Des nouvelles de Mini!

Pour donner de vos nouvelles...
Minijeune
Messages : 502
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Des nouvelles de Mini!

Messagepar Minijeune » 03 mars 2014, 09:36

Bonjour groupe!

Je me présente, Mini, en psychiatrie!!

Vendredi, suite à une accumulation merdique d'éléments n'ayant pas rapport...
J'ai commis un petit passage à l'acte. Je m'explique... Et pour tout le monde, je tiens à dire que ce n'est pas la façon de faire et que je regrette mon geste bien que je n'en regrette pas encore les conséquences... Ça viendra j'imagine...

Je me lève, je me rends à l'hôpital pou mon deuxième rendez-vous avec le Urgent Care Service. La travailleuse sociale avec qui j'avais pu parlé français et avec qui je m'entendais bien était là. Tout au long de notre rencontre, elle tente d'éviter la situation de mercredi... Le pourquoi elle pensait que j'allais être admise au Short Stay Unit, et qu'on m'a renvoyé à la maison...
Elle me répète qu'elle n'est pas thérapeute, mais qu'elle pouvait m'aider à trouver des thérapeutes dans la communauté... Elle en trouve, un endroit près de mon travail, et fixe un rendez-vous pour le 17 mars... Elle m'explique ensuite qu'elle ne pourra pas me revoir, que son travail s'arrête là normalement... Je suis un peu sous le choc... L'urgence m'avait dit: on va te trouver l'aide nécessaire jusqu'à temps que tu ailles de l'aide dans la communauté... Je suis à nouveau laissée seule... Je me décide de me rendre au travail, avec une envie de pleurer qui est extrême... Je rentre et croise le directeur... Merde, j'avais oublié de lui mentionner mon rendez-vous... Il me gronde en me disant que je suis souvent en retard... Et que je dois appeler... Dans ma tête, je me dis: Appeler pour dire quoi!!?? Que j'ai un rendez-vous avec le service d'urgence en santé mentale, encore une fois... Puis, je monte à mon bureau, ferme la porte... Je me sentais beaucoup trop shakée pour ça... Je prends mes courriels... J'en ai un de ma maman remplaçante. Elle me dit d'arrêter de chercher dans les services de santé pour avoir de l'aide... Que tout comme mes parents, ces services ne semblent pas vouloir de moi... Elle me dit de sortir ma boîte à moyens... et de m'occuper de moi toute seule...

Ma réaction... Je suis très en colère... Mais aussi très désespérée...
Je descends... Je croise le directeur adjoint qui me donne une carte avec son numéro, et il me répète l'importance d'arriver à l'heure... Je la connais cette importance... Mais je m'en fous... Dans ma tête, tout est clair... Mon plan est clair... Je veux mourir... Alors étapes par étapes, je me procure mes moyens... Je sais où ça va se passer, je ne savais juste pas quand... Mais au plein milieu... J'angoisse... Je panique... Je suis toute seule... Je vais vraiment mourir si je ne fais rien...
Je rentre dans un centre d'achat proche... J'en profite pour passer à la banque, m'acheter 4 chandails dans un magasin... Puis je me décide d'appeler pour de l'aide... Sachant que ça va prendre du temps à faire effet... Lorsque les services d'urgences arrivent, je me présente à eux, normalement... Je les suis en marchant, sans aller dans la civière... Vous vous rappelez, mon importance de paraître nickel devant tout le monde!! Je rentre dans l'ambulance... Et c'est la panique générale dans ma tête... Je pose plusieurs questions, au fur et à mesure qu'ils m'en posent... Ils me disent, on ne pense pas que tu vas mourir avec ta dose, c'est loin de la dose létal, mais ce que tu as pris peut gravement endommager ton coeur et tes reins... Réaction d'adaptation... Je vomis!!! Oufff... Ils sont soulagés... Je vomis le jus tropical que j'avais acheter pour avaler le contenu... Un jus que j'aime et que plus jamais je boirai...

Je panique... Je ne veux pas mourir... Je pense que je me suis arrêtée à temps... J'espère...
On me met sous soluté et on m'amène à l'hôpital la plus près.
On me dit que je viens de faire une overdose... Je comprends maintenant qu'à chaque fois que les célébrités décèdent d'overdose, ils ne sont pas tous sur les drogues fortes... Comme je pensais... Je pense aussi à mon ancienne collègue de travail qui s'est enlevée la vie de cette manière... Et je comprends aussi...

J'arrive à l'hôpital... C'est la batterie de tests...
Mon coeur fait de la tachycardie... Aller up, je finis branchée de partout... Je fais deux électrocardiogrammes...
On dit que c'est trop haut, qu'il faut que ça descende... Je suis alors seule, dans ma petite pièce... Je commence à m'endormir, devenir comateuse...L'effet embarque... Je n'ai pas trop conscience de tout ce qu'il se passe autour de moi... Je sais que les cachets que j'ai pris était à long déploiement... J'entends les machines, je sais qu'on vient me voir... Ma porte de chambre est ouverte et j'entends le corps professionnel passer des commentaires sur ce que j'ai fait... Je regrette au plus haut point...

à 18h30, le médecin vient me dire que je devrais être correct, qu'ils doivent attendre que mon coeur baisse avant que les spécialistes viennent me voir... Je me dis intérieurement qu'ils s'en foutent anyway de moi... Que je veux retourner chez moi... Étant encore en colère pour mercredi... J'ai exactement mis en match le plan que j'avais dit... Quand ils m'avaient dit que les services de santé n'était pas pour moi parce que j'allais devenir dépendante... Et ne jamais ressortir... Ils ont vraiment pas compris qui je suis!!

Alors, ils viennent me voir... Deux nouvelles personnes... Des hommes... Je ne tombe pas dans mon espèce de contre transfert de vouloir me faire aimer par des femmes en autorité sur moi pour rechercher une maman potentielle... Je sens qu'ils m'écoutent, qu'ils ne me jugent pas... Mon coeur va mieux, on me ramène dans une des petites salles de psychiatrie de l'autre fois... On me dit d'attendre... Une infirmière vient me voir... Elle dit comprendre le français, mais finalement, elle comprends tout croche, j'essaie de m'expliquer et dire ce que j'aimerais... Je sens qu'elle trouve que ça fait du sens... Les médecins viennent me voir... Lorsque je leur explique... Ils mettent l'emphase sur ce que j'ai comme support à l'extérieure... La TS pas thérapeute, mon rendez-vous dans 3 semaines...!!! Je leur dis que de l'aide, c'est maintenant que j'en veux... Que je sens que j'ai au moins besoin d'être en sécurité pour quelque jour, pour que ça se calme et que ça se place... Je leur dis que ce n'est pas parce que j'ai décompensé la première fois que ça va réarriver... Je leurs demande de me faire confiance... Ils me disent qu'ils n'ont plus de place au "Short stay unit" et qu'ils ne peuvent pas me garder, qu'il y a de la place au long stay unit... Mais que ce n'est pas ma place... Je demande si ce serait quand même possible que j'aille là... Je m'en fous si la clientèle est en crise ou non, je veux juste me reposer... Et remettre en perspective tout ce qui vient de se passer.

Plus je parle, moins je suis capable de parler, je perds le fil sur les conversations...
Je suis exténuée... Mon esprit et mon corps dorment debout... Il est aussi 22h00... Ils quittent, et seulement le résident en psychiatrie revient me voir. Il me dit que j'ai une place au 7e, au long stay unit... Et que je devrai attendre un peu pour mon transfert. Je m'endors sur ma chaise, de différente façon... Je fais des rêves très étranges...

On cogne... Une infirmière commence à me poser des questions pas rapport... ???
Oups, elle s'est trompée de salle d'entrevue...
à 23h00, on recogne... Une chaise roulante m'attend... Une femme me dit qu'elle va faire mon transfert...
Je suis escortée par 3 hommes de la sécurité... Une chance que je suis volontaire et complètement inerte dans la chaise roulante!! !!!!!!
En arrivant sur l'étage, 3 autres hommes de la sécurité sont là... Mon infirmière, Amy, m'attend souriante et me demande comment je me sens... Je suis fatiguée!! Elle me propose quelque chose à boire, me demande si j'ai du linge de rechange... J'en n'ai pas. Elle me montre ma chambre, je la partage avec une autre fille qui dort déjà. Je dis que je vais dormir toute habillée... Et je me réveille seulement le lendemain matin.

La première journée commence bien.
Je n'ai pas faim... Mon estomac n'existe plus dans mon ventre et ne me donne aucune indication... Ça faisait 3 jours que je n'avais pas d'appétit, de toute manière... Un petit yogourt et le tour est joué... Je n'ai pas ma médic, et je n'ai pas vu le docteur encore de l'unité. L'unité est belle, je fais la rencontre de quelques personnes. Il y a des jeunes, des vieux, des gars, des filles... Certains ont l'air "normaux" et d'autre très souffrants. Je m'installe pour faire un casse-tête. Mon infirmière de la journée est Brittany... Elle est aussi gentille. Il y en a deux qui ont du mal à sourire, j'imagine qu'elles n'aiment pas trop travailler le week-end. Le psychiatre est prêt à me voir le matin. Il m'explique que ce n'est pas ma place sur l'unité... Et qu'il serait prêt à me rencontrer, à son bureau privé, mercredi... $$$$$ et qu'il pourrait changer ma médic à ce moment là, et apprendre à me connaître... Il me laisse le choix de rester ou non. Je lui demande si je peux rester encore... Je n'ai pas eu le temps de faire le point sur rien, je ne suis même pas certaine que je serai en sécurité à l'extérieur... Je sens que tout est encore flou... Surtout, je n'aurais jamais pensé me rendre jusque là... Pensant que j'avais du jugement et de l'autocontrôle...

Je décide de rester. Il me donne un devoir... De me fixer des buts, par rapport au pourquoi je me retrouve là, par rapport à maintenant, dans un futur proche, et dans un futur lointain... Ok... Je collabore. J'aime écrire... le hic c'est que c'est en anglais... Mais j'aime faire ce genre de travail! 30 minutes plus tard, je retourne voir mon infirmière. Elle me nomme que c'est du bon travail mais que c'est "profond... deep en anglais"... Je fais "pardon??", elle me dit que ce que je veux n'est pas trop réalisable sur une courte période de temps. Ok... Bien je vais commencer par essayer de retrouver mes esprits, et ça ira mieux...

Je fais la rencontre de patient... Ils sont très psychotiques... Ils me parlent de leurs croyances et tout, mais je trouve ça intéressant et passionnant... Ils sont tous là contre leur gré... Ils me questionnent sur ce qui m'amènent là... Ils s'attendent à ce que je reste longtemps aussi... Mais j'explique que j'ai voulu être là, pour me stabiliser, et qu'il n'y avait plus de place à l'étage d'en dessous... Ils sont très gentils quand même. Ils ont beaucoup de vécu...

Une vieille femme, en plein délire, s'acharne sur un gars dans la vingtaine et moi... La différence entre nous deux c'est que le gars pense que la femme est en train de lui donner des réponses qu'il attendait... Et lui demande de répéter ce qu'elle essaie de lui dire en lui disant qu'il ne comprend pas... Je comprends que madame est très souffrante... Elle dit que lui c'est son fils, et que moi, je suis la fille de je ne sais pas trop qui... Elle devient très délirante... Je tente le plus possible de ne pas créer de "faux mouvement" en sentant toute la frustration de cette femme qui souffre beaucoup. Je vais chercher son infirmière... Elle finit par appeler les agents, madame n'étant plus du tout dans le domaine de la réalité... C'est la dernière fois que j'ai vu cette dame, qui est resté en isolement pendant tout le long de mon séjour ici... En allant aux douches, on passe devant les locaux d'isolement, et elle répétait la même chose... Toute la journée, et même la nuit. Je me rends compte que je suis quand même très chanceuse d'être en contact avec la réalité encore...

Tournoi de Ping pong que je gagne!! Je reçois un trophée fait de bouteille d'eau et de boite de céréale. :)
Ensuite, des bénévole viennent nous animer une petite activité d'arts. Je décide de faire de la peinture. Ce que je réalise c'est que j'ai du talent pour les arts, et ça me fait vraiment du bien! Une corde à mon arc!!
Et puis, ensuite... Je me sens survoltée... Comme si on m'avait brancher dans une prise électrique et que je pouvais courir un marathon... Je demande si je peux faire quelque chose pour bouger... On m'a laissé le choix à savoir si je voulais rester ou non sur l'unité... Mais je n'ai pas le droit de sortir dehors avec les autres qui ont des passes cigarette. Je vais dans un petit local, je mets de la musique, je danse, je saute... Je suis tannée d'être toute seule... Donc je finis par danser et sauter dans les corridors... Après 20 minutes, une première personne m'avertie que je n'ai pas le droit de courir... Mais je ne cours pas... Alors je galope. Je fais des grands battements... Des pas chassés... 20 minutes plus tard, une autre vient me voir pour me dire que je peux simplement marcher... Alors je marche, marche et marche encore dans les corridors... Je ne comprends pas d'où provient mon énergie... Je ne mange pas... Je suis sur un lendemain de cocktail et c'est le soir... Je me sens fébrile... Pas de contact avec mes émotions, toujours dans mon corps! Je finis par me sentir plus calme. Je me couche tôt, je suis encore fatiguée...

En entrant dans ma chambre pour le dodo... Je me mets à entendre des voix en écho qui me dit, en anglais: Vas-y, dit leur... Je sors de ma chambre, un peu perdu, j'essaie de voir quelles chambres sont à côté de la mienne... D'où provient se bruit... Aucune réponse... Pendant la nuit, je fais des rêves étranges, de trésords que ma soeurs et moi devons chercher de notre enfance... Qui était finalement caché sous un clou... Un morceau de légo en forme de beigne rose...???

Bref, le lendemain, je me réveille tôt.
Je m'attends à ce qu'on va me dire de partir dans la journée, mais je ne me sens pas encore prête...
Je parle beaucoup avec les mêmes personnes... On passe le temps! Les gens sont gentils, même si je sais qu'ils ne l'ont pas facile. Ils me disent qu'ils trouvent que je suis divertissante... Je parle vite, je ris beaucoup... Encore le même mood que la veille... Je ne sens pas le besoin de manger... Mais j'ai dormi... Je ne comprends pas trop... Depuis vendredi, où j'ai donné des nouvelles à ma maman remplaçante... Je n'ai pas reçu de come back de sa part. Je la texte à nouveau... Elle me réécris dans l'avant-midi qu'elle ne pensait jamais que je me rendrait jusqu'à mettre ma vie en danger pour avoir de l'attention et qu'on s'occupe de moi, mais qu'en même temps, elle se sentait très coupable par rapport à mon geste... Elle décidait que la Mini qu'elle aimait, c'était la mini dynamique et créative... Et non la fausse TPL qui veut simplement suivre les traces de sa mère...!! Et qu'elle avait ses enfants à construire, et qu'elle avait besoin de positif pour le faire...

BANG!!!

Tout de suite après, le psychiatre, un nouveau, veut me rencontrer...
Je passe près de décompenser... Je ne me sens pas bien... Finalement, elle ne m'acceptait pas dans ma problématique de santé mentale, ou a-t-elle eu peur pour moi et elle réagit comme elle peut??? Je me souviens de ma réaction quand j'avais appris qu'une amie au secondaire avait essayé de se tuer malgré tout le temps que j'avais accordé pour elle... je ne voulais plus la voir, je la sentais négative dans ma vie... Je peux donc me mettre à sa place et comprendre qu'elle a besoin de temps...
Ils veulent me faire sortir... Mais je me sens vraiment isolée où je suis! Je n'ai personne chez qui aller, qui pourrait s'assurer que je vais bien... Il me conseille d'appeler le centre de crise et de me présenter à l'urgence si ça ne va pas... je trouve ça drôle, parce que je suis déjà à l'hôpital!!! Bref, il finit, encore une fois, par me donner le choix ou non de rester, mais m'explique que le lendemain matin, je devrai rencontrer le psychiatre qui veut me voir à l'extérieur pour penser à un plan de match. Ok...

Je décide de prendre mon courage et d'appeler une amie de mon coin qui ne sait pas ce qu'il s'est passé... En fait, personne ne le sait sauf ma maman remplaçante et une personne d'Halifax pour qu'elle s'occupe de ma voiture, laissée au centre d'achat, et tout... J'explique... Elle connait ma relation avec celle que j'aimerais tant qu'elle soit ma maman... Une relation presqe fusionnelle et malsaine... En fait... Cette relation m'a questionné à de nombreuses reprises... À savoir si elle était bonne ou non... En sachant que c'était les éléments "maternels" qui me faisaient souffrir et décompenser... Combien de fois j'ai capoté parce que je n'avais pas de nouvelles, ou que je me sentais abandonnée, ou que j'avais peur qu'elle ne m'aime plus... Et combien de fois je lui ai communiqué ma détresse... C'était rendu un punshing bag... Plus qu'une relation bénéfique... Et je savais très bien qu'elle n'était pas en mesure, dans sa vie, de répondre à mes besoins immenses... Moi qui rêvait juste qu'elle me berce!!! Alors en parlant.. Je me mets à ressentir des symptômes de crise d'anxiété... Ohlala, elle va être grosse...

Toutes les émotions refoulées sortent physiquement... J'ai l'air d'une bacon qui frétille sur mon lit tellement tous mes muscles décident de se contracter en même temps!! Je sens de la pression dans mes poignet et mes chevilles, comme si je sang ne passait plus... J'ai envie de battre des ailes... Je tente de me concentrer sur ma respiration... Ça ne fonctionne pas... J'ai de grosses nausées... Mais j'ai rien dans le corps depuis des jours. Je vais voir mon infirmière. Mes signes vitaux sont tous bons... Elle me propose des trucs avant d'appeler le médecin pour recevoir un prn. Ça ne va pas mieux... Mon système est en alerte... Il se vide... De tout... Il refuse quelque chose, il ne veut pas être où il est... Mon corps rejette de quoi...

Je demande à ma nurse si je peux lui parler... Ça me fait du bien au départ... Je suis capable de dire des choses très censées pour une personne en crise, qui témoigne d'une grande introspection... Je dis ce qui pourrait m'accrocher dans la vie, je parle des arts... la danse, le dessin, la peinture, l'écriture... Je dois les avoir pour être en équilibre!!
Je parle de ma relation fusionnelle en disant que je n'en veux plus, elle aurait pu être très belle, mais puisque c'est comme à double tranchant et que l'autre partie est aussi souffrant que moi... Ça devient de la co-dépendance, et toutes les deux on souffre dans tout ça... Qu'au fond, je suis vraiment venue à l'hôpital pour qu'n prenne soin de moi... J'avais besoin de ce sentiment de prise en charge... Bien plus que d'autres choses... Je veux me sentir aimer... je veux mes parents... J'ai besoin de mes parents... De ma famille, de mes amis... J'ai besoin d'être au Québec...

Et je pleure, et je pleure...
Je recommence à trembler comme une feuille... J'aurai essayé de parler, et de dire la vérité... Mais mon corps est vraiment en réaction... On me donne un petit calmant. Au même moment, mon amie/collègue qui s'était occupée de retrouver ma voiture arrive. Elle apporte de la nourriture (le coeur me lève juste en y pensant)... Je mange une pomme verte et des craquelins... Mieux que rien!!! On parle... Puis elle quitte chercher mes choses dans ma voiture. Pendant ce temps, je décide d'appeler chez moi... Contrairement à ce que je pensais, on me met sur main libre et on m'écoute, avec beaucoup de tendresse... Comme si pour une fois, on pouvait cerner ma souffrance... Pour une fois, j'étais une enfant à leurs yeux... Je ne leur explique pas tout, dont pas ma tentative de suicide... Je leur parle du trouble borderline, de l'automutilation et du fait que je me suis rendue à l'hôpital pour me faire hospitaliser parce que je n'allais pas bien. Ils disent qu'ils sont fiers de moi... Je pleurs, ils pleurent... Ils me demandent ce que je veux faire... Je veux retourner au Québec... L'isolement ne m'a pas réellement aider finalement... En allant loin... Le problème est relationnel avec plein de personne... Mais il est relationnel surtout entre moi, et moi-même...

Ils me disent qu'ils vont partir demain matin (ce matin), ils vont m'aider à pacter et ils vont me ramener...
Le sentiment de soulagement que j'ai ressenti à ce moment est indescriptible... Je reviens à la maison... Je ne m'attends pas à un miracle, les choses risquent de tourner à ce que je suis habituée rapidement... Mais je ne resterai pas à la maison trop longtemps... Je vais ensuite bâtir mon petit chez moi! Mais pour me reconstruire, je pense que c'est important que je sois proche de mes ressources... de mes amis, de ma famille, même si ce n'est pas toujours facile. Sans support... Je nageais un peu toute seule... et je me noyais... souvent...

Il est présentement 4h30 am... L'infirmière m'a chicané parce que je ne dormais pas...
Demain, je dois rencontrer le psychiatre pour avoir mon congé définitif... Mais je ne pense pas que ce sera un problème... Tous mes courriels à qui de droit sont envoyés... Reste plus qu'à recevoir leurs réponses... Ce qui me désole le plus c'est qu'il y a plein de personne à qui j,aurais aimé dire au revoir, et que je ne pourrai pas... Les enfants surtout, avec qui je travaillais... Des petits cocos très persévérants, qui me rendaient fiers. Je vais m'ennuyer de la province, j,ai quand même vécu de très bons moments ici... C'est juste que pour se rebâtir, il faut jouer sur notre soutien situationnel... Notre propre perception de la situation, et nos mécanismes d'adaptation... Je n'avais plus aucun des trois... Et j'ai besoin d'être bien entourée...

La suite ne sera pas facile... je veux consulter en TCC, en EMDR, avec un suivi avec un psychiatre du Québec, en français!!! J'ai énormément de questions, et de réponses à trouver, tout en grandissant à travers ça... Mini a besoin de ne plus être mini, et de s'épanouir!! Je me serai épanouie à ma manière pendant quelques mois... J'aurai compris que le support extérieur est quelque chose de très important... Je m'attends à perdre patience devant des parents qui voudront que j'aille bien, rapidement... Mais je sais que je dois y aller à mon rythme... Et leur faire comprendre qu'ils peuvent me faire confiance... Après tout... Je ne suis pas morte et j'ai été capable de recevoir de l'aide...

Ok, ok, la méthode n'était vraiment pas la meilleure et j'ai eu très peur...
Mais la peur m'a prouvé comment je tenais à ma vie dans le fond...
Alors c'est important de s'accrocher, vraiment!! :)

Merci pour votre support!! :)

Missfull66
Messages : 1544
Inscription : 06 févr. 2014, 15:13

Re: Des nouvelles de Mini!

Messagepar Missfull66 » 03 mars 2014, 11:43

Je pressentais qu'il s'était passé quelque chose... puisque nous n'avions pas de nouvelles.

J'ai l'impression que cela commence toujours de la même manière pour chacun... Reconnaître que ça ne va pas, faire reconnaître que ça ne va pas et ce qui ne va pas... Sortir du déni... Pour décider que ça ira mieux, prendre le taureau par les cornes, avec des objectifs et des moyens.

J'ai lu que la thérapie comportementale didactique serait paraît il excellente pour toi (car établie par une ancienne borderline). Mais ce n'est peut être pas la seule, évidemment... C'est toi qui sais, c'est toi qui vois...

Je t'avais donné des adresses au Québec et tu n'étais pas au Québec... OK

Tu sembles avoir la "niaque"... c'est bien ! :D
Les esprits créatifs survivent toujours aux mauvais traitements- Anna Freud.
Je ne suis pas psy.

Minijeune
Messages : 502
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Des nouvelles de Mini!

Messagepar Minijeune » 03 mars 2014, 18:08

Oui!!!

Les choses vont bouger maintenant...
Je vais chercher pour me reconstruire... Plus que d'autres choses.
J'ai déjà appelé le service de santé mentale au Québec, mon ancienne psychologue qui fait de EMDR...
Je pense que je vais essayer.

Mon but est de me relever de la bonne façon!
Et de me sentir bien
Et de faire des choix pour ne pas être nécessairement parfaite.

:)

Je vais me relever...
J'avais vraiment besoin d'un breakdown.

Avatar de l’utilisateur
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 12094
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Des nouvelles de Mini!

Messagepar Dubreuil » 03 mars 2014, 18:46

En voilà de bonnes nouvelles !! Je suis heureuse pour vous que vous repreniez contact avec le " français ". Tout va aller mieux maintenant.
Et puis nous sommes tous et toutes là pour vous accompagner dans les bons et les moins bons moments, vous n'êtes pas seule !
Courage, et vous avez raison c'est à vous de donner votre rythme, prenez votre temps pour aller de lieux en mieux. Et n'hésitez pas à dire ce que vous avez à dire, au moment où vous ressentez le besoin de le dire. C'est le silence qui tue l'amour.
Bien à vous.
Renseignements : http://www.psychomotricienne-analyste-nice.fr
Qualifications : Psychologue clinicienne - Psychomotricienne
Spécialisations : Psychothérapeute en Scenario de santé C. Simonton contre le cancer et la maladie grave - Psychothérapeute en psychodrame de J.L. Moréno.
* Interventions non rémunérées sur ce forum - Aucune consultation par mail, ni internet.

detroit
Messages : 498
Inscription : 10 janv. 2013, 01:36

Re: Des nouvelles de Mini!

Messagepar detroit » 03 mai 2014, 01:04

Coucou, Mini, que de rebondissement.
En plus, vous m'avez fait sourire, des mots bien choisis, vous lire m'a fait du bien. Merci encore.

Minijeune
Messages : 502
Inscription : 06 janv. 2014, 00:47

Re: Des nouvelles de Mini!

Messagepar Minijeune » 01 mars 2015, 01:48

Parce que ça fait un an aujourd'hui...

Je fête à la vie et au courage.


  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir vers « Remerciements - nouvelles »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité