Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importante

Forum travail, psychologue du travail, avis psychologue gratuit
heresie-law
Messages : 114
Inscription : 15 déc. 2010, 15:22

Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importante

Message par heresie-law »

Ce monde m'a volé ma vie, je demande pourquoi, et souhaite une réponse ?Vos avis en tant que simples mortels sont requis pour essayer de liquider cette sombre affaire avant mon décès.
Je n'ai aucune chance de viabilité en ce monde, pourquoi ?vous pouvez tout dire, tout ce qui vous vient à l'esprit, cela fait 4 ans que je cherche, en vain, et je sais juste que je suis condamné à un vol de vie, et que c'est un point qui met en difficulté un peu chacun, tout le monde, instaure un malaise, au moins ..comme je vais en décéder, réellement, je veux que qq ait la décence, ou le contraire, de proposer un modèle explicatif, qui nécessairement, le prend en compte dans mon non droit de vivre absolu, puisque c'est une condamnation, chacun qui fait partie, et prend partie d'un monde social a son mot à dire.. vous etes tous un peu impliqués dans ma mort.
Moi, je suis bizarre, et je ne veux pas changer, je veux juste la porte de sortie, je ne veux pas rejeter de faute sur un environnement quelqu'il soit, je constate juste que l'on peut faire de son mieux, avec ce que l'"on est, cela ne suffit pas; certains sont désignés coupables et sacrifiés d'office par cette culture, qu'ils soient affilés, et délinquants implicites secondairement, ou que leur déviance soit martelée de contextes conditionnants, cela ne change rien, ou juste qu'ils ne veuillent pas, simplement se preter à ce jeu.par ex..
avorté de l'infini
Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9279
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par Jeannette »

> Ce monde m'a volé ma vie, je demande pourquoi,

Parce que tu lui en as laissé la possibilité.
Parce que si tu avais eu la volonté, la vraie, de rester maître de ta vie, personne, jamais, n'aurait pu te la voler.
Parce qu'il n'y a pas de meilleurs sacrifiés que les sacrifiés volontaires.

J.
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran
heresie-law
Messages : 114
Inscription : 15 déc. 2010, 15:22

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par heresie-law »

Oui, c'est ce que je dis en général pour la possibilité, mais en fait, je n'ai pas eu le choix, je pense, honnêtement.. alors car d'autres m'ont à un moment tenu dans une impossibilité à ne pas me laisser voler mon existence, c'est donc à d'autres que je demande.. cad que je n'aurais pas bien intégré certains outils sociaux, et que les intéractions que j'ai initiées se retournent en rapport de force, de façon processuelle, simplement car il me manquerait une customisations adaptative, tu vois ?Personnellement, ceci fait juste 2 ans, que je l'envisage comme plausible, que cela pourrait vraiment, me desservir, me conduire à la mort .. mais comme je n'ai jamais réduit mon estime de moi, à une perfection sociale.. j'avais la considération de l'intégrité de ma personne pâr delà, et je pensais que ceci était évidence, et qu'il ne serait cette facilité .. en qq sorte, je l'ai joué à l'instinct de survie en un circuit dont les dés sont pipés..
Je voyais les facteurs psychosociaux, et voyais qu'ils étaient plus gros que moi, que je n'en étais responsable, n'avais à les assumer .. et que d'autres ne vivaient et voyaient que cela( j'ai fini par ne plus voir que cela, à essayer de les dépasser) et que je ne pouvais rien agir sur ces derniers à moins de me les bouffer, et d'accepter une condamnation, donc, mais pourquoi cette condamnation ?condamnation d'un monde qui ne sait plus assouplir ses outils aux besoins et évidences des individus.je ne prends pas ces facteurs psychosociaux en moi, et ne les assume, ni intègre, à la base, je voulais partir ailleurs, à rendre un ailleurs en soi, encore vivant, d'ici.. et je n'en ai plus envie, je n'ai plus d'ailleurs en moi, et toute cette imbécillité a émoussé un naturel à la vie en moi, c'est de la nature humaine en elle même que je suis dégouté.
à voir ces aspects sur lesquels je ne pouvais agir, j'essayais d'aller à coté, par delà, autrement, de proposer ce que je pouvais , et donc, c'est devenu loi du plus fort .. je n'ai rien laissé vraiment, comme possibilité, ce monde ment, donc, j'ai été dupé..
pour les sacrifiés, je pense que ceci se fait à la chaine, donc, moi, je ne peux pas participer à ceci, comment on y échappe, pour moi, s'inscrire en cette culture est déjà
se rendre partie de ce culte du sacrifice ?Tout ceux qui respectent la loi de façon aveugle, qui n'agissent que si c'est dans le cadre .........., en résumé.

Pour la maitrise de sa vie, j'en doute, à réviser des aspects concrets, ou vraiment, il aurait fallu que je me dédouble, et possède un don d'ubiquité, pour échapper à certaines choses; ce que j'ai d'ailleurs fait, à usure .. j'avais oublié qu'on ne peut etre ici et ailleurs à la fois ..L'ennui, avec ces choses dérangeantes, c'est qu'il faudrait, pour d'autres agir, mais quel agir ? ils entendent, un agir d'impuissance, déjà, il suffit de lire ces colonnes, vous subissez un attouchement sexuel, et bien, déposez x plaintes, et passez par x organismes, alors qu'il suffit de dire (plus souvent qu'on ne le pense )non,( si ce n'est un parent direct -je sais le sujet sensible, mais finalement, sans le savoir, toi même, en parlant de possibilité, dans mon cas, et de maitrise, fonce dans le tas dérangeant, lorsque non, je ne l'avais pas trop- c'est souvent un individu qui s'insinue dans les failles de la cellule familiale .. et qui en joue, un non posé, même d'un enfant, peut les arrêter dans leur démarche .. car ils abusent, ils ne s'attendent à ce que l'on fasse face... lorsque c'est un parent direct, là.. je me dis encore, allons, il suffirait de partir chez des camarades, ou de lier connaissance, c'est simple, à la fois comment on peut sauver une vie, et cela semble si compliqué à chacun) ou de coller une bonne claque, et correction à une personne à un moment donné, voire ensuite (ça me semble plus franc, un acte franc que de la prison, des procédures judiciaires encore) .. on transpôse une situation d'impuissance initiale, la répartit.. sur d'autres rond points gestionnaires et charognes de cette impuissance, et cela ne s'arrête jamais..
pour moi, ce sont les fondements de vie en communauté qui sont attaqués.
J'ai passé un temps de pré ado, et plus, isolé, et .. euh, bref, je me créais des personnages de fiction pour survivre, par ex,; et pârlais aux livres, .. je n'ai pas trop maitrisé ceci.et là, je pênse, c'est ce monde ! car justement, il aurait suffit, de partir, non à quémander en un organisme social, juste à un moment, balayer les lois, les consensus (mais on est puni, de cela, accessoirement, on est puni ! lorsqu'on est en position de légitime défense !), non pour faire mal, mais pour .. vivre, quoi mais c'est toujours emmerdant..pour des motifs que tu dois avoir l'intelligence de discerner
avorté de l'infini
heresie-law
Messages : 114
Inscription : 15 déc. 2010, 15:22

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par heresie-law »

pour moi, il s'agirait d'essayer de revivre, en admettant un vrai vol de vie, bien horrible, que personne n'admettrait .. et sur quelles bases ?Sinon les mensonges et démissions d'autres, encore ..
avorté de l'infini
Avatar de l’utilisateur
nicole dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 2861
Inscription : 07 sept. 2010, 11:20
Ville : La Clayette

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par nicole dubreuil »

Si j'ai bien compris, vous conviez les internautes a assister à votre mort ( du moins psychique ") jusqu'à la dernière braise ?
Comme je ne vous réponds plus par messages privés, vous re-apparaissez ici pour continuer à déverser votre haine, votre rancoeur et votre mépris du genre humain, parce qu'à votre sens, aucune personne, aucun psy N'A VOULU VOUS VENIR EN AIDE !

Mais êtes-vous accessible ?
Vous le refusez énergiquement, vous le clamez.. vous réclamez une barque, on vous la mène, vous vous éloignez plus encore du rivage. On vous tend la main et vous criez : Sauvez-moi ! tout en refusant de tendre la vôtre pour être sauvé.
Il y a une logique, et vous la vomissez.
Il y a une parole, et vous la haïssez.
Il y a un sens, et vous vous en détournez.
La " normalité " vous fait horreur, elle vous révulse, vous répugne. Alors que venez-vous faire sur nos rivages ?

Vous me faites penser à l'écriture du poète et dramaturge Antonin Artaud. Mais il a mis son génie dans ses pièces.
Le vôtre s'arrête à une sorte de " manipulation " ( vous noterez que pour ne pas vous déplaire, je n'écris pas perversion ) de " détournement " de la sensibilité d'autrui, violente, gratuite, malsaine.
Car vous savez que vous rejetterez toute possibilité d'élans. Vous expliquerez, analyserez, démonterez tous les rouages pour nous prouver que vous êtes un être repoussant, abject, indigne de vivre et que l'humanité est un cloaque immonde.

J'aime votre écriture, vos excès, votre folie.
Mais gardez-vous de dépasser les limites.
Avatar de l’utilisateur
nicole dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 2861
Inscription : 07 sept. 2010, 11:20
Ville : La Clayette

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par nicole dubreuil »

Et si vous pensez sérieusement à mettre fin à vos jours, sachez que votre projet est maintenant connu. Votre adresse est donnée. J'ai fait le nécessaire.
Je vous l'ai dit, je suis du côté de la vie, pas de la mort.
Mais c'est vrai, vous êtes libre.

Donc, et cela n'empêche pas le reste, quant à vous permettre de jouir plus avant de votre exhibitionnisme, ou d'assister sans broncher à votre masturbation intellectuelle dédiée à un voyeurisme de bas étage, n'y comptez plus trop. Faites-le en solitaire, c'est mieux.

Et vous me comprendrez si je vous enjoins de changer de " faim ".
heresie-law
Messages : 114
Inscription : 15 déc. 2010, 15:22

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par heresie-law »

nicole dubreuil a écrit :Si j'ai bien compris, vous conviez les internautes a assister à votre mort ( du moins psychique ") jusqu'à la dernière braise ?

non, c'est déjà fini : la mort psychique, je suis allé trop loin, le vol de vie, et ./ ou, juste 'tout ceci, et devoir essayer de vivre par delà, et envisager que c'est fini, mais que tout est à commencer, faire.. alors j'expose des noeuds impossibles de mon dilemme impensable..Je ne sais plus quoi en penser, du tout ...je dis suivre les cadres, je suis la première personne à l'avoir fait, je n'aurais pas dû, donc ..
je me détache psychologiquement, déjà, .... ensuite, la survie me semble une priorité, qui tient d'une autredimension, touchant autre chose en l'être..je ne veux pas me tuer psychiquement mais je ne sais vraiment plus distinguer ma droite de ma gauche : je pense 'bon', de tuer qq attachement à des schémas et figures négatives, même si ce ne sont que des figures adoptées, siennes, parfois, et cela est un vol, à soi, de vie, .. un renoncement, à bcp de soi volé, une non douleur fantôme, car vraiment, la douleur d'un vol de vie, serait à en hurler indéfinment durant plus encore .. et ne serait pas supportable à un simple niveau d'endurance psychologique(cf, jeannette, en ce moment, ne vaut mieux pas que je me laisse aller à juste ressentir, sans contextes meilleurs adaptés, .. je ne supporte pas physiquement, puis je ne sais pas si Nicole appréhende mieux, moi pas trop, mais personnellement, j'encaisse physiquement à l'extrème, ).. ne pas se retourner.Quelque chose en meurt, .. ou a été tué, .. si je peux sentir, ou ressentir quoique ce soit, cela ne peut -il Ëtre 'mieux', dois-je me pencher sur cet effroyable, pour en ressentir cette déchirure d'être en soi, ne puis-je laisser, lacher tout ceci, .. même si c'est horrible, dans tous les cas..



Comme je ne vous réponds plus par messages privés, vous re-apparaissez ici pour continuer à déverser votre haine, votre rancoeur et votre mépris du genre humain, parce qu'à votre sens, aucune personne, aucun psy N'A VOULU VOUS VENIR EN AIDE !

Il n'y a eu personne tout court, ceci est certain, bien avant que je ne puisse y penser de cette façon, il s'agit d'avancer, marcher, endurer à sa survie, et ensuite, de vivre avec d'autres qui se pensent en des termes d'aide, par delà une éducation de la cruauté, lorsque je n'ai pas de valeurs anti-sens, j'étais en recherche de valeur, et donc, la norme élude, vraiment ces points, puisque tout est devenu assez automatique .. et ensuite, il y a eu, mais c'était, .. trouble .. c'était un état trouble pour moi, et je ne cherchais des élans .. je ne sais plus pourquoi, car ces élans sont intéressés, souvent, à son propre intérêt à soi, à se faire plaisir, et ce sont les mêmes dont je me sens loin, ce sont les mêmes dont je me vis exclu, ce sans souffrance vraiment, sinon, que de me vivre comme * malentendant communicationnel*, comme je dis.. j'ai constaté combien personnes ne s'intéressaient à vous, voire, ne vous voyez pas, et pouvaient se comporter à votre endroit, de la pire façon, (tout le monde, chacun), si vous ne réflétiez pas, .. malentendant communicationnel, car je ne maitrise pas les codes et us sociaux en pratique, je ne fais exprès, je ne me détourne de rien à l'origine, cela s'est fait progressivement, adaptativement, autiste au monde social, c'est ce que je trouve de plus sain, pour tout le monde.. et là, oui, j'ai observé, et agi, et observé, et j'en suis là ou j'en suis..

le dégout, tient à un processus absurde et choquant, ou je jouais ce qui n'avait à l'être, alors d''essuyer des commentaires qui sont forcément très déplacés, à atteindre un seuil de l'être.. c'est comme être refoulé à la vie, essayer d'émerger au monde, de façon maladroite, ou .. contre adaptative, ceci induisant de sen trouver piétiné, car débordant, des limites, mais alors, dans sa légitimité, toutefois, comme se trouver piétiné des us et naturels d'autres, je ne sais bien expliquer..mais il y a de quoi être dégouté..et je n'avais pas compris vraiment ce que cela pouvait induire ....... et c'est légitime car de position de survie .. adaptatif fort.. et à la fois, je vais à contre de mon mouvement, car j'en suis las de la survie, mais je ne sais pas baisser l'alerte, c'est physiologique
Mais êtes-vous accessible ?
Vous le refusez énergiquement, vous le clamez.. vous réclamez une barque, on vous la mène, vous vous éloignez plus encore du rivage. On vous tend la main et vous criez : Sauvez-moi ! tout en refusant de tendre la vôtre pour être sauvé.
Il y a une logique, et vous la vomissez.
Il y a une parole, et vous la haïssez.
Il y a un sens, et vous vous en détournez.
Quel sens ?Comment peut-on dire qu'il soit UN sens ?Je demande, à l'origine..personne ne peut ni ne doit dire qu'il soit un, et un seul sens, je pense, qu'est-ce qui permet de dire qu'il soit un sens ? moi même, je n'en sais plus rien, tant que je savais aller à contre sens, je savais qu'il devait être un sens, faux, vrai, bon, qu'importe, mais cela tombe dans des expériences incommunicables..
La " normalité " vous fait horreur, elle vous révulse, vous répugne. Alors que venez-vous faire sur nos rivages ?
J'associe la normalité à s'habituer.Ce que je vis, mais en habitué.Il n'y a pas un sens, pour moi, mais une rééducation du sens, et ceci n'est pas à une ligne de conduite, une ligne droite.Et non la normalité ne me semble pas un sens très personnel, très juste, très sain.Je pênsais que le sens est à reconstruire, toujours, à s'approprier ( et non se ré-approprier), à s'apprivoiser, et donc, changeant, selon les nécessités de vie, .. je ne savais, et toujours ne sais être juste envers moi, être juste à soi, de façon harmonieuse à un environnement, je ne sais à quoi, qui, qd, ou, je peux pt choisir à présent..La normalité, me semble une fausse sécurité, puissiz vous comprendre que je recherche une autre forme de confiance, que seul en moi je puis trouver, ou elle ne m'irritera d'ailleurs plus, mais que je ne sais plus comment cultiver ?
ici, ailleurs, ici, à extinction, j'interroge les compatibilités entre des extrèmes.Que qq m'explique la normalité, alors selon mon axe, selon ce que j'ai vécu, la normalité, me dise comment ce que j'ai vécu, et ce que je vis, et ce que je suis aurait pu, peut, y trouver vie ..?


Vous me faites penser à l'écriture du poète et dramaturge Antonin Artaud. Mais il a mis son génie dans ses pièces.
Le vôtre s'arrête à une sorte de " manipulation " ( vous noterez que pour ne pas vous déplaire, je n'écris pas perversion ) de " détournement " de la sensibilité d'autrui, violente, gratuite, malsaine.
c'était détournement pour la vie, ayant pêrmis de survivre.. c'est donc 'fort', en qq sorte, détournement à repousser les limites et possibles imaginables pour ceci, pour un mieux ..J'ai presque réussi !j'allais dire, à la base .. me souvenir de ce que je cherchais à essayer .. ne pas accepter des limites qui tuent, celles ci.

Car vous savez que vous rejetterez toute possibilité d'élans. Vous expliquerez, analyserez, démonterez tous les rouages pour nous prouver que vous êtes un être repoussant, abject, indigne de vivre et que l'humanité est un cloaque immonde.
j'aurais, et ai expliqué combien tout est conditionné et prévisible, plus.. pourquoi ?
J'aime votre écriture, vos excès, votre folie.
Mais gardez-vous de dépasser les limites.
avorté de l'infini
heresie-law
Messages : 114
Inscription : 15 déc. 2010, 15:22

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par heresie-law »

heresie-law a écrit :
Seijeh a écrit :La simple formulation : "on a volé ma vie" me paraît stupide , sachant que c'est tout bonnement impossible...

je trouve étrange déjà la formulation savoir l"impossible, ..

Mais je te propose mon écoute si tu veux ,on pourrait correspondre ?
pourquoi pas..
avorté de l'infini
Avatar de l’utilisateur
Jeannette
Messages : 9279
Inscription : 19 nov. 2010, 10:21
Localisation : Ailleurs

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par Jeannette »

> pour moi, il s'agirait d'essayer de revivre, en admettant un vrai vol de vie, bien horrible, que personne n'admettrait ..
> et sur quelles bases ?Sinon les mensonges et démissions d'autres, encore ..

Les autres, encore...
Le voleur, c'est TOI. Et tu le sais déjà.
La démission, c'est la tienne.
Les mensonges sont les tiens.

J.
Si quelque chose s’oppose à toi et te déchire, laisse croître, c’est que tu prends racine et que tu mues. A. de St Exupery - Citadelle
Il y a un moment où les mots s'usent. Et le silence commence à raconter. K. Gibran
heresie-law
Messages : 114
Inscription : 15 déc. 2010, 15:22

Re: Vous êtes conviés à l'évaluation d'une question importan

Message par heresie-law »

Non.Tu te trompes. ce sont certains autres, et lorsque l'on ne peut pas, ce sont les autres.mon mensonge, a été de me dire que j'existais, malgré cela, alors si tu veux je n'existe pas, c'est ça ?car c'est ce que je me suis raconté, personnellement, juste la vie, et ensuite, la vie de travers, lorsque j'ai chuté, je ne me suis rien raconté que de très évident, et très naturel, mais accessoirement, si je ne m'étais rien raconté, je n'aurai pas survécu psychiquement pour écrire ceci.Je t'interdis de dire ce que tu as dit.
je ne me suis pas menti du tout, en fait.. ensuite, j'ai du fatiguer, ou me mentir, mal, de perte de confiance, :/ mais non, vol de vie, c'est le mot, ensuite, de ce qui s'est passé pour moi, je n'en dis rien, tant c'est surréaliste, et incroyable, dans l'extrème .. mais non, j'ai beau cherché, je vois pas de choix, avec les ingrédients d'alors, et se rendre d'action, à les prendre en soi, je refuse, quitte à me tuer, finalement, je les regarde, et si on ne peut pas juste les quitter, ou les envoyer se faire foutre, s'en dégager, mais non les prendre en soi, les comprendre, comme toi, d'autres, non, les couper, les .. effacer, les diluer, les oublier, les laisser à la mort,et s'en renaitre.Si on doit m'obliger à reconnaitre des affiliation, ou la reconnaissance est de dire, je n'existe pas, je n'existe pas, je n'existe pas.Alors, je n'existerai pas.DE tte façon il reste plus rien, et ça, c'est parceque je joue un autre jeu, en me mettant pas en infraction, jusque lors, sinon à soi, récemment..mais bon, je dis ceci, ce donne l'effet que j'ai choisi mon sort, mais je ne pense pas, au fond..
bon, maintenant, je vais pioncer deux jours au moins.
avorté de l'infini
Répondre

Revenir à « Forum travail »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités