiment travailler sur moi... alors pourquoi?
Ou pourquoi pas??

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 sept. 2018, 18:18

Récit de soccer!!

Hier soir, nous avons eu notre dernière game de la saison, contre une équipe qu'on déteste affronter! Les Charlotte... elles sont grandes, elles sont bâties, elles jouent cochon en nous faisant du rentre dedans mais sont les premières qui chialent lorsqu'on les acote et qu'on réplique en jouant physique nous aussi. Elles roupettent toujours à l'arbitre qu'il ne call rien... elles sont premières dans la catégorie mais lorsqu'elles perdent, elles déclarent forfait au lieu de jouer la game au complet. Leur goaleuse est une bulldozer... elle a du cran... elle sort souvent de son but et monte le ballon comme une joueuse étoile... elle se fâche et crie après son équipe quand elles sont mal placées... elles trichent en faisant jouer des joueuses "réservistes" alors qu'on a pas le droit... personne aime jouer contre elles... elles ne sont pas sympathiques... bref!!

Ça finit toujours qu'on est comme envahie par leur négativité... par leur énergie mauvaise... on finit par stresser le jeu, par se crier un peu après, par ressentir de la rogne contre elles... ça peut mettre la bisbille dans l'équipe même si on a vraiment une bonne cohésion.

Hier, à la demi, on se faisait battre 3-1...
J'avais envie des faire chier parce que la fille qui avait fait tous les buts n'était pas une joueuse de la ligue... encore une fois, elle n'avait pas le droit d'être là... on était partagé dans l'équipe... moi je voulais qu'on demande à la fille de partir parce que ce n'était pas fairplay mais les filles voulaient qu'on se batte sans rien demander à l'autre équipe... juste en étant nous et en prouvant qu'on pouvait être aussi fortes qu'elles...

J'étais un peu fâchée à quelque part mais j'ai su utiliser cette rogne pour jouer plus fort, plus intensément... on a été très solide. On a fait es beaux jeux. J'étais contente parce qu'on a réussi à finir la game par un but. Il restait une minute à jouer. C'était 4-2 pour elles. J'avais le ballon, l'arbitre a sifflé une faute en faveur de notre équipe parce que je me suis fait charger dans le dos. Coup franc direct. J'ai fait un beau tir et Jacinthe a devié le ballon un peu!! Ça l'a rentré. L'arbitre a sifflé la fin de la partie. On était super fière de nous... je pense sincèrement qu'elles ont dû avoir peur parce qu'on était davantage en possession du ballon à la deuxième demie.

À quelque part, j'étais fière de ne pas avoir fait de plainte pour gagner par forfait... si les Charlotte voulaient tricher et gagner de cette manière, ça leur appartenait... pas besoin d'entrer dans leur game dans le fond.

Les filles de notre équipe, avec leur bon esprit sportif, m'ont entrainé dans beaucoup de positif, qui amène un sentiment de fierté au lieu d'avoir gagné en ayant chialé à notre tour... elles avaient raison dans un sens.

Je sais que les filles ont eu peur de ma réaction à quelque part... j'ai voulu leur parler à la fin de la game, pour les remercier d'avoir joué fairplay, et pour les bonnes raisons. Après tout, nous avons beaucoup de plaisir ensemble!! Ne pas avoir laissé la haine nous envahir au point de devenir aussi bitch que les autres!!

Alors on a perdu avec dignité!!
On s'en va dans les séries! On va faire notre possible!!
On va jouer ensemble jeudi soir pour un match amical. On va ensuite faire un petit party d'équipe vendredi soir. Ça risque d'être vraiment chouette!!

Bonne journée

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 14 sept. 2018, 17:07

Bon matin!!
En fait il est un peu tard!!
Je suis fatiguée!!
J'ai rejoué au soccer hier soir.
Lundi danse, mardi soccer, mercredi danse, jeudi soccer . Hier j'avais tellement mal aux jambes! Je pense que je m'en suis demandée beaucoup. Mes jambes m'élançaient. En arrivant hier soir, je ne suis mis sur la glace. Pendant comme 30 minutes parce que j'avais vraiment mal!! J'ai parlé en même temps avec Suzanne l'intervenante. On a jasé de politique, on a jasé de Valérie. Elle ne sera pas là en fin de semaine. Je suis contente. Je n'ai rien de prévu en fin de semaine! Ça va être chouette quand même de relaxer. J'ai été très occupée cette semaine!

Bon!!
Café time!! Tv!

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 16 sept. 2018, 03:41

Bonsoir!!
Je n'ai pas grand chose à raconter!!
Petite journée tranquille!

Poue commencer, le party de soccer d'hier était vraiment chouette!! Tout le monde y était, sauf ma soeur qui s'envolait vers le Maroc avec son copain. On s'est bien amusé!! Je n'ai vraiment pas abusé de l'alcool... il y en avait à profusion mais j'ai été plus que raisonnable.

Je n'avais pas envie d'être en lendemain de veille!

Aujourd'hui j'ai relaxé!
Je suis allée me promener en après-midi.
Sinon j'ai écouté le premier épisode d'une série québécoise puis j'ai écouté Ocean 8 en soirée.
Je ne crois pas que je vais dormir très tard. Je sens que j'ai un peu de fatigue accumulée alors j'ai envie de me reposer.

Lundi, l'intervenante psychosociale remplaçante revient de sa semaine de vacances. C'est soit tout ou rien... la semaine prochaine je vois ma psychiatre et ma psychologue en plus de mon suivi ici.

J'ai hâte de voir ce que je vais faire par rapport à ma sphère professionnelle... je commence à me préparer mentalement à l'option que ma psychiatre ne me resignera pas un rapport médical pour l'aide sociale. Ça me fait beaucoup réfléchir sur mes capacités et mes compétences.

À bientôt

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 17 sept. 2018, 18:52

Bonjour!!
J'ai passé une fin de semaine vraiment zen!
Je n'ai pas fait grand chose à vrai dire.
J'ai relaxé, pris soin de moi. Ça m'a fait vraiment du bien!!

J'avais une rencontre avec Arianne ce matin.
Elle revenait de ses vacances.
Je lui ai parlé de ce qu'il s'est passé pendant son absence. Je lui ai aussi parlé des liens que j'avais fait entre mon intensité face à l'histoire avec Valérie et les émotions que j'aurais dû vivre pendant la fin de mon adolescence et le début de l'âge adulte...

Toute cette histoire avec Josée, cette fille qui me ressemblait finalement, avec qui j'étais complètement rentrée en fusion au lycée... qui était devenue complètement obsédée et qui me harcelait... j'avais dû faire une plainte à la police pour qu'elle me lâche; et même encore, elle tentait par des moyens super ratoureux de rentrer en contact avec moi...

Je nommais que c'est comme si je vivais les émotions que j'aurais dû vivre à ce moment là alors que j'étais anesthesiée émotivement... je ne ressentais rien... j'avais dissocié pour survivre à ma situation... je le sais... c'est juste que je vis mes émotions en décallage...

Ça aura pris plus de 10 ans pour que j'arrive à ressentir et à vivre mes émotions... juste être en colère quand je suis en colère, pleurer quand je suis triste... pleurer quand je pense a mon passé... parce qu'il y a des choses qui sont tristes... mais je ne m'accordais pas de juste me laisser aller... j'avais peur de m'écrouler.

Je reprends confiance en moi, peu à peu...
On m'aide à valider ce que je ressens, ce que j'ai pu vivre comme émotions. C'est aidant...

Je chemine, peu à peu!!

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 18 sept. 2018, 01:03

Je me trouve drôle... encore...

En fait, c'est mes réactions que je trouve drôle...
Sur le forum en particulier!!

Je ne peux pas m'empêcher de réagir aux post d'une personne en particulier. Pour vrai, je lis beaucoup ce que les gens écrivent. Je trouve pertinent de voir les réponses, apprendre à connaître les gens un peu de par leurs interventions, leurs écrits... de voir leur cheminement. Ça me donne espoir parfois... d'autre fois, ça me fait l'effet contraire... mais bon! C'est des choses qui arrivent...

Je ne trouve pas pertinent de répondre à tout coup... en fait, c'est rare que je réponde aux gens... juste quand ça m'interpelle vraiment...

Quand ça parle de trouble borderline... quand ça parle d'abandonnisme... quand ça parle de trucs qui me touchent personnellement...

Mais je suis vraiment intense sur mes réponses aussi quand ça ne fait pas de sens... je pense que ce qui me dérange, c'est les besoins un peu malsains que je sens derrière des demandes qui n'ont pas forcément lieu d'être sur le forum ici... du moins, de cette façon là... je pense que les gens qui attirent l'attention de manière maladroite me dérangent... ou je ne sais trop quoi... comme si je sentais que d'y répondre viendrait renforcer quelque chose de mal...

Mais c'est ça qui est comique... j'y réponds à tout coup... comme si ça me brûlait les doigts... comme si je voulais protéger le monde... dire que c'est inadéquat... mais je ne saurais pas dire ce qui est tant inadéquat... peut-être que c'est ma réponse en fait. Je le sais en quelque part que de réagir, c'est d'encourager la personne en lui donnant de l'attention... mais ça vient comme toucher mes cordes sensibles et j'ai l'impression d'embarquer dans le contenu à cent milles a l'heure...

Qu'est-ce qu'il y a vraiment chez cette personne qui me fait réagir autant...?

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 18 sept. 2018, 19:55

Le narcissisme...

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 19 sept. 2018, 18:59

Il reste 5 minutes avant mon rendez-vous avec ma psychiatre...

Je suis stressée!

Je ne sais pas trop ce qu'elle va décider...
Va-t-elle me retourner sur le marché du travail ou elle va me laisser faire mon bénévolat quelques temps.

Il y a trois points que je veux aborder avec elle:
- le renouvellement de ma contrainte temporaire ou non
- comment ça se passe quand je me présente à l'urgence si j'en éprouve le besoin
- le fait que j'ai réalisé que je faisais toujiurs des grosses crises au même moment du mois, qui concorde avec mes SPM ou mes règles... quand je suis hospitalisée, je suis tout le temps dans ma semaine ou presque... les hormones peuvent-elles expliquer cette sensibilité accrue que j'ai à ce moment là?!

Je vous en redonne des nouvelles!!


Revenir vers « Espace détente »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 2 invités