Mon baluchon

Pour parler de tout et de rien en dehors de la psychologie.
Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 07 mars 2014, 23:29

Coucou!!

Puisque je ressens souvent le besoin d'écrire ce qu'il se passe dans ma cocologie, j'ai décidé de me faire un post, ici...
Je pourrai le remplir autant que je le veux... Sans trop m'éparpiller... Tout se ramassera dans ce petit baluchon... Qui, comme le sac de Mary Poppins, peut cacher beaucoup d'espace!

Lorsque je deviens désorganisée de l'intérieur, ça ne prend pas de temps qu'à l'extérieur, on le ressent!
Je perds des choses, j'oublie des trucs à mon horaire... Je suis comme en demande constante, partout, à la fois...
Moi qui devrait me responsabiliser... Mais c'est drôle comment c'est difficile de sembler responsable dans nos demandes d'aide...
Quand on a à peine assez de confiance en soi pour savoir qu'on va être ok...
Quand on aimerait faire toutes les thérapies nécessaires pour aller mieux, mais qu'en même temps, on perd espoir, à quelque part en dedans de nous.

Pour ce qui est de mes derniers jours... Ma dernière semaine...
J'ai l'impression que c'est du vent... Un coup de vent...
Tout est allé si vite... J'ai l'impression que mon cerveau ne suit pas tout...
Comme si le rythme de tout ce qui se passait était trop rapide... le mauvais tempo... Pas celui à mon habitude.
Sensation d'être spectatrice d'une mauvaise télésérie qu'est ma vie...
Même la TV va vite, comme si les scènes sautaient d'une à l'autre... Sans liaison...

C'est ça qui me manque...
Il n'y a pas eu de liaison entre le moi là-bas, et le moi ici...
Il manque de liens...
Pas de bons liens avec les membres de ma famille non plus...
Pas de liens entre les événements... Juste plein de trucs isolés... Collés... Là.

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 08 mars 2014, 22:02

Aujourd'hui est un autre jour.

Hier n'existe plus, demain n'existera peut-être jamais... On ne sait pas en fait.

Petite soirée hier tranquille, qui fait du bien.
J'ai mangé un gros brownies intense avec du caramel à la fleur de sel!! Trop bon, dans un petit resto qui s'appelle Juliette et Chocolat. Toujours bon pour remonter le moral... De manger du sucre en bonne compagnie. Moi qui n'avait pas mangé beaucoup pendant une semaine, je me rattrape un peu en ce moment. Mais trop, c'est comme pas assez. Tout ou pas du tout, voilà mon mode de fonctionnement.

Soit que je sens toutes mes émotions en même temps et que je deviens folle, soit que je ne sens rien du tout et que je me sens spectatrice...
Soit que je me dis que rien ne va plus et qu'il n'y a plus d'espoir, ou que je vois tout ce que je peux faire... Et je me mets en action...
J'ai de l'énergie ou je suis super fatiguée...
Je suis dans les extrêmes... Je suis extrémiste et je trouve ça très fatiguant.
De la fatigue à l'énergie intense...
Tout est si intense avec moi... My my!!!

On m'a parlé d'un centre de thérapie fermé, un peu comme un centre de désintoxication, mais c'est pour les gens en trouble de l'humeur, trouble anxieux ou trouble de la personnalité... Des femmes... On me dit que je pourrais peut-être m'y sentir bien et travailler sur moi... Je vois un espoir en lien avec tout ça... Une place neutre, où je pourrais prendre le temps de me déposer. Travailler sur moi... Je suis en réflexion mais j'aimerais bien pouvoir y aller dans le fond... C'est pas comme si ma vie allait à cent milles à l'heure non plus... Elle est plutôt sur pause... En attendant que je me sente mieux...

Dans une autre perspective... Lorsque je suis rentrée à la maison après une marche... Parce qu'il fait beau ici, ça commence à sentir le printemps malgré le gros mètre de neige que nous avons... Ma soeur était en pleurs... Parce que ma mère lui parlait de ma santé mentale, de ma maladie, de mon trouble... Elle avait peur... Ma belle petite soeur que j'aime... Je l'ai serré dans mes bras... C'est difficile de voir les répercussions sur les autres... Raison pour laquelle j'ai toujours voulu garder ça pour moi... Mais bon... J'imagine que c'est normal, je les laisse vivre leurs émotions. C'est tout ce que je peux faire... Et leur montrer que je vais bien... Du moins, essayer de leur montrer comment ça va vraiment... Mais c'est difficile pour moi... Toujours peur d'avoir à prendre soin d'eux par la suite, parce que personne ne le fera...

