Page 115 sur 126

Re: Mon baluchon

Publié : 10 nov. 2020, 23:50
par Dubreuil
Il faut tout simplement exiger d'être endormie. En France, c'est automatique.
En considérant votre dossier " psy ", c'est même obligatoire pour eux, afin que vous ne soyez pas anxieuse et que l'examen se passe vite.
Pour avoir une anesthésie générale, faites-vous faire une ordonnance de la part d'un médecin-psychiatre qui le fera certainement, au vu de vos "états" psychologiques..
Courage !

Re: Mon baluchon

Publié : 11 nov. 2020, 03:50
par Minijeune
Est-ce que vous pensez que même sous anesthésie générale, ça pourrait réveiller des traumatismes?
Comme que mon corps pourrait se rappeler même si je suis endormie?

Je n'ai pas envie de décompenser.
Je vais bien en ce moment. C'est un peu fragile, mais ça va dans l'ensemble! Je veux m'éviter des stresseurs inutiles. Je ne crois pas que mon examen médical est urgent. Mon but, en ce moment, c'est juste de passer ma probation, donc de me préserver jusqu'au début decembre... je suis bien partie et je ne ferai pas exprès de me causer des stresseurs qui me déclencheraient.

Re: Mon baluchon

Publié : 12 nov. 2020, 02:13
par Minijeune
Bonsoir,
J'avais envie de venir écrire de trucs qui sont positifs ce soir. En fait, je passe une assez belle journée aujourd'hui! C'est férié pour nous parce que c'est l'armistice, surtout que je travaille pour le service personnel des forces.

Je me suis réveillée d'une nuit assez mouvementée. Je sais que j'ai rêvé que j'étais en voyage avec ma famille et mes parents. On était en Turquie, on devait se rendre en France puis après au Maroc... et j'avais vraiment hâte d'arriver en France. Je ne me sentais pas bien en Turquie... je ne sais pas trop pourquoi... j'étais fâchée contre ma famille parce qu'ils m'amenaient tout le temps dans des restaurants où ils servaient de la viande alors que je suis végétatienne... je sais juste que mon sommeil était agité et que je me suis réveillée à 4h00am et j'ai dû changer de pyjama parce que j'étais en sueur.

En me réveillant, mon amie Cath du Nord m'a appelé sur Facetime. On a jasé 45 minutes. C'était cool! Ça faisait un bout de temps que je ne lui avais pas parlé. Ils se cherchent une maison dans l'est. Ils aimeraient acheter quelque chose... et Cath m'a demandé si j'allais vouloir déménager en Estrie aussi. Elle m'a dit qu'ils se cherchaient une maison bigénérationnelle ou un avec un logement adjacent. Je l'ai questionné à savoir si c'était comme une invitation qu'elle me lançait. Elle m'a répondu qu'elle veut reproduire ce qu'elle a pu vivre à Chisasibi, la vie en communauté, et que ça lui ferait plaisir que je fasse partie de cette communauté là. Ça m'a fait du bien. On a parlé du temps des fêtes. Ils viendraient sûrement 2 semaines dans le sud! Je lui ai dit que j'étais pour avoir 2 semaines de vacances. Je crois qu'on va pouvoir se voir quand même souvent, ce qui est vraiment nice!!

J'y pense et ça va être la première fois que j'ai des vacances depuis vraiment longtemps. Mon intervenante essayait de me dire que je devrais planifier des choses pour être en mesure de passer à travers ces 2 semaines de congé... je suis quand même assez confiante par rapport à tout ça! C'est certain que 2 semaines, c'est long, et je ne l'ai jamais vraiment expérimenté... comme je dis, ça fait des années que je tente de remplir mes temps morts... en me disant que je ne serai pas capable de survivre sans essayer de me détruire... en ce moment, j'ai comme une assurance que je ne me détruirai pas.

Je suis en train d'expérimenter le fait de vivre des réussites... mais pas pour les autres, pas pour le paraître... mais plus pour qui je suis moi, et ce que je veux. C'est en vivant des expériences positives que je serai capable d'avoir confiance en moi, et de savoir que je suis capable. Il faut des premières fois à tout.

Comme par exemple, je suis en train de reprendre le dessus au travail! Je me suis rendue compte que j'essayais de me battre, mais de manière non productive. J'étais fâchée et je me sentais dans un cul de sac parce que j'avais l'impression qu'on voulait me renvoyer à cause de mon trouble de santé mentale. J'avais l'impression que m'avait catégorisé dans une zone noir... et que j'étais prise là... et que mes boss se montaient un dossier contre moi... pour pouvoir me renvoyer quand et comment elles le voulaient... et ça faisait en sorte que je me sentais brimée dans mes droits, parce que c'est illégal en quelque part de renvoyer quelqu'un à cause d'un trouble de santé mentale... et je me butais à essayer de leur faire comprendre que j'avais beaucoup de qualité... mais en revenant sur les faits, et sur ce qui n'avait pas fonctionné, j'avais l'impression qu'elles étaient campées sur leur position aussi... et ça me rendait insécure... et plus je suis anxieuse, plus je suis impulsive... et moins je suis en contrôle... et qu'est-ce qui srrive, je fais plus de gaffes ou je nourris les perceptions qu'on a de moi... et on ne s'en sort comme jamais. Est-ce que je voulais tout bousiller cet été quand j'ai su pour la fin de suivi avec ma psychiatre, quand j'ai perdu mon amie Cath et mon statut de marraine... pour vrai, c'était vraiment difficile... et ça l'a eu un impact sur mon travail... je ne peux pas dire que mon inconscient a essayé que je perde tout, pour que je me ramasse à devoir tout recommencer à zéro... comme s'il y avait de quoi de rassurant là-dedans. Mais je sais que ce n'est pas ce que je veux au fond, du moins, ce que la grande veut.

Alors, ce que j'ai fait de différent cette fois. Je me suis exprimée sur la manière comment je me sentais. Mais après, je me suis dit que j'allais fighter d'une manière différente. J'allais leur montrer que je faisais du bon travail. Je me suis mise à faire des projets vraiment chouette. Et j'ai vécu des belles réussites! Qui ont été notées par la direction... et je sens que je remonte dans leur estime... mais je remonte dans la mienne aussi!! Peut-être que c'est ça qui est différent... je leur montre ce que je suis capable, je me montre que je suis capable... j'ai utilisé mon cerveau compliqué pour penser à des projets qui répondent à vraiment plusieurs besoins et objectifs. Pour vrai, c'était smart! C'est ça que je dois faire. Être smart sera la façon comment je dois me battre... pas en essayant de leur dire quelque chose, mais en leur donnant des informations contraires! Bref, je crois que je vais y arriver!!

Re: Mon baluchon

Publié : 12 nov. 2020, 18:18
par Minijeune
Belle conclusion de ma rencontre bilan avec la direction ce matin.

Mes projets ont été acceptés et reconnus!!
Ça me rend vraiment fière. On dirait que tout vient ensemble... le feeling de valoir quelque chose, le feeling d'être sur mon x... la confiance intérieure qui se bâti en sachant que je suis capable de me sortir de situations plus difficiles! Je n'ai pas abandonné, malgré le fait que j'aurais peut-être aimé partir à un certain moment!

Pour vrai, j'avais presque envie de pleurer quand j'ai fermé mon ordinateur... ça fait vraiment longtemps que je n'ai pas ressenti que je faisais l'affaire! Je suis en train de me dire que je vais vraiment réussir à passer ma probation! Je suis super contente!!

Re: Mon baluchon

Publié : 14 nov. 2020, 01:29
par Minijeune
Ça va trop bien...
?!?

Pourquoi est-ce que c'est quand ça va trop bien, que je sens l'espèce de darkside à l'intérieur qui a envie de ressortir.

J'écoute beaucoup Netflix ces derniers temps.
Ça me désennuie. Je bingewatch, série après série.
Et je viens de finir the stranger things.
C'était quand même bon, mais pas vraiment mon genre de tv show... mais je suis restée traumatisée par le monstre de la troisième saison. L'image du monstre qui suck it up en penetrant les humains, avec ses grosses tentacules, par la bouche... les victimes sont comme pris... et le monstre fait ce qu'il veut avec eux. Ils sont souvent attachés... ou vraiment sonnés...

Et ça m'a ramené à une image...
Celle que je décrivais, quand je trouvais que mes parents abusaient de moi et de mes forces... comme si je les nourrissais... et c'est comme l'image d'une maman oiseau qui me vient en tête, qui mange les vers et qui les vomit dans la bouche de ces petits... comment j'imaginais le tout, c'était comme si j'avais cet espèce de masque, qui suck it upait mon intérieur, et qui était connecté au nombril de mes parents... je leur vomissais de la bouffe psychique. Pour nourrir leur ego... mais moi, ça me vidait... et j'était prisonniere de ce boyau qui reliait ma bouche à leur nombril. Comme un cordon ombilical mais à l'inverse. C'est parlant quand même, du type de relation que j'avais avec eux. C'était moi qui les nourrissait, au lieu de moi, me faire nourrir...

J'aime pas ces espèces tentacules.
Ces comme des grosses patentes phalliques... c'est vraiment violent comme image... c'est invasif... c'est comme une possession... ils sont possédés par l'esprit du monstre après.

Bref...
Tout ça pour dire que je crois que j'ai encore une fois dit les mots qu'on ne doit pas prononcer... voldemort?
Non, ça va bien! Je suis fière de moi. Ma vie va bien, j'y arrive toute seule... parce que ça ne prends que quelques heures pour que j'aille le feeling que je vais m'autodétruire... que je vais me bousiller... ce n'est pas moi que j'ai envie vraiment de bousiller... je suis en colère... j'ai peur de reproduire des patterns. J'ai peur de vivre des réussites pour que les gens en autorité sur moi en profite. C'est pour me proteger que je m'autobousille... pour pas qu'on profite de moi...mais j'ai aimé ça être smart cette semaine. Sentir que je répondais aux attentes, sentir que i'avais fait revirer le vent de bord... mon estime s'est vraiment renfloué... je me suis sentie forte, en contrôle, professionnelle... je vivais une réussite, ça me faisait planer dans un sens! Je me sentais à ma place. Je me sentais puissante dans un sens. J'y arrivais. J'avais réussi a m'en sortir sans tout abandonner... et là, j'ai cette envie de tout abandonner... comme si ça ne pouvait pas durer... et que j'étais mieux d'être la responsable de ma chute...
Bref!! Je l'aurai toujours ce côté de moi qui voudra tout chier... je dois vivre avec, et essayer de comprendre pourquoi j'ai si peur.

Peut-être à cause de ces monstres...

Re: Mon baluchon

Publié : 16 nov. 2020, 04:58
par Minijeune
Bonsoir,
Finalement, en écoutant une autre série,Grand Army sur Netflix, j'ai aussi vécu plusieurs émotions. J'ai beaucoup pleuré parce qu'une jeune fille se fait violer... et elle doit aller passer une trousse médico légale... et elle a peur de mettre ses pieds dans les étriers. Et en quelque part, ça m'a fait du bien de savoir que je n'étais pas la seule à vivre ça. Je ne sais pas, je n'ai pas d'ami ou de prochrs avec qui je peux parler d'un genre de vécu partager... et qu'on me dise que c'est normal que j"aille peur... mais en voyant ça, bien que c'était douloureux parce que ça m'a ramené direct à des émotions déjà vécues... ça m'a fait du bien de me sentir moins seule. Et je ne me suis pas désorganisée, je n'ai pas dissocié... j'étais correcte!

J'ai eu une petite fin de semaine de social!
Samedi, je suis allée prendre un narche avec Marie et Philou, et les deux bébés! On est allé au parc, Abby est vraiment mignonne, et Théo, le bébé d'un mois, est super croquable aussi. Ça l'a fait de bien de jaser avec eux. On dirait que c'était une des premières fois que je parlais des trucs qui fonctionnaient bien dans ma vie... et je crois qu'ils étaient ravis pour moi! Et soirée, j'ai reçu Audrey, mon ancienne stagiaire/amie/employée pour souper. Ça aussi c'était vraiment chouette. On a beaucoup jasé, elle m'a refait ma teinture!

Aujourd'hui, je me suis réveillée tard.
Je recevais ma meilleure amie pour son anniversaire. Je lui ai fait un gâteau, je lui ai fait un calendrier de l'avent home made, avec plein de chocolats et de thé. J'ai fait 48 petits sacs de thé, un thé caféïné et une tisane en fait... je les ai tous identifié, placés dans 24 petites boîtes différentes! Ça m'a pris vraiment beaucoup de temps en après-midi. J'ai passé une soirée fantastique en plus. On a bien mangé, on a bu du vino, on a parlé,on a écouté notre émission de téléréalité, on a pleuré de joie quand elle a lu sa carte... en disant qu'on s'aimait full et que la dernière année qu'on venait de passer, malgré la covid, c'est comme une des plus belles années de ma vie. Et Lau a une place tellement importante pour moi!! Je l'aime vraiment beaucoup!

Demain, je suis encore en congé!
Je vais pouvoir parlé à mon medecin de famille à propos de mes tests médicaux et des décisions que je prendrai par rapport à tout ça. J'ai aussi un rv avec Kathia en après-midi. Il n'annonce pas beau et c'est poche. J'aime mieux quand on peut marcher pendant mon rendez-vous!

Mais bon, je vais me coucher bientôt.
Bonne nuit.

Re: Mon baluchon

Publié : 16 nov. 2020, 23:56
par Dubreuil
Mes projets ont été acceptés et reconnus!!
*** Félicitations, B R A V O........... votre travail et votre courage ont été reconnus. JE SUIS SUPER-CONTENTE POUR VOUS !

Re: Mon baluchon

Publié : 17 nov. 2020, 00:55
par Minijeune
Merci!
Je sais!! Je trouve ça vraiment chouette!
Ça me fait surfer sur une vague positive.
Comme, je n'ai pas besoin de savoir, de la part de mes boss, si elles pensent que je vais passer ma probation ou pas... je sais que je vais la passer. Je sais que j'ai prouvé ce que j'avais à prouver! Et ça va bien! Je sais, à l'intérieur de moi, et c'est cette certitude, ce sentiment d'avoir une valeur, mais de moi à moi... c'est vraiment bon à ressentir. C'est comme de la nourriture que je m'auto donne... pi je la mange avec beaucoup d'appétit... j'en profite au maximum!

Sinon, aujourd'hui, ce fût une petite journée anxieuse. En fait, j'attendais un rendez-vous téléphonique de mon médecin de famile. Elle a vu mes résultats de prise de sang de mon gastroentérologue... plus tard. Elle m'a expliqué les données. En fait,mon fer est bas. Je ne fais pas d'anémie à proprement dit, mais je n'ai pas de réserve... j'ai juste assez de fer pour construire mes globules rouges... si jamais j'ai des saignements ou autre, je vais me ramasser en anémie...
Et la calprotectine, l'espèce de protéine qui indique de l'inflammation dans l'intestin était haute, dans la zone grise.
Mon médecin de famille m'a fortement conseillé de passer les examens. Elle m'a dit que si je n'avais pas plus de symptômes, je pouvais attendreun peu... je pourrais choisir de faire mes tests une fois ma probation passée. Je vais avoir d'autres tests sanguins à faire début janvier pour mon fer...

On dirait que je prenais un peu le tout à la légère...
Mais j'ai peur d'être malade... d'avoir un cancer, ou je sais trop quoi... j'aimerais savoir d'avance... sans avoir à passer par tous ces tests... mais bon, ça ira!!

Re: Mon baluchon

Publié : 17 nov. 2020, 10:29
par Dubreuil
Pour le fer, pas de problème, on en prend par médication, et il remonte.
Pour le reste, je vais demander à un collègue + + +

Re: Mon baluchon

Publié : 18 nov. 2020, 15:36
par Minijeune
Bonjour,
Je suis contente, hier soir, j'ai été capable de parler de sexualité avec mon intervenante de mon appartement supervisé... sans paniquer, sans dissocier...
Il faut dire qu'elle est sexologue de formation et qu'il m'est arrivé de lui écrire quand j'avais des questions mais je ne me sentais pas à l'aise d'adresser les sujets verbalement. Mais là, c'est venu sur le sujet parce que je mentionnais que j'avais écouté une émission et que j'avais pleuré quand j'avais vu la scène de la trousse médico légale et de l'examen gynécologique... et que je n'étais pas la seule qui avait du mal à mettre ses pieds dans les étriers... et que je n'avais pas paniqué... et je n'avais pas dissocié... on dirait que ça m'a donné confiance de pouvoir en discuter avec elle...

J'étais comme fière de moi d'avoir été en mesure de parler de mon problème par rapport à l'intimité ou a la sexualité. Dans le fond, j'ai peur d'avoir peur... j'ai peur d'avoir du désir, d'aller au-delà de mes limites traumatiques, et de dissocier... de ressentir ce malaise physique et ce mal-être psychologique... de me ramasser tout nue dans un coin, en petit bonhomme, avec un énorme besoin de réassurance regressif... comme prendre mon toutou et me bercer sur place...

Peut-être que juste le fait d'avoir moins peur d'en parler... c'est une première étape de m'en aller vers la guérison.