Mon baluchon

Pour parler de tout et de rien en dehors de la psychologie.
Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 13615
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Consultation privée

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 12 janv. 2019, 10:08

Minijeune, aussi étonnant que cela puisse paraître, je ne connais pas, et je ne me suis JAMAIS interessée à Mary Poppins. C'est vraiment particulier, comme un agacement bien ancré, face à l'histoire farfelue d'une jeune femme douée de pouvoirs magiques venue aider des enfants en difficulté. Ce n'est peut-être pas ça du tout ! Je n'ai JAMAIS rien lu sur cette histoire. Et maintenant, la façon dont vous m'en parlez m'intrigue au plus au point ! Pourquoi est-ce que j'ai ( encore aujourd'hui ) cette réticence, cet agacement tenace contre Mary Poppins ?
Avez-vous un livre à me conseiller ? Une lecture ? Un film ? Quelque chose concernant cette fable onirique, qui puisse m'éclairer dans ce que vous écrivez avec tant de justesse dans votre post ?
Merci.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL : - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse - DE de psychomotricité - EMDR - Groupes de psychodrame de Moréno - Méthode Simonton ( contre contre le cancer et la maladie grave )
Consultation privée ", signifie que vous pouvez contacter le PSY et lui faire un don du montant que vous souhaitez. Merci.

Minijeune
Messages : 856
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 janv. 2019, 20:43

Bonjour!

C'est curieux pour moi, qui a grandi avec l'univers de Walt Disney, que les gens ne connaissent pas vraiment ces classiques.
Surtout que le film est sorti en 1964 et qu'il a remporté plusieurs prix, dont des Oscars...
Je peux dire que pour moi, ce fut un classique que j'ai écouté et réécouté...
Ma famille n'était pas trop fan de ce film. Ma sœur le trouvait ennuyant, ma mère ne l'aimait pas et mon père n'a jamais été fan de la culture Disney.
Mais moi, je le regardais souvent. Il y a des scènes que je n'aimais pas, comme une que les gens s'envolent parce qu'ils sont pris d'un fou rire qui ne cesse pas... C'est vu comme une maladie de l'oncle de Mary Poppins... Qui contamine les enfants et les adultes les accompagnant. Je détestais cette scène. Je la trouvais longue et sans intérêt. J'aimais le côté magique de Mary Poppins. J'aimais le fait que quelqu'un venait s'occuper enfin des enfants. Des moments du film sont devenus iconiques pour moi.
Le carrousel de chevaux qui se transformait en chevaux de course...
Le fait de pouvoir ramasser sa chambre en un claquement de doigts.
La danse quand les ramoneurs font de la claquette sur les toits!

Toutefois, je ne m'étais jamais vraiment intéressée à l'histoire de l'auteure.
C'est en écoutant le film Saving Mr. Banks, ou Dans l'ombre de Mary dans sa version française, que j'ai comme compris qu'il y avait un grand côté caché à l'histoire... Que ces moments iconiques étaient remplis de tristesse... Que tous les symboles importants qu'on voit, sont des symboles de la vie de l'écrivaine... Mais desquels surgissent beaucoup de douleur... Et que ça l'a tout un lien avec la relation avec le père.

Je pense maintenant que le film biographique, sur PL Travers, Saving Mr. Banks, est très révélateur.
Ça parle du complexe d'Oedipe. Comme ce que je disais dans mon autre post. C'est intéressant à voir.
Mais c'est triste en même temps... Ça m'a fait réagir de regarder ça. Parce que je voyais les ressemblances avec ma vie peut-être. Je ne sais pas trop!! C'est vraiment cette scène, où il y a transgression aux limites... Comment se fait-il que la petite regarde son père dans la salle de bain, perchée à la fenêtre, et que le père en profite pour se raser devant elle... C'est juste que c'est privé la salle de bain... Ça n'aurait pas dû être comme ça... Le père aurait dû dire à la petite de ne pas le regarder... Mais le père ne met jamais ses limites... Il participe à toutes les fantaisies de sa fille... Il ne prend pas le bord de sa femme qui tente de mettre ses limites... Il encourage la fusion entre lui et la petite... La jeune fille semble avoir une relation privilégiée avec son père... Mais il y a quelque chose de malsain... En tout cas, moi je l'ai vu.

J'ai aussi regardé un documentaire, au début 2014, parce que je m'intéressais justement à la vie de l'auteure...
À ce que ça voulait dire pour elle...
Comment il fallait qu'elle sauve l'image de son père.
On peut le regarder sur youtube.

Travers, c'est le prénom de son père... Elle utilisera son prénom comme nom d'auteure.
Ce n'est pas son vrai nom.

Je pense que Mary Poppins, c'est ce qui lui a permis de survivre à tout ce qu'elle a vécu...
La maladie de son père, son impression de responsabilité par rapport à lui.
La dépression de sa mère, sa tentative de suicide...
Comment elle a dû prendre soin de ses deux soeurs.

Elle a utilisé ce qui était triste pour les rendre magique...
Ça l'a dû sauver son esprit.

Puis il y a le nouveau film...
Le retour de Mary Poppins... Où on se rend compte que les enfants, aidés dans le premier film, ne savent pas comment interpréter ce qu'ils ont vécu jeune... Est-ce que c'était vrai ou pas... Ils se disent qu'ils ont rêvé... que rien de toute la magie n'était vrai...
Comme si ça apportait la confusion sur des expériences possiblement vécues...
Mais ça représente quoi en vrai cette expérience confuse...

Elle représente son père dans le personnage de Mr Banks...
Elle en fait un banquier... Comme son père... Comme mon père...
À la fin du premier film, Mr. Banks perd son emploi et se fait humilier devant tous les gens importants de la banque, mais quitte en chantant et en dansant... et il finit par aller faire voler un cerf-volant avec ses enfants.

Dans le deuxième film, Michael, rendu adulte, n'est même pas intéressé par la symbolique du cerf-volant...
Il le jette quand il le trouve dans le grenier. Il n'a aucune signification... Ce moment dans le premier film où le père redevient un enfant un peu...
Puis dans le deuxième film, c'est le cerf-volant dans le ciel qui fait descendre Mary Poppins du ciel... Qui vient à la rencontre des enfants que Michael... Ces enfants n'ont plus de mère, elle est morte.

Ils disent dans Saving Mr. Banks que la seule chose que PL Travers voulait de l'adaptation de Walt Disney, c'était que le père soit épargné...
Épargné de jugement... Soit sauvé aux yeux de tout le monde...

Il est intéressant de savoir que PL Travers n'a jamais eu de conjoint...
Elle a adopté un enfant, jumeau, qu'elle a séparé de son frère à la naissance, et dont elle n'aura jamais parlé de l'existence de ce frère à son enfant... Les jumeaux, adultes, se sont rencontrés par hasard, à l'âge de 17 ans... Et le fils de PL Travers n'aurait jamais pardonné à sa mère d'avoir su et de lui jamais avoir dit... C'est cruel quand on y pense...

PL Travers n'était pas heureuse...
Elle était vu comme une femme froide, sans empathie... Très critique...
Elle n'aimait rien... Elle n'était pas facile à vivre...

Je me demande ce qu'un psychanalyste aurait dit d'elle...

Minijeune
Messages : 856
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 janv. 2019, 20:44

Donc avec tout ça, je vous conseille de voir le film Dans l'ombre de Mary!!

Minijeune
Messages : 856
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 janv. 2019, 21:49

Bonjour encore!!

J'avais juste envie de vous parler de ma matinée!

J'avais un cours de danse ce matin!
C'était un cours de jazz lyrique, donné aux Grands Ballets Canadiens, par Chantal Dauphinais, une danseuse reconnue au Québec.

J'étais très contente de pouvoir vivre cette expérience! C'était dans le cadre de la semaine des portes ouvertes, c'était donc gratuit! On a dansé dans une salle de classe de la compagnie. Ce sont de superbes locaux. Juste cette expérience était fantastique.

La classe était super chouette!!
Mme Dauphinais est très gentille et donne de bons conseils. J'avais l'impression d'être à l'école, comme quand j'étudiais en danse et que je m'entrainais! Cette passion que j'ai pour la danse!! :)

C'est comme si ça me donnait des ailes.
Ça me permet de vivre... de ressentir quelque chose!

Elle était dans mon vagon de métro à mon retour chez moi...
Je ne rends compte que quand je lève la tête, quand je regarde autour... c'est comme si la vie m'envoyait des signes!! J'aurais tellement envie de vivre de cette passion là!!

Minijeune
Messages : 856
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 12 janv. 2019, 23:27

Hello again...

Tout ça... tout ÇA...
Ça m'a donné envie de réécouter le film...
Saving Mr Banks...
Je me trouve un peu masochiste... mais en même temps... j'ai comme besoin de rendre réel l'irréel... ça fait mal mais j'ai besoin de sentir quelque chose...

Je suis arrivée à la fameuse scène de la salle de bain...
Le père se rase dans le mirroir, la petite le regarde avec admiration... ce que je ne me souvenais pas, c'était le sujet de leur conversation...
Et voilà que je pleurs encore...

En fait, la fille demande au père pourquoi il se rase...
Le père lui répond: quel genre de baisers aimes-tu le mieux... les baisers piquants ou les baisers doux.
La petite dit les baisers doux...
Alors le père dit qu'il se rase donc selon les volontés de sa fille... swish swoush...

Minijeune
Messages : 856
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 13 janv. 2019, 02:33

Bien entendu que j'ai besoin de me recueillir...
J'ai besoin de revenir à un endroit sécuritaire...
Ici, je peux être qui je suis vraiment.
Je peux tout dire sans avoir peur... la seule crainte que j'ai, c'est de me relire et de ressentir plein d'émotions.

J'ai fini le film.
Je crois que je l'ai écouté seulement 3 fois dans ma vie...
Au cinéma... le 22 décembre 2013...
À Halifax, quand j'essayais de trouver un sens à tout ce qu'il s'était passé... je voulais revoir le flash back, comprendre c'est à quel moment que ça m'avait fait ça et surtout, revoir ce que j'avais vu, pour être folle pour une raison valable et non sans avoir d'idées pourquoi...
Ensuite, j'avais acheté le film... et je l'avais gardé dans ma boîte de dvd... puis voilà, toute cette remémoration a fait que je l'ai ressorti, en ce 12 janvier, 5 ans plus tard, pour essayer de comprendre, encore une fois.

C'est drôle parce que parfois, je questionne mon inconscient. Je pense qu'il ressort même dans mes écrits. J'écris sur mon clavier touch de mon cellulaire... il arrive donc des fois que j'accroche la mauvaise touche et que je fais une faute dans un mot ou dans une phrase... mais je questionnais une erreur que j'avais faite quand je parlais de PL Travers enfant... je disais qu'elle n'essayait pas d'empêcher son père de boire... j'ai mis une double négation... ce qui veut dire que j'ai écrit que la petite faisait boire son père alcoolique... dans mon souvenir, elle cachait les bouteilles... mais en fait, dans le film, elle fait le contraire... c'est elle qui va donner la bouteille de fort à son père... et c'est en sachant qu'elle ne pouvait pas rivaliser que sa mère lui demande de prendre soin de ses soeurs et fait une tentative de suicide en essayant de se noyer dans la rivière... elle laisse ses responsabilités de mère à sa fille... ses responsabilités d'épouse... elle l'autorise à vraiment jouer ce rôle... puis elle désire disparaître par la suite...

J'ai lu aussi que la majorité que les films, c'est un ramassis de plein de bouts de livre... il y en a 8. Donc les films ne representent pas totalement les livres.

Mary Poppins est un personnage narcissique...
Elle dit d'elle-même qu'elle est practicly perfect in every way... elle se regarde dans le mirroir et se parle... elle aime se donner en spectacle, être au centre de tout...
Ça ne peut d'être la projection de PL Travers... ou d'une partie de sa vie... tout l'oeuvre de cette femme ou presque est basé sur son personnage...

Puis Disney...

Ça aussi, c'est une partie de moi, de mon histoire.
Walt Disney amène l'auteure à Disneyland...
J'ai toujours dit que Disney World, c'était mon petit paradis sur terre... là où tous les rêves peuvent se réaliser... là où les enfants, peu importe leur âge, peuvent exister. Ma grand-mère était une fan de Disney. Elle est allé à Disneyland en Californie plusieurs fois... elle voulait toujours aller en voyage là-bas... elle m'a donné la piqûre d'une quelconque façon parce que je veux toujours y aller moi aussi... je veux avoir le droit d'être une enfant et de rêver à des trucs qui sont beaux...

C'est juste que... je ne suis pas certaine...
Mais je pense que c'est un morceau de mon casse-tête...
Ces voyages en Floride... le voyage de mes 8 ans... celui où je suce la sucette glacée sur la vidéo...

Il me vient un souvenir en tête...
Et je fais un lien avec le film et la mère qui tente de se tuer dans la rivière...
Je me rappelle d'une chicane très intense avec ma mère lors de ce voyage... je ne sais plus pourquoi, mais je sais qu'elle m'avait demandé de la suivre pour parler... on était allée sur le bord de la mer... on marchait sur la plage... et c'est devenu très intense... on se criait après... puis on a fini dans l'eau... on criait et on se lançait de l'eau... on était habillée... pas en costume de bain... c'était comme une désorganisation... mais pourquoi?? Je ne sais pas...
Puis ça s'est calmé... ma mère m'avait demandé de dire que j'avais eu envie de pipi et que j'étais allée faire pipi dabs l'eau tout habillée et qu'on avait décidé de se baigner comme ça par la suite, pour le plaisir...

Je pense à la rivalité mère fille...
À toutes les fois qu'elle m'a dit:"on sait bien, tu es la fille à ton père"... comment il me suivait surtout dans le soccer, beau temps, mauvais temps...
À toutes ces querelles... toutes les fois où j'ai ressenti que ma mère m'haïssait... comment je ne comprenais pas pourquoi j'étais tant la cause de toutes ses crises... pourquoi je devais tout réparer...

Est-ce que je fais la même chose que l'écrivaine...
Est-ce que j'ai brouillé les cartes... est-ce que j'essaie de faire paraître ma famille comme étant une bonne famille... en restant dans le paraître pour essayer de sauver quelque chose... PL Travers a écrit pour se raconter une histoire réconfortante... moi j'ai développé un TPL sévère pour me faire croire que je suis folle et me faire dire que je raconte du n'importe quoi...

À chacun ses façons??!?

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 13615
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Consultation privée

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 13 janv. 2019, 10:14

Donc avec tout ça, je vous conseille de voir le film Dans l'ombre de Mary!!
Merci Minijeune, c'est ce que je vais faire.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL : - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse - DE de psychomotricité - EMDR - Groupes de psychodrame de Moréno - Méthode Simonton ( contre contre le cancer et la maladie grave )
Consultation privée ", signifie que vous pouvez contacter le PSY et lui faire un don du montant que vous souhaitez. Merci.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 13615
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Consultation privée

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 13 janv. 2019, 10:39

" moi j'ai développé un TPL sévère pour me faire croire que je suis folle et me faire dire que je raconte du n'importe quoi... "
*** Oui, pour survivre au traumatisme, et à la fois pour protéger votre père.

" À toutes les fois qu'elle m'a dit:"on sait bien, tu es la fille à ton père"... comment il me suivait surtout dans le soccer, beau temps, mauvais temps...
À toutes ces querelles... toutes les fois où j'ai ressenti que ma mère m'haïssait... comment je ne comprenais pas pourquoi j'étais tant la cause de toutes ses crises... pourquoi je devais tout réparer...
Je pense à la rivalité mère fille.. "
*** Oui, parce qu'elle savait.
Qualifications professionnelles de DUBREUIL : - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse - DE de psychomotricité - EMDR - Groupes de psychodrame de Moréno - Méthode Simonton ( contre contre le cancer et la maladie grave )
Consultation privée ", signifie que vous pouvez contacter le PSY et lui faire un don du montant que vous souhaitez. Merci.

Minijeune
Messages : 856
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Mon baluchon

Messagepar Minijeune » 13 janv. 2019, 17:44

Vouloir protéger mon père...
Est-ce normal que malgré tout ça, je veuille aimer et être aimée de la part de mon père...

Est-ce normal que je cherche à le protéger encore...
Je ne parle pas de mon vécu... je ne dénonce pas...
Est-ce que ça se pourrait que je souhaite encore que la relation puisse exister entre mon père et moi...

Je ne comprends pas ce que ça veut vraiment dire que mon complexe d'oedipe ne soit pas résolu... est-ce qu'on est capable un jour de passer à une autre étape, même à la veille de ses 30 ans? Ou est-ce qu'il faut que le cheminement se fasse dans les deux sens... le père qui met ses limites... et l'enfant qui comprend ces limites. Qui accepte et qui se tourne vers autre chose?! Qui s'ouvre à d'autres stades de son développement psychosexuel?

Est-ce que je peux les mettre les limites maintenant...
Est-ce que j'aurai toujours l'impression d'avoir été abusée... et ma mère dans tout ça... pourquoi est-ce qu'elle ne m'a pas protégé vu qu'elle savait...? Pourquoi toute cette violence??

Puis je me rends compte que j'essaie encore, à mes heures, de séduire mon père... quand je suis allée faire mon bac en psychoéducation... quand je l'appelais à chaque fois que j'avais une nouvelle note... quasi parfaite... c'était une autre façon de le faire jouir et de m'imposer une violence... parce que je me rendais malade à faire ça... mais j'étais prise d'obsession pour la perfection... juste parce que je voulais être à la hauteur.

Je veux mettre un stop à tout ça...
Comment dire non... stop...
Dévoiler la vérité, si je n'ai aucun souvenir d'un abus sexuel... d'un attouchement... j'ai juste des souvenirs à caractère sexuel mais rien pour le condamner... et ma mère ne prendra jamais mon bord...

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 13615
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Consultation privée

Re: Mon baluchon

Messagepar Dubreuil » 13 janv. 2019, 18:39

[quote="Minijeune"]Vouloir protéger mon père...
Est-ce normal que malgré tout ça, je veuille aimer et être aimée de la part de mon père...
*** dans le stress post-traumatique la victime est sous l'emprise de son bourreau

Est-ce normal que je cherche à le protéger encore...
Je ne parle pas de mon vécu... je ne dénonce pas...
Puis je me rends compte que j'essaie encore, à mes heures, de séduire mon père... quand je suis allée faire mon bac en psychoéducation... quand je l'appelais à chaque fois que j'avais une nouvelle note... quasi parfaite... c'était une autre façon de le faire jouir et de m'imposer une violence... parce que je me rendais malade à faire ça... mais j'étais prise d'obsession pour la perfection... juste parce que je voulais être à la hauteur.
Est-ce que ça se pourrait que je souhaite encore que la relation puisse exister entre mon père et moi...
*** Oui, c'est ainsi qu'évolue un traumatisme non résolu ( je vais vous mettre une explication plus bas)

Je ne comprends pas ce que ça veut vraiment dire que mon complexe d'oedipe ne soit pas résolu...
***La mère n'a pas rempli son rôle " sexuel " de femme à un homme. Elle a laissé sa place à sa fille. Le père n'a donc pas pu lui non plus " séparer la fille de sa mère d'une relation séductrice " N'honorant pas sa femme, il n'a pu dire à sa fille : J'ai une femme, je n'ai pas le droit de te séduire.

est-ce qu'on est capable un jour de passer à une autre étape, même à la veille de ses 30 ans?
*** l'âge n'entre pas en ligne de compte ! Il faut D'ABORD " guérir " du stress post-traumatique

Ou est-ce qu'il faut que le cheminement se fasse dans les deux sens... le père qui met ses limites... et l'enfant qui comprend ces limites.
*** le pire est advenu, c'est à l'enfant devenu adulte de dépasser le traumatisme
Le père est pervers et ne pourra JAMAIS changer. il ne peut qu'être absent du processus.

Qui accepte et qui se tourne vers autre chose?! Qui s'ouvre à d'autres stades de son développement psychosexuel?
L'enfant SEUL

Est-ce que je peux les mettre les limites maintenant…
Oui, en suivant une psychanalyse, ou une thérapie analytique avec un VRAI psychanalyste

Est-ce que j'aurai toujours l'impression d'avoir été abusée...
Non, vous allez progressivement devenir de plus en plus libre de vous-même, et en vous-même.

et ma mère dans tout ça... pourquoi est-ce qu'elle ne m'a pas protégé vu qu'elle savait...?
Parce que soit elle avait peur du père, soit ça l'excitait de le savoir et/ou de le voir, soit elle était déjà elle-même perverse.

Pourquoi toute cette violence??
Parce que ce sont des pervers et que c'est leur mode de fonctionnement psychique.


Je veux mettre un stop à tout ça...
Comment dire non... stop...
Dévoiler la vérité, si je n'ai aucun souvenir d'un abus sexuel... d'un attouchement... j'ai juste des souvenirs à caractère sexuel mais rien pour le condamner... et ma mère ne prendra jamais mon bord...
*** Là, je ne vous explique pas ce phénomène onirique, fantasmatique ( ou pas… )...il faudrait que vous commenciez VRAIMENT une VRAIE thérapie analytique...
Qualifications professionnelles de DUBREUIL : - Master 2 de Psychopathologie clinique - DU de psychanalyse - DE de psychomotricité - EMDR - Groupes de psychodrame de Moréno - Méthode Simonton ( contre contre le cancer et la maladie grave )
Consultation privée ", signifie que vous pouvez contacter le PSY et lui faire un don du montant que vous souhaitez. Merci.


Revenir vers « Espace détente »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité