Ma mère me frappe

Forum maltraitance
sasa30
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2012, 22:42

Ma mère me frappe

Message par sasa30 »

Je suis morte...

Je vis mais à l'intérieur je suis morte. Ma mère m'a tué.
Psychologiquement.
Notre relation est un gâchis énorme! Petite déjà, lorsqu'elle se disputait avec mon père, elle me frappait pour me punir. De quoi? J'attends toujours...
Petite fille, 4 vers ou 5 ans , il m'arrivait de faire un peu pipi dans ma culotte car j'avais du mal à me retenir, elle me battait et m'obligeait à rester au milieu de pièce, sans slip, le sexe à l'air pour me punir de m'être "masturber" A cet âge, je ne savais même pas ce que c'était...
A 8 ans, avec mon père nous sommes aller en vacance à la mer, elle a eu une violente dispute avec lui, et elle a décider de se suicider en mer. Bien-sûr, cela n'aurait eu aucun intérêt, si je ne mourrais pas aussi, et elle a essayer de me mettre sur la barque avec elle pour aller en mer. Je hurlais... J'en hurle encore...
La même année, chez nous, re-dispute avec mon père, et elle décide de nous suicider. J'ai encore le souvenir de moi, à genoux, en pleurant de toute mes forces de me laisser "encore 1 jour, juste 1"...
Tous les jours elle me disait qu'elle allait mourir le lendemain. Ce qui me mettais dans une tristesse et un sentiment d'impuissance terrible.
Lorsque je faisais des bêtises, elle s'énervait et m'étranglais. Elle relâchait la pression pile au moment où je me sentais partir... Une variante, mettre le coussin sur ma tête pour m'étouffer.
Ado, j'ai développé des troubles alimentaires terribles dont je souffre encore. J'ai pesé de 41 kilos (mon record) à 93 (aujourd'hui). Je suis aussi claustrophobe et j'ai tendance à me blesser "discrètement" au pieds, je m'arrache la peau.
C'est d'ailleurs ce qui m'a poussé à écrire ce soir. J'ai 30 ans aujourd'hui, elle est chez moi depuis 15 jours, et sa négativité me tue. Je me tue, et m'arrache de nouveau la peau. Au point qu'aujourd'hui j'ai eu un mal de fou à marcher sur mes pieds. J'en peux plus.
A 12 ans mon père est parti. On le voyait que la fin de la semaine. Ma mère l'a très très mal vécu. Elle m'a accusé d'etre le problème. Puis comme mon père persistait à venir me voir, elle a raconté à tout le monde que je couchais avec lui!
Elle a sombré dans la déprime, et ne parlait que de lui à longueur de temps. Il a refait sa vie, elle a mis 10 ans à s'en remettre. Elle passait ses journée chez des sorciers et autres magiciens pour le "faire revenir" car, bien-sûr, si mon père est parti c'est forcément qu'il a été envouté... A partir de cet âge ma vie est vraiment devenu un enfer. J'étais seule avec elle.
Elle critique tout, tout le temps, avec une obsession pour le sexe glauque. Le seul magasine qu'elle lit, c'est celui qui relate les faits divers atroces. Plus c'est glauques, plus elle adore, plus elle me les raconte et plus on se dispute car je n'ai pas envie d'entendre parler de gosses violés et tués au petit déjeuner tous les jours)
La voisine sort son grand chien tous les matin et soir? Forcément, elle couche avec! (a 12 ans, je ne savais même pas que ce genre de relation existait!)
Mon père vient me voir? Mais je couche avec pardi!
Le bouquiniste (chez qui j'allais souvent pour fuir l'ambiance de la maison) me loue des livres à un prix modique? C'est que forcément, je le paie "en nature", etc etc...
Mon père lui a raccroché au nez? Elle enlève le haut, et va seins nus les montrer au passant dans une crise d'hystérie. La honte... Dans le quartier j'avais la honte...
Et ça a duré 6 ans...
Les relations étaient exécrables entre nous, mais en grandissant j'ai commencé à ne plus me laisser battre comme quand j'étais petite. On en est venu aux mains plus d'une fois!
A 17 ans, je me suis fait volé mon cartable à la sortie du lycée avec une amie sous la contrainte d'un couteau. Je suis rentré chez moi en pleurant. Et vous voulez savoir la réaction de ma mère? Ma mère me frappe, elle m'a frappé de m'être laisser volé mon sac, avant de prendre un énorme couteau et de déballer dans mon lycée pour hurler qu'elle "va tuer le voleur" (qui n'étais pas un élève et qui avait déguerpi depuis belle lurette...) La honte...
A 18 ans, elle disait à tout le monde que jamais je n'aurais le bac (trop nulle). Lorsque je l'ai eu, et du premier coup, elle m'a craché au visage en disant à toute sa famille et voisins que j'avais couché pour l'avoir! (les copies du bac sont anonymes et c'est de l'écrit...)
Je m'habillais comme un sac de patate, car sinon, j'"étais jalouse de sa beauté et je voulais lui ressemblais", pour me faire la plus discrète possible, j'étais un vrai garçon manqué.
J'ai pas eu de sorties jeunes, pas eu de vrais amies (car à chaque fois que j'en avais une, elle l'attrapait à la sortie du collège puis lycée pour se plaindre de moi). Bonjour l'ambiance. J'ai pas eu de jeunesse, jamais eu de petits amis, jamais allé en colos ou autres ("pour me taper des mecs, jamais!" dixit ma mère
Dans ma ville, j'ai une sale réputation, parce que personne ne peut imaginer que la réalité soit différente de ce qu'ils entendent, quand c'est votre propre mère qui la raconte...
J'ai supplié mon père de m'aider à partir. A 19 ans, je suis arrivé à paris "enfin libre". Bien-sûr c'est la faute "à la magie" car mon père m'a ensorcelé pour que je la laisse... Pfff
Mais à chaque fois que je l'ai au téléphone, c'est pour qu'elle m'envoie sa négativité ou me dénigre. Quand elle vient c'est pareil. Je suis nulle, grosse et moche. Mes amis? Bien-sûr ils ne sont là que parce qu'ils obtiennent des services (en gros, je paie leur amitié). Etc, etc.
Elle se plaint A LONGUEUR DE TEMPS; de tout, tout le temps. Elle va voir le médecin au moins 3 fois par semaines. Son dos, ses pieds, ses cheveux, son foie, ses ongles, toujours quelque chose qui cloche. Elle a une peur terrible de la maladie et s'imagine toujours le pire. Toujours des analyses, des examens médicaux, elle parle de ca du matin au soir depuis 20 ans!
Elle se plaint de tout, mais elle ne change rien à sa situation. Lorsque je lui conseilles de trouver des solutions, elle m'ignore, ou fait semblant de ne pas l'entendre.
Elle m'étouffe à tous les niveaux. Même physique. Lorsqu'elle commence à me critiquer, je ressens une sensation d'étouffement physique. Je ne supporte plus les espaces clos.
J'en peux plus. J'en peux plus. J'en peux plus. Aujourd'hui j'ai 30 ans, et j'en peux plus. Rien ne change, elle est toujours égale à elle même, à critiquer, faire des sous entendu, à dire que tout le monde est jaloux d'elle, que personne ne l'a comprend, qu'on est des ingrats, etc etc.
J'en peux plus. Je ne vis pas. Si je l'appelle pas, elle appelle tout le monde, viens parler à mes voisins à tous ceux qui me connaissent pour leur dire à quel point je suis une fille ingrate, et qu'elle est en train de mourir et que je ne fais rien pour elle. Quand je l'appelle, elle me critique et m'humilie à LONGUEUR DE JOURNEE sans répit. Ce que je dis, ma silhouette, mon visage, mes cheveux, mon appart, mes voisins, TOUT TOUT TOUT; C'est un cercle vicieux.
Ce soir, après une ultime pique (la cinquième en une après midi), elle est allée se coucher et là je sens que la crise d'étouffement monte, monte. J'ai ouvert la fenêtre pour réussir à respirer. Et j'ai eu l'idée de chercher sur le net un endroit où parler. Je suis tombé sur ce forum.
Excusez moi si ce que je vous raconte est trop long et trop lourd...
Andy
Messages : 89
Inscription : 16 sept. 2012, 22:44

Re: Ma mère me frappe

Message par Andy »

Sauve-toi Sasa! va respirer le grand air loin de ta mère!... Bravo pour ta fureur de vivre, tu n'es pas morte, au contraire! et fais-toi aider. C est bien que tu sois venue ici. Félicitations pour tout le soin que tu mets à vouloir bien écrire, sans fautes, et prends soin de tes petits pieds, et de toi; bravo pour ton bac réussi, tiens bon encore, bravo pour tout ce que tu as enduré sans sombrer dans la folie, et tu es toujours là, bien vivante, ok? "fluctuat nec mergitur", telle pourrait être ta devise: Elle bat les flots la Sasa, comme une barque dans la tempête, mais ne sombre pas! Barre-toi Sasa, et demande de l'aide...
Avec toute ma sympathie, André.
Azurys
Messages : 1156
Inscription : 29 juin 2012, 19:30

Re: Ma mère me frappe

Message par Azurys »

Eh bien... je te félicite d'avoir tenu jusque là contre ta mère !
C'est ta mère, oui, mais elle n'a pas tenu son rôle. Alors pourquoi tenir le tien ? Surtout si elle t'est toxique ! Ne peux-tu pas philtrer ses appels, cesser de lui parler un temps et seulement t'occuper de toi, t'aimer, faire des choses que tu aimes avec des gens que tu aimes... ?
Cenis

Re: Ma mère me frappe

Message par Cenis »

Salut sassa, déjà commencerais par te dire que ce que j'admire le plus chez toi c'est ton self controle, comment fais tu pour ne pas lui "peter les dents"??? Maintenant que tu es adultes et indépendante, pourquoi tu continues de la voir? Pour soulager ta conscience? Fais le point et compares ce que ça apporte et ce que ça te coûte ...
Ps: certain portable, notamment les Samsung ont l'option liste de rejet, ce qui empêche un contact choisi de te joindre par appel ou sms , ensuite tu peux aussi mettre un œil de judas à ta porte... Et pour le fix, demande à ton opérateur de changer de numéro car tu es harcelés et mets toi en liste rouge ou enlever de l'annuaire. Teste et approuvé par mes soins. Dsl pour orthographe, je suis en t9
sasa30
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2012, 22:42

Re: Ma mère me frappe

Message par sasa30 »

Bonjour à tous,

Voilà déjà cinq années que j’ai écrit ce message.. cinq ans.. ouaou! Vos réponses m’avaient apporté beaucoup de réconfort même si, paradoxalement, je me suis senti coupable de parler d’elle si sévèrement..

Et pourtant, et pourtant, je souffre toujours autant de cette femme. J’ai pris mes distances avec elle cette même année car, suite à son séjour chez moi, elle était allé raconté les pires horreurs sur moi. Vers la fin, je me sentais étouffer, physiquement, Comme des crises de claustrophobie, et j’ai développé des crises d’eczéma. N’en pouvant plus, et suite à une dispute qu’elle a eu avec mon fils qui a l’époque avait quatre ans et demi !!! (Elle était allé se coucher et mon enfant lui a dit « mamie tu ronfles » Elle a piqué une crise en disant que tout le monde l’humiliait, elle est allé s’asseoir à même le sol dans la salle de bain en pleurant, a dit que je la maltraitais et que je vais monter mon fils contre elle, a piqué une crise comme pas possible, je suis allé m’enfermer dans le salon car je n’en pouvais plus et le lendemain je lui ai demandé de s’en aller. Ce qu’elle a fait ? Elle est allé attraper mon fils dans la chambre et lui a fait des gestes obscènes en lui disant que sa mère faisait rentrer des hommes dans sa maison pendant qu’il était à l’école et que je « baisais » avec eux en faisant le geste obscène des mains.. Mon fils qui ne comprenait rien s’est mis à pleurer, je l’ai entendu lorsque je suis venu elle était penché sur lui en faisant ses gestes obscènes je me suis alors mis en colère et je lui ai dit de s’en aller immédiatement. Évidemment, fidèle à elle-même, elle a hurlé dans le hall d’entré et tous les voisins l’ont entendu, elle a raconté à tout le monde que j’avais jeté ma pauvre mère dehors, que j’étais un monstre, une prostituée puis elle est partie. Je ne vous raconte pas la honte dans l’immeuble. Je ne suis pas sorti de chez moi durant au moins deux semaines et depuis ce jour je rase les murs. Mais j’ai saisi cette occasion pour bloquer son numéro car elle était allé trop loin en s’en prenant à mon fils. Pendant presque neuf mois je ne lui ai pas parlé puis voyant que elle n’arrivait plus à entrer en contact avec moi malgré les horreurs qu’elle est allé raconter à mon frère et à la famille que je l’avais jeté dehors, que j’étais une prostituée, que je maltraitais mon fils, et, très probablement, même si ils n’ont pas osé me le répéter, que je couchais avec mon propre fils !! Cette dernière accusation choquerait n’importe qui, sauf moi, car je suis habitué à ce genre d’accusation atroce et obscène de sa part. Lorsque j’étais jeune, elle racontait que je couchais avec mon père (entre 4 et 12 ans), puis avec le bouquiniste, puis avec des inconnus, puis avec des enseignants, etc. C’est terrible à dire, mais cela ne m’étonne même plus de sa part. Ce qui fait que au bout de quelques mois les gens qui me téléphonais étaient très gêné, car ils ne savaient pas quoi penser de ses racontars, certains ont coupé le lien avec moi, d’autres m’ont raconté à demi-mots ce qu’elle disait, puis un jour mon père m’a appelé car elle avait piqué une crise en disant que j’étais malade et mourante car diabétique (Ce qui est parfaitement faux). Du coup mon père m’a appelé inquiet pour savoir quelle était mon état de santé et si je lui cachait la maladie je lui ai dit que c’était des racontars farfelus, mais elle a réussi à créer le chaos. Mon téléphone n’arrêtait pas de sonner.. Je me suis dit waouh. Même à distance, même avec le temps, elle réussi à créer le chaos et la destruction. Tout le monde y compris mon père m’a dit que quoi qu’il arrive entre nous que c’était ma mère que je devais la respecter, que la pauvre souffrait de mon silence, etc. etc. je déteste ce genre de lieu commun. Les gens qui répètent ça ne savent pas quelle souffrance c’est de côtoyer de tels êtres. Et 18 mois plus tard, soit neuf mois après ce chaos, j’entends sonner à ma porte. Il faut savoir que ma mère habite dans un autre pays donc je n’ai pas du tout pensé que c’était elle. Je regarde par la lunette de la porte je ne vois personne. Je repars mais ça resonne . Je reviens pensant que c’est peut-être un livreur car souvent ils attendent près de l’ascenseur. J’ouvre la porte et qui je vois cacher juste à côté pour ne pas que je puisse voir par la lunette, ma mère. Elle était devant moi, comme une fleur, l’air malade et abattu. Et s’est mise à pleurer en disant qu’elle était vieille, qu’elle allait bientôt mourir, Elle s’est effondré par terre.. Et là je commet la plus grande erreur de ma vie : je la laisse entrer. J’ai envie de me donner des gifles quand j’y repense. Depuis, j’ai des relations en pointillé avec elle, Je ne suis plus jamais allé chez elle c’est cinq dernières années, et je l’appelle le moins souvent possible. J’ai même retiré Skype pour ne pas qu’elle puisse m’appeler. Pourtant, environ tous les deux mois, si j’ai le malheur de discuter avec elle, elle me blesse. Même pour des banalités. Par exemple hier elle m’appelle car elle va se faire opérer des yeux. Dans la discussion, mine de rien, elle recommence à dire que les années passent que je vieillis que j’ai raté ma vie que les années me mange que je serai bientot trop vieille. Pour info, j’ai 35 ans. Elle a entendu parler que j’irai en Italie, dans une semaine, et elle est multiplié les sous-entendus. Que les parents font tout pour les enfants et que ces derniers partent en vacances sans eux qui les oublient que les parents sont comme des arbres qu’on taille jusqu’au tron et qu’on abandonne etc. mais le tout dit sur un ton mielleux et mine de rien. Elle a un don extraordinaire celui de lancer des piques tout le temps tout en faisant mine comme si de rien n’etait. C’est impossible à décrire il faut le vivre et le côtoyer pour le voir. À chaque fois que je raccroche, j’ai beau ne lui parler que rarement, ses paroles restent dans ma tête et s’impriment. Je déteste ce pouvoir qu’elle a sur moi. J’ai même presque envie d’annuler mon voyage. Dès qu’elle est au courant que je fais quelque chose, ça recommence et j’ai envie de tout arrêter. Ce n’est pas de sa faute, c’est de la mienne. Je n’arrive pas à l’empêcher d’avoir ce pouvoir sur moi. Je n’arrive pas et cela me tue. Il y a autre chose aussi : c’est que je rêve d’elle presque chaque nuit. J’ai commencé à tenir un journal des rêves voilà un an car j’avais l’impression de toujours rêvé d’elle mais sans en être sure. J’ai été choqué de voir que chaque nuit ou presque, parfois chaque de nuit, je rêve d’elle. Soit on se dispute dans mon rêve, soit elle me blesse, soit elle est juste là dans le rêve comme une figurante. Mais elle est tout le temps là. Tout le temps dans mes rêves. Imaginez qu’on passe le tiers de notre vie à dormir ça veut dire que malgré le millier de kilomètres qui nous sépare je passe le tiers de mon temps avec elle!! Lors ce que je m’en suis rendu compte ça m’a rendu folle. Elle est omniprésente dans ma vie. Et pourtant je ne lui parle qu’une fois tous les deux mois et cela fait au moins un an et demi que je ne l’ai pas vu. Mais elle est tout le temps toute la nuit avec moi. Là j’ai discuté avec elle hier, une discussion banale, je n’arrête pas de ressasser ces paroles j’ai envie de pleurer et de me mettre en colère en même temps.
Je cherche désespérément un psychologue ou un psychiatre à qui parler car je sens que je m’use. Je cherche je cherche mais hélas je ne trouve pas. Déjà mes moyens sont très limités, 80 € pour trois quarts d’heure c’est très au-delà de mes capacités. Les centres gratuits, il y en a quelques hein, mais ils ne traitent que les cas graves. J’ai eu une première expérience mitigé voilà cinq ans quand j’avais déjà décidé d’aller me faire aider. J’ai rencontré une psychologue une dame très gentille qui ne disait pas son tarif sur son site. Je suis allé la voir pour lui dire que j’avais de gros soucis relationnels avec ma mère. C’est même pire que ça, ma mère est plus gros problème de ma vie. Elle était gentil mais très vite elle a enchaîné sur le tarif. Quand elle a su que mes moyens étaient limités elle m’a dit qu’elle acceptait de faire 60 € la demi-heure. Je l’ai donc revu la fois suivante, mais j’ai été assez déçu car elle répondait au téléphone durant la consultation, prenait ses rendrez-vous et les noter dans son agenda, ce qui faisait que cela me déconcentrer totalement, et surtout le temps restant me paraissait beaucoup trop court. Je ressortais de la plus frustré que soulagé. Elle m’a alors dit de faire deux séances dans la semaine, mais là c’est juste pas possible car cela reviendrait à presque 500 € par mois. J’ai donc laissé tomber en me disant que je retournerai lorsque j’aurais plus de moyens financiers. Puis j’ai baissé les bras j’ai laissé couler.. Maintenant, après la discussion d’hier qui me gâche quasiment les vacances avant même d’y être, j’ai décidé qu’il fallait vraiment que j’y vois plus clair et que je cesse d’être sur l’emprise de cette femme. Je me demandais si il existait des séances de groupe un peu moins cher, ou d’autres solutions qui serait plus dans ma capacité financière. Je suis maman solo, à Paris ou les loyers sont exorbitants, et je gagne le smic environ. Si quelqu’un peut me renseigner je lui en serais très reconnaissante. Merci encore pour tous les réconforts que vous m’avez apporté, merci de m’avoir lu. Rien que d’écrire parfois ça fait du bien.
Merci à tous,
Fjaraa
Messages : 81
Inscription : 22 août 2015, 18:09

Re: Ma mère me frappe

Message par Fjaraa »

Bonjour Sasa,

Je viens de te lire, et en effet, il faut que tu coupes les liens avec cette femme éminemment toxique.

Pour te reconstruire, une thérapie est nécessaire. C'est important pour toi et ton fils.

En région parisienne, il semble exister plusieurs associations qui proposent des thérapies à moindres frais, j'en avais déjà un peu entendu parler par un ami qui y réside.

Voici quelques liens qui peuvent peut-être t'intéresser :

http://www.apsos.fr/

http://www.lecabinetassociatif.com/services

http://www.lepoc.org/accueil-suivi-therapeutique/

La liste n'est peut-être pas exhaustive, mais en te renseignant auprès de ces associations, tu peux peut-être obtenir d'autres pistes.

Courage à toi !
sasa30
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2012, 22:42

Re: Ma mère me frappe

Message par sasa30 »

Merci pour ta réponse et pour ces liens. Je ne savais même pas que de telles structures existait! dès demain je vais téléphoner. Mille merci !
Fjaraa
Messages : 81
Inscription : 22 août 2015, 18:09

Re: Ma mère me frappe

Message par Fjaraa »

J'ai été longtemps (avant internet) isolée, en difficulté, avant de savoir que ce genre de structures existaient.

A un moment donné de ma vie où j'étais en situation précaire, j'ai été aidée par une association de ce type, dans une autre région. De fil en aiguille, j'ai pu reprendre ma vie en main.

Sortie de la précarité, je continue mon chemin en travaillant sur moi avec une psychanalyste.
Dubreuil
Psychologue clinicien
Messages : 16426
Inscription : 03 août 2012, 17:28

Re: Ma mère me frappe

Message par Dubreuil »

Il y avait aussi une solution qui valait... ce qu'elle valait. Mais quand elle était par exemple par terre, etc... ou qu'elle était violente et ordurière, appeler la police, les pompiers en disant que vous aviez peur POUR elle et pour vous. Elle aurait été aux urgences psychiatriques et vous auriez pu expliquer tout ce que vous avez dit sur ce forum. Elle aurait eu un dossier, et si récidive elle aurait été internée, PUIS UN TRAITEMENT ET UN SUIVI PSYCHIATRIQUE car elle semble présenter de graves troubles du comportement.
N.B. INFORMATION IMPORTANTE :
Si chaque personne est différente, et chaque cas unique, il n’en demeure pas moins que des explications psychologiques sont déjà données sur ce forum, dans le post : " URGENT C'EST LE TOURNANT DE MA VIE "
sasa30
Messages : 9
Inscription : 18 sept. 2012, 22:42

Re: Ma mère me frappe

Message par sasa30 »

Bonsoir,

Ma mère et les scandales c’est une longue histoire d’amour.. j’ai passé mon enfance et adolescence à rasé les murs de mon immeuble à cause de ses « sorties »... elle appelait la police pour un oui ou pour un non!
Un médecin a déjà voulu l’interner il y a de nombreuses années, je n’étais même pas née! Mon père a l’epoque ne s’y était pas résolu.. Il faut savoir qu’a l’époque où elle vivait en France, elle aller voir le médecin chaque jour. Pas chaque semaine, chaque jour. Et elle se déshabillait pour l’oscultation. Un jour, un Centre Medical avait refusé de l’accepter. Car elle allait tous les jours chez le médecin et prétextait tout et n’importe quoi pour montrer ses seins. Elle-même, lorsque j’etais enfant, elle m’avait raconter qu’un médecin lui avait dit de ne pas venir car il avait très envie de lui faire l’amour lorsqu’il voyait ses seins.. En fait, Le médecin en question avait alerté sa hiérarchie sur un problème d’exhibitionnisme avec des maux imaginaires. Ma mère a des tendances exhibitionniste. Lorsqu’elle se disputait avec mon père ou mon frère, elle allait systématiquement à la fenêtre ou au balcon seins nus pour soi-disant draguer le voisin. Cherchez le rapport… Elle est très fière de ses seins et elle adore les montrer à tout le monde. Même aujourd’hui, après de 70 ans, je dois me disputer avec elle pour qu’elle s’habille car elle n’a aucune pudeur et cela me dérange beaucoup. Alors bien sûr, elle raconte que c’est parce que je la jalouse et que j’aime son corps parce que elle est magnifique et que moi je suis grosse et moche. Sauf que cela n’a rien à voir. C’est surtout que voir ma mère nue comme un ver à longueur de temps et même devant mon fils me dérange. Cela aurait été mon père j’aurais ressenti la même gêne.
Enfin, je m’égare. Pour en revenir à la police, ma mère appelait régulièrement à la police pour raconter que mon père la battait, puis que mon frère la frappait, et même que moi je la battais par la suite. À la moindre dispute, sachant que c’est quasiment quotidiennement, elle fait un « scandale ». À la fin, la police ne prenait même plus la peine de venir tellement ils avaient pris l’habitude. La vérité, c’est que c’était ma mère la plus violente. Je l’ai vu plusieurs fois étrangler mon père, sans compter qu’elle nous étrangler régulièrement lorsqu’on était enfant. J’ai développé une espèce de phobie à tout scandale et c’est d’ailleurs sur quoi elle joue lorsqu’elle se met à crier dans mon immeuble. Elle sait que je déteste ça. Autant elle est exhibitionniste et elle adore attirer le regard sur elle, autant je suis introverti et j’adore passer inaperçu. Si j’avais appelé la police lorsqu’elle s’était mis parterre, elle aurait hurlé à la mort tous les voisins serais sorti elle aurait menacé de se suicider, Elle aurait pris un couteau pour menacer les gens, elle aurait cassé des verres et mis les brisures de verre dans sa bouche pour les avaler (véridique je l’ai vécu plusieurs fois !) elle aurait raconté que je la frappais et que j’étais violente on aurait tous fini au poste, mon fils aurait été traumatisée car en plus il vit seul avec moi donc il serait obligé de venir avec moi, je voulais vraiment éviter ça. Si je l’avais fait, je suis rentré dans son jeu et c’est un jeu dont elle maîtrise parfaitement les règles. Ma mère a le don de passer pour la victime. Elle est imbattable à ce jeu. À l’entendre, elle est causette. Mais en même temps, elle n’est pas totalement folle. Car quelqu’un de fou, il n’en aurait rien à faire que les gens le juge. Il est dans sa folie. Ma mère pas du tout. Elle sait très bien lorsqu’elle va trop loin et elle sait s’arrêter si elle sent que les choses vont se retourner contre elle. Je me souviens quand j’étais adolescente, elle avait eu mal à l’estomac. Bien sûr, cela arrive à tout le monde et on en fait pas tout un plat. Sauf que c’est mal connaître ma mère. Elle s’est mis à geindre, elle est tombé parterre feingnant des spasmes, elle hurlait à la mort, mais vraiment pas crier mais vraiment hurler (aahhh! Ahh!) , elle disait qu’elle allait mourir.. À l’époque nous étions chez ma grand-mère, et avec ma tante on l’avait emmener aux urgences. Mon frère avait refusé de l’accompagner. Il faut dire qu’il a cinq ans de plus que moi et qu’il est plus que lasser de ce genre de scène. Les médecins sont venus car elle hurler à la mort, puis au bout de quelques heures, ils se sont aperçus qu’il n’y avait rien de particulier qui justifier une telle douleur. À un moment donné, voyant comment elle se comporter dans la salle d’attente, comment elle se roulait parterre littéralement, ils ont commencé à discuter entre eux. Il chuchauté en l’a regardant. J’ai senti que c’est comme si ils avaient compris que c’était plus psychologique autre chose. Et ils ont commencé à discuter d’une possible hospitalisation psychiatrique. À l’instant même où ma mère a senti que les médecins n’étaient plus dupe de son mal, elle a tout de suite arrêter. Mais vraiment sans transition aucune. De hurlements et de grands gestes à Un calme olympique. Elle a tout de suite dit qu’elle se sentait beaucoup mieux, elle s’est levé dignement alors que quelques instants auparavant elle criait qu’elle ne pouvait plus marcher, et elle est sorti sur ses pieds de l’hôpital. Ce que je veux dire, c’est que ma mère sait parfaitement lorsque son cinéma est prêt à se retourner contre elle. Elle n’est pas vraiment folle. Même si son comportement n’est pas celui d’une personne saine d’esprit.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message

Revenir à « Forum maltraitance »

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 0 invité