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12658
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 09 mars 2014, 01:32

C'est à eux de prendre soin d'eux. Comme vous cherchez à le faire pour vous. Comme vous le faites pour vous. Quand on cesse d'être un enfant, on doit prendre soin de soi; et pas de ses parents. Chacun à sa place, pour que chacun ait sa place, et reste à sa place.
Là, comme cela on peut enfin respirer !
Qualifications : Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 09 mars 2014, 22:03

Une autre journée de passée.

Je m'accroche depuis deux jours en pensant que je pourrais aller dans ce centre de thérapie pour me refaire une santé mentale... Travailler sur moi, être encadrée par des intervenants, et surtout, me sentir en sécurité pour vivre mes émotions. Je vais encore parler de la maison de mes parents... Mais je ne me suis jamais vraiment sentie en sécurité pour vivre mes émotions, depuis un jeune âge... Maman capotait lorsque fille n'allait pas bien... Elle paniquait tellement que son anxiété prenait des proportions monstrueuses... Et elle faisait des crises... Et c'est Fille qui devait ramasser maman, en plus de se ramasser elle...

C'est pour ça que je ne me laisse pas pleurer si j'ai de la peine, que je m'isole... Que je me cache... Que j'ai peur d'aller mal parce que j'ai peur de tout ce qu'ils ne sont pas capable d'entendre...

Papa, lui, c'est plus M. superficiel, qui vient d'une famille d'apparence parfaite, qui vit plein de problèmes dont il ne faut pas parler... Les problèmes, les émotions, ça s'en va sous le tapis... On n'y fait pas face, c'est pour les faibles... Mais une fois de temps en temps, il se ramasse en position fœtale dans son lit... Super vulnérable... Et surtout, il n'est pas capable de prendre soin de ma mère... Donc il me demande à moi de faire ça comme une grande, d'aller mieux et de ne pas inquiéter personne...

Ça été comme ça trop longtemps.

Et maintenant, je dois avouer que les choses ont peut-être changées un peu...
Maman est moins anxieuse, papa est plus émotif... Il pleure même parfois...
Mais je trouve ça difficile... J'ai peur comme si ma vie en dépendait. J'ai peur d'être encore déçue parce qu'ils ne peuvent pas répondre à mes besoins comme je l'aimerais... Mais que Moi, je suis obligée de répondre aux leurs si je veux rester à la maison... Je disais souvent à ma mère, lorsque j'étais plus jeune et que je réalisais ce qu'il se passait... L'année passée bref! :P Que je pouvais faire le ménage et le lavage, et ma nourriture, tout ce qu'elle faisait pour moi qui me rendait "redevable"... Si c'était juste ça le problème... Mais je voulais qu'elle m'aime... Qu'elle me sécurise... Que c'était là, pour moi, le vrai sens de la relation donnant-donnant qu'elle me nommait tout le temps... Ça et "la balle est dans ton camps"... Je voulais qu'elle m'accepte comme j'étais... Qu'elle accepte que possiblement, je ne suis pas une enfant facile... Que j'ai des besoins particuliers.. Que possiblement aussi, je suis une enfant stressante... Et elle et sa gestion du stress... Ça fait deux... Mais j'aimais les arts, j'aimais la danse... J'aurais aimé me faire encourager quand j'ai décidé d'aller étudier en danse... J'aurais aimé qu'elle aime se remettre en question et qu'elle aime l'introspection comme moi j'ai toujours aimé... Qu'elle veuille rentrer dans mon monde... Qu'elle m'aime pour ce que je suis... Mais à chaque tentative... J'avais des parents réfractaires... Qui m'ignoraient parce que ce qu'ils voyaient, ce n'était pas ce qu'ils espéraient... Ils avaient sûrement peur après tout... Mais dans leur tête, ma vie était tellement toute tracée d'avance... Je devais aller à l'université... Faire un travail qui allait être bien rémunérer... Je devais les rendre fiers... Gagner des bourses prestigieuses et être la meilleure sur mon équipe de soccer...

Et j'ai tenu le coup... J'ai compris... J'ai grandi comme ça... Et j'étais capable de tout le temps me surpasser...
J'étais capable d'être la meilleure... De paraître parfaite... Mais j'ai vite compris que je ne l'étais pas... Que je passais ma vie à essayer de trouver une maman remplaçante qui allait pouvoir m'aimer pour qui je suis...

Et puis là, je leur ai montré, en catastrophe, la partie qui souffrait...
J'ai eu besoin de ma maman et de mon papa dans une période de grande détresse... J'ai ouvert, avec la peur d'être déçue à nouveau...
Et ma mère, ce qui me fait rire, c'est qu'elle passe son temps à revenir sur un aspect: "comment se fait-il que tu ne sois pas capable de recevoir un câlin de ma part..." On lui a expliqué que j'avais ma bulle, lorsqu'elle est allée au groupe d'entraide vendredi... Que je lui ai trouvé... Parce qu'ils étaient en choc suite à mon hospitalisation... Moi je sais que c'est probablement en lien avec mon attachement... Mais je devais raide comme une barre lorsqu'elle me serre, qu'elle me touche... J'en veux pas... C'est elle qui en a plus besoin... Elle se pense peut-être moins bonne dans son rôle de maman... J'en ai aucune idée... Mais elle est revenue encore là-dessus... Pourquoi tu n'es pas capable de te faire prendre... J'pas trop capable de l'expliquer... C'est juste que ça me rend anxieuse... Et que c'est elle qui a besoin de se faire rassurer...

Moi aussi, au fond, c'est tout ce que je souhaiterais d'être capable... De me laisser aller...
Mais j'en suis incapable... Pas maintenant. Trop de peurs... Trop peur que la relation rechange de bord encore une fois, et que je ramasse tout le monde en étant obligée de leur montrer une Mini-grande que je ne suis pas... Une Mini-étudiante à l'université... Une Mini-diplômée qui reçoit une bourse de 17500$ en plus de se faire approcher par sa directrice de programme pour faire son projet de maîtrise...

J'ai été très tentée l'année dernière quand c'est arrivé... Parce que mes parents étaient si fiers de moi... Mais je ne voulais pas ça, moi...
Lorsque j'ai dit non, et qu'en plus, je me suis arrangée pour m'enlever 2 cours, pour ne pas finir mon BAC, donc plus de pression pour faire ma maîtrise... J'ai même pas de bac!! Ce fut la catastrophe... En fait, la plus grande catastrophe de ma vie a été d'aller à l'université... Sans vouloir le faire pour moi... Mais pour survivre dans une famille, et sentir qu'on m'aime... Parce que sans ça... Je n'étais qu'une fille opposante, qui ne voulait pas faire ce qu'il faut pour faire partie de la famille... Je l'ai tellement entendu... Et en plus, c'est moi qui était la responsable des maux physiques de ma mère...

Bref, je souffre encore, intérieurement, de tout ça...
De tout ce que j'ai subit intérieurement, comment je me suis sentie incomprise et comment j'ai dû fermer la porte à une relation que dans le fond, j'aurais toujours voulu avoir... Juste parce que j'ai eu trop mal...

Puis là, ils disent qu'ils sont là...
Je me questionne si mon père ne m'aurait pas abusée...
Je suis encore en grande colère contre ma mère... Mais ils sont là... Ils se disent là...
Et j'ai trop peur, je ne suis pas capable de faire confiance...
Ça me fâche intérieurement que je trouverais peut-être plus de sécurité et que je serais plus capable d'être vrai, et de prendre soin de moi à l'extérieur de la maison, comme dans un centre de thérapie fermé... Je dois vivre des émotions que j'ai refoulé depuis que je suis adolescente... J'ai fait ça pour survivre... Mais c'est aussi comme ça que j'ai commencé à dissocier à un jeune âge... Début d'un trouble qui s'enlignait pour devenir limite... Et j'ai de la colère à l'intérieur de moi, d'être comme ça, et de me battre tous les jours contre des pensées immondes... De la destruction massive en fait... Une rage mal canalisée... Un envie de me faire prendre en charge et me faire bercer... Mais dont je ne me laisse pas le droit... Parce qu'on a une chance de vivre ça, c'est avec nos parents... Et de toute manière, ce sont ces relations que je détruis dans ma vie... Relations où on pourrait prendre soin de moi...

J'aimerais juste être en mesure de ne plus me détruire, moi-même... La partie qui tente de prendre soin.

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 10 mars 2014, 14:49

Coucou,

Aujourd'hui, c'est une autre journée d'action.

Je dois faire des millions d'appels, pour me dire que je suis de retour dans ma belle province francophone...
Job, impôts, assurances, médecin, centre de thérapie, ancienne job...
Tout ça pour me sentir vivante... Pour m'arranger que la paperasse sera toute bien remplie quand je déciderai de me barricader à quelque part pour prendre soin de moi.

Hier, c'était une journée: vérité et mensonge...
J'ai parlé avec ma marraine qui m'a dit que je devais me faire aider et qui m'a un peu parlé comme si j'étais une folle finie... En me disant qu'elle ne savait pas quoi faire pour m'aider... je lui ai juste répondu d'agir comme avant.... Mais que je sentais leur amour dans leurs inquiétudes et que ça me faisait du bien. Je suis allée porter des pâtisseries aux amis de mes parents... Les amis qui ont reçu ma famille lorsque j'ai appelé pour dire que j'étais hospitalisée... Tout le monde a pleuré à ce qu'il paraît. Je voulais les remercier d'avoir fait attention à ma famille, des avoir supporter.

Puis... Je suis allée luncher avec une de mes très bonne amie et sa famille... J'étais pas capable de dire la vérité... J'ai figé...
J'ai inventé des raisons pour lesquelles j'étais de retour pour de bon...
Et au souper d'anniversaire de mon père, mon cousin est venu... Et encore une fois... Ce n'était pas écrit dans mon front... Puis j'ai rien dit... J'ai dit, mais j'ai menti... Comme si la réalité pouvait être plus belle si je me faisais des accroire que si j'affrontais le vrai... Et j'y ai presque cru!

Le soir venu... Je ne voulais pas dormir... Me rappelant mon rêve de la veille...
J'étais au travail, et une de mes collègues, qui s'est suicidé en octobre passé, arrivait et allait faire du sport avec les jeunes, comme à son habitude... Et j'allais voir la réceptionniste en pleurant... En lui demandant si elle était vraiment là, ou si je l'hallucinais... Si elle était morte ou non... Mais j'avais vraiment de la peine... Dire que je me voyais beaucoup en ma collègue... Ce geste de désespoir qu'elle a posé m'a vraiment rentré dedans et est venu m'effrayer... J'ai tellement peur de vivre, pour finir, dans 10 ans, au même endroit qu'en ce moment... Et finir par être très déçue, trop déçue pour même penser mettre fin à mes jours... Être nulle part...

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 mars 2014, 14:14

Ce matin, je pars avec mon petit baluchon...
En espérant pouvoir trouver un endroit pour le ravitailler...
Un endroit où je pourrai me déposer...
Un endroit où je pourrai retrouver l'espoir!

J'ai tellement peur de me faire revirer de bord...
Je ne sais pas si ma tête et mon coeur pourront survivre encore.

Je me croise donc les doigts et les orteils pour que ça marche...
Je me rends compte que j'ai encore une fois mis mes oeufs dans le même panier...
Ça m'effraie beaucoup, j'ai peur de moi et de mes armes de destructions massives dans ma tête...

Mais bon, une chose à la fois.

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 mars 2014, 20:53

Je suis soulagée.

Je suis admissible au centre de thérapie pour femmes.

J'ai quand même un peu peur. Un peu d'anxiété face à cette situation. C'est ce que je voulais, mais j'ai bien compris que ce ne sera pas facile. Qu'on va être en contexte d'introspection... Plusieurs heures par jour. Beaucoup d'ateliers, sur plein de sujet, mais aussi des ateliers d'écriture et d'art thérapie. Chose que j'ai hâte de voir. J'aime beaucoup m'exprimer par les arts.

C'est comme de l'espoir qui est mélangé à un drôle de sentiment.
Je veux que ça marche, et ça va dépendre que de moi.
Mais c'est la peur que si ça ne marche pas... Qu'est-ce que je pourrai bien faire pour m'en sortir...

Ça va aller! Du moins, je l'espère énormément!

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12658
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 12 mars 2014, 22:01

C A V A A L L E R D' E N F E R......................... ( au paradis ) !!
Qualifications : Master 2 de Psychologie clinique - DE de pychomotricité
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 mars 2014, 22:26

Merci!!

Je dois quand même attende qu'ils m'appellent pour me dire quand je pourrai commencer. Ce dimanche ou dimanche prochain.
Je ferais tout pour commencer le plus tôt possible.

Je veux me prendre en charge, je veux me prendre en main...
Je veux enlever, entre mes deux oreilles, le mot impossible..

Je veux réussir à ce qu'on me prenne dans les bras, affronter ce mal d'aimer qui vit à l'intérieur de moi...
Moi, la petite fille non-aimable... Je me vois tellement comme ça, alors que je suis une femme de 25 ans d'actif...
En fait, c'est l'adulte en moi la plus dure envers ma partie qui est dysfonctionnelle au niveau affectif...
Je dois apprendre à m'aimer avant de laisser quelqu'un m'aimer... Pas pour rien que je deviens si mal à l'aise. Que je ne tolère pas.

Alors j'aurai les deux pieds par terre...
On sera plusieurs, toutes les parties de moi que je dépersonnalise... Dans ma tête... Dans mon corps... À travailler dans le même but...
À chercher l'unicité. À accepter l'imperfection normale et humaine... Arrêter d'avoir peur... Du moins, apprendre à me rassurer.
Vivre mes émotions, vivre tout court dans le fond...
N'avoir personne à prendre soin que moi-même... Peut-être que ce sera ça le problème.

J'ai passé ma vie à prendre soin des autres pour survivre, pour ne pas que le pire se produise... Pour ne pas que mes parents meurent ou m'abandonnent, dans une crise de coeur ou de folie... Ma plus grande bataille sera de rester fixer sur moi, de ne pas passer mon temps à ressortir ce que je comprends des autres femmes autour... C'est ma décision d'aller là, c'est moi qui le veut pour ne pas mourir à nouveau, m'empoisonner et m'asphyxier... Ce goût de mort m'a donné le goût de vivre et de m'en sortir... Mais c'est si fragile...

Je sais que je suis au bout du rouleau...
J'ai trop couru, je suis essoufflée... J'ai la langue à terre...
J'essaie quelque chose de nouveau et j'espère...

Et j'espère que ÇA VA ALLER D'ENFER!!! :D

Minijeune
Messages : 607
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 13 mars 2014, 15:16

Journée tempête de neige par chez moi!
L'hiver n'est pas prêt de s'en aller!!!

Rendez-vous chez mon médecin de famille aujourd'hui.
Je vais y aller tranquillement, les routes ne seront pas belles.

Je suis anxieuse à l'idée de ne pas savoir ce qu'elle va me dire...
Tu dis quoi à une de tes patientes qui a fait un séjour à l'hôpital en psychiatrie...
Je me prends en charge au moins. Elle n'aura pas grand chose à me dire...
Je vais pouvoir nommer tout ce que j'ai fait depuis mon retour ici...
Et elle risque d'être impressionnée... À ce qu'il paraît, je ne serais pas si amochée que ça en tant que borderline... Je peux être indépendante, je cherche à ne pas tomber dans les pièges de la prise en charge, je me mets beaucoup plus en action, j'ai plus d'autocontrôle... Du moins, ça fait plaisir à mes parents d'aller dans des groupes d'entraide parce qu'ils me comparent à d'autres qui semblent aller moins bien que moi, avec la même situation au niveau de la santé mentale... À ce qu'il paraît, c'est bon aussi que je ne consomme pas... Chose que plusieurs TPL font... Et que rares sont les personnes qui ont une capacité d'introspection...
Je suis en train de me transformer... De passer de la petite fille parfaite, à la borderline parfaite... Et le pire là-dedans, c'est que j'embarque x 1000 dans ce genre de discours... Quand en fait, je sais que ça ne va pas en dedans... Et que je suis tannée qu'on me dise que j'ai toujours plus que les autres... Ça me met une pression sur les épaules... Quand je sais que je ne suis pas mieux que les autres... Que je suis tannée de me battre dans un sens...

Alors si je lui raconte tout le positif, elle va me dire que je suis sur la bonne voie...
Si je lui ouvre la partie qui souffre, elle va pouvoir m'aider...
Mais j'ai du mal à sortir de cette image, trop importante...
Je sais pas...


Revenir vers « Espace détente »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités